Слова на букву acre-ascl (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву acre-ascl (1564)

< 1 2 3 4 5 6 > >>
AORISTE
. s. m. (On prononce Oriste. ) T. emprunté de la langue grecque, où il signifie, Indéfini. Il se dit, dans la conjugaison grecque, d'Un temps qui présente l'action comme ...
AORTE
. s. f. T. d'Anat. Artère qui s'élève du ventricule gauche du coeur.
AOÛT
. s. m. (Prononcez Oût. ) Le huitième mois de l'année. Au mois d'août. Le premier jour d'août.   Il s'emploie aussi avec l'article le ; et alors il signifie, La moisson. ...
AOÛTER
. v. a. (On prononce l'A.) Il n'est guère usité qu'au participe. AOÛTÉ, ÉE. participe, Mûri par la chaleur du mois d'août. Citrouille aoûtée.
AOÛTERON
. s. m. (Prononcez Oûteron. ) Ouvrier loué pour les travaux de la campagne dans le mois d'août. Il faut tant d'aoûterons à ce fermier.
APAISER
. v. a. Adoucir, calmer quelqu'un. Apaiser le prince. Apaiser un furieux. Cet enfant ne cesse de crier, apaisez-le.   Il signifie également, Calmer l'émotion, l'agitation, ...
APALACHINE
. s. f. T. de Botan. Arbrisseau de l'Amérique septentrionale, qui croît particulièrement sur les monts Appalaches, et dont les feuilles se prennent en infusion comme le ...
APANAGE
. s. m. Ce que les souverains donnent à leurs puînés pour leur tenir lieu de partage. Donner une terre en apanage, ou pour apanage. Ces apanages sont réversibles à la ...
APANAGER
. v. a. Donner un apanage. Le roi avait apanagé tous ses puînés. Ce prince fut apanagé du duché de ... APANAGÉ, ÉE. participe
APANAGISTE
. adj. et s. m. Qui possède un apanage. Prince apanagiste. Un apanagiste.
APARTÉ
. s. m. Mot pris du latin. Ce qu'un acteur prononce de manière à être entendu des spectateurs, mais qu'on suppose ne l'être pas des autres acteurs qui sont en scène. Il ne ...
APATHIE
. s. f. État d'une âme qui n'est susceptible d'aucune émotion. Être dans l'apathie. Les stoïciens voulaient que leur sage fût dans une entière apathie. Il est peu usité ...
APATHIQUE
. adj. des deux genres Qui est insensible à tout. Un homme apathique n'est touché de rien.
APEPSIE
. s. f. T. de Médec. Défaut de digestion. Il est question de l'apepsie dans le Malade imaginaire. Il est vieux.
APERCEVABLE
. adj. des deux genres Qui peut être aperçu. Il y a des corps qui ne sont point apercevables sans microscope.
APERCEVANCE
. s. f. Faculté d'apercevoir. Apercevance fine, prompte. Il est peu usité.
APERCEVOIR
. v. a. (Il se conjugue comme Recevoir. ) Commencer à voir, découvrir. J'aperçois dans l'éloignement un objet dont je ne distingue pas bien la forme. En passant par telle ...
APÉRITIF
, IVE. adj. T. de Médec. Nom générique des médicaments propres à entretenir la liberté des voies biliaires, urinaires, etc. Remède apéritif. Tisane apéritive.   Il ...
APÉTALE
. adj. T. de Botan. Sans pétales, sans corolle. Les fleurs du saule, du noisetier, de l'amarante, sont apétales.
APETISSEMENT
. s. m. Diminution. L'apetissement qui paraît dans les objets éloignés, etc. Il est peu usité.
APETISSER
. v. a. Rendre plus petit, accourcir. Cette figure est trop grande, il faut l'apetisser. On dit plus communément, Rapetisser.   Il est aussi neutre, et signifie, Devenir plus ...
APHÉLIE
. s. m. T. d'Astron. Le point de l'orbite d'une planète, où elle se trouve à sa plus grande distance du soleil. L'aphélie de la terre.   Il est aussi adjectif des deux ...
APHÉRÈSE
. s. f. Figure de grammaire par laquelle on retranche une syllabe ou une lettre au commencement d'un mot. Temnere pour Contemnere est une aphérèse. L'aphérèse est d'un ...
APHONIE
. s. f. T. de Médec. Privation de la voix, difficulté de produire des sons.
APHORISME
. s. m. Sentence ou maxime énoncée en peu de mots. Les Aphorismes d'Hippocrate. Aphorisme de jurisprudence.
APHRODISIAQUE
. adj. des deux genres T. de Médec. Il se dit Des substances qu'on croit propres à exciter aux plaisirs de l'amour.  Il s'emploie aussi comme substantif masculin. Un ...
APHTE
. s. m. Petit ulcère qui vient dans la bouche. En termes de Médecine, il se dit plus exactement, au pluriel, d'Une éruption pustuleuse qu'on observe à l'intérieur de la ...
APHYLLE
. adj. des deux genres T. de Botan. Dépourvu de feuilles. L'orobanche est une plante aphylle.
API
. s. m. Sorte de pomme, petite, et ordinairement colorée d'un rouge vif. Des pommes d'api. Voilà de fort bel api. J'ai beaucoup d'api dans mon jardin.
APITOYER
. v. a. Toucher de pitié. Rien ne put l'apitoyer sur mon sort.   Il s'emploie souvent avec le pronom personnel, et signifie, Compatir, témoigner sa pitié. S'apitoyer sur ...
APLANIR
. v. a. Rendre uni, rendre plane ce qui était inégal. Aplanir un chemin. Aplanir des allées dans un jardin. Aplanir une montagne. On l'emploie quelquefois avec le pronom ...
APLANISSEMENT
. s. m. Action d'aplanir ; État de ce qui est aplani. L'aplanissement d'un chemin. L'aplanissement des allées d'un jardin.
APLATIR
. v. a. Rendre plat. Cette surface est trop bombée, il faudrait un peu l'aplatir.   Il s'emploie souvent avec le pronom personnel. La balle vint s'aplatir contre la muraille. ...
APLATISSEMENT
. s. m. Action d'aplatir ; État de ce qui est aplati. L'aplatissement d'une boule de cire. L'aplatissement d'une balle de plomb.   L'aplatissement de la terre, se dit de La ...
