Слова на букву memb-offi (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву memb-offi (1564)

< 1 2 3 4 5 6 > >>
MONDAIN
, AINE. adj. Qui aime les vanités du monde. C'est une femme extrêmement mondaine.   Il se dit Des choses, et signifie, Qui se ressent des vanités du monde. Air mondain. ...
MONDAINEMENT
. adv. D'une manière mondaine.
MONDANITÉ
. s. f. Vanité mondaine. Passer sa vie dans les plaisirs et dans la mondanité. Le mépris des mondanités. Il ne s'emploie qu'en style de dévotion.
MONDE
. s. m. L'univers, le ciel et la terre, et tout ce qui y est compris. Dieu a créé le monde, a tiré le monde du néant. La création, la fin du monde. Plusieurs philosophes ...
MONDE
. adj.des deux genres Pur, net. Il ne se dit qu'en style de l'Écriture sainte, et pour qualifier Les animaux dont la loi des Juifs permettait l'usage, soit pour les sacrifices, ...
MONDER
. v. a. Nettoyer. Il s'emploie surtout dans ces phrases : Monder de l'orge, Le dégager de sa pellicule ; et, Monder de la casse, Tirer la casse de son bâton, et la ...
MONDIFIER
. v. a. T. de Médec. Nettoyer, déterger. Mondifier un ulcère, une plaie. MONDIFIÉ, ÉE. participe
MONÉTAIRE
. s. m. Il se dit Des officiers publics qui présidaient à la fabrication des monnaies et des médailles. Les anciennes monnaies françaises portaient ordinairement le nom des ...
MONITEUR
. s. m. Celui qui donne des avis, des conseils. Les jeunes gens ont besoin d'un sage moniteur. MONITEUR, dans les Écoles d'enseignement mutuel, se dit de L'élève chargé ...
MONITION
. s. f. T. de Juridiction ecclés. Avertissement juridique qui se fait en de certains cas par l'autorité de l'évêque, avant de procéder à l'excommunication. On a fait ...
MONITOIRE
. s. m. T. de Juridiction ecclés. Lettres d'un official pour obliger, sous des peines ecclésiastiques, tous ceux qui ont quelque connaissance d'un crime ou de quelque autre ...
MONITORIAL
, ALE. adj. Il n'est usité que dans cette locution, Lettres monitoriales, Lettres en forme de monitoire.
MONNAIE
. s. f. Toute sorte de pièces de métal, servant au commerce, frappées par autorité souveraine, et marquées au coin d'un prince ou d'un État souverain. Battre, faire battre ...
MONNAYAGE
. s. m. Fabrication de la monnaie. Monnayage au marteau, au balancier. Il entend bien le monnayage. Droit de monnayage.
MONNAYER
. v. a. Convertir un métal en monnaie. On a monnayé de l'argent pour plus d'un million.   Il signifie plus particulièrement, Donner l'empreinte à la monnaie. Ce balancier ...
MONNAYEUR
. s. m. Celui qui travaille à la monnaie de l'État.  Faux monnayeur, Celui qui fait de la fausse monnaie.
MONOCHROME
. adj.des deux genres Qui est d'une seule couleur. Les camaïeux, les grisailles sont des peintures monochromes.   Il s'emploie aussi comme substantif masculin. Un monochrome.
MONOCLE
. s. m. Petite lunette qui ne sert que pour un oeil. Voyez LORGNON.
MONOCORDE
. s. m. Instrument de bois, de cuivre, etc., sur lequel il y a une seule corde tendue, et divisée selon certaines proportions pour faire connaître les différents intervalles ...
MONOCOTYLÉDONE
. adj.des deux genres T. de Botan. Il se dit Des plantes dont les semences n'ont qu'un seul lobe ou cotylédon. Les plantes monocotylédones. On l'emploie quelquefois ...
MONOECIE
. s. f. T. de Botan. Classe du système de Linné, dans laquelle on range les plantes qui portent, sur le même pied, des fleurs mâles et des fleurs femelles. Le maïs ...
MONOGRAMME
. s. m. Chiffre ou caractère composé des principales lettres d'un nom, et quelquefois de toutes. La signature de la plupart de nos anciens rois était un monogramme.
MONOGRAPHIE
. s. f. T. d'Hist. nat. Description d'un seul genre ou d'une seule espèce d'animaux, de végétaux, etc.
MONOÏQUE
. adj.des deux genres T. de Botan. Il se dit Des plantes qui portent, sur le même pied, des fleurs mâles et des fleurs femelles. Le maïs est une plante monoïque.
MONOLITHE
. adj.des deux genres Qui est d'une seule pierre. Statue, monument, pyramide, aiguille, obélisque monolithe.   Il s'emploie aussi substantivement, au masculin. Beaucoup de ...
MONOLOGUE
. s. m. Scène d'une pièce de théâtre où un personnage est seul et se parle à lui-même. Beau monologue. Monologue ennuyeux. Ce monologue est trop long. Les monologues ...
MONOMANE
. adj. et s. des deux genres Qui est atteint de quelque monomanie. Il est monomane. Elle est monomane. C'est une monomane.
MONOMANIE
. s. f. Espèce d'aliénation mentale, dans laquelle une seule idée semble absorber toutes les facultés de l'intelligence. Monomanie érotique. Le traitement de la monomanie. ...
MONÔME
. s. m. T. d'Algèbre. Grandeur qui est exprimée sans que celles qui la composent soient jointes par les signes plus ou moins.
MONOPÉTALE
. adj.des deux genres T. de Botan. Il se dit Des fleurs dont la corolle est d'un seul pétale, d'une seule pièce. La fleur de la mauve est monopétale. Corolle monopétale. ...
MONOPHYLLE
. adj. m. T. de Botan. Il se dit D'un calice formé d'une seule pièce. Calice monophylle, à cinq divisions.
MONOPOLE
. s. m. Trafic exclusif, fait en vertu d'un privilége. Faire le monopole. Exercer le monopole. Les monopoles nuisent au commerce. C'est une compagnie qui a obtenu le monopole ...
MONOPOLEUR
. s. m. Celui qui exerce un monopole.
