Слова на букву memb-offi (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву memb-offi (1564)

< 1 2 3 4 5 6 >>
NOVEMBRE
. s. m. Le neuvième mois de l'année, lorsque l'année commençait en mars, et le onzième mois selon notre manière actuelle de compter. C'était au mois de novembre. Il est ...
NOVICE
. s. des deux genres Il se dit d'Un homme, d'une femme qui a pris nouvellement l'habit de religion dans un couvent, pour y passer un temps d'épreuve avant de faire profession. ...
NOVICIAT
. s. m. L'état des novices avant qu'ils fassent profession ; Le temps pendant lequel ils sont dans cet état. Un long, un rude noviciat. Les épreuves du noviciat. Il est ...
NOVISSIMÉ
. adv. Mot emprunté du latin. Tout récemment. Ce fait est arrivé novissimé, tout novissimé. Il est familier.
NOYALE
. s. f. (Quelques-uns écrivent, Noyalle. ) Toile de chanvre écru, très-forte et très-serrée, dont on fait des voiles. Noyales rondelettes. Noyales à quatre, à six fils. ...
NOYAU
. s. m. Cette substance dure et ligneuse qui est enfermée au milieu de certains fruits, comme la prune, l'abricot, la pêche, etc., et qui contient une amande. Casser un noyau ...
NOYER
. s. m. Arbre qui porte les noix. Grand, vieux noyer. Planter des noyers. Une allée de noyers. Battre un noyer pour en faire tomber les noix. Bois, racine de noyer. Une ...
NOYER
. v. a. (Il se conjugue comme Employer. ) Faire périr, causer une suffocation dans l'eau ou dans quelque autre liquide. Noyer un homme, un chien. Il le jeta dans l'eau et le ...
NOYON
. s. m. (On prononce populairement Néyon. ) T. du Jeu de boule. Ligne qui borne le jeu, et au delà de laquelle la boule est noyée.
NU
, NUE. adj. Qui n'est point vêtu, qui n'est couvert d'aucun vêtement. Il ne se dit proprement que De l'espèce humaine. Un homme nu. Une femme nue. Tout nu, toute nue. Il ...
NUAGE
. s. m. Amas de vapeurs élevées dans l'air, et qui se résolvent ordinairement en pluie. Nuage épais. Le ciel est couvert de nuages. Le vent chasse les nuages. Le soleil ...
NUAGEUX
, EUSE. adj. Où il y a des nuages. Un ciel nuageux.   En termes de Joaillerie, Pierre nuageuse, Pierre précieuse dont la transparence est terne en quelques endroits.
NUAISON
. s. f. T. de Marine. Tout le temps que dure un vent fait et soutenu.
NUANCE
. s. f. Il se dit Des degrés différents par lesquels peut passer une couleur, en conservant le nom qui la distingue des autres. La dégradation d'une seule couleur produit un ...
NUANCER
. v. a. Assortir, disposer des couleurs de manière qu'il se fasse une diminution insensible d'une couleur à l'autre, ou d'une même couleur, en allant soit du clair à ...
NUBÉCULE
. s. f. T. de Médec. Maladie de l'oeil qui fait voir les objets comme à travers un nuage ou un brouillard.
NUBILE
. adj. des deux genres Qui est en âge d'être marié. Il se dit principalement Des jeunes filles, ainsi que le mot suivant. D'après le code civil, les filles sont nubiles à ...
NUBILITÉ
. s. f. État d'une personne nubile ; Âge nubile.
NUDITÉ
. s. f. État d'une personne qui est nue. La charité ordonne de couvrir, de revêtir la nudité du pauvre. Ils le laissèrent dans la plus complète nudité.   Il se dit ...
NUE
. s. f. Nuage. Nue lumineuse, épaisse. L'éclair qui sort de la nue. Le soleil perce la nue. Le tonnerre gronde dans la nue. Cet oiseau fend les nues, se perd dans les nues. ...
NUÉE
. s. f. Nuage étendu, épais, sombre. Grosse nuée. Nuée épaisse. Il pleuvra furieusement à l'endroit où cette nuée crèvera. Il faut laisser passer la nuée. Le vent ...
NUEMENT
. adv. Voyez NÛMENT.
NUER
. v. a. Assortir, disposer des couleurs, dans des ouvrages de laine ou de soie, etc., de manière qu'il se fasse une diminution insensible d'une couleur à l'autre, ou d'une ...
NUIRE
. v. n. (UI forme une diphthongue dans ce mot et les suivants. Cette diphthongue ne compte, dans les vers, que pour une syllabe.) Je nuis, tu nuis, il nuit ; nous nuisons, ...
NUISIBLE
. adj. des deux genres Dommageable, qui nuit. Cela est nuisible à vos affaires. Nuisible à la santé, à la vue. Tout excès est nuisible. Détruire les animaux nuisibles.
NUIT
. s. f. L'espace de temps pendant lequel le soleil est sous notre horizon. Nuit obscure, claire, calme, profonde. Nuit close. Nuit fermée. À nuit tombante. En hiver, la nuit ...
NUITAMMENT
. adv. De nuit. Il ne se dit guère qu'en parlant D'un vol, ou de quelque autre mauvaise action faite de nuit, et il est particulièrement d'usage en style de Palais. Un ...
NUITÉE
. s. f. L'espace d'une nuit. Il ne se dit guère qu'en parlant De l'ouvrage, du travail fait pendant une nuit ; et De ce qu'on paye par nuit en certains endroits pour le gîte ...
