Слова на букву offi-phil (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву offi-phil (1564)

< 1 2 3 4 5 6 > >>
PÂLEUR
. s. f. La couleur de ce qui est pâle. Il ne se dit guère qu'en parlant Des personnes. Il lui est resté une grande pâleur de sa maladie. Une pâleur mortelle. La pâleur de ...
PÂLI
. s. m. Langue sacrée de l'île de Ceylan et de la presqu'île au delà du Gange. Étudier le pâli. On dit adjectivement, La langue pâli.
PALIER
. s. m. Espace ou plate-forme servant de repos dans un escalier, dans un perron, dans une rampe douce, ou dans les gradins d'un théâtre. Il y a un palier ou repos à chaque ...
PALIFICATION
. s. f. T. d'Archit. hydraulique. Action d'affermir, de fortifier un sol avec des pilotis.
PALIMPSESTE
. s. m. Manuscrit sur parchemin ou sur papier dont on a fait disparaître l'écriture, pour y écrire de nouveau. Au moyen âge, le défaut de science et d'industrie rendit ...
PALINGÉNÉSIE
. s. f. T. didactique. Régénération, renaissance. La palingénésie du phénix est une allégorie. Certains philosophes anciens admettaient la palingénésie universelle. ...
PALINOD
. s. m. On appelait ainsi autrefois Un poëme en l'honneur de l'immaculée Conception de la Vierge : des prix étaient décernés annuellement à la meilleure pièce de ce ...
PALINODIE
. s. f. Rétractation de ce qu'on a dit. Il nous a parlé hier en termes honorables d'un homme qu'il avait souvent dénigré ; son discours était une palinodie, une véritable ...
PÂLIR
. v. n. Devenir pâle. Pâlir à l'aspect du danger. Vous pâlissez, vous vous trouvez mal. La moindre émotion le fait pâlir. Il pâlit de colère. Le soleil pâlit. La ...
PALIS
. s. m. Petit pieu pointu par un bout, dont plusieurs, enfoncés en terre et rangés à la suite les uns des autres, forment une clôture. Un jardin clos de palis. Un bois ...
PALISSADE
. s. f. Clôture de palis ; espèce de barrière faite avec des pieux, ou même avec des planches, fichés en terre. On l'emploie surtout en termes de Fortification. ...
PALISSADER
. v. a. Entourer une fortification de palissades. Fraiser et palissader une demi-lune.   Il signifie aussi, Dresser, établir des palissades autour des murailles d'un jardin, ...
PALISSAGE
. s. m. T. de Jardinage. Action de palisser un arbre.
PALISSANDRE
ou PALIXANDRE. s. m. Bois violet propre aux ouvrages de tour et de marqueterie.
PÂLISSANT
, ANTE. adj. Qui pâlit, qui devient pâle. Front, visage pâlissant.
PALISSER
. v. a. T. de Jardinage. Étendre et fixer contre une muraille ou un treillage les branches d'un arbre dont on veut faire un espalier. Palisser des pêchers, des poiriers. Ce ...
PALLADIUM
. s. m. (On prononce Palladiome. ) Mot emprunté du latin et dérivé du grec. Nom d'une statue de Pallas, qui passait pour être le gage de la conservation de Troie. On a ...
PALLADIUM
. s. m. T. de Chimie. Espèce de métal blanc, extrêmement difficile à fondre.
PALLAS
. s. f. (On prononce l'S.) T. d'Astron. Nom d'une planète découverte par Olbers.
PALLIATIF
, IVE. adj. (On prononce les deux L dans ce mot et dans les suivants.) Qui pallie. Il n'est guère usité que dans ces deux locutions, Remède palliatif, cure palliative, Remède ...
PALLIATION
. s. f. Déguisement, action de pallier. Ce n'est pas une justification, c'est une palliation. En ce sens, il a vieilli.  Il signifie quelquefois, en termes de Médecine, ...
PALLIER
. v. a. Déguiser, couvrir une chose qui est mauvaise, l'excuser en y donnant quelque couleur favorable. Il essaye de pallier sa faute. Il eut l'adresse de bien pallier son ...
PALLIUM
. s. m. (On prononce Palliome. ) Mot emprunté du latin. Ornement fait de laine blanche, semé de croix noires, et béni par le pape, qui l'envoie aux archevêques, pour marque ...
PALMA-CHRISTI
. s. m. Voyez RICIN.
PALME
. s. f. Branche de palmier. Ils portaient tous une palme à la main. La bénédiction des palmes se fait le dimanche des Rameaux. La palme est le symbole de la victoire.   ...
PALME
. s. m. Espèce de mesure commune en Italie, et qui est de l'étendue de la main. Le palme n'est pas le même dans toutes les villes d'Italie. Le palme romain est de huit ...
PALMÉ
, ÉE. adj. T. de Botan. Divisé profondément en plusieurs lanières allongées, de manière à ressembler à une main ouverte. Feuille palmée.   Il se dit, en Zoologie, Des ...
PALMETTE
. s. f. Ornement en forme de feuille de palmier, qu'on taille ou qu'on applique sur des moulures, qu'on peint ou qu'on brode sur des étoffes, etc.
PALMIER
. s. m. Arbre portant des fruits qu'on nomme Dattes, et qui ne vient guère que dans les pays chauds. Palmier mâle. Palmier femelle. Branche de palmier. Les feuilles du palmier ...
PALMIPÈDE
. s. et adj. m. T. d'Hist. nat. Il se dit Des oiseaux nageurs qui ont des pieds dont les doigts sont unis par une membrane. Les oies, les canards, etc., sont des palmipèdes.
PALMISTE
. s. m. Nom générique et vulgaire des palmiers dont la cime porte une espèce de chou, appelé Chou-palmiste, qui est formé par les feuilles tendres de la pousse nouvelle, ...
PALMITE
. s. m. Nom donné à la moelle des palmiers, qui est une substance blanche comme du lait caillé, fort tendre, et d'une saveur douce et agréable.
PALOMBE
. s. f. Espèce de pigeon ramier des provinces voisines des Pyrénées.
