Слова на букву resp-silh (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву resp-silh (1564)

< 1 2 3 4 5 6 > >>
ROUILLE
. s. f. Oxyde, espèce de crasse brune ou rougeâtre qui se forme sur la partie du fer ou de l'acier la plus exposée a l'air, à l'humidité. La rouille mange, ronge le fer. ...
ROUILLER
. v. a. Produire de la rouille sur la surface d'un corps. L'humidité, l'eau rouille le fer.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Le fer se rouille aisément. Avec ...
ROUILLURE
. s. f. Effet de la rouille.
ROUIR
. v. a. Il ne se dit qu'en parlant Du lin et du chanvre que l'on fait tremper dans l'eau, afin que les filets puissent aisément se séparer de la partie ligneuse. Rouir du ...
ROUISSAGE
. s. m. Action de faire rouir le lin ou le chanvre.
ROULADE
. s. f. Action de rouler de haut en bas. Nous avons fait une belle roulade. Dans ce sens, il est familier. ROULADE, en termes de Musique, Agrément de chant formé de plusieurs ...
ROULAGE
. s. m. Facilité de rouler. Aplanir les chemins pour le roulage des voitures, du canon.   Il signifie aussi, Le transport des marchandises sur des voitures à roues. Ces ...
ROULANT
, ANTE. adj. Qui roule aisément. Un carrosse bien roulant.   Avoir un carrosse bien roulant, Avoir un carrosse bien entretenu. Cette phrase a vieilli.  Ce chemin est roulant, ...
ROULEAU
. s. m. Paquet de quelque chose qui est roulé. Un rouleau de papier, de parchemin, de ruban. Ce papier de tenture coûte tant le rouleau. Un rouleau de tabac. Un rouleau de ...
ROULEMENT
. s. m. Mouvement de ce qui roule. Le roulement de cette voiture fait grand bruit sur le pavé.   Roulement d'yeux, Le mouvement par lequel on tourne les yeux de côté et ...
ROULER
. v. a. Faire avancer une chose d'un lieu à un autre en même temps qu'elle tourne sur elle-même. Rouler une boule. Rouler des pierres du haut d'une montagne. Rouler un ...
ROULETTE
. s. f. Petite roue ou petite boule de bois, de fer, de cuivre, etc., servant à faire rouler la machine ou le meuble auquel elle est attachée. Les canons des vaisseaux sont ...
ROULETTE
. s. f. Espèce de jeu de hasard, où une petite boule d'ivoire, lancée dans un grand cercle divisé en soixante et seize cases numérotées en rouge et en noir, décide de ...
ROULEUR
. s. m. On appelle ainsi Le charançon de la vigne. Le rouleur s'est mis dans nos vignes.
ROULEUSE
. s. f. On appelle ainsi Des chenilles qui roulent des feuilles, dans lesquelles elles subissent leur métamorphose.
ROULIER
. s. m. Voiturier par terre, qui transporte des marchandises sur des chariots, charrettes, fourgons, et autres voitures roulantes de cette espèce. Faire transporter des ...
ROULIS
. s. m. T. de Marine. L'agitation d'un navire qui penche alternativement de droite à gauche et de gauche à droite. Le roulis d'un vaisseau.
ROULOIR
. s. m. T. de Cirier. Outil qui sert à rouler sur une table les bougies et les cierges.
ROUPIE
. s. f. Humeur qui découle du cerveau, et qui pend au nez par gouttes. Avoir la roupie au nez. Les vieilles gens sont sujets à la roupie, à avoir des roupies. Il est ...
ROUPIE
. s. f. Monnaie des Indes orientales, dont la valeur n'est pas partout la même. Roupie d'or. Roupie d'argent. Cela coûte mille roupies. Demi-roupie. Quart de roupie.
ROUPIEUX
, EUSE. adj. Qui a souvent la roupie au nez. Avoir le nez roupieux. Substantivement, Un vieux roupieux, une vieille roupieuse. Il est peu usité.
ROUPILLER
. v. n. Sommeiller à demi. Il n'a fait que roupiller pendant toute la conversation. Il est familier.