NUL
, NULLE. adj. Aucun, pas un. Nul homme. Nul homme vivant. Nulles gens. Nulles troupes. Nuls frais. Il n'y a nulle justice à cela. Il n'a nulle raison. Il n'a nulle ...
NULLE
. s. f. Caractère qui ne signifie rien, et qu'on emploie dans les lettres en chiffre pour les rendre plus difficiles à déchiffrer. Les nulles d'un chiffre. Cette lettre a ...
NULLEMENT
. adv. En aucune manière. Je ne le souffrirai nullement. Je ne le veux nullement. Je ne suis nullement instruit de cette affaire. Il n'est nullement capable de ce dont on l'a ...
NULLITÉ
. s. f. T. de Jurispr. Vice, défaut qui rend un acte nul, de nul effet, de nulle valeur. Je proteste de nullité contre tout ce que vous ferez. Je vous prouverai la nullité de ...
NÛMENT
. adv. Sans déguisement. Je vous dirai nûment la vérité. Je vous conterai nûment le fait.   En Jurispr. féodale, on disait, Ce fief relève nûment de la couronne, ou de ...
NUMÉRAIRE
. adj. des deux genres Il ne se dit que De la valeur légale des espèces qui ont cours. La pièce d'or nouvelle est de vingt francs, valeur numéraire.   Il se dit ...
NUMÉRAL
, ALE. adj. Qui désigne un nombre. Nom numéral. Adjectif numéral. Lettre numérale. I, V, X, L, C, D, M, sont des lettres numérales dans le chiffre romain.   Vers numéraux ...
NUMÉRATEUR
. s. m. T. d'Arithmétique. Le nombre qui indique, dans une fraction, combien elle contient de parties de l'unité. Dans la fraction 7/10, 7 est le numérateur.
NUMÉRATION
. s. f. Art de nombrer, de compter. Les principes de la numération. Numération décimale. Il y a des peuples sauvages qui n'ont presque aucune idée de la numération.   Il ...
NUMÉRIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient aux nombres. Opération numérique. Rapport numérique. L'unité numérique.   Calcul numérique, Calcul qui se fait avec des nombres, et ...
NUMÉRIQUEMENT
. adv. En nombre exact. Trente témoins qui se répètent, n'en font souvent qu'un ou deux numériquement.
NUMÉRO
. s. m. Le nombre, la cote qu'on met sur quelque chose, et qui sert à la reconnaître. Dites-moi le numéro de la page. Donnez-moi le numéro de sa maison. Il demeure dans ...
NUMÉROTAGE
. s. m. Action de numéroter. On a renouvelé le numérotage des maisons, des voitures de place.
NUMÉROTER
. v. a. Mettre un numéro, une cote, distinguer par des numéros. On n'a pas numéroté ces pièces. On vient de numéroter les maisons de cette nouvelle rue. NUMÉROTÉ, ...
NUMISMATE
. s. m. Celui qui étudie les médailles, qui est versé dans la numismatique. Un savant numismate.
NUMISMATIQUE
. adj. des deux genres Qui a rapport aux médailles antiques. Art, science numismatique.   Il s'emploie aussi substantivement, au féminin, et signifie, La science des ...
NUMISMATOGRAPHIE
. s. f. Description des médailles antiques.
NUMMULAIRE
. s. f. Plante ainsi nommée, parce que ses feuilles ont la forme ronde d'une pièce de monnaie. NUMMULAIRE, se dit aussi d'Une petite coquille pétrifiée, en forme de ...
NUNCUPATIF
. adj. m. T. de Jurispr. Il se dit D'un testament dicté par le testateur avec les formalités prescrites par la loi. Les testaments solennels sont nuncupatifs, ou mystiques. ...
NUNDINALES
. adj. f. pl. T. d'Antiq. Il se disait, chez les Romains, Des huit premières lettres de l'alphabet, qui s'appliquaient de suite à tous les jours de l'année, de même que nos ...
NUPTIAL
, ALE. adj. Qui concerne la cérémonie des noces, qui appartient au mariage. Bénédiction nuptiale. Anneau nuptial. Les habits nuptiaux. Robe nuptiale. Chambre nuptiale. Le ...
NUQUE
. s. f. Le derrière du cou, et surtout sa partie creuse, immédiatement sous l'occiput. La nuque du cou. Il lui donna un coup sur la nuque. Appliquer un vésicatoire sur la ...
NUTATION
. s. f. T. d'Astron. Balancement. Il est principalement usité dans cette phrase, Nutation de l'axe de la terre, Balancement de cet axe pour s'approcher et s'éloigner ...
NUTRITIF
, IVE. adj. Qui nourrit, qui sert d'aliment. Ce remède est nutritif et purgatif. Il y a dans cet aliment beaucoup de parties nutritives. Cette substance est fort nutritive.   ...
NUTRITION
. s. f. Fonction naturelle par laquelle le chyle est converti en la substance de l'animal ; ou L'effet qui en résulte. Les parties de l'aliment qui servent à la nutrition.   ...
NYCTALOPE
. s. des deux genres Celui ou celle qui voit mieux de nuit que de jour.
NYCTALOPIE
. s. f. Maladie des yeux, qui fait qu'on n'y voit pas si bien le jour que la nuit.
NYMPHE
. s. f. Chacune des divinités subalternes de la Fable, qui, selon les païens, habitaient les fleuves, les fontaines, les bois, les montagnes et les prairies. Les nymphes des ...
NYMPHÉE
. s. f. T. d'Archit. Lieu où il y a de l'eau, et qui est orné de statues, de vases, de bassins et de fontaines. Dans presque toutes les maisons de plaisance des anciens, il y ...