MONOPTÈRE
. adj.des deux genres T, d'Architecture. Il se dit D'un édifice qui n'a qu'une seule rangée de colonnes ; et surtout D'un édifice rond formé d'une simple colonnade, sans ...
MONOSTIQUE
. s. m. Épigramme, inscription en un seul vers.
MONOSYLLABE
. s. m. T. de Gram. Mot d'une seule syllabe. Cette langue abonde en monosyllabes. Vous, moi, toi, sont des monosyllabes .  Il s'emploie quelquefois comme adjectif des deux ...
MONOSYLLABIQUE
. adj.des deux genres Il se dit particulièrement Des vers dont tous les mots sont des monosyllabes. Vers monosyllabiques.   Il se dit aussi Des vers d'une seule syllabe.
MONOTONE
. adj.des deux genres Qui est presque toujours sur le même ton, qui n'est pas assez varié dans ses intonations ou dans ses inflexions. Chant, déclamation monotone . On dit ...
MONOTONIE
. s. f. Uniformité, égalité ennuyeuse de ton dans la conversation ; dans les discours prononcés en public ; dans la musique, soit vocale, soit instrumentale. Sa manière ...
MONS
. s. m. (On prononce l'S.) Abréviation du mot Monsieur. Entre particuliers, elle est méprisante. Mons un tel.
MONSEIGNEUR
. s. m. Titre d'honneur que l'on donne en parlant ou en écrivant à certaines personnes distinguées par leur naissance ou par leur dignité. Monseigneur le prince. Monseigneur ...
MONSEIGNEURISER
. v. a. Donner le titre de monseigneur. Je l'ai monseigneurisé. Il ne s'emploie que par plaisanterie. MONSEIGNEURISÉ, ÉE. participe
MONSIEUR
. s. m. (On ne fait sentir ni l'N ni l'R.) Qualité, titre que l'on donne par civilité, par bienséance, aux personnes à qui on parle, à qui on écrit. Oui, monsieur. Je ...
MONSTRE
. s. m. Animal qui a une conformation contre nature. Monstre horrible, effroyable, affreux, épouvantable, hideux. Un monstre à deux têtes. Cette femme accoucha d'un ...
MONSTRUEUSEMENT
. adv. Prodigieusement, excessivement. Il n'est guère usité que dans ces phrases : C'est un homme monstrueusement gros, monstrueusement gras.
MONSTRUEUX
, EUSE. adj. Qui a une conformation contre nature. Un enfant monstrueux. Un animal monstrueux. On dit de même, Conformation monstrueuse.   Il signifie aussi, Qui est contraire ...
MONSTRUOSITÉ
. s. f. Caractère, vice de ce qui est monstrueux. Il se dit au propre et au figuré, et s'emploie plus ordinairement pour désigner La chose monstrueuse. C'est une ...
MONT
. s. m. Grande masse de terre ou de roche, élevée au-dessus du terrain qui l'environne. Ce mot ne s'emploie guère en prose qu'avec un nom propre. Le mont Etna. Le mont Cenis. ...
MONT-JOIE
. s. f. On appelait ainsi autrefois Un monceau de pierres jetées confusément les unes sur les autres, soit pour marquer les chemins, soit en signe de quelque victoire ou de ...
MONTAGE
. s. m. Action de transporter quelque chose de bas en haut. Payer le montage du bois, des grains.
MONTAGNARD
, ARDE. adj. Qui habite les montagnes. Les peuples montagnards. Animaux montagnards.   Il est plus ordinairement substantif. Les montagnards d'Écosse. C'est un montagnard.
MONTAGNE
. s. f. Mont, grande masse de terre ou de roche fort élevée au-dessus du terrain qui l'environne. Grande, haute montagne. Montagne élevée, rude, escarpée. Le sommet, le ...
MONTAGNEUX
, EUSE. adj. Où il y a beaucoup de montagnes. Pays montagneux. Province, région montagneuse.
MONTANT
. s. m. Pièce de bois, de pierre ou de fer qui est posée verticalement et à plomb dans certains ouvrages de menuiserie, de serrurerie, etc. Il y a un montant de rompu à ...
MONTANT
, ANTE. adj. Il se dit De tout ce qui monte. Un bateau montant. Il y a dans ce puits un seau montant et descendant. Un chemin montant. La marée montante.   En ...
MONTE
. s. f. L'accouplement des chevaux et des cavales. Ce cheval, cet étalon a fait la monte.   Il signifie aussi, Le temps de cet accouplement. La monte commence en avril, et ...
MONTÉE
. s. f. Endroit par où l'on monte à une montagne, à un coteau, à une éminence, etc. La montée de ce coteau est fort roide, est extrêmement roide. La montée en est ...
MONTER
. v. n. Se transporter dans un lieu plus haut que celui où l'on était. En ce sens, il se dit Des hommes et des animaux. Monter vite, facilement. Monter avec peine. Monter ...
MONTEUR
. s. m. Ouvrier qui monte des pierres fines, des pièces d'orfévrerie, etc.
MONTGOLFIÈRE
. s. f. Sorte d'aérostat inventé par Montgolfier, et qui s'élève au moyen de la raréfaction opérée, par le feu, dans l'air que contient son enveloppe. Les montgolfières ...
MONTICULE
. s. m. Diminutif de Mont. Petite montagne, simple élévation de terrain. Un monticule couvert de gazon.
MONTOIR
. s. m. Grosse pierre ou gros billot de bois, dont on se sert pour monter plus aisément à cheval. Il y a ordinairement un montoir aux portes des hôtelleries de campagne. Il ...
MONTRE
. s. f. Échantillon, portion, partie, morceau de quelque chose qui est à vendre, et dont on veut faire voir la qualité. Voilà une montre de blé, d'avoine. Une montre de ...
MONTRE
. s. f. Petite horloge qui se porte ordinairement dans une poche destinée à cet usage. Montre ronde, plate. Montre d'or, d'argent. Montre à boîte d'or, à boîte d'argent. ...
MONTRER
. v. a. Faire voir, exposer aux regards. Il m'a montré sa maison, son appartement, sa bibliothèque, ses tableaux. Montrez-moi ce que vous avez acheté, ce que vous avez ...
MONTUEUX
, EUSE. adj. Il se dit D'un terrain extrêmement inégal, et coupé d'espace en espace par des montagnes, des collines, etc. Pays montueux. Terrain montueux. Sol montueux. ...