APLOMB
. s. m. Ligne perpendiculaire au plan de l'horizon. Prendre l'aplomb d'une muraille, les aplombs d'un bâtiment. Ce mur tient bien son aplomb, a perdu son aplomb. Cette ...
APOCALYPSE
. s. f. (Quelques-uns le font masculin.) Révélation. On appelle ainsi Le livre canonique qui contient les révélations faites à saint Jean l'Évangéliste, dans l'île de ...
APOCALYPTIQUE
. adj. des deux genres Il se dit Des discours et des écrits qui sont fort obscurs. Style apocalyptique. Il est familier.
APOCO
. s. m. Terme emprunté de l'italien, dont on se sert pour désigner Un homme de peu d'esprit ou de sens. Il parle comme un apoco. On le traite d'apoco. Il est peu usité.
APOCOPE
. s. f. Figure de grammaire par laquelle on retranche une lettre ou une syllabe à la fin d'un mot. Negotî, pour Negotii, est une apocope. Les poëtes français usent ...
APOCRISIAIRE
. s. m. Nom de dignité chez les Grecs du Bas-Empire. On le donnait primitivement Aux agents, aux envoyés qui portaient les réponses des empereurs.  Il désigna plus tard Des ...
APOCRYPHE
. adj. des deux genres Terme pris de la langue grecque, dans laquelle il signifie, Inconnu, caché. Il n'est usité dans notre langue qu'en parlant Des livres et des écrivains ...
APOCYN
. s. m. T. de Botan. Genre de plantes exotiques, à cinq étamines : il renferme plusieurs espèces, parmi lesquelles on distingue l' Apocyn maritime, dont le suc est fort ...
APODE
. adj. des deux genres T. scientifique, emprunté du grec. Il signifie proprement, Qui est sans pieds. Par extension, on l'applique spécialement, en Histoire naturelle, Aux ...
APODICTIQUE
. adj. des deux genres T. didactique. Démonstratif, évident. Il est peu usité.
APOGÉE
. s. m. T. d'Astron. Le point où une planète se trouve à sa plus grande distance de la terre. L'apogée de la lune. La lune est à son apogée.   Il est aussi adjectif des ...
APOGRAPHE
. s. m. Copie d'un écrit, d'un original. Il est opposé à Autographe, mais beaucoup moins usité.
APOLLON
. s. m. Dieu du Parnasse, qui présidait aux beaux-arts, et particulièrement à la poésie. On ne met ici ce nom qu'à cause de son emploi particulier dans certaines phrases ...
APOLOGÉTIQUE
. adj. des deux genres Qui contient une apologie. Lettre apologétique. Discours apologétique.   Il s'emploie substantivement, au masculin, en parlant de L'Apologie de ...
APOLOGIE
. s. f. Discours par écrit ou de vive voix, pour la justification, pour la défense de quelqu'un, de quelque action, de quelque ouvrage. Faire une apologie. Faire l'apologie de ...
APOLOGISTE
. s. m. Celui qui fait l'apologie de quelqu'un, de quelque chose. C'est votre apologiste. Un apologiste maladroit.
APOLOGUE
. s. m. Petit récit d'un fait vrai ou fabuleux, dans lequel on a pour but de présenter d'une manière indirecte une vérité morale et instructive. L'apologue de l'Estomac et ...
APONÉVROSE
. s. f. T. d'Anat. Sorte de membrane ferme, blanche, et luisante, qui forme l'extrémité des muscles et sert à les fixer aux os, ou qui enveloppe les muscles et sert à les ...
APONÉVROTIQUE
. adj. des deux genres T. d'Anat. Qui appartient, qui a rapport aux aponévroses. Fibres aponévrotiques. Membrane aponévrotique.
APOPHTHEGME
. s. m. Dit notable de quelque personne illustre. Les apophthegmes des sept sages de la Grèce. Les apophthegmes de Scipion, de Caton, etc.   Ne parler que par apophthegmes, ...
APOPHYSE
. s. f. T. d'Anat. Saillie qui s'avance hors du corps d'un os.
APOPLECTIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient à l'apoplexie, qui menace d'apoplexie. Symptôme apoplectique. État, disposition apoplectique. Complexion apoplectique.   Il signifie ...
APOPLEXIE
. s. f. Maladie caractérisée par la perte plus ou moins complète du sentiment et du mouvement, sans que la respiration et la circulation soient interrompues. Être frappé ...
APOSTASIE
. s. f. Abandon public d'une religion pour une autre. Il se prend en mauvaise part, et se dit plus particulièrement en parlant De l'abandon de la religion chrétienne. Tomber ...
APOSTASIER
. v. n. Tomber dans l'apostasie. Il se dit surtout en parlant D'un chrétien qui renonce à la foi. Le plus grand crime qu'un chrétien puisse commettre, c'est d'apostasier.   ...
APOSTAT
. adj. m. Qui a quitté sa religion pour une autre. Il se dit surtout D'un chrétien qui renonce à la foi. Chrétien apostat.   Il se dit aussi D'un religieux qui renonce à ...
APOSTÈME
. s. m. Voyez APOSTUME.
APOSTER
. v. a. Mettre quelqu'un dans un poste pour observer ou pour exécuter quelque chose. Il se prend le plus communément en mauvaise part. Aposter des gens pour faire une ...
APOSTILLE
. s. f. Addition faite à la marge d'un écrit ou au bas d'une lettre. Il y avait deux lignes en apostille. L'apostille d'une lettre. Après sa lettre écrite, il manda cette ...
APOSTILLER
. v. a. Mettre une apostille, des apostilles à la marge ou au bas d'un écrit, d'un mémoire, d'une pétition, etc. Le ministre avait apostillé les dépêches de ...
APOSTOLAT
. s. m. Le ministère d'apôtre. Saint Paul fut appelé à l'apostolat par une voie miraculeuse.
APOSTOLIQUE
. adj. des deux genres Qui vient des apôtres, qui procède des apôtres. Doctrine apostolique. L'Église catholique et apostolique. Tradition apostolique. Le saint-siége ...
APOSTOLIQUEMENT
. adv. À la façon des apôtres. Vivre apostoliquement. Prêcher apostoliquement.
APOSTROPHE
. s. f. Figure de rhétorique par laquelle on adresse momentanément la parole a des choses ou à des personnes auxquelles ne s'adresse pas l'ensemble du discours. Ainsi, ces ...