PALONNIER
. s. m. Pièce qui fait partie du train d'une voiture, et à laquelle les traits des chevaux sont attachés. Il y a un palonnier de rompu au train de cette voiture.
PALOT
. s. m. T. de mépris. Un villageois fort grossier. C'est un palot, un gros palot, un franc palot. Il est populaire.
PÂLOT
, OTTE. adj. Un peu pâle. Cet enfant est pâlot. Cette petite fille est toute pâlotte. Il est familier.
PALPABLE
. adj. des deux genres Qui se fait sentir au toucher. Tous les corps sont palpables.   Il signifie figurément, Fort évident, fort clair. Ce que je vous dis est clair et ...
PALPABLEMENT
. adv. D'une manière palpable. On lui a montré palpablement sa méprise. Il est peu usité.
PALPE
. s. f. T. d'Entomologie. Il se dit de Ces petites antennes, au nombre de deux ou davantage, articulées, sensibles et mobiles, qui sont placées à la partie inférieure de la ...
PALPÉBRAL
, ALE. adj. T. d'Anat. Qui appartient aux paupières. Muscle palpébral. Artères, veines palpébrales. Ligaments palpébraux.
PALPER
. v. a. Toucher avec la main doucement, à plusieurs reprises, et en pressant légèrement ; manier. Son médecin l'a palpé pour savoir s'il n'avait pas des obstructions. En ...
PALPITANT
, ANTE. adj. Qui palpite. Des entrailles palpitantes. Des chairs palpitantes. Des membres palpitants. Le coeur tout palpitant. Il était tout palpitant d'amour, de crainte.
PALPITATION
. s. f. Agitation convulsive de quelque partie du corps. Il a une palpitation à l'artère du cou, à la paupière.   Il se dit particulièrement Des battements du coeur, ...
PALPITER
. v. n. Avoir des palpitations. On voit souvent palpiter la tête des enfants nouveau-nés, à l'endroit de la fontanelle. Les entrailles de la victime palpitaient encore. La ...
PALTOQUET
. s. m. T. de mépris. Un homme épais et grossier. C'est un franc paltoquet. Il est populaire.
PALUS
. s. m. (On prononce l'S). T. de Géogr. Marais. Il n'est plus guère usité que dans le nom ancien de la mer d'Azof ou de Zabache : Le Palus Méotide, ou Les Palus ...
PÂMER
. v. n., ou SE PÂMER. v. pron. Tomber en pâmoison, en défaillance. Il n'en peut plus, il se pâme, il pâme. Cet enfant se pâme à force de crier. Pâmer de douleur. Pâmer ...
PÂMOISON
. s. f. Défaillance, évanouissement. Tomber en pâmoison. On l'a fait revenir de sa pâmoison. Il est sorti de sa pâmoison.
PAMPE
. s. f. La feuille du blé, de l'orge, etc. Pampe de blé, d'avoine. Il n'est point usité en Botanique.
PAMPHLET
. s. m. Mot emprunté de l'anglais. Brochure. Il se prend souvent en mauvaise part. Un pamphlet injurieux, séditieux. Ce pamphlet est spirituel, et contient quelques idées ...
PAMPHLÉTAIRE
. s. m. Auteur de pamphlets. Il ne se prend guère qu'en mauvaise part.
PAMPLEMOUSSE
. s. f. Espèce d'oranger dont le fruit, qui prend le même nom, est très-bon à manger, et devient quelquefois aussi gros que la tête d'un homme.
PAMPRE
. s. m. Branche de vigne avec ses feuilles. On peint Bacchus avec une couronne de pampre. Les Bacchantes entouraient leurs javelots de pampre et de lierre. Pampre bien vert.   ...
PAN
. s. m. Partie considérable d'un vêtement, comme d'une robe, d'un manteau. Le pan d'une robe. Les pans d'un manteau. Les Romains se couvraient la tête d'un des pans de leurs ...
PANACÉE
. s. f. Remède universel. Il se vante d'avoir trouvé la panacée. On a aussi donné ce nom à Quelques préparations pharmaceutiques. Panacée antimoniale. Panacée ...
PANACHE
. s. m. Assemblage de plumes flottantes, qui sert d'ornement. Son casque était ombragé d'un panache. Cet officier a sur son chapeau un panache d'une grande beauté. Les ...
PANACHER
. v. n., ou SE PANACHER. v. pron. Il se dit Des plantes dont les fleurs, les feuilles ou les fruits sont rayés ou bigarrés de couleurs qui tranchent avec la couleur naturelle. ...
PANACHURE
. s. f. Il se dit Des veines, des taches blanchâtres ou de diverses couleurs qui se mêlent à la couleur principale d'une fleur, d'une feuille ou d'un fruit. De belles ...
PANADE
. s. f. Espèce de soupe ordinairement faite avec de l'eau, du sel, du beurre, un jaune d'oeuf, et de la croûte de pain, qu'on laisse longtemps mitonner. Faire de la panade. ...
PANADER
(SE). v. pron. Il se dit D'une personne qui marche avec un air d'ostentation et de complaisance, à peu près comme un paon quand il fait la roue. Voyez comme il se panade. Il ...
PANAGE
. s. m. Droit que l'on paye au propriétaire d'une forêt, pour avoir la permission d'y mettre des porcs qui s'y nourrissent de gland, de faîne, etc. Droit de panage et ...
PANAIS
. s. m. Plante potagère, dont la racine, qui prend le même nom, est d'un blanc jaunâtre, et d'une saveur doucereuse. Manger des panais.
PANARD
. adj. m. T. de Manége. Il se dit D'un cheval dont les deux pieds de devant sont tournés en dehors. Cheval panard.
PANARIS
. s. m. Inflammation flegmoneuse qui vient au bout des doigts ou à la racine des ongles, et qui fait éprouver de vifs élancements. Il a un panaris qui lui cause une grande ...
PANATHÉNÉES
. s. f. pl. T. d'Antiq. Fêtes solennelles qu'on célébrait à Athènes en l'honneur de Minerve. Les grandes Panathénées revenaient tous les cinq ans. Les petites ...