NYMPHOMANIE
. s. f. T. de Médec. Fureur utérine.
O
. s. m. La quinzième lettre de l'alphabet, et la quatrième des voyelles. Un grand O. Un petit o. Former un o. Prov. et fig., C'est un o en chiffre, se dit D'un homme qu'on ...
OASIS
. s. f. (On prononce l'S finale.) Lieu, espace qui, dans les déserts de sable de l'Afrique ou de l'Asie, offre de la végétation. La grande oasis. On découvre chaque jour ...
OBÉDIENCE
. s. f. Obéissance. Il ne se dit ordinairement qu'en parlant Des religieux. Le supérieur a commandé à ce religieux en vertu de sainte obédience.   Il signifie aussi, ...
OBÉDIENCIER
. s. m. Religieux qui, par ordre de son supérieur, dessert un bénéfice dont il n'est pas titulaire.
OBÉDIENTIEL
, ELLE. adj. Qui appartient, qui est relatif à l'obédience.
OBÉIR
. v. n. Se soumettre à la volonté, aux ordres de quelqu'un, et les exécuter. Obéir à Dieu, aux lois, au prince, au magistrat. Obéir à justice. Commandez et j'obéirai. ...
OBÉISSANCE
. s. f. Action de celui qui obéit. Un acte d'obéissance. Il a manqué d'obéissance. Vous n'apaiserez votre père que par une prompte obéissance.   Prêter obéissance à un ...
OBÉISSANT
, ANTE. adj. Qui obéit. Un fils obéissant. Il a toujours été très-obéissant à son père. Une fille bien obéissante. Des sujets obéissants. Un chien, un cheval ...
OBÉLISQUE
. s. m. Monument quadrangulaire en forme d'aiguille, élevé sur un piédestal, et ordinairement monolithe. Les obélisques qui sont à Rome ont été apportés d'Égypte. ...
OBÉRER
. v. a. Endetter. Il a fort obére sa maison. Ses folles dépenses l'ont obéré. On l'emploie aussi avec le pronom personnel. S'obérer. Je crains de m'obérer. OBÉRÉ, ÉE. ...
OBÉSITÉ
. s. f. Excès d'embonpoint.
OBIER
. s. m. (Quelques-uns écrivent Aubier. ) Arbrisseau fort dur qui ressemble un peu au cornouiller, et qui porte de petites baies rouges. L'obier est un viorne.
OBIT
. s. m. (On fait sentir le T.) T. de Liturg. cathol. Service fondé pour le repos de l'âme d'un mort, et qui doit être célébré à des époques déterminées. Fonder, dire, ...
OBITUAIRE
. adj. m. Il n'est usité que dans cette locution, Registre obituaire, Le registre qu'on tient, dans une église, des obits qui y sont fondés. On l'emploie quelquefois ...
OBJECTER
. v. a. Opposer une difficulté à une proposition, à une demande ; opposer quelque chose à ce qu'une personne dit ou prétend. On peut objecter de bonnes raisons à cette ...
OBJECTIF
, IVE. adj. T. didactique. En termes d'Optique, Verre objectif. Le verre d'une lunette, destiné à être tourné du côté de l'objet qu'on veut voir ; à la différence du ...
OBJECTION
. s. f. Difficulté qu'on oppose à une proposition, à une demande. Objection forte, solide, fondée, sans réplique, pressante, subtile, spécieuse, ingénieuse, insoluble, ...
OBJET
. s. m. Tout ce qui s'offre, tout ce qui est présenté à la vue. Objet agréable. Les plus beaux objets du monde. Cet objet a frappé mes yeux. Je ne sais quel objet a passé ...
OBJURGATION
. s. f. Reproche violent, réprimande vive. C'est un terme didactique par lequel on désigne Les reproches animés qui entrent dans un discours.
OBLAT
. s. m. Il se disait autrefois d'Un laïque, ordinairement homme de guerre invalide, qui était logé, nourri et entretenu dans une abbaye ou dans un prieuré de nomination ...
OBLATION
. s. f. T. consacré en Religion. Offrande, action par laquelle on offre quelque chose à Dieu. ÉSUS-CHRIST, étant sur la croix, fit une oblation de lui-même à son père. ...
OBLIGATION
. s. f. Lien, engagement qui impose quelque devoir concernant la religion, la morale, ou la vie civile. S'acquitter des obligations d'un bon citoyen, d'un bon chrétien. ...
OBLIGATOIRE
. adj. des deux genres Qui a la force d'obliger suivant la loi. Clauses obligatoires. Ce traité est obligatoire.
OBLIGEAMMENT
. adv. D'une manière obligeante. Il m'a reçu obligeamment. Il les a traités aussi obligeamment qu'ils pouvaient le désirer. Il en a usé fort obligeamment à mon égard. ...
OBLIGEANCE
. s. f. Disposition, penchant à obliger. Vous avez mis beaucoup d'obligeance dans cette affaire. C'est un homme d'une extrême obligeance.
OBLIGEANT
, ANTE. adj. Officieux, qui aime à obliger, à faire plaisir. C'est un homme fort obligeant, extrêmement obligeant, tout à fait obligeant. Une humeur obligeante. Il a les ...
OBLIGER
. v. a. Imposer l'obligation de dire ou de faire quelque chose. La loi naturelle, la loi divine nous oblige à honorer père et mère. Votre devoir vous y oblige. L'équité ...
OBLIQUE
. adj. des deux genres Qui est de biais, ou incliné. Ligne oblique. Plan oblique. Couper un cône par une section oblique. Les rayons du soleil sont plus obliques en hiver ...