MONTURE
. s. f. Bête de charge qui sert à porter l'homme. Bonne, méchante monture. Il cherche une monture. Il est sans monture. Monture douce. Il faut avoir soin de sa monture. Le ...
MONUMENT
. s. m. Ouvrage d'architecture ou de sculpture, fait pour transmettre à la postérité la mémoire de quelque personne illustre, ou de quelque événement important. ...
MONUMENTAL
, ALE. adj. Qui a rapport, qui est propre aux monuments, qui est de la nature des monuments. Architecture, sculpture monumentale. Style, caractère monumental. Fontaine ...
MOQUER
(SE). v. pron. Se railler de quelqu'un ou de quelque chose, en rire, en faire un sujet de plaisanterie ou de dérision. On s'est moqué de lui. On s'est moqué de son habit, de ...
MOQUERIE
. s. f. Paroles ou actions par lesquelles on se moque. Moquerie maligne, outrageuse. Il fut exposé aux insultes et aux moqueries de la multitude.   Il signifie plus ...
MOQUETTE
. s. f. Étoffe à chaîne et à trame de fil, veloutée en laine, dont on fait des tapis ou dont on couvre des siéges. Moquette unie, à dessins. Moquette rouge. Fauteuils ...
MOQUEUR
, EUSE. adj. Qui se moque, qui raille, qui a l'habitude de se moquer, de railler. Il est naturellement moqueur. Il a l'humeur moqueuse. Ris, discours, air moqueur .  Il ...
MORAILLES
. s. f. pl. Instrument de maréchal, espèce de tenailles, avec lesquelles on pince le nez d'un cheval impatient, vicieux, pour le ferrer ou lui faire subir quelque ...
MORAILLON
. s. m. Pièce de fer attachée au couvercle d'un coffre, garnie d'un anneau qui entre dans la serrure, et dans lequel passe le pêne.
MORAL
, ALE. adj. Qui concerne les moeurs. Un discours moral. Doctrine, philosophie, théologie morale. Les oeuvres morales de Plutarque. Sens, instinct moral. Préceptes moraux. ...
MORALE
. s. f. Doctrine relative aux moeurs. Bonne, mauvaise morale. Morale dépravée, dangereuse, relâchée. Morale pure, austère, exagérée, aisée, commode, indulgente. La ...
MORALEMENT
. adv. Suivant les règles de la morale. Comme il est privé de sa raison, il ne peut rien faire qui soit moralement mal. Action moralement bonne, moralement mauvaise.   ...
MORALISER
. v. n. Faire des réflexions, des dissertations, des leçons morales. On peut longtemps moraliser sur les vicissitudes de la fortune. Il se rend importun à force de moraliser. ...
MORALISEUR
. s. m. Celui qui affecte de parler morale. Il ne se dit qu'en plaisanterie. C'est un grand moraliseur, un moraliseur éternel.
MORALISTE
. s. m. Écrivain qui traite des moeurs. Un bon moraliste. Les moralistes ne s'accordent pas sur ce point.
MORALITÉ
. s. f. Réflexion morale. Il y a de belles moralités à tirer de cette histoire. Cet ouvrage est rempli de moralités instructives. Un recueil de moralités.   Moralités ...
MORBIDE
. adj.des deux genres T. de Peint. et de Sculpt. Il se dit Des chairs mollement et délicatement exprimées. MORBIDE, est aussi un terme de Médecine, et signifie, Qui a ...
MORBIDESSE
. s. f. T. de Peint. et de Sculpt., emprunté de l'italien Morbidezza. Mollesse et délicatesse des chairs dans une figure.
MORBIFIQUE
. adj.des deux genres T. de Médec. Qui cause la maladie. Humeur, matière morbifique.
MORCEAU
. s. m. Partie séparée d'un corps solide et continu. Un morceau d'étoffe, de bois, de pain, de viande, etc. Couper un aloyau par morceaux. Mettre en morceaux. Cet habit n'est ...
MORCELER
. v. a. Diviser par morceaux. Morceler une terre, un héritage, un pays. Cet auteur a morcelé son sujet, au lieu d'en faire un tout dont les parties eussent de la suite et de ...
MORCELLEMENT
. s. m. L'action de morceler. Le morcellement des héritages.
MORDACITÉ
. s. f. T. didact. Qualité corrosive, par laquelle un corps agit sur un autre, et le dissout en tout ou en partie. La mordacité de l'eau-forte.   Il signifie au figuré, ...
MORDANT
, ANTE. adj. Qui mord. En termes de Chasse, Bêtes mordantes, Le blaireau, le renard, l'ours, le loup, la loutre, etc.  Il signifie figurément, Qui a une qualité ...
MORDANT
. s. m. Vernis qui sert à fixer l'or en feuilles que l'on applique sur du cuivre, du bronze, etc. MORDANT, en Teinture, se dit Des substances au moyen desquelles on ...
MORDICANT
, ANTE. adj. T. didact. Âcre, picotant, corrosif. Sel, suc mordicant. Humeurs mordicantes. Cette liqueur a quelque chose d âcre et de mordicant.   Il signifie aussi, ...
MORDICUS
. adv. emprunté du latin. (On fait sentir l'S.) Avec ténacité. Il ne se dit qu'au figuré, et dans cette phrase familière, Soutenir son opinion mordicus, La soutenir avec ...
MORDIENNE
. s. f. Il ne s'emploie que dans cette locution adverbiale et populaire, À la grosse mordienne, Sans façon, sans finesse, avec sincérité. On disait autrefois ...
MORDILLER
. v. a. (Les L sont mouillées. ) Mordre légèrement et à plusieurs reprises. Cet enfant mordille tout ce qu'il a dans les mains. Il s'emploie aussi absolument. Les jeunes ...
MORDORÉ
, ÉE. adj. Qui est d'une couleur brune mêlée de rouge. Drap mordoré. Couleur mordorée. Souliers mordorés.   Il s'emploie aussi substantivement, au masculin. Le mordoré ...
MORDRE
. v. a. ( Je mords, tu mords, il mord ; nous mordons. Je mordais. Je mordis. Je mordrai. Mords. Que je morde. Que je mordisse. Mordant. Mordu. ) Serrer avec les dents. Un ...