APOSTROPHER
. v. a. Adresser la parole, dans un discours, à une personne, ou à une chose considérée comme si c'était une personne. Le prédicateur, au milieu de son sermon, apostropha ...
APOSTUME
ou APOSTÈME. s. m. Abcès. Ces deux mots ont vieilli. En Médecine, on n'employait guère qu' Apostème ; dans le langage ordinaire, on disait communément, Apostume. Prov. ...
APOSTUMER
. v. n. Il se dit D'un abcès qui perce, qui suppure. Son abcès commence à apostumer. Ce mot a vieilli. APOSTUMÉ, ÉE. participe
APOTHÉOSE
. s. f. Déification. Il se dit principalement de La cérémonie par laquelle les anciens Romains déifiaient les empereurs. L'apothéose d'Auguste. Les médailles qui ...
APOTHICAIRE
. s. m. Celui dont la profession est de préparer et de vendre les drogues, les médicaments pour la guérison des maladies. Bon apothicaire. Habile apothicaire. Le mot de ...
APOTHICAIRERIE
. s. f. Pharmacie : magasin de drogues d'apothicaire, de médicaments. Apothicairerie bien fournie.   Il signifie aussi, L'art de l'apothicaire. Il s'est mis dans ...
APÔTRE
. s. m. Nom donné aux douze personnes que Notre-Seigneur choisit particulièrement, entre ses disciples, pour prêcher l'Évangile et pour gouverner l'Église après lui. ...
APOZÈME
. s. m. T. de Médec. Décoction de substances végétales, ordinairement très-chargée et très-composée. Faire un apozème. Donner un apozème. Prendre un apozème. Apozème ...
APPARAÎTRE
. v. n. (Il se conjugue comme Paraître, mais avec cette différence, qu' Apparaître emploie les deux auxiliaires Être et Avoir avec le participe ; au lieu que Paraître ...
APPARAT
. s. m. Éclat ou pompe qui accompagne certains discours, certaines actions. Haranguer avec apparat. Discours d'apparat. Cause d'apparat. Dîner, festin d'apparat. Il est ...
APPARAT
. s. m. Mot traduit du latin, qui désigne, Certains livres rédigés en forme de dictionnaires ou de catalogues, et propres à faciliter l'étude d'une langue, d'une science, ...
APPARAUX
. s. m. pl. T. de Marine. Il désigne collectivement, Les voiles, les manoeuvres, les vergues, les poulies, les ancres, les cabestans, les câbles, le gouvernail, et même ...
APPAREIL
. s. m. Apprêt, préparatif de tout ce qui a de la pompe, de la solennité. Grand appareil. Appareil extraordinaire. Appareil lugubre. Appareil de guerre. L'appareil d'une ...
APPAREILLAGE
. s. m. T. de Marine. Action d'appareiller, ou de s'y disposer. Faire son appareillage. Être en appareillage.
APPAREILLEMENT
. s. m. Action d'appareiller deux objets. Il ne se dit guère qu'en parlant Des animaux domestiques qu'on appareille, soit pour les faire travailler ensemble, soit pour en ...
APPAREILLER
. v. a. Mettre ensemble des choses pareilles ; Joindre à une chose une autre chose qui lui soit pareille. Appareiller des chevaux, des vases, des tableaux. Voilà un beau vase, ...
APPAREILLEUR
. s. m. Chef-ouvrier qui trace le trait, la coupe de la pierre à tous les tailleurs de pierre d'un chantier. C'est un bon appareilleur. Quand on bâtit, c'est un grand avantage ...
APPAREILLEUSE
. s. f. T. injurieux. Il se dit d'Une femme qui fait métier de favoriser des amours illicites, de rapprocher des personnes de différent sexe, dans des vues de libertinage. ...
APPAREMMENT
. adv. Selon les apparences. Vous croyez apparemment que... Il viendra apparemment. On dit aussi, Apparemment qu'il viendra.
APPARENCE
. s. f. L'extérieur, ce qui paraît au dehors. Belles apparences. Il ne faut pas se fier à l'apparence, aux apparences. Les apparences sont trompeuses. Je ne m'arrête point à ...
APPARENT
, ENTE. adj. Qui est visible, évident, manifeste. Se placer à l'endroit le plus apparent. Il y a des procédés pour rendre plus apparente l'écriture des vieux manuscrits. ...
APPARENTER
. v. a. Donner à quelqu'un des parents par alliance. Tâchez de bien apparenter votre fille. Ce mariage l'a mal apparenté.   Il s'emploie avec le pronom personnel, et ...
APPARIEMENT
ou APPARÎMENT. s. m. Action d'apparier.
APPARIER
. v. a. Assortir, unir par paires, par couples, joindre des choses qui se conviennent, qui sont faites pour aller ensemble. Apparier des chevaux de carrosse. On a brouillé tous ...
APPARITEUR
. s. m. Espèce de sergent dans les cours ecclésiastiques.  Il se disait aussi Des bedeaux de certaines universités, et se dit encore aujourd'hui de Certains huissiers ...
APPARITION
. s. f. Manifestation de quelque objet qui, étant invisible de lui-même, se rend visible. L'apparition de l'ange Gabriel à la sainte Vierge. L'apparition des esprits, des ...
APPAROIR
. v. n. T. de Palais. Être évident, être manifeste. Faire apparoir du pouvoir qu'on a. Il a fait apparoir de son bon droit. Ce verbe n'est usité qu'à l'infinitif et à la ...
APPARTEMENT
. s. m. Logement composé de plusieurs pièces de suite, de diverses grandeurs et propres à divers usages. Bel appartement. Grand appartement. L'appartement de monsieur. ...
APPARTENANCE
. s. f. Dépendance, ce qui appartient à une chose, ce qui dépend d'une chose. Vendre une maison avec toutes ses appartenances et dépendances. Cette métairie est une des ...
APPARTENANT
, ANTE. adj. Qui appartient de droit. Le bien appartenant à un tel. Une maison à lui appartenante. Il n'est guère usité que dans ces sortes de phrases.
APPARTENIR
. v. n. (Il se conjugue comme Tenir. ) Être la propriété légitime de quelqu'un, soit que celui à qui est la chose dont on parle la possède, soit qu'il ne la possède pas. ...