OBLIQUEMENT
. adv. De biais, d'une manière oblique. Une ligne tirée obliquement. Le zodiaque coupe obliquement l'équateur.   Il signifie, figurément, D'une manière insidieuse, ...
OBLIQUITÉ
. s. f. T. de Mathém. Inclinaison d'une ligne, d'une surface sur une autre. L'obliquité d'une ligne. L'obliquité des rayons du soleil. L'obliquité de la sphère.   En ...
OBLITÉRATION
. s. f. Action d'oblitérer ; État de ce qui est oblitéré.
OBLITÉRER
. v. a. Effacer insensiblement et de manière à laisser des traces. Il se dit principalement en parlant De ce qui a souffert du laps de temps, ou de quelque autre cause ...
OBLONG
, ONGUE. adj. Qui est beaucoup plus long que large. Un carré oblong. Un jardin oblong. Une place oblongue. Ce jardin, cette place est d'une figure oblongue.   Il se dit, en ...
OBOLE
. s. f. Nom d'une ancienne petite monnaie de cuivre valant la moitié d'un denier tournois. Il s'emploie encore dans cette phrase proverbiale, Je n'en donnerais pas une obole, ...
OBOMBRER
. v. a. Couvrir de son ombre. Il ne s'emploie guère que dans le sens mystique. Les anges l'obombraient de leurs ailes. OBOMBRÉ, ÉE. participe
OBREPTICE
. adj. des deux genres T. de Chancellerie. Il se dit Des grâces obtenues en taisant une vérité qu'on aurait dû exprimer pour qu'elles fussent valables ; à la différence ...
OBREPTICEMENT
. adv. D'une manière obreptice.
OBREPTION
. s. f. T. de Chancellerie. Réticence d'un fait vrai qui aurait dû être exposé, et dont l'omission rend les lettres obreptices. Il y a obreption dans ces lettres. Déduire ...
OBSCÈNE
. adj. des deux genres Qui blesse la pudeur. Paroles obscènes. Mot obscène. Ce poëte est obscène. Chanson obscène. Peinture, image obscène. Il y a quelque chose ...
OBSCÉNITÉ
. s. f. Parole, image, action qui blesse la pudeur. Il y a de l'obscénité dans ce discours, dans ce tableau, dans cette danse. Cette chanson est pleine d'obscénités. Il ...
OBSCUR
, URE. adj. Sombre, ténébreux, qui n'est pas éclairé. Lieu obscur. Chambre obscure. Antre obscur. Prison obscure. Église obscure. Forêt obscure. Nuit obscure. Temps ...
OBSCURCIR
. v. a. Rendre obscur. Les nuages obscurcissent le jour, le soleil. Les vapeurs obscurcissent l'air. Ce mur élevé devant ma maison l'obscurcit entièrement.   Il s'emploie ...
OBSCURCISSEMENT
. s. m. Affaiblissement de lumière. L'obscurcissement du soleil. L'obscurcissement de la vue.   Il s'emploie aussi figurément. La manière dont il interprète ce passage ...
OBSCURÉMENT
. adv. Avec obscurité. Il se dit au propre et au figuré. La nuit approchait, on ne voyait les objets qu'obscurément. Il parle, il écrit obscurément. Nous ne voyons ...
OBSCURITÉ
. s. f. Privation de lumière. Grande, profonde obscurité. L'obscurité de la nuit, du temps, d'un bois, d'un antre, d'une chambre. À travers l'obscurité. À la faveur de ...
OBSÉCRATION
. s. f. Figure de rhétorique, par laquelle l'orateur implore l'assistance de Dieu ou de quelque personne. OBSÉCRATIONS, au pluriel, Prières publiques que, chez les Romains, ...
OBSÉDER
. v. a. Être assidûment autour de quelqu'un, pour empêcher que d'autres n'en approchent, et pour se rendre maître de son esprit. Ce ministre obsédait le prince. Il était ...
OBSÈQUES
. s. m. pl. Funérailles accompagnées de pompe et de cérémonies. Faire les obsèques d'un prince. J'ai assisté à ses obsèques. On lui fit de magnifiques obsèques. Ses ...
OBSÉQUIEUSEMENT
. adv. D'une manière obséquieuse.
OBSÉQUIEUX
, EUSE. adj. Qui porte à l'excès le respect, les égards, la complaisance, les attentions. C'est un homme obséquieux. Esprit obséquieux. Humeur obséquieuse.
OBSERVABLE
. adj. des deux genres T. didactique. Qui peut être observé. La différence de ces deux quantités n'est pas observable.
OBSERVANCE
. s. f. Pratique d'une règle, exécution de ce que prescrit une règle, une loi. Il n'est usité qu'en matière de religion. L'observance de la règle dans les maisons ...
OBSERVANTIN
. adj. et s. m. Religieux de l'observance de Saint-François. Religieux observantin. Frère mineur observantin.
OBSERVATEUR
, TRICE. s. Celui, celle qui accomplit ce que prescrit quelque loi, ou quelque règle. Dans ce sens, il ne s'emploie guère sans épithète. Religieux observateur des ...
OBSERVATION
. s. f. Action par laquelle on observe ce qui est prescrit par quelque loi, ce que l'on a promis à quelqu'un. L'observation des commandements de Dieu, des lois. L'observation de ...
OBSERVATOIRE
. s. m. Édifice destiné aux observations astronomiques. L'observatoire de Paris, de Greenwich. Bâtir un observatoire.