MORE
. s. m. Nom de peuple, qu'on ne met ici que parce qu'il entre dans diverses phrases de la langue. Prov. et fig., Traiter quelqu'un de Turc à More, en user avec lui de Turc à ...
MOREAU
. adj. m. Il se dit D'un cheval qui est extrêmement noir. Un cheval moreau, de poil moreau. Il est vieux.
MORELLE
. s. f. Plante vénéneuse de la famille des Solanées.
MORESQUE
. adj.des deux genres Qui a rapport aux coutumes, aux usages, au goût des Mores. Les galanteries moresques. Danse moresque. Fête moresque. Architecture moresque. Le genre ...
MORFIL
. s. m. Certaines petites parties d'acier presque imperceptibles, qui restent au tranchant d'un couteau, d'un rasoir, etc., lorsqu'on les a passés sur la meule, et qu'il faut ...
MORFONDRE
. v. a. Refroidir, causer un froid qui incommode, qui pénètre. Ce vent vous morfondra. Ne dessellez pas sitôt ce cheval, de peur de le morfondre.   Il s'emploie aussi avec ...
MORFONDURE
. s. f. T. d'Art vétérinaire. Sorte de maladie qui vient aux chevaux lorsqu'ils ont été saisis de froid après avoir eu chaud. Ce cheval jette des naseaux, mais ce n'est ...
MORGELINE
. s. f. Genre de plantes à petites fleurs et à feuilles pointues, que l'on nomme autrement Alsine. Le mouron des oiseaux est une espèce de morgeline.
MORGUE
. s. f. Mine, contenance grave et sérieuse, où il paraît quelque fierté, quelque orgueil. Avoir de la morgue.   Il signifie, par extension, Excès de suffisance, ...
MORGUE
. s. f. Endroit à l'entrée d'une prison, où l'on tient quelque temps ceux que l'on écroue, afin que les guichetiers puissent les regarder, les examiner, pour les ...
MORGUER
. v. a. Braver quelqu'un en le regardant d'un air fier et menaçant. Il le morgue partout. Est-ce pour me morguer que vous faites cela ? Il a vieilli. MORGUÉ, ÉE. ...
MORIBOND
, ONDE. adj. Qui va mourir. Il était moribond. Elle est moribonde. On le prend quelquefois substantivement. Un moribond .  Être tout moribond, Être dans un état de ...
MORICAUD
, AUDE. adj. Qui a le visage de couleur brune. Il est moricaud. On l'emploie plus ordinairement comme substantif. C'est un moricaud, un gros moricaud. Une petite moricaude. Il ...
MORIGÉNER
. v. a. Former les moeurs de quelqu'un, l'instruire aux bonnes moeurs. Un père est bien condamnable quand il n'a pas soin de morigéner ses enfants. Dans ce sens, il a ...
MORILLE
. s. f. (On mouille les L.) Sorte de champignon qui vient au printemps, et dont le chapeau a de petites cavités comme une éponge ou comme un rayon de miel. Morille jaune. ...
MORILLON
. s. m. Sorte de raisin noir.
MORILLONS
. s. m. pl. T. de Joaillerie. Émeraudes brutes qui se vendent à l'once.
MORION
. s. m. Sorte d'armure de tête plus légère que le casque. Il n'avait qu'un simple morion. Ce mot n'est usité qu'en parlant De l'armure des anciens chevaliers. MORION, s'est ...
MORNE
. adj.des deux genres Triste, sombre et abattu. Vous êtes bien morne aujourd'hui. Il était morne et silencieux, morne et pensif. Visage, air, oeil morne. Un morne ...
MORNE
. s. m. On donne ce nom, en Amérique, Aux petites montagnes. Le morne au Boeuf. Le morne de la Calebasse. Les mornes de Saint-Domingue.
MORNÉ
, ÉE. adj. Il s'est dit, dans les Tournois, Des armes dont le fer était émoussé, et qu'on appelait aussi Armes courtoises. Lance mornée.
MORNIFLE
. s. f. Coup de la main sur le visage. Il lui a donné une mornifle. Il est populaire.
MOROSE
. adj.des deux genres Chagrin, difficile, bizarre. C'est un homme très-morose. Caractère, humeur morose.
MOROSITÉ
. s. f. Caractère morose. C'est un homme d'une morosité insupportable.
MORPHINE
. s. f. T. de Chimie et de Pharmacie. Alcali végétal qui donne à l'opium sa vertu soporifique et calmante. Acétate de morphine. Sirop de morphine.
MORPION
. s. m. Espèce de pou qui s'attache d'ordinaire aux endroits du corps où l'on a du poil, et qui adhère à la peau avec tant de force, qu'on a de la peine à l'en séparer. On ...
MORS
. s. m. Assortiment de toutes les pièces de fer qui servent à brider un cheval, comme les branches, la gourmette, etc.  Il se dit, en particulier, de La pièce qui se place ...
MORSURE
. s. f. Action de mordre ; Plaie, meurtrissure, marque faite en mordant. Morsure dangereuse, envenimée, mortelle. Grande morsure. Faire une profonde morsure. La morsure ...
MORT
. s. f. Fin, cessation de la vie. Mort naturelle, douce, violente, prompte, lente, douloureuse, tragique, funeste, déplorable. Mort subite, soudaine, imprévue, précipitée, ...
MORT-BOIS
. s. m. Voyez BOIS.
MORT-GAGE
. s. m. T. de Jurispr. Gage dont on laisse jouir le créancier, sans que les fruits dont il profite soient imputés sur la dette.
MORT-NÉ
. adj. Voyez NÉ, au mot NAÎTRE.
MORTADELLE
. s. f. Espèce de gros saucisson qui vient d'Italie. Mortadelle de Bologne, de Florence.
MORTAILLABLE
. adj.des deux genres T. de Jurispr. féod. Il se disait De ceux qui étaient serfs de leur seigneur, et dont celui-ci héritait.
MORTAISE
. s. f. T. d'Arts. Trou, entaillure faite dans une pièce de bois ou de métal, pour y recevoir le tenon d'une autre pièce, quand on veut les assembler. Petite, grande ...