PANCALIERS
. s. m. Variété du chou frisé, qui tire son nom de la ville de Pancaliers, en Piémont, d'où elle nous a été apportée. Un pancaliers.   Il s'emploie aussi adjectivement. ...
PANCARTE
. s. f. Placard affiché pour avertir le public de quelque chose, comme de certaines défenses, des droits imposés sur certaines denrées ou marchandises, sur le passage d'une ...
PANCRACE
. s. m. T. d'Antiq. Exercice qui faisait partie de la gymnastique, et qui consistait dans la réunion de la lutte et du pugilat.
PANCRATIASTE
. s. m. (On prononce Pancraciaste. ) T. d'Antiq. Celui qui avait remporté le prix à la lutte et au pugilat.
PANCRÉAS
. s. m. (On fait sentir l'S.) T. d'Anat. Corps glanduleux situé dans l'abdomen, et qui verse dans l'intestin une liqueur analogue à la salive.
PANCRÉATIQUE
. adj. des deux genres T. d'Anat. et de Médec. Qui appartient, qui a rapport au pancréas. Canal pancréatique. Artères, veines pancréatiques. Nerfs pancréatiques.   Suc ...
PANDECTES
. s. f. pl. Recueil des décisions données par les anciens jurisconsultes romains, auxquelles Justinien, qui les fit compiler, donna force de loi. On nomme aussi ce recueil Le ...
PANDÉMONIUM
. s. m. (On prononce Pandémoniome. ) Lieu imaginaire que l'on suppose être la capitale des enfers, et où Satan convoque le conseil des démons. Il y a dans le Paradis perdu ...
PANDICULATION
. s. f. T. de Médec. Action automatique et souvent forcée, par laquelle on porte les bras en haut, en renversant la tête et le tronc en arrière, et en allongeant les ...
PANDOUR
ou PANDOURE. s. m. Nom de certains soldats hongrois.
PANÉGYRIQUE
. s. m. Discours public fait à la louange de quelqu'un. Faire, composer, prononcer un panégyrique. Le panégyrique d'un saint. Le panégyrique d'un prince. Pline a fait le ...
PANÉGYRISTE
. s. m. Celui qui fait un panégyrique ; et, par extension, Celui qui fait l'éloge de quelqu'un. Dans cette seconde acception, il se prend ordinairement en mauvaise part. ...
PANER
. v. a. Couvrir de pain émietté de la viande qu'on fait griller ou rôtir. Paner des pieds de cochon, des côtelettes, une poularde. PANÉ, ÉE. participe, Des ...
PANERÉE
. s. f. Le contenu d'un panier entièrement rempli. Il n'est guère usité qu'en parlant Des fruits. Une panerée de raisins, de pommes, de poires, etc.
PANETERIE
. s. f. Le lieu où se fait la distribution du pain dans les grandes maisons, les communautés, les colléges, les hospices, etc. On a placé la paneterie près du réfectoire. ...
PANETIER
. s. m. Celui qui est chargé, dans les communautés, les colléges, les hospices, etc., de garder et de distribuer le pain.  Grand panetier, Grand officier de la couronne, qui ...
PANETIÈRE
. s. f. Petit sac dans lequel les bergers, les bergères portent du pain en allant garder les moutons. La panetière d'un berger.
PANICULE
. s. f. T. de Botan. Disposition de fleurs ou de fruits dont les pédoncules, divisés plusieurs fois et de différentes manières, s'élèvent inégalement. Fleurs, fruits en ...
PANICULÉ
, ÉE. adj. Il se dit Des tiges dont les rameaux, se divisant et se subdivisant diversement, forment une panicule.
PANIER
. s. m. Ustensile fait d'osier, de jonc, etc., qui sert à contenir des marchandises, des denrées, des provisions, etc., et particulièrement celles qu'on veut transporter. ...
PANIFICATION
. s. f. Conversion des matières farineuses en pain. La pomme de terre est susceptible de panification.
PANIQUE
. adj. des deux genres Il n'est usité que dans cette locution, Terreur panique, Frayeur subite et sans fondement. Une terreur panique s'empara des esprits. Une terreur ...
PANNE
. s. f. Sorte d'étoffe de soie, de fil, de laine, de coton, de poil de chèvre, fabriquée à peu près comme le velours, mais dont les poils sont plus longs et moins serrés. ...
PANNE
. s. f. Graisse dont la peau du cochon et de quelques autres animaux se trouve garnie au dedans, et principalement au ventre. Un cochon maigre qui n'a presque point de panne. ...
PANNE
. s. f. T. de Marine. Il s'emploie principalement dans cette locution, Mettre en panne, Suspendre ou ralentir la marche d'un vaisseau, en disposant les voiles de manière que ...
PANNE
. s. f. T. de Charpent. Pièce de bois placée horizontalement sur la charpente d'un comble pour porter les chevrons. PANNE, se dit aussi, chez les Ouvriers, de La partie du ...
PANNEAU
. s. m. Petit pan. Il se dit, en Architecture, de Chacune des faces d'une pierre taillée. Panneau de lit. Panneau de douelle.   Il se dit, par extension, d'Une plaque de ...
PANNEAUTER
. v. n. T. de Chasse. Tendre des panneaux pour prendre des lapins ou d'autres animaux.
PANNETON
. s. m. La partie d'une clef qui entre dans la serrure. Les trois parties d'une clef sont l'anneau, la tige et le panneton.   Panneton d'espagnolette, Partie saillante sur le ...
PANONCEAU
. s. m. Écusson d'armoiries mis sur une affiche, pour y donner plus d'autorité ; ou sur un poteau, pour marque de juridiction. Les panonceaux du prince. Les panonceaux d'un ...
PANORAMA
. s. m. Grand tableau circulaire et continu, disposé de manière que le spectateur qui est au centre voit les objets représentés, comme si, placé sur une hauteur, il ...
PANSAGE
. s. m. Action de panser de la main un cheval, un mulet, etc. Le pansage de la main. Le pansage de ce cheval a été trop négligé. Il est particulièrement usité dans la ...
PANSE
. s. f. Ventre. Grosse panse. Avoir la panse pleine. Il est familier. Prov. et pop., Se faire crever la panse, Se faire tuer à la guerre ou dans un combat singulier. Prov. et ...