APPAS
. s. m. pl. Il se dit principalement Des attraits, des charmes, des agréments extérieurs d'une femme. Cette femme a des appas. Être séduit par les appas d'une femme.   Il se ...
APPÂT
. s. m. Pâture, mangeaille qu'on met, soit à des piéges, pour attirer des quadrupèdes ou des oiseaux, soit à des hameçons, pour pêcher des poissons. Appât friand. ...
APPÂTER
. v. a. Attirer avec un appât. Il faut appâter les oiseaux, les poissons.   Il signifie aussi, Mettre le manger dans le bec des petits oiseaux, ou Donner à manger à ...
APPAUMÉ
. adj. T. de Blason. Il se dit D'un écu chargé d'une main qui est étendue et qui montre la paume.
APPAUVRIR
. v. a. Rendre pauvre. Ses procès l'ont fort appauvri. L'interruption du commerce appauvrit un pays. Prov., Donner pour Dieu n'appauvrit jamais. Fig., Appauvrir une langue, En ...
APPAUVRISSEMENT
. s. m. L'état de pauvreté, d'indigence où l'on tombe peu à peu par la diminution des choses nécessaires à la vie. L'appauvrissement d'une famille. De là vient ...
APPEAU
. s. m. Sorte de sifflet avec lequel on contrefait la voix des oiseaux pour les faire approcher, ou pour les attirer dans quelque piége. Un appeau pour prendre des cailles. ...
APPEL
. s. m. Action d'appeler avec la voix, ou autrement. Il n'a pas entendu votre appel. Ce cri est un appel. L'appel de la femelle pour faire venir le mâle.   En termes de Chasse ...
APPELANT
, ANTE. adj. Qui appelle d'un jugement. Il est appelant de ce jugement. Elle est appelante. Se rendre appelante. Être reçu appelant.   Il est quelquefois substantif. ...
APPELER
. v. a. ( J'appelle. J'appelais. J'ai appelé. J'appellerai. Appelant. ) Nommer ; dire le nom d'une personne, d'une chose, ou lui imposer, lui donner un nom. Comment ...
APPELLATIF
. adj. m. (On fait sentir les deux L.) T. de Gram. Il ne s'emploie que dans cette locution, Nom appellatif, Nom qui convient à toute une espèce. Homme, arbre, sont des noms ...
APPELLATION
. s. f. (On fait sentir les deux L.) Action d'appeler quelqu'un. Appellation à haute voix.   Appellation des lettres, Action de nommer chaque lettre de ...
APPENDICE
. s. m. (On prononce Appaindice. ) Supplément qui se joint à la fin d'un ouvrage avec lequel il a du rapport.  Il se dit, en termes d'Anatomie, de Botanique, de Physique, de ...
APPENDRE
. v. a. Pendre, suspendre, attacher à une voûte, à des piliers, à une muraille. Il ne se dit guère qu'en parlant Des choses que l'on offre, que l'on consacre dans une ...
APPENTIS
. s. m. Demi-comble, toit en manière d'auvent à un seul égout, appuyé contre une muraille, et soutenu en avant par des piliers ou des poteaux. Il a fait construire un petit ...
APPERT
(IL). verbe impersonnel Voyez APPAROIR.
APPESANTIR
. v. a. Rendre plus pesant. L'eau avait tellement appesanti ses habits, qu'il avait peine à marcher. En chargeant ainsi votre voiture, vous l'appesantirez tellement, que ...
APPESANTISSEMENT
. s. m. L'état d'une personne appesantie, soit de corps, soit d'esprit, par l'âge, par la maladie, par le sommeil, etc. L'appesantissement graduel du corps se fait sentir ...
APPÉTENCE
. s. f. (On fait sentir les deux P.) T. didactique. Désir instinctif pour un objet quelconque.
APPÉTER
. v. a. (On fait sentir les deux P.) Désirer vivement par instinct, par inclination naturelle, indépendamment de la raison. Il n'est guère usité qu'en Physiologie. ...
APPÉTISSANT
, ANTE. adj. Qui donne de l'appétit, qui excite l'appétit. Mets appétissant. Viande appétissante. Cela n'est pas, cela n'est guère appétissant. Fam., Elle est ...
APPÉTIT
. s. m. Inclination, faculté par laquelle l'âme se porte à désirer quelque chose pour la satisfaction des sens. Appétit sensuel, charnel, brutal. Appétit déréglé, ...
APPLAUDIR
. v. n. Battre des mains en signe d'approbation. Dans les spectacles du cirque et du théâtre, le peuple romain marquait sa joie en applaudissant, en battant des mains. ...
APPLAUDISSEMENT
. s. m. Grande approbation, manifestée, soit par des battements de mains, soit par des acclamations, soit par la voix publique. Son discours fut suivi de longs ...
APPLAUDISSEUR
. s. m. Celui qui applaudit. Il se dit ordinairement de Ceux qui applaudissent sans discernement, ou qui sont payés pour applaudir. Applaudisseurs payés. Applaudisseurs à ...
APPLICABLE
. adj. des deux genres Qui doit ou peut être appliqué. Ces fonds sont applicables à telle dépense. Ce passage n'est point applicable au sujet dont il s'agit. Cette loi n'est ...
APPLICATION
. s. f. Action par laquelle on applique une chose sur une autre. L'application d'un enduit sur une muraille, des couleurs sur la toile d'un tableau. L'application d'un ...
APPLIQUE
. s. f. T. d'Arts mécan. Il se dit de Certaines choses qu'on applique sur d'autres, dans certains ouvrages. Or d'applique. Pièces d'applique.
APPLIQUER
. v. a. Mettre une chose sur une autre, en sorte qu'elle y demeure adhérente, ou qu'elle y laisse une empreinte. Appliquer des couleurs sur une toile. Appliquer une couche, ...
APPOINT
. s. m. La monnaie qui se donne pour compléter une somme qu'on ne saurait parfaire avec les principales espèces employées au payement. Pour faire mille francs en écus de ...
APPOINTEMENT
. s. m. T. de Pratique ancienne. Règlement en justice sur une affaire, pour parvenir à la juger par rapport. Prendre un appointement à l'audience. Prendre un appointement au ...
APPOINTER
. v. a. T. de Pratique ancienne. Régler par un appointement en justice. C'est une affaire à appointer. Cette affaire est trop embrouillée pour être jugée a l'audience, il ...