MORTALITÉ
. s. f. Condition de ce qui est sujet à la mort. Épicure croyait la mortalité de l'âme. Le fils de Dieu s'est revêtu de notre mortalité.   Il signifie aussi, La mort d'une ...
MORTE-EAU
. s. f. T. de Mar. Il se dit Des marées les plus faibles, qui ont lieu entre la nouvelle et la pleine lune ; et de L'époque de ces marées. Nous sommes en morte-eau.
MORTE-PAYE
. s. f. Voyez PAYE.
MORTE-SAISON
. s. f. Temps où, dans certaines professions, on a moins de travail, moins de débit qu'à l'ordinaire. L'été est la morte-saison des marchands fourreurs. Les mortes-saisons ...
MORTEL
, ELLE. adj. Qui cause la mort, ou qui paraît devoir la causer. Maladie, plaie, blessure mortelle. Coup, poison mortel. La coque du Levant est mortelle aux poissons, pour ...
MORTELLEMENT
. adv. À mort. Il est blessé mortellement, malade mortellement.   Pécher mortellement, Commettre un péché mortel.  Il signifie aussi, Excessivement. Haïr mortellement. ...
MORTIER
. s. m. Mélange de chaux et de sable, de ciment ou de pouzzolane, détrempé avec de l'eau, et servant à lier les pierres ou les moellons d'une construction. Faire du ...
MORTIFÈRE
. adj.des deux genres Qui cause la mort. Un poison, un suc mortifère. Une plante mortifère. Il ne s'emploie guère que dans le langage médical.
MORTIFIANT
, ANTE. adj. Qui mortifie, qui humilie l'amour-propre, et cause de la confusion. C'est une chose bien mortifiante. Il est bien mortifiant d'essuyer publiquement des reproches ...
MORTIFICATION
. s. f. T. de Médec. et de Chirur. État du corps ou d'une partie du corps, dans lequel les fluides naturels, dont la circulation est arrêtée, s'altèrent et se corrompent de ...
MORTIFIER
. v. a. Faire que de la viande devienne plus tendre. Mettre de la viande à l'air, la battre pour la mortifier. Le grand air mortifie la viande. Ce faisan n'est pas encore assez ...
MORTUAIRE
. adj.des deux genres Appartenant au service, à la pompe funèbre. Un drap mortuaire.   Registre mortuaire, Registre où l'on inscrit les noms des personnes décédées.  ...
MORUE
. s. f. Poisson de mer du genre des Gades, dont la plus grande pêche se fait au banc de Terre-Neuve. Morue fraîche, ou Morue verte. Morue nouvelle. Vieille morue. Morue ...
MORVE
. s. f. Humeur visqueuse qui découle des narines. Il a toujours la morve au nez. MORVE, en termes d'Art vétérinaire, Maladie à laquelle les chevaux sont sujets, et qui est ...
MORVEAU
. s. m. Morve épaisse et recuite. Jeter un gros morveau. C'est un mot désagréable dont on évite de se servir.
MORVEUX
, EUSE. adj. Qui a la morve au bout du nez. Enfant morveux. Nez morveux. Il est toujours morveux.   En termes d'Art vétérinaire, Cheval morveux , Cheval qui a la maladie ...
MOSAÏQUE
. adj.des deux genres Qui vient de Moïse. La loi mosaïque.
MOSAÏQUE
. s. f. Ouvrage de rapport composé de petites pierres dures, ou de petits morceaux d'émail de différentes couleurs, liés par un mastic et assemblés de manière à former ...
MOSARABE
. adj. Voyez MOZARABE.
MOSCOUADE
. s. f. Nom qu'on donne au sucre brut.
MOSQUÉE
. s. f. Temple du culte mahométan, édifice où les mahométans s'assemblent pour faire leurs prières. Les mosquées de Constantinople, du Caire, etc., sont de vastes et beaux ...
MOT
. s. m. Une ou plusieurs syllabes réunies, qui expriment une idée. Mot français, latin, grec, etc. Mot barbare. Vieux mot. Mot suranné. Mot qui n'est plus en usage, qui est ...
MOTET
. s. m. Psaume ou autres paroles latines mises en musique pour être chantées à l'église, et qui ne font point partie de l'office divin. Faire, composer, chanter, exécuter ...
MOTEUR
. s. m. Celui qui donne le mouvement. Dieu est le premier moteur, le souverain moteur de toutes choses.   Il se dit aussi au sens moral. Il fut le principal moteur de cette ...
MOTEUR
, TRICE. adj. Qui fait mouvoir, qui donne le mouvement. Muscles moteurs. Force, puissance, faculté, vertu motrice.
MOTIF
. s. m. Ce qui meut et porte à faire quelque chose, à adopter un avis. Bon, mauvais, puissant, faible motif. Motif secret, apparent. Motif louable, honnête. Exposer ses ...
MOTION
. s. f. T. didactique. Mouvement, action de mouvoir. MOTION, se dit aussi d'Une proposition faite dans une assemblée délibérante, par un de ses membres. On a fait une motion ...
MOTIVER
. v. a. Alléguer, rapporter les motifs d'un avis, d'un arrêt, d'une déclaration quelconque. Motiver un arrêt. Il ne motive jamais son avis. Motiver son refus.   Il ...
MOTTE
. s. f. Petit morceau de terre détaché avec la charrue, avec la bêche, ou autrement. Un champ plein de mottes. Rompre, casser, briser les mottes d'un champ. Se battre à ...
MOTTER
(SE). v. pron. T. de Chasse. Il se dit Des perdrix, lorsqu'elles se cachent derrière des mottes de terre.
MOTUS
*  (On prononce l'S.) Expression familière par laquelle on avertit quelqu'un de ne rien dire. Motus, ne parlez pas de cela.
MOU
, MOLLE. adj. Qui cède facilement au toucher, qui reçoit facilement l'impression des autres corps. Il est opposé à Dur. Ce lit est mou, n'est guère mou. De la cire molle. ...
MOU
. s. m. Nom vulgaire du poumon de certains animaux. Bouillon de mou de veau. Fricassée de mou d'agneau.
MOUCHARD
. s. m. Espion de police. C'est un fin mouchard.