PANSEMENT
. s. m. L'action de panser une plaie, une blessure. L'heure du pansement approchait. Quatre chirurgiens se sont trouvés à son pansement. Le pansement est quelquefois plus ...
PANSER
. v. a. Lever l'appareil d'une plaie, d'une blessure ; appliquer sur une plaie, sur une blessure les remèdes nécessaires à sa guérison. On l'a pansé ce matin. Le ...
PANSU
, UE. adj. Qui a une grosse panse. C'est un homme fort pansu. Il est familier et peu usité.  Il s'emploie aussi substantivement. C'est un gros pansu.
PANTALON
. s. m. Espèce de culotte longue qui descend jusque sur le cou-de-pied. Pantalon de drap, de casimir, de nankin, de tricot, etc. Pantalon de daim, de chamois. Pantalon ...
PANTALONNADE
. s. f. Il se dit de Bouffonneries et de postures comiques, semblables à celles d'un pantalon, d'un farceur. Il est venu faire une pantalonnade, une plaisante pantalonnade.   ...
PANTELANT
, ANTE. adj. Qui halète, qui respire avec peine, par secousse. Il est tout pantelant. Estomac pantelant.   Chair pantelante, La chair d'un animal récemment tué, ...
PANTELER
. v. n. Haleter, avoir la respiration embarrassée et pressée. Il est vieux.
PANTHÉE
. adj. f. T. d'Antiq. Il ne s'emploie que dans cette locution, Figure panthée, Statue qui réunissait les symboles ou les attributs de différentes divinités. La statue de la ...
PANTHÉISME
. s. m. Système de ceux qui n'admettent d'autre Dieu que le grand tout, l'universalité des êtres.
PANTHÉON
. s. m. Mot tiré du grec. On donnait ce nom aux temples consacrés à tous les dieux à la fois. Le panthéon le plus célèbre est celui de Rome, bâti par Agrippa, et qui ...
PANTHÈRE
. s. f. Bête féroce du genre des Chats, dont la peau est semée de taches noires en forme de roses.
PANTIÈRE
. s. f. T. de Chasse. Espèce de filet qu'on tend verticalement pour prendre certains oiseaux. Les braconniers se servent de la pantière pour prendre les compagnies de perdrix ...
PANTIN
. s. m. Petite figure de carton mince et colorié, qui représente un homme ou une femme, et dont on fait mouvoir les membres par le moyen d'un fil. Donner un pantin à un ...
PANTOGRAPHE
. s. m. Sorte d'instrument au moyen duquel on copie des dessins, des gravures, mécaniquement et sans aucune connaissance de l'art. On l'appelle aussi Singe.
PANTOIEMENT
. s. m. T. de Fauconnerie. Asthme dont les oiseaux sont attaqués.
PANTOIS
. adj. m. Haletant, hors d'haleine. Cette acception a vieilli.  Il signifie, figurément et familièrement, Stupéfait, interdit. Il resta tout pantois.
PANTOMÈTRE
. s. m. T. de Géométrie. Instrument pour mesurer toute sorte d'angles, de longueurs et de hauteurs.
PANTOMIME
. s. m. Acteur qui exprime les passions, les sentiments, et même les idées, par des gestes et par des attitudes, sans proférer aucune parole. Les anciens avaient ...
PANTOMIME
. s. f. Art ou action d'exprimer les passions, les sentiments, les idées par des gestes et par des attitudes, sans le secours de la parole. La pantomime de cet acteur est ...
PANTOUFLE
. s. f. Chaussure dont on se sert dans la chambre, et qui ne s'attache pas comme le soulier. Pantoufle de maroquin, de peau de mouton, de lisières, etc. Une paire de ...
PAON
. s. m. (On prononce Pan. ) Grand oiseau domestique dont le cri est fort aigre, qui a un beau plumage, une petite aigrette sur la tête, et dont la queue se compose de longues ...
PAONNE
. s. f. (On prononce Pane. ) La femelle du paon.
PAONNEAU
. s. m. (On prononce Paneau. ) Jeune paon. Manger des paonneaux.
PAPA
. s. m. Terme dont les petits enfants et ceux qui leur parlent ont coutume de se servir, au lieu du mot Père. Il commence à parler, il dit déjà papa et maman. Où est votre ...
PAPABLE
. adj. m. Propre à être élu pape. Il n'est usité qu'en parlant Des prélats, et surtout des cardinaux, qu'on regarde comme pouvant parvenir quelque jour à la papauté. ...
PAPAL
, ALE. adj. Qui appartient au pape. Pouvoir papal. Dignité, autorité papale.   Terres papales, Les terres de la domination du pape.
PAPAS
. s. m. Nom que les peuples chrétiens du Levant donnent à leurs prêtres. Un papas arménien. Un papas grec.
PAPAUTÉ
. s. f. Dignité de pape. Aspirer à la papauté.   Il se dit aussi Du temps pendant lequel un pape a occupé le saint-siége. Pendant sa papauté, Rome a reçu beaucoup ...
PAPAYER
. s. m. Arbre des deux Indes, dont le fruit est gros comme un petit melon, charnu, jaunâtre, d'une saveur douce et d'une odeur aromatique. On mange les fruits du papayer ...
PAPE
. s. m. L'évêque de Rome, chef de l'Église catholique romaine. Notre saint-père le pape. Le pape Sixte-Quint. Élire, faire un pape. Appeler au pape. Appeler du pape au ...
PAPEGAI
. s. m. Oiseau de carton ou de bois peint, que l'on place au bout d'une perche pour servir de but à ceux qui s'exercent à tirer de l'arc, de l'arbalète, ou de l'arquebuse. ...
PAPELARD
. s. m. Hypocrite, faux dévot. C'est un papelard, un franc papelard. Il est familier.  Il est aussi adjectif, et fait au féminin, Papelarde. Un air papelard. Le ton papelard. ...
PAPELARDISE
. s. f. Hypocrisie, fausse dévotion. Il est familier.
PAPELINE
. s. f. Voyez POPELINE.