APPORT
. s. m. Vieux mot qui signifiait, Marché, lieu où l'on apporte des denrées pour les vendre. Il n'est plus usité que dans cette dénomination, L'Apport-Paris, La place du ...
APPORTER
. v. a. Porter d'un lieu plus ou moins éloigné, au lieu où est la personne qui parle, ou dont on parle. Apportez-moi le livre qui est sur ma table. On lui a apporté du ...
APPOSER
. v. a. Appliquer, mettre. Apposer un cachet sur un certificat, etc. Apposer le sceau royal sur un acte.   Apposer le scellé, les scellés, Appliquer juridiquement le ...
APPOSITION
. s. f. Action d'apposer. L'apposition du scellé, des scellés se fit dans les formes ordinaires. Il sera pourvu à la sûreté de ces effets, de ces titres, de ces papiers, ...
APPRÉCIABLE
. adj. des deux genres T. de Physiq. Qui peut être apprécié par les sens, ou avec le secours des procédés physiques ; dont on peut évaluer le poids, l'intensité, la ...
APPRÉCIATEUR
. s. m. Celui qui apprécie. Il ne s'emploie guère que joint avec une épithète. Juste appréciateur du mérite.
APPRÉCIATIF
, IVE. adj. Qui marque l'appréciation. Un état appréciatif des marchandises.
APPRÉCIATION
. s. f. Estimation de la valeur d'une chose. Appréciation juste, raisonnable. C'est un tel qui en a fait l'appreciation.
APPRÉCIER
. v. a. Estimer, évaluer une chose, en fixer la valeur, le prix. Apprécier des meubles. Ce collier de perles a été apprécié à mille écus, a été apprécié mille ...
APPRÉHENDER
. v. a. T. de Pratique. Prendre, saisir. Il ne se dit qu'en parlant Des prises de corps. On l'a appréhendé au corps.   Si pris et appréhendé peut être. Ancienne formule ...
APPRÉHENSIF
, IVE. adj. Timide, porté à la crainte. Il est peu usité.
APPRÉHENSION
. s. f. Crainte. Être dans l'appréhension. Avoir de l'appréhension. Dans l'appréhension qu'il a qu'on ne le trompe. Il est dans de continuelles appréhensions. ...
APPRENDRE
. v. a. (Il se conjugue comme Prendre. ) Acquérir quelque connaissance. Apprendre une langue. Apprendre les mathématiques, la géographie, la jurisprudence, etc. Apprendre à ...
APPRENTI
, IE. s. Celui, celle qui apprend un métier. Un apprenti marchand. Un apprenti menuisier. L'apprentie d'une couturière. C'est un apprenti.   Il se dit, figurément et ...
APPRENTISSAGE
. s. m. L'état, l'emploi, l'occupation d'un apprenti. Dans tel métier, l'apprentissage est difficile, long, laborieux. Mettre un jeune homme, une jeune fille en ...
APPRÊT
s. m. Préparatif. En ce sens, il ne se dit guère qu'au pluriel. Faire des apprêts, de grands apprêts pour recevoir un prince, pour une fête, une noce, un voyage. Faire de ...
APPRÊTE
. s. f. Mouillette, petite tranche de pain étroite et longue, avec laquelle ou mange des oeufs à la coque. Couper des apprêtes. Tailler des apprêtes. Faire des apprêtes. ...
APPRÊTER
. v. a. Préparer, mettre en état. Apprêtez tout ce qu'il faut pour mon voyage. Apprêtez-moi ce dont j'ai besoin pour sortir. Apprêtez mes hardes. Apprêtez le dîner. ...
APPRÊTEUR
. s. m. T. d'Arts mécan. Celui qui apprête, qui donne l'apprêt, qui fait les préparations.
APPRIVOISER
. v. a. Rendre doux, moins farouche. Apprivoiser un sauvage. Apprivoiser un lion. Il y a peu d'animaux farouches qu'on ne puisse apprivoiser. Apprivoiser des oiseaux.   Il ...
APPROBATEUR
, TRICE. s. Celui, celle qui approuve par quelque témoignage d'estime. Il s'emploie surtout au masculin. Une pareille conduite n'aura guère d'approbateurs. Elle est grande ...
APPROBATIF
, IVE. adj. Qui contient ou qui marque approbation. Sentence approbative. Geste, signe approbatif.
APPROBATION
. s. f. Agrément, consentement qu'on donne à quelque chose. C'est une affaire faite, pourvu que le père et la mère y veuillent donner leur approbation. Autrefois les livres ...
APPROCHANT
, ANTE. adj. Qui a quelque ressemblance, quelque rapport. Son style est fort approchant de celui des anciens. Ce sont deux couleurs fort approchantes l'une de l'autre. ...
APPROCHE
. s. f. Mouvement par lequel une personne s'avance vers une autre. L'approche de son ennemi le déconcerta. À l'approche de l'ennemi, les troupes se mirent sous les armes. À ...
APPROCHER
. v. a. Avancer auprès, mettre proche, mettre près. Approcher une chose d'une autre. Approchez la table. Approcher le canon de la place ; en approcher une batterie. Approchez ...
APPROFONDIR
. v. a. Rendre plus profond, creuser plus avant. Approfondir un puits qui n'a pas assez d'eau. Approfondir un fossé. Approfondir un canal. Approfondir des fondations. Il ne ...
APPROPRIATION
. s. f. Action de s'approprier une chose. L'appropriation d'une terre. APPROPRIATION, en termes d'ancienne Chimie, L'état où sont mis deux corps qui ne peuvent s'unir ...
APPROPRIER
. v. a. Proportionner, adapter, rendre propre à une destination. Approprier les lois d'un peuple à ses moeürs. Approprier les remèdes au tempérament du malade. ...
APPROPRIER
. v. a. Ajuster, agencer convenablement, mettre dans un état de propreté. Il faut approprier cette chambre. Il a bien approprié son cabinet. Confiez-lui le soin de cette ...
APPROUVER
. v. a. Agréer une chose, y donner son consentement. Approuver et ratifier un contrat. Le père refusa d'approuver le mariage. Les parents approuvèrent la recherche qu'il ...
APPROVISIONNEMENT
. s. m. Action de rassembler les choses nécessaires à la subsistance d'une ville, d'une armée, d'une flotte, etc. L'approvisionnement de Paris. L'approvisionnement d'une ...