OBSERVER
. v. a. Accomplir, suivre ce qui est prescrit par quelque loi, par quelque règle. Observer les commandements de Dieu. On peut observer à son aise certaines ordonnances des ...
OBSESSION
. s. f. État des personnes qu'on croit obsédées du malin esprit. Les accidents extraordinaires qu'on remarquait en lui firent croire qu'il y avait de l'obsession du démon, ...
OBSIDIANE
ou OBSIDIENNE. s. f. Pierre noire, qui est un verre volcanique, et qui prend un très-beau poli. Les anciens employaient l'obsidiane à faire des miroirs.
OBSIDIONAL
, ALE. adj. Qui concerne les siéges. Il n'est guère usité que dans ces deux locutions : Couronne obsidionale, Couronne d'herbes que les Romains donnaient à celui qui avait ...
OBSTACLE
. s. m. Empêchement, opposition, ce qui empêche qu'une personne n'arrive à son but, ne parvienne à ses fins, qu'une chose ne se fasse, ne réussisse. Grand obstacle. Obstacle ...
OBSTINATION
. s. f. Entêtement, opiniâtreté. Ridicule, étrange obstination. Quelle obstination ! Obstination au mal, dans le mal. L'obstination d'un sot.
OBSTINÉMENT
. adv. Avec obstination. Soutenir obstinément un mensonge.
OBSTINER
. v. a. Rendre opiniâtre, faire qu'une personne mette de l'obstination à quelque chose. Si vous ne cessez de lui parler, vous l'obstinerez davantage. Cela ne fait que ...
OBSTRUCTIF
, IVE. adj. T. de Médec. Qui cause obstruction. Aliment obstructif.
OBSTRUCTION
. s. f. T. de Médec. Engorgement, embarras qui se forme dans les vaisseaux par lesquels les liqueurs se portent dans tout le corps de l'animal, et qui en arrête le passage, ou ...
OBSTRUER
. v. a. Interposer un obstacle. Vous obstruez le passage. Un grand nombre de voitures obstruaient la rue.   Il signifie aussi, Former, causer une obstruction, un engorgement. ...
OBTEMPÉRER
. v. n. Obéir. Obtempérer à un ordre, à un commandement, à une sommation, à un jugement. Obtempérer aux magistrats. Obtempérer à justice. À quoi obtempérant. Il est ...
OBTENIR
. v. a. Parvenir à se faire accorder ce qu'on demande. J'ai obtenu de lui qu'il demeurerait encore trois jours avec nous. On a obtenu de lui qu'il se désisterait. J'ai obtenu ...
OBTENTION
. s. f. Impétration, action d'obtenir. Il ne se dit guère qu'en style de Chancellerie et de Palais. L'obtention d'un privilége, d'un arrêt, d'une grâce.
OBTURATEUR
. s. m. T. de Chirur. Plaque d'or ou d'argent, destinée à boucher un trou contre nature à la voûte du palais, aux os du crâne, etc. OBTURATEUR, se dit également, en ...
OBTURATEUR
, TRICE. adj. T. de Chirur. Il se dit De certaines parties destinées à boucher le trou ovale de l'os des iles. Muscle, nerf, ligament obturateur. Artère obturatrice.
OBTURATION
. s. f. T. de Chirur. Il se dit de La manière dont on bouche les trous qui se font, contre l'ordre naturel, à la voûte du palais, aux os du crâne, etc.
OBTUS
, USE. adj. T. de Géom. Il se dit D'un angle plus grand, plus ouvert qu'un angle droit. Angle obtus. Fig., Esprit obtus, Esprit peu pénétrant, qui a de la peine à ...
OBTUSANGLE
. adj. des deux genres T. de Géom. Il se dit principalement D'un triangle qui a un angle obtus. Triangle obtusangle.
OBUS
. s. m. (On prononce Obuze. ) T. d'Artillerie. Sorte de petite bombe sans anse, que l'on jette au moyen d'un obusier.
OBUSIER
. s. m. T. d'Artillerie. Espèce de mortier monté sur un affût à roues, qui se tire sous un degré peu élevé, et dont on se sert pour lancer les petites bombes appelées ...
OBVENTION
. s. f. T. de Droit can. Impôt ecclésiastique.
OBVIER
. v. n. Prendre les précautions, les mesures nécessaires pour prévenir, pour empêcher un mal, un accident fâcheux. Obvier à un malheur. On ne saurait obvier à tous les ...
OCA
. s. m. Sorte de racine longue dont on fait une espèce de pâte, appelée Cavi, qui tient lieu de pain dans quelques contrées de l'Amérique.
OCCASE
. adj. f. T. d'Astron. Il ne s'emploie que dans cette expression, Amplitude occase, L'arc de l'horizon compris entre le point où se couche un astre, et l'occident vrai, qui est ...
OCCASION
. s. f. Rencontre, conjoncture de temps, de lieux, d'affaires, convenable pour quelque chose. L'occasion présente. Belle occasion. Occasion favorable, importante. Chercher, ...
OCCASIONNEL
, ELLE. adj. T. didactique. Qui occasionne, qui sert d'occasion. Cause occasionnelle.
OCCASIONNELLEMENT
. adv. Par occasion.
OCCASIONNER
. v. a. Donner lieu à, être cause de. Cela occasionna bien des malheurs, bien des troubles. C'est lui qui occasionne mon chagrin. OCCASIONNÉ, ÉE. participe
OCCIDENT
. s. m. Celui des quatre points cardinaux qui est du côté où le soleil se couche. L'occident est opposé à l'orient. Se tourner à l'occident, vers l'occident. Tirant à ...