ROUPILLEUR
, EUSE. s. Celui, celle qui roupille fréquemment. C'est un vieux roupilleur. Il est familier.
ROURE
. s. m. Voyez ROUVRE.
ROUSSÂTRE
. adj. des deux genres Qui tire sur le roux. Ce drap est roussâtre. Poil roussâtre. Eau roussâtre.
ROUSSEAU
. s. m. Homme qui a les cheveux et le poil roux. C'est un vilain rousseau. On l'emploie aussi adjectivement. Cet homme est rousseau. Il est familier.
ROUSSELET
. s. m. Il se dit d'Une sorte de poire d'été, qui a la peau rougeâtre, et qui est d'un parfum agréable. Des poires de rousselet, ou simplement, Du rousselet. Du gros ...
ROUSSETTE
. s. f. Espèce de squale ou chien de mer, dont la peau sert aux gaîniers à couvrir des étuis, des boîtes, etc.  Il se dit aussi d'Un genre de grandes chauves-souris, ...
ROUSSEUR
. s. f. Qualité de ce qui est roux. La rousseur de son poil.   Il se dit, particulièrement, de Certaines taches rousses qui viennent au visage et sur les mains. Il a des ...
ROUSSI
. s. m. Cuir qui vient de Russie, qui est teint en rouge ou en brun, et qui a une odeur forte. Cuir de roussi. Vache de roussi. Des bottes de roussi. Cela sent le cuir de ...
ROUSSIN
. s. m. Cheval entier, un peu épais, et entre deux tailles. Un attelage de roussins. Il a un bon roussin, deux bons roussins dans son écurie. Être monté sur un roussin. ...
ROUSSIR
. v. a. Faire devenir roux. C'est le feu qui a roussi cette étoffe. Vous roussirez ce linge si vous l'approchez ainsi du feu. Le grand air roussit le papier.   Il est aussi ...
ROUT
. s. m. (On fait sentir le T. Quelques -uns prononcent Raout. ) Mot emprunté de l'anglais. Assemblée nombreuse de personnes du grand monde. Aller à un rout. Un rout brillant, ...
ROUTAILLER
. v. a. T. de Chasse. Suivre une bête avec le limier, pour la faire tirer par les chasseurs armés de fusils. ROUTAILLÉ, ÉE. participe
ROUTE
. s. f. Voie pratiquée pour aller d'un lieu à un autre. Route fréquentée. La grande route, ou La grand'route. La route ordinaire. Route souterraine. Une route dégradée, ...
ROUTIER
. s. m. Livre qui marque, qui enseigne les chemins, les routes de mer, les caps, les mouillages, les ancrages, les gisements des côtes, etc., particulièrement pour les voyages ...
ROUTIER
. s. m. Celui qui sait bien les routes et les chemins. Il n'est guère d'usage qu'au figuré, dans cette expression familière, Un vieux routier, Un homme exercé aux affaires ...
ROUTINE
. s. f. Capacité, faculté acquise plutôt par une longue habitude, par une longue expérience, que par le secours de l'étude et des règles. Il n'a jamais étudié cet art ...
ROUTINER
. v. a. Habituer quelqu'un à faire une chose, la lui faire apprendre par routine. Il faut la routiner à tricoter, à coudre. Il est peu usité. ROUTINÉ, ÉE. participe, Il ...
ROUTINIER
, ÈRE. s. m. Celui, celle qui agit par routine, qui se conforme à la routine. Ce médecin n'est qu'un vieux routinier.   Il s'emploie aussi comme adjectif. Esprit routinier. ...
ROUTOIR
. s. m. Lieu où l'on fait rouir le chanvre.
ROUVERIN
. adj. m. T. de Métallurgie. On ne l'emploie que dans cette locution, Fer rouverin, Fer rempli de gerçures, et qui est cassant lorsqu'on le fait rougir au feu.
ROUVIEUX
ou ROUX-VIEUX. s. m. T. d'Art vétérinaire. Maladie cutanée du cheval, espèce de gale qui se montre ordinairement dans les plis de l'encolure, près de la crinière, et qui ...