APPROVISIONNER
. v. a. Faire un approvisionnement, fournir les provisions nécessaires. Approvisionner une place de guerre, une armée, une flotte.   Il s'emploie quelquefois avec le pronom ...
APPROXIMATIF
, IVE. adj. Qui est fait par approximation. Calcul approximatif. État approximatif des dépenses, des dettes. Estimation approximative.
APPROXIMATION
. s. f. T. de Mathém. Opération par laquelle on approche de la détermination d'une quantité inconnue, de manière à la renfermer entre certaines limites, sans pouvoir ...
APPROXIMATIVEMENT
. adv. Par approximation. Estimer une dépense approximativement.
APPUI
. s. m. Soutien, support ; ce qui sert à soutenir. Mettre un appui, des appuis à un mur. Cette muraille a besoin d'appui. Si on ne donne un appui à cet arbre, le vent ...
APPUI-MAIN
. s. m. Espèce de canne ou de baguette dont les peintres se servent pour appuyer la main qui tient le pinceau.
APPUYER
. v. a. Soutenir par le moyen d'un appui. Appuyer une muraille par des piliers, par des contre-fiches de charpente. Appuyer un édifice par des arcs-boutants. Appuyer par un mur ...
ÂPRE
. adj. des deux genres Qui a des aspérités, des inégalités rudes et incommodes. Il se dit particulièrement Des chemins. Il nous mena par un chemin âpre et raboteux.   Il ...
ÂPREMENT
. adv. Avec âpreté, d'une manière âpre. Le froid commence bien âprement. Il se porte âprement, trop âprement à tout ce qu'il fait. Il l'a réprimandé âprement. Un ...
APRÈS
. Préposition de temps, d'ordre et de lieu qui s'emploie en parlant, soit Des personnes, soit des choses, et qui sert à marquer celles qui suivent les autres. Après le ...
APRÈS-DEMAIN
. adv. de temps servant à désigner, Le second jour après celui où l'on est. L'affaire est remise à après-demain. Il doit revenir après-demain.   Il s'emploie ...
APRÈS-DÎNÉE
. s. f. L'espace de temps qui s'écoule depuis le dîner jusqu'au soir. On vous prie de passer l'après-dînée dans telle maison. Je n'ai point d'affaire cette après dînée. ...
APRÈS-MIDI
. s. f. La partie du jour qui est depuis le midi jusqu'au soir. Je vous ai attendu toute l'après-midi. Plusieurs le font masculin.
APRÈS-SOUPÉE
. s. f. Le temps qui s'écoule depuis le souper jusqu'au coucher. Il passe ses après-soupées en bonne compagnie. Une belle après-soupée. Plusieurs écrivent, Après-soupé ...
ÂPRETÉ
. s. f. Qualité de ce qui est âpre. Il a presque toutes les significations de l'adjectif dont il dérive. L'âpreté des chemins rend les communications difficiles dans ce ...
APSIDE
. s. f. T. d'Archit. Voyez ABSIDE.
APSIDES
. s. m. pl. T. d'Astron. Les deux points de l'orbite d'une planète dans lesquels elle se trouve, soit à la plus grande, soit à la plus petite distance du soleil ou de la ...
APTE
. adj. des deux genres Propre à quelque chose. Il n'est guère usité que dans ces locutions de Palais, dont la première a vieilli : Apte et idoine. Apte à posséder.
APTÈRE
. s. m. T. d'Hist. nat. Il se dit Des insectes sans ailes, tels que les araignées, les puces, les scorpions, etc. L'ordre des aptères. On l'emploie quelquefois adjectivement. ...
APTITUDE
. s. f. Disposition naturelle à quelque chose. Il ne se dit guère qu'en parlant de La disposition aux arts, aux sciences. Avoir une grande aptitude à quelque chose. Il n'a ...
APUREMENT
. s. m. T. de Finance. Vérification définitive d'un compte rendu, d'après laquelle le comptable est reconnu quitte. Depuis l'apurement de ses comptes.
APURER
. v. a. T. de Finance. S'assurer, par un examen définitif, que toutes les parties d'un compte rendu sont en règle, qu'il n'y a plus d'articles en souffrance, et que le ...
APYRE
. adj. des deux genres T. de Minéralogie et de Chimie. Il se dit Des substances minérales qui résistent à l'action du feu, qui sont infusibles. Le cristal de roche est une ...
AQUA-TINTA
. s. f. Mot emprunté de l'italien. Espèce de gravure à l'eau-forte, imitant les dessins au lavis. On dit aussi quelquefois, Aqua-tinte.
AQUARELLE
. s. f. (Dans ce mot et dans les deux suivants, la seconde syllabe se prononce comme si elle était écrite coua. ) Dessin au lavis, dans lequel on emploie différentes ...
AQUATIQUE
. adj. des deux genres Marécageux, plein d'eau. Terres aquatiques. Lieux aquatiques.   Il se dit aussi De ce qui croît et de ce qui se nourrit dans l'eau. Plantes ...
AQUEDUC
. s. m. (Plusieurs écrivent et prononcent Aqueduc. ) Canal construit de pierre ou de brique, pour conduire de l'eau d'un lieu à un autre, malgré l'inégalité du terrain. Les ...
AQUEUX
, EUSE. adj. Qui est de la nature de l'eau. La partie aqueuse du sang. L'humeur aqueuse de l'oeil.   Il se dit aussi Des légumes, des fruits où il y a beaucoup d'eau. Ce ...
AQUILIN
. adj. m. Il n'est usité que dans cette locution, Nez aquilin, Nez courbé en bec d'aigle.
AQUILON
. s. m. Vent du nord. Le froid aquilon.   Poétiq., Les aquilons, se dit de Tous les vents froids et orageux. La violence des aquilons.
ARA
. s. m. T. d'Hist. nat. Gros perroquet à longue queue, dont le plumage est fort beau.
ARABE
. s. m. Ce mot n est pas mis ici comme un nom de nation : il signifie quelquefois, dans le langage familier, Un homme qui prête son argent à un intérêt exorbitant, ou qui ...
ARABESQUE
. adj. des deux genres Il se dit D'un genre d'architecture que les Arabes introduisirent en Europe au moyen âge, et qui consiste à n'admettre, dans les ornements et la ...