PAPERASSE
. s. f. Papier écrit qui ne sert plus de rien, qu'on regarde comme inutile. Vieille paperasse. Il faut jeter au feu toutes ces paperasses. Il m'a obligé de lire toutes ces ...
PAPERASSER
. v. n. Remuer, feuilleter, arranger des papiers. Il a passé toute la matinée à paperasser. Il est familier.  Il signifie aussi, Faire des écritures inutiles. Cet avoué ...
PAPERASSIER
. s. m. Homme qui aime à ramasser, à conserver des papiers inutiles. C'est un grand paperassier. Il est familier.
PAPESSE
. s. f. Ce mot, qui signifie, Femme pape, n'est d'usage qu'en parlant de la Papesse Jeanne, Personnage féminin, imaginaire, que quelques-uns ont prétendu avoir occupé le ...
PAPETERIE
. s. f. Manufacture de papier. Il a une belle papeterie dans le département des Vosges.   Il signifie aussi, L'art de fabriquer le papier, et Le commerce de papiers. La ...
PAPETIER
. s. m. Celui qui fait le papier, et Celui qui le vend. Ouvrier papetier. Marchand papetier. La boutique d'un papetier.
PAPIER
. s. m. Composition faite ordinairement de vieux linge détrempé dans l'eau. pilé par des maillets ou broyé par des cylindres armés de lames, et réduit en pâte, ensuite ...
PAPILIONACÉ
, ÉE ou PAPILLONACÉ, ÉE. adj. T. de Botan. Il se dit Des fleurs dont les corolles, formées de cinq pétales inégaux, ont quelque ressemblance avec un papillon qui vole. ...
PAPILLAIRE
. adj. des deux genres (On fait sentir les deux L.) T. d'Anat. Qui a des papilles, des mamelons, ou qui est en forme de mamelon. Tunique, membrane papillaire. Corps papillaire. ...
PAPILLE
. s. f. (On fait sentir les deux L.) T. d'Anat. Il se dit de Certaines petites éminences semblables à des mamelons, qui sont répandues sur la surface du corps, et ...
PAPILLON
. s. m. Insecte volant, à quatre ailes, couvertes d'écailles fines comme de la poussière. Les papillons ont d'abord la forme de chenilles. Papillon blanc, rouge, bigarré, ...
PAPILLONNER
. v. n. Voltiger d'objets en objets, sans s'arrêter à aucun. On ne l'emploie qu'au figuré. Il ne fait que papillonner. Il est familier.
PAPILLOTAGE
. s. m. Mouvement incertain et involontaire des yeux, qui les empêche de se fixer sur les objets. Le papillotage des yeux.   Il se dit, figurément, de L'effet d'un tableau ...
PAPILLOTE
. s. f. Morceau de papier dont on enveloppe les cheveux que l'on met en boucles, pour les faire tenir frisés. Mettre les cheveux sous les papillotes, dans des papillotes. ...
PAPILLOTER
. v. n. Il se dit Des yeux, lorsqu'un mouvement incertain et involontaire les empêche de se fixer sur les objets. Les yeux lui papillotent continuellement. PAPILLOTER, se ...
PAPISME
. s. m. Terme dont quelques communions chrétiennes se servent pour désigner l'Église catholique romaine.
PAPISTE
. s. et adj. des deux genres Terme dont quelques communions chrétiennes se servent pour désigner les catholiques romains.
PAPYRACÉ
, ÉE. adj. T. d'Hist. nat. Qui est mince et sec comme du papier. Membrane papyracée. Nautile papyracé.
PAPYRUS
. s. m. (On fait sentir l'S.) Plante qui croît en Égypte le long du Nil, et dont la tige est triangulaire. On se servait autrefois, pour écrire, de feuilles faites avec des ...
PÂQUE
. s. f. Fête solennelle que les Juifs célèbrent tous les ans, le quatorzième jour de la lune après l'équinoxe du printemps, en mémoire de leur sortie d'Égypte. La ...
PAQUEBOT
. s. m. Petit bâtiment de mer, qui va et vient d'un pays à un autre, pour transporter des lettres et des passagers. Ils s'embarquèrent sur le paquebot qui va de Calais à ...
PÂQUERETTE
. s. f. Espèce de marguerite blanche, qui vient vers le temps de Pâques.
PAQUET
. s. m. Assemblage de plusieurs choses attachées ou enveloppées ensemble. Gros paquet. Petit paquet. Paquet de serviettes, de linge, de hardes. Paquet d'allumettes. Paquet de ...
PAQUETIER
. s. m. T. d'Imprim. Compositeur qui travaille en paquet, qui fait des paquets. Ce metteur en pages occupe cinq paquetiers.
PAR
. Préposition de lieu qui sert à marquer le mouvement et le passage. Il a passé par Paris, par Bordeaux. Il court par monts et par vaux. Voyager par eau, par mer, par terre. ...
PARA
. s. m. Monnaie turque qui vaut un peu plus de huit centimes de France. Cinquante paras.
PARA
. s. m. Monnaie turque qui vaut un peu plus de huit centimes de France. Cinquante paras.
PARABOLAIN
. s. m. Nom qu'on donnait aux plus hardis des gladiateurs, et qu'on donna dans la suite à des clercs qui affrontaient les plus grands dangers pour secourir les malades, et ...
PARABOLE
. s. f. Allégorie qui renferme quelque vérité importante. Il n'est guère usité qu'en parlant Des allégories employées dans l'Écriture sainte. Une belle parabole. Les ...
PARABOLIQUE
. adj. des deux genres T. de Géom. Qui est courbé en parabole. Un miroir parabolique. Ligne parabolique.
PARABOLIQUEMENT
. adv. En parabole, par paraboles. Parler paraboliquement.   Il signifie aussi, En décrivant une parabole. Un corps qui se meut paraboliquement.
PARACHÈVEMENT
. s. m. Fin, perfection d'un ouvrage. Il est vieux.
PARACHEVER
. v. a. Achever, terminer, finir. Il est vieux. PARACHEVÉ, ÉE. participe
PARACHRONISME
. s. m. Espèce d'anachronisme qui consiste à placer un fait dans un temps postérieur à celui où il est réellement arrivé. Il est opposé à Prochronisme.