MOUCHE
. s. f. Insecte à deux ailes, dont une espèce est fort commune. On appelle de même Tous les insectes dont les ailes sont transparentes. Mouche commune. Mouche à deux ailes, ...
MOUCHER
. v. a. Presser les narines pour en faire sortir la surabondance des humeurs qui tombent dans le nez. Mouchez cet enfant.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. ...
MOUCHER
. v. a. Espionner. La police a fait moucher cet homme. Il est familier. MOUCHÉ, ÉE. participe
MOUCHEROLLE
. s. m. T. d'Hist. nat. Oiseau à bec très-aplati, qui se nourrit de mouches.
MOUCHERON
. s. m. Il se dit de Toute espèce de petite mouche. Il lui est entré un moucheron dans l'oeil.
MOUCHERON
. s. m. Le bout de la mèche d'une chandelle, d'une bougie qui brûle.
MOUCHETER
. v. a. Marquer une étoffe de petites taches rondes placées symétriquement. Moucheter du satin, du taffetas.   Moucheter de l'hermine, Y coudre de distance en distance ...
MOUCHETTES
. s. f. pl. Instrument à deux branches, avec lequel on mouche les chandelles, les bougies. Mouchettes de cuivre, d'argent, d'acier. Apportez les mouchettes. Une paire de ...
MOUCHETURE
. s. f. Il se dit Des taches naturelles qui se trouvent sur la peau de certains quadrupèdes, sur le plumage de plusieurs espèces d'oiseaux, sur les ailes de divers papillons, ...
MOUCHEUR
. s. m. Celui qui, dans un théâtre, était chargé de moucher les chandelles. Le moucheur de chandelles, le moucheur de la comédie.
MOUCHOIR
. s. m. Morceau carré de toile de fil ou de coton, et quelquefois de tissu de soie, dont on se sert pour se moucher. Mouchoir de toile, de batiste. Mouchoir de soie. Mouchoir ...
MOUCHURE
. s. f. Il n'est usité que dans cette locution, Mouchure de chandelle, Bout du lumignon d'une chandelle, lorsqu'on l'a mouchée.
MOUÇON
. s. f. Voyez MOUSSON.
MOUDRE
. v. a. ( Je mouds, tu mouds, il moud ; nous moulons. Je moulais. Je moulus. Je moudrai. Que je moule. Que je moulusse. Moulant. Moulu. ) Broyer, mettre en poudre par le moyen ...
MOUE
. s. f. Grimace que l'on fait, en rapprochant et en allongeant les lèvres, en signe de dérision ou de mécontentement. Faire la moue. Faire la moue à quelqu'un. Une grosse, ...
MOUÉE
. s. f. T. de Vénerie. Mélange de sang de cerf, de lait et de pain coupé, qu'on donne aux chiens à la curée.
MOUETTE
. s. f. Oiseau de mer de l'ordre des Palmipèdes, et à longues ailes.
MOUFETTE
. s. f. Voyez MOFETTE.
MOUFLARD
, ARDE. s. Celui, celle qui a le visage gros et rebondi. Voyez ce gros mouflard, cette mouflarde. Il est populaire.
MOUFLE
. s. f. Machine, formée d'un assemblage de plusieurs poulies, qui sert à élever et à descendre des poids considérables. Lever un fardeau avec une moufle, avec des ...
MOUFLE
. s. m. T. de Chimie. Vaisseau de terre, dont on se sert pour exposer des corps à l'action du feu, sans que la flamme y touche immédiatement.
MOUFLÉ
, ÉE. adj. Il n'est usité que dans cette locution, Poulie mouflée, Poulie qui agit concurremment avec une ou plusieurs autres.
MOUFLON
. s. m. Quadrupède ruminant, espèce de bélier sauvage, que quelques-uns croient être la souche des nombreuses variétés du mouton domestique.
MOUILLAGE
. s. m. Lieu de la mer propre à y jeter l'ancre. Il y a un beau mouillage dans cette rade. Cette rade est un bon mouillage, est un mauvais mouillage. Ce mouillage n'est pas ...
MOUILLE-BOUCHE
. s. f. Espèce de poire fondante qui mûrit dans les mois de juillet et d'août.
MOUILLER
. v. a. Tremper, humecter, rendre moite et humide. Mouiller un linge dans l'eau, une compresse dans du vin. La plaie a mouillé les près, les chemins. Il craint de se ...
MOUILLETTE
. s. f. Petit morceau de pain long et mince, qu'on trempe dans les oeufs à la coque. Faire des mouillettes.
MOUILLOIR
. s. m. Petit vase dont les fileuses se servent pour y mouiller le bout de leurs doigts. Mouilloir d'argent. Son mouilloir était attaché à sa ceinture.
MOUILLURE
. s. f. Action de mouiller ; État de ce qui est mouillé. La mouillure du papier avant l'impression. La mouillure du papier devient quelquefois de la moisissure. Les ...
MOULAGE
. s. m. Action de mouler des ouvrages de sculpture. Atelier de moulage. Les travaux du moulage. MOULAGE, s'est dit aussi de L'action de mesurer du bois.
MOULE
. s. f. Mollusque bivalve, dont la coquille est de forme oblongue. Moule de rivière, de mer. Voilà de bonnes moules, des moules bien fraîches.
MOULE
. s. m. Il se dit de Tout objet qui a un vide, un creux taillé ou façonné de telle sorte, que la matière en fusion, liquéfiée, molle ou détrempée, qu'on y introduit, ...
MOULER
. v. a. Jeter en moule, faire au moule. Mouler une figure, des médailles. Mouler des ornements, des bas-reliefs en plâtre, en terre, pour les frises. Mouler des chandelles. ...
MOULEUR
. s. m. Ouvrier qui moule des ouvrages de sculpture.  Mouleur de bois, Officier de police dont la charge était de visiter le bois qui se vendait, et de le mouler.
MOULIN
. s. m. Machine à moudre du grain, etc. Moulin à vent, à eau, à vapeur. Moulin à bras. Un moulin qui va bien. Un moulin bien achalandé. Un moulin banal.   Il se dit ...
MOULINAGE
. s. m. Action de tordre ou de filer la soie avec une espèce de moulin garni de bobines et de fuseaux. Le moulinage de cette fabrique est parfait.