ARABESQUES
. s. f. pl. T. de Peint. et de Sculpt. Sortes d'ornements dont on a attribué l'invention aux Arabes, mais qui furent employés par les anciens, et qui consistent en des ...
ARABIQUE
. adj. des deux genres Qui est d'Arabie. Gomme arabique. Golfe Arabique.
ARABLE
. adj. des deux genres Labourable. Des terres arables.
ARACHNOÏDE
. s. f. (On prononce Araknoïde. ) T. d'Anat. Membrane mince et transparente, qui est entre la dure-mère et la pie-mère, et qui enveloppe le cerveau.
ARACK
ou RACK. s. m. Liqueur spiritueuse qu'on fait aux Indes, et qu'on tire du riz fermenté.  Il se dit aussi d'Une liqueur qu'on tire du sucre dans les Indes orientales, et ...
ARAIGNÉE
. s. f. Genre d'insectes à huit pattes et sans ailes, qui tirent de leur corps un fil auquel ils se suspendent et dont ils forment une toile ou un piége, pour prendre d'autres ...
ARASEMENT
. s. m. T. de Maçonnerie et de Menuiserie. Action de mettre de niveau et à la même hauteur les diverses pièces d'un même ouvrage ; Le résultat de ce travail.
ARASER
. v. a. T. de Maçonnerie. Mettre de niveau un mur, un bâtiment, en élevant les parties basses à la hauteur de celle qui est la plus élevée. Ce mur est d'inégale ...
ARASES
. s. f. pl. T. de Maçonnerie. Pierres de bas appareil qui servent à araser un cours d'assises à la hauteur des planchers ou des plinthes d'un bâtiment. On dit aussi, ...
ARATOIRE
. adj. des deux genres Qui sert ou qui appartient à l'agriculture. L'art aratoire. Les instruments aratoires. Les travaux aratoires.
ARBALÈTE
. s. f. Sorte d'arme de trait, arc d'acier qui est monté sur un fût, et qui se bande avec un ressort. Grosse arbalète. L'arc, la corde, le fût, la noix d'une arbalète. ...
ARBALÉTRIER
. s. m. Homme de guerre qui tirait de l'arbalète. Arbalétrier à cheval. Arbalétrier à pied. Une compagnie d'arbalétriers.
ARBALÉTRIER
. s. m. T. de Charpenterie. Il se dit Des pièces de bois qui servent à former le comble d'un bâtiment, et qui sont posées obliquement, de manière à s'assembler par leur ...
ARBITRAGE
. s. m. Jugement d'un différend par arbitres. Mettre quelque chose en arbitrage. Se soumettre à l'arbitrage. Subir l'arbitrage. S'en tenir à l'arbitrage. ARBITRAGE, se ...
ARBITRAIRE
. adj. des deux genres Qui est produit par la seule volonté de l'homme, sans avoir de règle ni de fondement naturel. La plupart des noms donnés aux choses sont des signes ...
ARBITRAIREMENT
. adv. D'une façon arbitraire, despotique. Agir arbitrairement. Gouverner arbitrairement.
ARBITRAL
, ALE. adj. Il n'est guère usité que dans ces deux locutions, Sentence arbitrale, jugement arbitral, Sentence rendue, jugement prononcé par des arbitres.
ARBITRALEMENT
. adv. Par arbitres. Cette affaire fut jugée arbitralement.
ARBITRATION
. s. f. T. de Jurispr. Estimation faite en gros et sans entrer dans le détail. Il est peu usité.
ARBITRE
. s. m. Celui qui est choisi par une ou plusieurs personnes, pour terminer un différend. Prendre, nommer, choisi quelqu'un pour arbitre. Convenir d'arbitres. S'en rapporter ...
ARBITRER
. v. a. Estimer, régler, décider, en qualité de juge ou d'arbitre. Ils payeront ce qu'il plaira au juge d'arbitrer. Je m'en remets à ce que le juge en arbitrera. Ils lui ...
ARBORER
. v. a. Planter, élever quelque chose droit comme un arbre. Arborer les enseignes. Arborer un étendard. Arborer les drapeaux. Arborer la croix. Ce cardinal arbora les armes ...
ARBORISÉ
, ÉE. adj. Il se dit De certaines pierres sur la coupe desquelles on voit des représentations d'arbres. Pierres arborisées. Agate arborisée.
ARBOUSE
. s. f. Fruit de l'arbousier.
ARBOUSIER
. s. m. Bel arbrisseau du midi de l'Europe, qui produit des fruits fort doux et presque semblables à des fraises, par la forme et la couleur.  Il se dit aussi d'Un ...
ARBRE
. s. m. Végétal ligneux dont la tige, plus ou moins élevée, ne se garnit ordinairement de branches et de feuilles qu'à une certaine hauteur. Grand arbre. Gros arbre. Arbre ...
ARBRISSEAU
. s. m. Diminutif. Petit arbre. Jeune arbrisseau. Petit arbrisseau.   Il se dit aussi d'Un végétal ligneux dont la tige se divise en rameaux dès sa base. Le laurier-rose est ...
ARBUSTE
. s. m. Espèce d'arbrisseau qui ne s'élève guère. Les botanistes le disent proprement Des plantes ligneuses dont les branches ne naissent point de boutons formés l'année ...
ARC
. s. m. Sorte d'arme servant à lancer des flèches : elle est formée d'une branche de bois ou d'une verge, soit de métal, soit d'autre matière, courbée avec effort au ...
ARC-BOUTANT
. s. m. (On ne prononce point le C.) Pilier ou construction de maçonnerie qui finit en demi-arc, et qui sert à soutenir par dehors une voûte, un mur, etc. Un des ...
ARC-BOUTER
. v. a. (On ne prononce point le C.) Soutenir, appuyer au moyen d'un arc-boutant. Arc-bouter une voûte, un mur. On dit aussi qu' Un pilier, un massif arc-boute une ...
ARC-DOUBLEAU
. s. m. (On ne prononce point le C.) T. d'Archit. Espèce d'arcade formant une saillie ou plate-bande sur la courbure intérieure d'une voûte, qu'elle semble fortifier et ...
ARC-EN-CIEL
. s. m. (On prononce Arkanciel, même au pluriel.) Météore en forme d'arc, offrant diverses couleurs, qui paraît dans l'atmosphère, et qui est cause par les réfractions et ...