OCCIDENTAL
, ALE. adj. Qui est à l'occident. Pays occidental. Régions, nations occidentales. Peuples occidentaux. Les Indes occidentales.   Substantivement, Les Occidentaux, Les ...
OCCIPITAL
, ALE. adj. T. d'Anat. Qui appartient à l'occiput. L'os occipital. Muscles, sinus occipitaux. Protubérance occipitale. Artère occipitale. Trou occipital.
OCCIPUT
. s. m. (On prononce le T.) T. d'Anat. Le derrière de la tête. On lui a fait un cautère au-dessous de l'occiput.
OCCIRE
. v. a. Tuer. Il est vieux. OCCIS, ISE. participe
OCCISEUR
. s. m. Tueur. Il est vieux.
OCCISION
. s. f. Tuerie. Il est vieux.
OCCLUSION
. s. f. T. de Médec. État des intestins, lorsque la cavité en est bouchée ou rétrécie, oblitérée en quelque endroit.
OCCULTATION
. s. f. T. d'Astron. Disparition passagère d'une étoile ou d'une planète cachée par la lune. Occultation des fixes par la lune.
OCCULTE
. adj. des deux genres Caché. Cause occulte. Faculté, vertu, qualité, propriété occulte. Les causes occultes. Maladie occulte. Sciences occultes. Philosophie occulte. Il ...
OCCUPANT
, ANTE. adj. Qui occupe, qui est en possession. Nous étions occupants, nous avons été dépossédés.   Il se dit aussi D'un avoué qui occupe pour une partie dans un ...
OCCUPATION
. s. f. Emploi, affaire à laquelle on est occupé. Occupation importante. Sérieuse, pénible occupation. Frivole, légère occupation. J'ai assez d'occupation. Voilà une ...
OCCUPER
. v. a. Tenir, remplir un espace de lieu ou de temps. Ce meuble occupe trop de place, trop d'espace. Ce lit occupe toute ma chambre. Il occupe toute la place. Cette affaire a ...
OCCURRENCE
. s. f. Rencontre, événement fortuit, occasion. Favorable occurrence. Dans cette fâcheuse occurrence. Je m'en souviendrai dans l'occurrence. Il a disposé cela pour s'en ...
OCCURRENT
, ENTE. adj. Il se dit Des choses, des circonstances qui surviennent. Il faut se gouverner selon les cas occurrents. Les affaires occurrentes. Il est peu usité.
OCÉAN
. s. m. La vaste étendue d'eau salée qui baigne toutes les parties de la terre. Le vaste Océan. Au milieu de l'Océan. Naviguer sur l'Océan.   Il désigne aussi ...
OCÉANE
. adj. f. Il ne s'emploie que dans cette locution, qui vieillit, La mer océane, L'Océan.
OCHLOCRATIE
. s. f. Sorte de gouvernement où le pouvoir est dans les mains de la multitude turbulente, du bas peuple. L'ochlocratie est l'abus du gouvernement démocratique.
OCRE
. s. f. Terre ferrugineuse dont on fait une couleur jaune. Broyer de l'ocre. J'ai fait peindre cette boiserie en jaune d'ocre. Jaune comme de l'ocre. Quand l'ocre est ...
OCREUX
, EUSE. adj. Qui est de la nature de l'ocre. Couche, terre ocreuse.
OCTAÈDRE
. s. m. T. de Géom. Corps solide à huit faces.  Il se dit plus particulièrement de L'octaèdre régulier, dont les faces font huit triangles équilatéraux.
OCTAÉTÉRIDE
. s. f. T. d'Astron. et de Chronol. Espace, durée de huit ans.
OCTANDRIE
. s. f. T. de Botan. Classe du système de Linné, qui renferme les plantes dont les fleurs ont huit étamines.
OCTANT
. s. m. T. d'Astron. Instrument ou secteur qui contient la huitième partie du cercle, c'est-à-dire, quarante-cinq degrés, et dont on se sert pour mesurer les angles. ...
OCTANTE
. adj. numéral des deux genres Quatre-vingts. Il est vieux.
OCTANTIÈME
. adj. des deux genres Nombre ordinal qui répond à l'adjectif numéral Octante. Il est vieux : on dit maintenant, Quatre-vingtième.
OCTAVE
. s. f. Huitaine, espace de huit jours consacré, dans l'Église romaine, à solenniser quelque grande fête. Octave de Pâques, de la Pentecôte, de la Fête-Dieu. Pendant ...
OCTAVIN
. s. m. Instrument de musique à vent, espèce de petite flûte dont on tire des sons très-aigus.
OCTAVO
*  Voyez IN-OCTAVO .
OCTAVON
, ONNE. s. Celui, celle qui provient d'un quarteron et d'une blanche, ou d'un blanc et d'une quarteronne.
OCTIDI
. s. m. Le huitième jour de la décade, dans le calendrier républicain.
OCTIL
. adj. m. T. d'Astron. Il ne s'emploie que dans cette expression peu usitée, Aspect octil, La position de deux planètes qui sont éloignées l'une de l'autre de la huitième ...
OCTOBRE
. s. m. Le mois qui était le huitième de l'année, quand elle commençait au mois de mars, et qui est maintenant le dixième. Au mois d'octobre. En octobre. Octobre a ...
OCTOGÉNAIRE
. adj. des deux genres Qui a quatre-vingts ans. Il ne se dit guère qu'en parlant De l'espèce humaine. Cet homme, cette femme est octogénaire. Un vieillard octogénaire.   Il ...