MOULINER
. v. a. Faire subir à la soie les opérations du moulinage. MOULINER, se dit aussi Des vers qui rongent le bois et le mettent, par places, en menue poussière. MOULINÉ, ...
MOULINET
. s. m. Espèce de tourniquet dont on se sert pour enlever ou pour tirer des fardeaux.  Il signifie aussi, Une certaine machine dont on se servait pour travailler à la ...
MOULINEUR
ou MOULINIER. s. m. Ouvrier employé au moulinage de la soie.
MOULT
. adv. Vieux mot qui signifie, Beaucoup. Il était moult vaillant. Il avait moult d'argent.
MOULURE
. s. f. Nom générique des diverses parties d'un profil d'architecture, c'est-à-dire, des parties plus ou moins saillantes, carrées ou rondes, droites ou courbes, qui ...
MOURANT
, ANTE. adj. Qui se meurt. Il a les yeux d'un homme mourant, d'une personne mourante. Il a les yeux mourants, la voix mourante. Fig., Des yeux mourants, Des veux languissants ...
MOURIR
. v. n. ( Je meurs, tu meurs, il meurt ; nous mourons, vous mourez, ils meurent. Je mourais. Je mourus. Je mourrai. Meurs. Que je meure. Je mourrais. Que je mourusse. Mourant. ...
MOURON
. s. m. Petite plante à fleurs bleues ou rouges, de la famille des Primevères, que l'on nomme autrement Anagallis. Mouron bleu. Mouron rouge.   Mouron des oiseaux, Petite ...
MOURRE
. s. f. Jeu que deux personnes jouent ensemble en se montrant rapidement les doigts, les uns élevés et les autres fermés, afin de donner à deviner le nombre des premiers. ...
MOUSQUET
. s. m. Arme à feu qui était en usage avant le fusil, et qu'on faisait partir au moyen d'une mèche allumée.  Porter le mousquet, signifie encore aujourd'hui, Être soldat ...
MOUSQUETADE
. s. f. Coup de mousquet. Il fut blessé d'une mousquetade. Il essuya quelques mousquetades.   Il se disait aussi de Plusieurs coups de mousquet tirés à la fois ou ...
MOUSQUETAIRE
. s. m. On appelait ainsi, originairement, Un soldat à pied armé du mousquet. On dit aujourd'hui, Fusilier.   Il s'est dit ensuite exclusivement de Certains cavaliers qui ...
MOUSQUETERIE
. s. f. coll. Décharge de plusieurs mousquets, de plusieurs fusils tirés en même temps. C'était une affaire de mousqueterie, il n'a pas été tiré un seul coup de canon. Il ...
MOUSQUETON
. s. m. Espèce de fusil dont le canon est plus court que celui du fusil ordinaire, et dont le calibre est égal à celui du mousquet. C'était autrefois le nom qu'on donnait ...
MOUSSE
. adj.des deux genres Il se dit Des instruments de fer dont la pointe ou le tranchant est usé. Cette cognée est mousse. Pointe mousse. Il vieillit.
MOUSSE
. s. m. Jeune apprenti matelot. On l'a vu mousse de vaisseau. Mousse de proue, de poupe.
MOUSSE
. s. f. Il se dit de Certaines plantes cryptogames menues, herbacées, dont le fruit, en forme d'urne, est porté par un filet, et qui naissent sur les pierres, sur les troncs ...
MOUSSELINE
. s. f. Toile de coton très-claire, et ordinairement très-fine. Belle mousseline. Mousseline unie, brodée, brochée, rayée. Mousseline des Indes. Cravate, robe de ...
MOUSSER
. v. n. Il se dit Des liquides sur lesquels il se fait de la mousse. Verser une liqueur de haut pour la faire mousser. Le vin de Champagne mousse plus que les autres vins. ...
MOUSSERON
. s. m. Nom vulgaire de plusieurs agarics d'une odeur et d'une saveur agréables, qui naissent ordinairement sous la mousse. Manger des mousserons. Un pain aux mousserons.
MOUSSEUX
, EUSE. adj. Qui mousse, qui fait beaucoup de mousse. Vin de Champagne mousseux. Cette bière est bien mousseuse .  Rose mousseuse, se dit abusivement, pour Rose moussue, ...
MOUSSOIR
. s. m. Ustensile pour faire mousser le chocolat.
MOUSSON
. s. f. Il se dit de Certains vents réglés et périodiques de la mer des Indes, qui soufflent six mois du même côté, et les autres six mois du côté opposé. La mousson du ...
MOUSSU
, UE. adj. Qui est couvert de mousse. Un arbre moussu. Une pierre moussue. Cette carpe était si vieille, qu'elle avait la tête toute moussue.
MOUSTACHE
. s. f. Partie de barbe qu'on laisse au-dessus de la lèvre d'en haut. Grande, belle moustache. Moustache retroussée. Relever sa moustache. Fig. et fam., Vieille moustache, ...
MOUSTIQUAIRE
. s. f. Rideau de gaze ou de mousseline très-claire, dont on entoure les lits dans les pays où l'on a besoin de se préserver de la piqûre des moustiques, des maringouins, ...
MOUSTIQUE
. s. m. Petit insecte d'Afrique et d'Amérique, dont la piqûre est très-douloureuse, et laisse sur la peau une tache semblable à celles du pourpre.
MOÛT
. s. m. Vin qui vient d'être fait, et qui n'a point encore fermenté. Boire du moût.
MOUTARDE
. s. f. Composition faite de graine de sénevé broyée avec du moût, du vinaigre, ou quelque autre liquide. Moutarde douce. Moutarde commune, grise. De la moutarde fort ...
MOUTARDIER
. s. m. Petit vase servant à mettre la moutarde. Moutardier d'étain, d'argent, de porcelaine. MOUTARDIER, se dit aussi de Celui qui fait et vend de la moutarde. Fig. et ...
MOUTIER
. s. m. Vieux mot qui signifie, Monastère. Prov. et fig., Il faut laisser le moutier où il est, Il ne faut rien changer aux usages reçus.
MOUTON
. s. m. Bélier châtré que l'on engraisse. Gros mouton. Mouton gras. Mouton de Berry, de Beauvais. Ce boucher tue tant de moutons par an. Langue, pieds, gigot ou éclanche, ...