ARCADE
. s. f. Ouverture en arc. Il se dit surtout en Architecture. Grande arcade. Les arcades d'un bâtiment. Les arcades du Palais-Royal. Portique en arcades. On dit dans un sens ...
ARCANE
. s. m. Mot emprunté du latin par les alchimistes, pour désigner Quelqu'une de leurs opérations mystérieuses.  Il se dit aussi d'Un remède dont on tient la composition ...
ARCASSE
. s. f. T. de Marine. La face postérieure d'un bâtiment, le derrière de sa poupe.
ARCEAU
. s. m. T. d'Archit. La courbure d'une voûte en berceau, la partie cintrée d'une porte ou d'une fenêtre. L'arceau d'une voûte.   Il se dit également de La petite voûte ...
ARCHAÏSME
. s. m. (On prononce Arkaïsme. ) Il se dit d'Un mot antique, d'un tour de phrase suranné.  Il se dit également de L'affectation d'un écrivain à faire usage d'archaïsmes.
ARCHAL
Voyez FIL .
ARCHANGE
. s. m. (On prononce Arkange.) Ange d'un ordre supérieur. Saint Michel archange. Les anges et les archanges.
ARCHE
. s. f. La partie d'un pont sous laquelle l'eau passe. Le pont a cinq arches. Arche trop haute. Arche trop basse. Arche surbaissée. Les eaux ont emporté deux arches du pont. Un ...
ARCHÉE
. s. f. Principe, commencement. Terme employé par les anciens physiologistes, pour désigner Le principe de la vie. L'archée de Van Helmont. Quelques-uns le font masculin.
ARCHÉOLOGIE
. s. f. (Dans ce mot et dans les deux suivants, CH se prononce K.) Science des monuments de l'antiquité.
ARCHÉOLOGIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient, qui a rapport à l'archéologie. Recherches archéologiques.
ARCHÉOLOGUE
. s. m. Celui qui est versé dans l'archéologie.
ARCHER
. s. m. Homme de guerre, combattant avec l'arc. Archer à pied. Archer à cheval. Il n'y a plus d'archers en France.   Francs archers. Nom d'une milice qui avait été créée ...
ARCHEROT
. s. m. Petit archer : épithète que les vieux poëtes français donnaient autrefois à Cupidon, et qui n'est plus en usage.
ARCHET
. s. m. Sorte de petit arc, ou plutôt de baguette droite un peu recourbée à son extrémité, qui a pour cordes plusieurs crins de cheval, et dont on se sert pour tirer le ...
ARCHÉTYPE
. s. m. T. didactique. (On prononce Arkétype. ) Original, patron, modèle, sur lequel on fait un ouvrage. Il n'est guère usité qu'en termes de Philosophie ancienne. ...
ARCHEVÊCHÉ
. s. m. L'étendue de pays, le territoire qui est sous la juridiction, sous l'autorité spirituelle d'un archevêque. Cette cure est dans l'archevêché de Paris.   Il se dit ...
ARCHEVÊQUE
. s. m. Prélat métropolitain, qui a un certain nombre d'évêques pour suffragants. Archevêque de Lyon. Archevêque de Reims. Archevêque de Paris. Cet archevêque a tant de ...
ARCHI
  Mot emprunté du grec, que l'on joint à d'autres pour marquer La prééminence, la supériorité : Archichancelier, archiduc ; ou, familièrement, Un grand excès dans la ...
ARCHICHANCELIER
. s. m. Grand chancelier. Il y avait en France, sous le régime impérial, un archichancelier de l'empire et un archichancelier d'État.
ARCHIDIACONAT
. s. m. La dignité d'archidiacre.
ARCHIDIACONÉ
. s. m. L'étendue du territoire soumis à la juridiction spirituelle d'un archidiacre. Cartes géographiques faites par archidiaconés.
ARCHIDIACRE
. s. m. Ecclésiastique pourvu d'une dignité qui lui donne quelque sorte de juridiction sur les curés de la campagne. L'archidiacre fait sa visite tous les ans.
ARCHIDUC
. s. m. Titre de dignité qui n'est usité qu'en parlant Des princes de la maison d'Autriche. Archiduc d'Autriche.
ARCHIDUCHÉ
. s. m. Seigneurie d'Autriche. Archiduché d'Autriche.
ARCHIDUCHESSE
. s. f. La femme d'un archiduc, ou La princesse qui est revêtue de cette dignité par sa naissance. L'archiduchesse d'Autriche. Les archiduchesses, filles de l'empereur ...
ARCHIÉPISCOPAL
, ALE. adj. (On prononce Arkiépiscopal.) Appartenant à l'archevêque. Palais archiépiscopal. Dignité archiépiscopale.
ARCHIÉPISCOPAT
. s. m. (On prononce Arkiépiscopat. ) Dignité d'archevêque.  Il se prend aussi pour La durée du temps pendant lequel un archevêque a occupé le siége épiscopal. Il ...
ARCHIMANDRITAT
. s. m. Le bénéfice que possède un archimandrite. L'archimandritat de Messine est d'un revenu considérable.
ARCHIMANDRITE
. s. m. On nomme ainsi L'abbé, le supérieur de quelques monastères. Archimandrite de Messine.
ARCHIPEL
. s. m. Étendue de mer parsemée, entrecoupée d'îles. L'archipel du Mexique. L'archipel des Philippines. Il y a plusieurs archipels.   Il se dit particulièrement de La ...
ARCHIPRESBYTÉRAL
, ALE. adj. Qui concerne l'archiprêtre.
ARCHIPRÊTRE
. s. m. Titre de dignité en vertu duquel les curés de certaines églises ont prééminence sur les autres curés. Un mandement de l'évêque adressé aux archiprêtres.
ARCHIPRÊTRÉ
. s. m. Étendue de la juridiction d'un archiprêtre dans un certain territoire. Cet archiprêtré est d'une grande étendue. Les cartes de ce diocèse sont faites par ...
ARCHITECTE
. s. m. Celui qui exerce l'art de l'architecture, l'art de bâtir ; artiste qui compose les édifices, en détermine les proportions, les distributions, les décorations, les ...
ARCHITECTONIQUE
. adj. des deux genres T. didactique. Qui a rapport à l'architecture. Il se dit proprement De l'art de la construction. L'art architectonique.   Il s'emploie aussi comme ...

< 1 2 3 4 5 6 > >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.028 c;