OCTOGONE
. adj. des deux genres T. de Géom. Qui a huit angles et huit côtés. Figure octogone.   Il est aussi substantif masculin. Un octogone. Un octogone parfait, régulier, ...
OCTOSTYLE
. adj. des deux genres T. d'Architect. Qui a huit colonnes. Temple, façade octostyle.
OCTROI
. s. m. Concession. Il ne s'emploie guère que dans les lettres de chancellerie. L'octroi des lettres de noblesse appartient au prince. Le prince a révoqué cet octroi. ...
OCTROYER
. v. a. (Il se conjugue comme Employer. ) Concéder, accorder. Il n'est guère d'usage qu'en style de Chancellerie. Octroyer une grâce, une demande. OCTROYÉ, ÉE. participe ...
OCTUPLE
. adj. des deux genres Qui contient huit fois. Seize est octuple de deux. Il est peu usité.
OCTUPLER
. v. a. Répéter huit fois. Il est peu usité. OCTUPLÉ, ÉE. participe
OCULAIRE
. adj. des deux genres Il se dit, en Anatomie, De ce qui appartient à l'oeil. Nerfs oculaires.   En Optique, Verre oculaire, ou substantivement, Oculaire, Le verre d'une ...
OCULAIREMENT
. adv. Par le secours de ses propres yeux. Je m'en suis convaincu oculairement. Il est peu usité.
OCULISTE
. s. m. Celui qui fait profession de connaître les différentes maladies de l'oeil, et de les traiter. C'est un très-bon, un très-habile oculiste.   Il s'emploie aussi ...
ODALISQUE
. s. f. Femme du sérail destinée aux plaisirs du sultan.
ODE
. s. f. C'était, chez les anciens, Un poëme fait pour être chanté. C'est, chez les modernes, Un poëme divisé en strophes, semblables entre elles par le nombre et la ...
ODÉUM
ou ODÉON. s. m. Édifice destiné, chez les anciens, à la répétition de la musique qui devait être chantée sur le théâtre. Le plus magnifique odéon de l'antiquité ...
ODEUR
. s. f. Sensation que produisent sur l'odorat les émanations des corps. Bonne, mauvaise odeur. Odeur forte. Odeur qui entête. Odeur douce, suave. Odeur agréable. Cela n'a ...
ODIEUSEMENT
. adv. D'une manière odieuse. Ce que j'ai dit a été interprété odieusement. Il s'est comporté odieusement dans cette affaire.
ODIEUX
, EUSE. adj. Haïssable, qui excite l'aversion, la haine, l'indignation. Un homme odieux. Se rendre odieux. Devenir odieux. Cela est odieux. C'est une chose odieuse. Il est ...
ODOMÈTRE
. s. m. Instrument qui sert à mesurer le chemin qu'on a fait, soit à pied, soit en voiture, et qui s'appelle autrement Compte-pas.
ODONTALGIE
. s. f. T. de Chirur. Douleur des dents.
ODONTALGIQUE
. adj. des deux genres Il se dit Des remèdes propres à calmer la douleur des dents. Élixir, poudre odontalgique. On l'emploie aussi comme substantif masculin. Un bon ...
ODONTOÏDE
. adj. T. d'Anat. Qui a la forme d'une dent. Il se dit De l'apophyse de la seconde vertèbre du cou. Apophyse odontoïde.
ODONTOLOGIE
. s. f. Partie de l'anatomie, qui traite des dents.
ODORANT
, ANTE. adj. Qui répand une bonne odeur. Les fleurs odorantes. Il y a des bois odorants. Le cèdre est un bois odorant.
ODORAT
. s. m. Le sens qui perçoit les odeurs. Odorat excellent, subtil, fin. Il n'a point d'odorat. Cela blesse l'odorat.
ODORIFÉRANT
, ANTE. adj. Il signifie la même chose qu'Odorant. Des parfums odoriférants. Des aromates odoriférants.
ODYSSÉE
. s. f. Poëme épique d'Homère, qui contient le récit des aventures d'Ulysse, et dont on applique le nom, par plaisanterie, à Tout voyage semé d'aventures variées et ...
OECUMÉNICITÉ
. s. f. (OE se prononce É dans ce mot et dans les deux suivants.) Qualité de ce qui est oecuménique. L'oecuménicité d'un concile.
OECUMÉNIQUE
. adj. des deux genres Universel, de toute la terre habitable. Il n'est guère usité que dans cette locution, Concile oecuménique, Concile de l'Église universelle.
OECUMÉNIQUEMENT
. adv. D'une manière oecuménique.
OEDÉMATEUX
, EUSE. adj. (OE se prononce É dans ce mot et dans les deux suivants. ) T. de Chirur. Qui est attaqué d'oedème ; Qui est de la nature de l'oedème.
OEDÈME
. s. m. T. de Chirur. Tumeur molle, non douloureuse, cédant à l'impression du doigt, et la retenant quelque temps.
OEDIPE
. s. m. Nom propre devenu nom commun, pour désigner Un homme qui trouve facilement le mot des énigmes, des logogriphes, ou la solution de questions obscures. Il faudrait être ...
OEIL
. s. m. (On prononce Euil. ) L'organe de la vue. Il fait au pluriel Yeux. Le globe de l'oeil. Le fond de l'oeil. La cavité de l'oeil. Le coin de l'oeil. La prunelle de ...
OEILLADE
. s. f. Regard, coup d'oeil jeté comme furtivement, à dessein et avec une expression marquée, en signe de tendresse ou de bienveillance. Jeter une oeillade. Jeter des ...