PARACHUTE
. s. m. Machine destinée à ralentir la chute des corps, en offrant, par son déploiement, une résistance à l'air : il se dit particulièrement de La machine de ce genre ...
PARACLET
. s. m. Nom qui signifie, Consolateur, et qui est affecté particulièrement au Saint-Esprit.
PARADE
. s. f. Montre, étalage de quelque chose. Mettre une chose en parade. Cela n'est mis là que pour parade, que pour la parade.   Il se dit, particulièrement, De tout ce qui ...
PARADER
. v. n. T. de Manége. Faire parader un cheval, Faire manoeuvrer un cheval sur la parade ou la montre. PARADER, signifie quelquefois, en termes de Marine, Croiser, aller et ...
PARADIGME
. s. m. T. de Gram. Exemple, modèle. La conjugaison d' Aimer est le paradigme de la première conjugaison des verbes français.
PARADIS
. s. m. Jardin délicieux. Il n'est d'usage en ce sens que dans cette expression, Le paradis terrestre, Le jardin où Dieu mit Adam aussitôt qu'il l'eut créé. Adam fut mis ...
PARADOXAL
, ALE. adj. Qui tient du paradoxe. Opinion paradoxale.   Il signifie aussi, Qui aime le paradoxe. Esprit paradoxal.
PARADOXE
. s. m. Proposition contraire à l'opinion commune. Avancer, soutenir un paradoxe. C'est un paradoxe de dire que la pauvreté est préférable aux richesses. Les Paradoxes de ...
PARADOXISME
. s. m. Figure de rhétorique, qui consiste à réunir sur un même sujet des attributs qui semblent inconciliables.
PARAFE
ou PARAPHE. s. m. Marque faite d'un ou de plusieurs traits de plume, qu'on met ordinairement après sa signature ; et qui, en certains cas, se met pour la signature même. Il ...
PARAFER
ou PARAPHER. v. a. Mettre un parafe à quelque acte. Il faut parafer cette pièce. Il a parafé toutes les pages. Quand il y a un renvoi dans quelque acte, il faut parafer le ...
PARAGE
. s. m. Vieux mot, qui signifie, Extraction, qualité, et qui n'est usité que dans cette locution, De haut parage, De grande naissance, de haut rang. Gens, dame, demoiselle, ...
PARAGE
. s. m. T. de Marine. Endroit, espace de mer, partie de côtes, accessible à la navigation. Nous nous trouvâmes dans tel parage. Nos vaisseaux s'arrêtèrent dans tel parage ...
PARAGOGE
. s. f. T. de Gram. Addition d'une lettre ou d'une syllabe à la fin d'un mot. En latin, Egomet, pour Ego, est une paragoge.
PARAGOGIQUE
. adj. des deux genres T. de Gram. Il se dit De la lettre ou de la syllabe ajoutée à la fin d'un mot. Lettre paragogique.
PARAGRAPHE
. s. m. Petite section d'un discours, d'un chapitre, etc. Il est principalement d'usage en parlant Des livres de droit. Paragraphe premier. Paragraphe second. Telle loi est au ...
PARAGUANTE
. s. f. (On prononce Paragouante. ) T. emprunté de l'espagnol. Présent fait en reconnaissance de quelque service. Il a eu tant pour sa paraguante. Dix mille écus de ...
PARAÎTRE
. v. n. Être exposé à la vue, se faire ou se laisser voir, se manifester. Les boutons paraissent aux arbres. L'aurore, le soleil, la lune paraît. Une étoile qui commence ...
PARALIPOMÈNES
. s. m. pl. Titre d'une partie de la Bible, qui forme un supplément aux livres des Rois. Les deux livres des Paralipomènes.
PARALIPSE
. s. f. Figure de rhétorique, qui consiste à fixer l'attention sur un objet, en feignant de le négliger.
PARALLACTIQUE
. adj. des deux genres T. d'Astron. Il n'est guère usité que dans ces locutions : Angle parallactique, L'angle de la parallaxe ; et, Machine parallactique, Machine composée ...
PARALLAXE
. s. f. T. d'Astron. L'angle formé au centre d'un astre par deux lignes droites menées de ce point, l'une au centre de la terre, l'autre au point de la surface terrestre où ...
PARALLÈLE
. adj. des deux genres T. de Géom. Il se dit D'une ligne ou d'une surface également distante d'une autre ligne ou d'une autre surface dans toute son étendue. Deux lignes ...
PARALLÈLE
. s. m. Comparaison au moyen de laquelle on examine, on explique les rapports et les différences que deux choses ou deux personnes ont entre elles. Un beau, un juste ...
PARALLÈLEMENT
. adv. D'une manière parallèle. Ces murs sont construits parallèlement, parallèlement les uns aux autres.
PARALLÉLIPIPÈDE
. s. m. T. de Géom. Corps solide terminé par six parallélogrammes dont les opposés sont parallèles entre eux.
PARALLÉLISME
. s. m. État de deux lignes, de deux plans parallèles. Il y a un défaut de parallélisme entre les deux galeries du Louvre.   En Astron., Le parallélisme de l'axe de la ...
PARALLÉLOGRAMME
. s. m. T. de Géom. Figure plane dont les côtés opposés sont parallèles. Les propriétés du parallélogramme.
PARALOGISME
. s. m. Faux raisonnement, raisonnement qui porte à faux. Il croyait avoir trouvé une démonstration, mais ce n'est qu'un paralogisme, un pur paralogisme. Il n'est guère ...
PARALYSER
. v. a. Frapper de paralysie. Cet accident lui a paralysé le bras.   Il s'emploie aussi figurément, et signifie, Rendre nul, frapper d'inertie, neutraliser. La frayeur ...
PARALYSIE
. s. f. Maladie qui consiste dans une privation ou dans une diminution considérable du sentiment, et du mouvement volontaire, ou de l'un des deux. Tomber en paralysie. Il a eu ...
PARALYTIQUE
. adj. des deux genres Atteint de paralysie. Il est paralytique de la moitié du corps. Elle est paralytique d'un bras. Il est demeuré, resté paralytique.   Il s'emploie ...