ROUVRE
ou ROURE. s. m. Espèce de chêne qui s'élève moins droit et moins haut que le chêne ordinaire. Le rouvre fournit des pièces courbes propres aux constructions.
ROUVRIR
. v. a. Ouvrir de nouveau. Rouvrez la porte, les fenêtres. Cet effort rouvrit sa plaie, sa blessure. On l'emploie aussi avec le pronom personnel. Sa saignée, sa blessure ...
ROUX
, OUSSE. adj. Qui est d'une couleur entre le jaune et le rouge. Poil roux. Cheveux roux. Barbe rousse. Ce papier est devenu roux à la fumée. Sauce rousse.   Un homme roux, ...
ROUX-VIEUX
. s. et adj. m. Voyez ROUVIEUX.
ROYAL
, ALE. adj. Qui appartient, qui a rapport à un roi. Château royal. Manteau royal. Domaines royaux. La justice royale et les justices seigneuriales. L'autorité royale. La ...
ROYALE
. s. f. Sorte de moustache, bouquet de barbe qu'on laisse croître sous la lèvre inférieure.
ROYALEMENT
. adv. D'une manière royale, noblement, magnifiquement. C'est un homme qui vit royalement. Il nous a traités royalement.
ROYALISME
. s. m. Parti du roi, ou Attachement au parti du roi. Monk, en Angleterre, servit le royalisme. Il est d'un royalisme éprouvé.
ROYALISTE
. adj. des deux genres Qui soutient les droits et les intérêts du roi, qui est attaché au parti du roi. Le parti royaliste. L'armée royaliste attaqua l'armée de la Ligue. ...
ROYAUME
. s. m. État régi, gouverné par un roi. Grand royaume. Royaume puissant, riche, opulent, florissant. Petit royaume. Royaume très-peuplé. Royaume héréditaire, ...
ROYAUTÉ
. s. f. Dignité de roi. Parvenir à la royauté. Abdiquer la royauté. Renoncer à la royauté. Aspirer à la royauté. Usurper la royauté. Les ornements, les marques de la ...
RU
. s. m. Canal fourni par un petit ruisseau, ou par une saignée faite à une rivière. Cette rivière est partagée en différents rus qui fertilisent le pays. Les pluies ont ...
RUADE
. s. f. Action d'un cheval, d'un mulet, etc., qui jette un pied ou les pieds de derrière en l'air, en baissant le devant. Lancer, détacher la ruade. Ce cheval lui donna d'une ...
RUBACE
ou RUBACELLE. s. f. T. de Joaillier. Espèce de rubis d'une couleur claire.
RUBAN
. s. m. Tissu de soie, de fil, de laine, etc., qui est plat et mince, et qui ordinairement n'a guère plus de trois ou quatre doigts de large. Ruban large. Ruban étroit. Ruban ...
RUBANERIE
. s. f. Profession du rubanier ; Commerce de rubans.
RUBANIER
, IÈRE. s. Celui, celle qui fait du ruban.
RUBARBE
. s. f. Voyez RHUBARBE.
RUBÉFACTION
. s. f. T. de Médec. Inflammation, rougeur de la peau, causée par des médicaments irritants.
RUBÉFIANT
, ANTE. adj. T. de Médec. Il se dit Des médicaments qui, appliqués sur la peau, y causent de l'inflammation, de la rougeur. Un emplâtre rubéfiant.   Il s'emploie aussi ...
RUBÉFIER
. v. a. T. de Médec. Rendre rouge, enflammé par l'application des rubéfiants. RUBÉFIÉ, ÉE. participe
RUBIACÉES
. s. f. pl. T. de Botan. Nom d'une famille de plantes qui fournissent une teinture rougeâtre, et dont la plupart ont leurs feuilles disposées en étoiles ou verticilles, ...
RUBICAN
. adj. m. Il se dit De tout cheval noir, bai ou alezan, dont la robe, et surtout les flancs, sont semés çà et là de poils blancs. Un cheval rubican.   Il s'emploie aussi ...