OEILLÈRE
. adj. f. Il n'est guère usité que dans cette expression, Dents oeillères, Dents de la mâchoire supérieure, qui sont entre les incisives et les molaires : on les nomme ...
OEILLÈRE
. s. f. Chacune des deux petites pièces de cuir que l'on attache à la têtière d'un cheval, pour l'empêcher de voir de côté, l'assujettir à regarder devant lui, et lui ...
OEILLET
. s. m. Petit trou entouré de fil, de soie, etc., qu'on fait à du linge, à des habits, pour passer un lacet, une aiguillette, un cordon, etc. Faire un oeillet. Faire des ...
OEILLET
. s. m. Sorte de fleur odoriférante. OEillet simple, double, panaché. Un bouquet d'oeillets.   Il se prend aussi pour La plante même. Planter, lever des oeillets. Un pied, ...
OEILLETON
. s. m. Rejeton d'oeillet, marcotte d'oeillets. Ôter les oeilletons d'un pied d'oeillet.   Il se dit aussi Des bourgeons que poussent les racines de certaines plantes, telles ...
OEILLETTE
. s. f. Nom vulgaire du pavot cultivé, dont on tire de l'huile. Huile d'oeillette.
OENOLOGIE
. s. f. Art de faire le vin ; Traité sur cette matière.
OENOMANCIE
. s. f. T. d'Antiq. Divination qui se faisait avec le vin destiné aux libations.
OENOMÈTRE
. s. m. Instrument pour mesurer le degré de force du vin.
OENOPHORE
. s. m. T. d'Antiq. Grand vase où les anciens mettaient du vin.  Il signifie aussi, L'officier qui avait soin du vin, qui portait le vin.
OESOPHAGE
. s. m. T. d'Anat. Canal membraneux qui s'étend depuis le fond de la bouche jusqu'à l'orifice supérieur de l'estomac, dans lequel il conduit les aliments.
OESTRE
. s. m. Fureur, enthousiasme. L'oestre poétique et musical. Il est peu usité.
OEUF
. s. m. (Dans ce mot, on ne prononce l'F qu'au singulier.) Corps qui se forme dans la femelle de plusieurs classes d'animaux, et qui, sous une enveloppe dure ou molle, renferme ...
OEUVÉ
, ÉE. adj. Il se dit Des poissons qui ont des oeufs. Carpe oeuvée. Hareng oeuvé.
OEUVRE
. s. f. Ce qui est fait, ce qui est produit par quelque agent, et qui subsiste après l'action. Les oeuvres de Dieu. Les oeuvres de la nature. Les oeuvres de la grâce. Dieu est ...
OFFENSANT
, ANTE. adj. Qui offense, qui est injurieux. Discours, procédé offensant. Paroles offensantes. Cela est offensant.
OFFENSE
. s. f. Injure de fait ou de parole. Grande offense. Griève offense. Offense mortelle. Légère offense. Offense irréparable. Offense faite au prince en la personne de son ...
OFFENSER
. v. a. Faire une offense. Il l'a mortellement offensé, grièvement offensé. Il l'a offensé dans son honneur, dans sa personne. Cela m'offense. Je n'ai pas cru, je n'ai pas ...
OFFENSEUR
. s. m. Celui qui offense ou qui a offensé. L'offenseur et l'offensé se sont réconciliés.
OFFENSIF
, IVE. adj. Qui attaque, qui sert à attaquer. Il est corrélatif de Défensif, et ne s'emploie guère que dans les locutions suivantes :  Traité offensif, ligue offensive, ...
OFFENSIVEMENT
. adv. D'une manière offensive. Agir offensivement contre l'ennemi, contre quelqu'un.
OFFERTE
. s. f., ou OFFERTOIRE. s. m. T. de Liturg. cathol. La prière qui dans la messe précède immédiatement l'oblation du pain et du vin.  Il signifie aussi, La partie de la ...
OFFICE
. s. m. Devoir de la vie humaine, de la société civile. Il est de l'office d'un magistrat, d'un bon pasteur, d'un bon citoyen, de... Tous les offices de la vie civile. C'est ...
OFFICE
. s. f. Lieu dans une maison, où l'on fait, où l'on prépare tout ce qui se met sur la table pour le dessert, et dans lequel on garde le linge et la vaisselle. Manger, boire ...
OFFICIAL
. s. m. Juge ecclésiastique délégué par l'évêque pour exercer en son nom la juridiction contentieuse. L'official de Paris, l'official de Lyon, etc. On le cita devant ...
OFFICIALITÉ
. s. f. Juridiction de l'official. L'officialité de Paris, de Lyon, etc. Promoteur, procureur de l'officialité. Le parlement les renvoya à l'officialité. Sentence de ...
OFFICIANT
. adj. m. Qui officie à l'église. Le prêtre officiant.   Il est aussi substantif. L'officiant encensa l'autel. OFFICIANTE, substantif féminin, se dit, dans les Monastères ...
OFFICIEL
, ELLE. adj. Il signifie, en style de Négociations, Qui est déclaré, dit, proposé en vertu d'une commission expresse, d'une autorité reconnue. Déclaration, proposition, ...
OFFICIELLEMENT
. adv. D'une manière officielle. La cour n'a pas été instruite officiellement de ce traité. Je n'en ai pas encore reçu l'avis, la nouvelle officiellement.
OFFICIER
. v. n. (Il est de quatre syllabes. ) Faire l'office divin à l'église. Ces prêtres officient bien. On officie longuement dans cette église.   Il se dit, plus ...

< 1 2 3 4 5 6 >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.023 c;