PARAMÈTRE
. s. m. T. de Géom. Il signifie, en général, Une ligne constante et invariable qui entre dans l'équation ou dans la construction d'une courbe. Il a d'ailleurs différentes ...
PARANGON
. s. m. Modèle, patron. Parangon de beauté, de chevalerie.   Il signifie aussi, Comparaison. Mettre en parangon. Cela est sans parangon. Faire le parangon d'une chose avec ...
PARANGONNAGE
. s. m. T. d'Imprim. Action de parangonner. Faire un parangonnage.
PARANGONNER
. v. a. Comparer, mettre en égalité d'estime. Il ose se parangonner à un grand homme. Il est vieux. PARANGONNER, en termes d'Imprimerie, signifie, Faire qu'un caractère ...
PARANT
, ANTE. adj. Qui orne, qui pare. Une étoffe parante. Rien n'est si parant que les diamants.
PARANYMPHE
. s. m. T. d'Antiq. Nom que les Grecs donnaient à une espèce d'officier qui présidait aux mariages, pour en régler les divertissements, et qui était spécialement chargé ...
PARAPET
. s. m. Massif de terre ou de maçonnerie, qui borde un ouvrage de fortification, et qui donne aux soldats le moyen de faire feu sur l'ennemi, en ne laissant à découvert que ...
PARAPHERNAL
. adj. m. T. de Jurispr. Il ne s'emploie guère qu'au pluriel, et dans cette locution, Biens paraphernaux, Les biens de la femme qui n'ont pas été constitués en dot, et dont ...
PARAPHIMOSIS
. s. m. (On prononce l'S finale.) T. de Chirur. Maladie dans laquelle le prépuce est tellement renversé et gonflé, qu'on ne peut le rabattre sur le gland.
PARAPHRASE
. s. f. Explication plus étendue que le texte, ou que la simple traduction du texte. Paraphrase du Cantique des Cantiques. La paraphrase chaldaïque. Il y a plusieurs ...
PARAPHRASER
. v. a. Faire une paraphrase, des paraphrases. Ceux qui ont paraphrasé le Pentateuque. On a paraphrasé les Institutes de Justinien.   Il signifie aussi, Étendre, ...
PARAPHRASEUR
, EUSE Celui, celle qui fait des paraphrases, qui étend, qui amplifie les choses en les rapportant. C'est un paraphraseur éternel. Il est familier, et ne se dit que dans un ...
PARAPHRASTE
. s. m. Auteur de paraphrases. Les paraphrastes chaldaïques.
PARAPLUIE
. s. m. Sorte de petit pavillon portatif, qu'on étend au-dessus de la tête pour se garantir de la pluie. Un parapluie de taffetas, de toile cirée. Le manche, les baleines ...
PARASANGE
. s. f. T. d'Antiq. Mesure itinéraire chez les anciens Perses. La parasange répond à environ cinq mille mètres.
PARASÉLÈNE
. s. f. (On prononce Paracélène. ) Image de la lune réfléchie dans un nuage.
PARASITE
. s. m. Écornifleur, celui qui fait métier d'aller manger à la table d'autrui. Un franc parasite. Un parasite affamé. C'est le parasite d'un tel.   Adj., Plantes parasites, ...
PARASOL
. s. m. (On prononce Paraçol. ) Sorte de petit pavillon portatif, qu'on étend au-dessus de la tête pour être à couvert du soleil. Porter un parasol. Se couvrir d'un ...
PARATITLAIRE
. s. m. Auteur de paratitles.
PARATITLES
. s. m. pl. Explication abrégée de quelques titres ou livres de jurisprudence civile ou canonique. Les Paratitles de Cujas.
PARATONNERRE
. s. m. Verge de fer terminée en pointe, que l'on dresse sur la partie la plus élevée d'un édifice, et que l'on fait communiquer, par une chaîne, avec la terre humide ou ...
PARAVENT
. s. m. Sorte de meuble fait de châssis de bois, couverts de papier peint ou d'étoffe, qui s'étendent et se plient l'un sur l'autre, et dont on se sert dans les chambres en ...
PARC
. s. m. Grande étendue de terre entourée de murs, ou de fossés, ou de pieux, ou de haies, pour conserver les bois dont elle est plantée, et pour réserver au propriétaire ...
PARCAGE
. s. m. Le séjour des moutons parqués sur des terres labourables. On paye tant par arpent à un berger pour le parcage de ses moutons.
PARCE QUE
. loc. conjonctive Voyez PAR.
PARCELLAIRE
. adj. m. Il n'est usité que dans cette locution, Cadastre parcellaire, Cadastre fait par pièces de terre.  Il s'emploie aussi substantivement. Le parcellaire d'une commune. ...
PARCELLE
. s. f. Petite partie de quelque chose. Une parcelle de l'hostie. Payer une somme par parcelles.
PARCHEMIN
. s. m. Peau de brebis ou de mouton préparée pour écrire dessus, ou pour d'autres usages. Feuille de parchemin. Parchemin timbré. Contrat sur parchemin. Livre relié en ...
PARCHEMINERIE
. s. f. Lieu où l'on prépare le parchemin.  Il se dit aussi de L'art de préparer le parchemin, et du négoce qui s'en fait.
PARCHEMINIER
. s. m. Celui qui prépare le parchemin, et qui le vend.
PARCIMONIE
. s. f. Épargne minutieuse, qui porte sur les petites choses. Il est d'une excessive parcimonie. Il croit n'avoir que de l'économie, il a de la parcimonie.
PARCIMONIEUX
, EUSE. adj. Qui a de la parcimonie. Un homme parcimonieux. Une femme parcimonieuse.
PARCOURIR
. v. a. (Il se conjugue comme Courir. ) Aller d'un bout à l'autre ; Courir çà et là. Ce cheval a parcouru la carrière en cinq minutes. Le soleil parcourt le zodiaque en un ...
PARCOURS
. s. m. Droit de mener paître, en un certain temps de l'année, ses troupeaux sur le terrain d'autrui ou sur un terrain commun.