RUBICOND
, ONDE. adj. Rouge. Il ne s'emploie que dans ces locutions, Visage rubicond, face rubiconde ; et il se dit presque toujours en plaisantant.
RUBINE
. s. f. T. de Chimie. Il se dit de Certaines préparations de métaux, dont la couleur est d'un rouge approchant de celui du rubis. Rubine d'argent, d'arsenic, de soufre, etc. ...
RUBIS
. s. m. Pierre précieuse, transparente, et d'un rouge plus ou moins vif. Rubis d'Orient. Rubis oriental. Il avait un très-beau rubis au doigt. Une garniture de rubis. Une ...
RUBRICAIRE
. s. m. Homme qui sait bien les rubriques de bréviaire. Il est grand rubricaire.
RUBRIQUE
. s. f. Espèce de terre rouge dont les chirurgiens se servaient autrefois pour étancher le sang, et pour faire des emplâtres siccatifs.  Il se dit aussi d'Une sorte de ...
RUCHE
. s. f. Sorte de panier en forme de cloche, où l'on met les mouches à miel, et qui est fait ordinairement d'osier, de paille, etc. Ruche de paille, d'osier. Enduire une ...
RUCHER
. s. m. L'endroit où sont les ruches. Ce rucher est bien situé.
RUDÂNIER
, IÈRE. adj. Qui est rude à ceux à qui il parle. Beauté rudânière. Il est populaire, et peu usité au masculin.
RUDE
. adj. des deux genres Âpre au toucher, et dont la superficie est inégale et dure. La toile grosse et neuve est extrêmement rude. La haire et le cilice sont fort rudes sur ...
RUDEMENT
. adv. D'une manière rude. Il lui a parlé bien rudement. Vous l'avez traité trop rudement. Dans la discussion, il l'a mené rudement. Il a été rudement attaqué. Vous y ...
RUDENTÉ
, ÉE. adj. T. d'Archit. Il se dit Des pilastres et des colonnes dont les cannelures sont remplies, jusqu'au tiers de leur hauteur, d'une espèce de bâton uni ou sculpté.
RUDENTURE
. s. f. T. d'Archit. Espèce de bâton uni ou sculpté dont les cannelures d'une colonne ou d'un pilastre sont remplies dans leur partie inférieure.
RUDÉRAL
, ALE. adj. T. de Botan. Qui croît sur les masures, dans les décombres. Plante rudérale.
RUDESSE
. s. f. Qualité de ce qui est rude, âpre au toucher. La rudesse de la barbe, de la peau. La rudesse de la toile neuve.   Il se dit, par extension, en parlant De diverses ...
RUDIMENT
. s. m. Il se dit, au pluriel, Des éléments, des principes, des premières notions de quelque science, de quelque art que ce soit. Ne lui parlez pas de géométrie, il n'en ...
RUDOYER
. v. a. (Il se conjugue comme Employer. ) Traiter rudement. Il ne se dit ordinairement que Du mauvais traitement qui se fait en paroles. Il ne faut pas rudoyer les enfants. Si ...
RUE
. s. f. T. de Botan. Plante ligneuse, et d'une odeur très-forte, dont les feuilles ont un goût âcre et amer, et à laquelle on attribue diverses propriétés médicales.
RUE
. s. f. Chemin dans une ville, dans un bourg, dans un village, entre des maisons, ou entre des murailles. Grande rue. Petite rue. Rue large, longue, étroite, courte. Belle, ...
RUELLE
. s. f. Petite rue. Une ruelle qui aboutit dans une grande rue. De là on passe par une petite ruelle. Fig., La ruelle du lit, ou simplement, La ruelle, L'espace qu'on laisse ...
RUELLER
. v. a. T. d'Agricult. Il n'est usité que dans cette phrase, Rueller la vigne, Y faire une ruelle, un petit chemin, en relevant d'un et d'autre côté la terre contre les ...