MOUTONNER
. v. a. Rendre frisé et annelé comme la laine d'un mouton. Il n'est guère d'usage qu'au participe. Tête, coiffure, perruque moutonnée. MOUTONNER, s'emploie aussi comme ...
MOUTONNIER
, IÈRE. adj. Il se dit Des personnes qui, à la manière des moutons, font ce qu'elles voient faire, suivent aveuglément l'exemple des autres. Nation moutonnière. Engeance ...
MOUTURE
. s. f. Action de moudre du blé. Ce meunier prend tant pour sa mouture. Il y a des moulins qui font une meilleure mouture que les autres. Droit sur les moutures. Mouture ...
MOUVANCE
. s. f. T. de Jurispr. féodale. La supériorité d'un fief à l'égard d'un domaine qui en relevait, et la dépendance de ce domaine à l'égard du fief : il exprimait ...
MOUVANT
, ANTE. adj. Qui a la puissance de mouvoir. En ce sens, il n'est guère usité que dans cette locution, Force mouvante , Force qui produit un mouvement actuel. Ce savant a fait ...
MOUVEMENT
. s. m. Transport d'un corps ou de quelqu'une de ses parties, d'un lieu, d'une place dans une autre. Mouvement lent, rapide, doux, violent, égal, inégal, continu, ...
MOUVER
. v. a. T. de Jardinage. Remuer la terre d'un pot, d'une caisse, à la surface, y donner une espèce de labour. MOUVÉ, ÉE. participe
MOUVOIR
. v. a. ( Je meus, tu meus, il meut ; nous mouvons, vous mouvez, ils meuvent. Je mouvais. Je mus. Je mouvrai. Meus. Que je meuve. Que nous mouvions. Je mouvrais. Que je musse. ...
MOXA
. s. m. T. de Chirurgie. Espèce de cautérisation qui consiste à appliquer sur quelque partie du corps un cône de coton, d'étoupe, etc., auquel on met le feu. Appliquer le ...
MOYE
. s. f. T. de Maçonnerie. Couche tendre qui se trouve dans la pierre, et qui la fait déliter ; surface tendre d'une pierre dure.
MOYEN
, ENNE. adj. Qui tient le milieu entre deux extrémités. Il n'est ni grand ni petit, il est de moyenne grandeur, de moyenne taille. Il n'a ni trop ni trop peu d'embonpoint, il ...
MOYEN
. s. m. Ce qui sert pour parvenir à quelque fin. Bon, mauvais moyen. Moyen juste, légitime, permis, aisé, difficile, infaillible, naturel, surnaturel. Chercher, trouver, ...
MOYENNANT
. prép. Au moyen de. Il a acheté telle chose moyennant la somme de tant. Je lui remettrai mille francs, moyennant quoi nous serons quittes. J'en viendrai à bout moyennant la ...
MOYENNEMENT
. adv. Médiocrement. Est-il riche ? Moyennement. Cela est moyennement bien. Il vieillit.
MOYENNER
. v. a. Procurer quelque chose par son entremise. Moyenner un accommodement, une entrevue, une réconciliation entre deux personnes. Il est vieux. MOYENNÉ, ÉE. participe
MOYEU
. s. m. Milieu de la roue d'une voiture ; gros morceau de bois tourné, où s'emboîtent les rais, et dans le creux duquel entre l'essieu. Moyeu de roue. Les moyeux de deux ...
MOYEU
. s. m. Le jaune d'un oeuf. Il y a des oeufs qui ont deux moyeux. Il a vieilli ; on dit, Jaune d'oeuf.
MOYEU
. s. m. Espèce de prune confite. Un pot de moyeux.
MOZARABE
. s. m. Nom qu'on donne aux chrétiens d'Espagne venus des Mores et des Sarrasins.  Il se dit adjectivement De ce qui appartient à leur culte. Missel mozarabe. Dans cette ...
MUABLE
. adj.des deux genres Inconstant, sujet au changement. Le vent est bien muable aujourd'hui. La volonté est muable. Il n'y a rien de certain en ce monde, tout est muable. Il est ...
MUANCE
. s. f. T. de Musiq. Le changement d'une note en une autre, pour aller au delà des six anciennes notes de musique, soit en montant, soit en descendant. Depuis l'adoption de la ...
MUCHE-POT
(À) Voyez MUSSER.
MUCILAGE
. s. m. Substance de nature visqueuse et nourrissante, qui est répandue dans presque tous les végétaux, et qui se trouve en plus grande quantité dans les racines et dans les ...
MUCILAGINEUX
, EUSE. adj. Qui contient du mucilage. Racine, plante mucilagineuse .  En Anat., Glandes mucilagineuses, Glandes destinées à filtrer des humeurs visqueuses.
MUCOSITÉ
. s. f. Fluide visqueux que les membranes muqueuses sécrètent, en plus ou moins grande quantité, dans leur état naturel et dans leur état d'irritation. La mucosité des ...
MUE
. s. f. Changement de poil, de plumes, de peau, de cornes, etc., qui arrive aux animaux, ou tous les ans, ou à certaines époques de leur vie. La mue du cerf, du serpent, des ...
MUER
. v. n. Changer. Il se dit Des animaux quand ils changent de poil, de plumes, de peau, etc. Ce chien, ce chat mue, commence à muer. Cet oiseau muera bientôt. C'est ...
MUET
, ETTE. adj. Qui est privé de l'usage de la parole, naturellement ou par accident. Ceux qui sont sourds de naissance sont muets. Il est sourd et muet. Il est sourd-muet. Il ...
MUETTE
. s. f. Il ne s'est dit primitivement que d'Une petite maison bâtie, soit pour y garder les mues de cerfs, soit pour y mettre les oiseaux de fauconnerie, au temps de la mue. ...
MUFLE
. s. m. Extrémité du museau de certains animaux, comme le boeuf, le taureau, et de certaines bêtes féroces, comme le lion, le tigre. Mufle de taureau, de lion, de ...
MUFLIER
. s. m. Genre de plantes de la famille des Personnées. Le muflier des jardins s'appelle vulgairement Mufle de veau.

< 1 2 3 4 5 6 > >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.024 c;