PARDON
. s. m. Rémission d'une faute, d'une offense. Accorder le pardon. Demander pardon. Je vous demande mon pardon, le pardon de ma faute. Je vous accorde votre pardon. Le pardon ...
PARDONNABLE
. adj. des deux genres Qui mérite d'être pardonné, d'être excusé. Il ne se dit guère que Des choses. Une offense, une faute pardonnable. Cela n'est pas pardonnable à un ...
PARDONNER
. v. a. Accorder le pardon d'une faute commise, ne garder aucun ressentiment d'une injure reçue. En ce sens, il régit la chose directement, et la personne avec la ...
PARÉAGE
ou PARIAGE. s. m. T. de Jurispr. féodale. Égalité de droit et de possession que deux seigneurs avaient par indivis dans une même terre.
PARÉATIS
. s. m. (On prononce l'S.) Mot emprunté du latin. Il se disait De certaines lettres qu'on obtenait en chancellerie, afin de pouvoir mettre un arrêt, un jugement à exécution ...
PARÉGORIQUE
. adj. des deux genres T. de Médec. Il se dit Des remèdes qui calment, adoucissent, apaisent les douleurs. User de remèdes parégoriques, et substantivement, de parégoriques. ...
PAREIL
, EILLE. adj. Égal, semblable. Je voudrais d'une étoffe pareille à celle que vous m'avez montrée. On n'a rien vu de pareil. Ces deux choses-là ne sont pas pareilles. Ils ont ...
PAREILLEMENT
. adv. De la même manière. Vous m'avez traité avec bonté, je vous traiterai pareillement.  Il signifie plus ordinairement, Aussi. Vous le désirez, et moi pareillement. À ...
PARÉLIE
. s. m. Voyez PARHÉLIE.
PARELLE
. s. f. Plante. Voyez PATIENCE.
PAREMENT
. s. m. Ornement, ce qui orne, ce qui pare. Il se dit Des étoffes dont on pare le devant d'un autel. Un beau parement d'autel. Un parement de velours, en broderie de perles. ...
PARENCHYME
. s. m. T. de Médec. et d'Anat. Nom que l'on donne à la substance propre de chaque viscère.  Il se dit aussi, en Botanique, Du tissu tendre et spongieux des feuilles, des ...
PARÉNÈSE
. s. f. T. didactique. Discours moral, exhortation à la vertu. Il est peu usité.
PARÉNÉTIQUE
. adj. des deux genres T. didactique. Qui a rapport à la parénèse, à la morale. On divise les discours de religion en dogmatiques, parénétiques, ascétiques, et mystiques. ...
PARENT
, ENTE Celui, celle qui est de même famille, qui est de même sang, qui touche par consanguinité à quelqu'un. Parent paternel, maternel. Parents au troisième degré. C'est ...
PARENTAGE
. s. m. Parenté. Il a vieilli.
PARENTÉ
. s. f. Consanguinité. Il y a parenté entre eux. Il n'y a entre eux qu'une parenté fort éloignée. Degré de parenté.   Il est aussi collectif, et signifie, Tous les ...
PARENTÈLE
. s. f. coll. Les parents. Il est vieux.
PARENTHÈSE
. s. f. Phrase formant un sens distinct et séparé de celui de la période où elle est insérée. Grande parenthèse. Longue parenthèse. Ne faites point de parenthèses. ...
PARER
. v. a. Orner, embellir. Parer une église, un autel, une maison, une chambre. Parer un enfant. Le printemps avait paré la terre de fleurs et de verdure. Chez les anciens, on ...
PARÈRE
. s. m. Avis, sentiment de négociants sur des questions de commerce. Le livre des Parères de Savary.
PARESSE
. s. f. Fainéantise, nonchalance, négligence des choses qui sont de devoir, d'obligation. Grande paresse. Horrible paresse. Perdre toutes ses affaires par paresse, par sa ...
PARESSER
. v. n. Faire le paresseux, se laisser aller à la paresse. J'ai paressé toute la matinée dans mon lit. Aimer à paresser. Il est familier.
PARESSEUX
, EUSE. adj. Qui aime à éviter l'action, le travail, la peine. Vous êtes bien paresseux aujourd'hui d'être encore au lit. Il est si paresseux, qu'il néglige toutes ses ...
PARFAIRE
. v. a. Achever, compléter quelque chose en sorte qu'il n'y manque rien. Parfaire un ouvrage, un bâtiment. Il est peu usité dans le langage ordinaire.  En termes de Procéd. ...
PARFAIT
, AITE. adj. Qui réunit toutes les qualités, sans nul mélange de défauts. Dieu seul est parfait. Nul homme n'est parfait. Il n'y a rien de parfait sur la terre.   Il ...
PARFAITEMENT
. adv. D'une manière parfaite. Il joue parfaitement du violon. Il écrit parfaitement. Il s'acquitte parfaitement bien de son devoir.   Il signifie quelquefois, D'une manière ...
PARFILAGE
. s. m. Action de parfiler. Le parfilage de cette étoffe sera long.   Il signifie aussi, Ce qui résulte du parfilage. Un tas, une botte de parfilage.
PARFILER
. v. a. Défaire fil à fil le tissu d'un morceau d'étoffe ou de galon, soit d'or, soit d'argent, et séparer de la soie l'or ou l'argent qui la recouvre. Parfiler du galon. ...
PARFOIS
. adv. de temps et de nombre Quelquefois. On se trouve mal parfois de n'avoir pas demandé conseil. Il arrive parfois que ...
PARFONDRE
. v. a. T. de Peintre en émail. Incorporer les couleurs à la plaque de verre ou d'émail, et les faire fondre également. PARFONDU, UE. participe, Des couleurs bien ...
PARFOURNIR
. v. a. Fournir en entier, achever de fournir. Il est peu usité. PARFOURNI, IE. participe
PARFUM
. s. m. Odeur aromatique, agréable, plus ou moins forte, plus ou moins subtile et suave, qui s'exhale d'une substance quelconque, et particulièrement des fleurs. Doux parfum. ...

< 1 2 3 4 5 6 > >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.019 c;