RUER
. v. a. Jeter avec impétuosité. Ruer des pierres. Ruer à tour de bras. Fam., Ruer de grands coups, Frapper de grands coups. Fam., Ruer à tort et à travers, Frapper de ...
RUEUR
, EUSE. adj. T. de Manége. Qui a l'habitude de ruer. Ce cheval est rueur.
RUFIEN
. s. m. Homme débauché, qui vit avec des femmes de mauvaise vie, ou qui en procure aux libertins. C'est un rufien, un vieux rufien. Cette femme est avec son rufien. Il a ...
RUGINE
. s. f. Instrument dont les chirurgiens se servent pour ratisser les os. Rugine pour enlever le tartre des dents. Rugine pour enlever la carie des os.
RUGINER
. v. a. T. de Chirur. Racler, ratisser un os avec la rugine. Ruginer un os, pour en détacher le périoste. RUGINÉ, ÉE. participe
RUGIR
. v. n. Il se dit Du cri du lion, du tigre, de la panthère et de plusieurs autres animaux féroces. Un lion qui rugit. Les lions rugissent.   Par extension, Rugir comme un ...
RUGISSANT
, ANTE. adj. Qui rugit. Un lion rugissant. Une lionne rugissante.
RUGISSEMENT
. s. m. Cri du lion, du tigre, de la panthère, et de quelques autres animaux féroces. Le rugissement des lions. Nous entendîmes les rugissements d'un tigre.
RUGOSITÉ
. s. f. T. de Science. Il se dit Des espèces de rides qu'on voit sur une surface raboteuse.
RUGUEUX
, EUSE. adj. Qui a des rugosités. Il s'emploie surtout en Botanique. Les feuilles de la sauge sont rugueuses.
RUILÉE
. s. f. Bordure de plâtre ou de mortier que les couvreurs mettent sur une rangée de tuiles ou d'ardoises, pour les lier avec les murs ou avec les jouées de lucarnes. ...
RUINE
. s. f. Dépérissement, destruction d'un bâtiment. Un bâtiment qui est en ruine, qui tombe en ruine, qui s'en va en ruine, qui menace ruine, qui menace d'une ruine ...
RUINER
. v. a. Abattre, démolir, détruire. Ruiner un édifice, un château, une ville. Ruiner de fond en comble.   Il se dit aussi Du ravage que fait la tempête, la grêle sur ...
RUINEUX
, EUSE. adj. Qui menace ruine. Édifice ruineux. Fondement ruineux. Fig., Bâtir sur des fondements ruineux, Fonder ses espérances sur des choses peu solides, ou Établir ...
RUINURE
. s. f. T. de Charpentier. Entaille faite dans la charpente avec le ciseau ou la cognée, pour recevoir la maçonnerie.
RUISSEAU
. s. m. Courant d'eau d'une largeur trop peu considérable pour recevoir le nom de rivière. Grand ruisseau. Petit ruisseau. Clair ruisseau. Ruisseau bourbeux. Le murmure d'un ...
RUISSELANT
, ANTE. adj. Qui ruisselle. Des eaux ruisselantes. Un sang ruisselant. Un visage ruisselant de sueur.
RUISSELER
. v. n. Couler en manière de ruisseau. On voyait l'eau ruisseler au travers des murs du réservoir. L'eau ruisselait par divers endroits. La sueur ruisselait sur son corps. ...
RUM
. s. m. Voyez RHUM.
RUMB
. s. m. (On prononce Romb, en faisant sentir le b. ) Il se dit de Chacune des trente-deux parties de la boussole, de l'horizon desquelles part l'un des trente-deux vents. Rumb ...
RUMEUR
. s. f. Bruit sourd et général excité par quelque mécontentement, et annonçant quelques dispositions au soulèvement, à la sédition. Grande rumeur. Il y a rumeur, il y ...
RUMINANT
, ANTE. adj. T. d'Hist. nat. Qui rumine. Les animaux ruminants ont plusieurs ventricules. Les boeufs sont des animaux ruminants. On l'emploie aussi comme substantif, au masculin. ...
RUMINATION
. s. f. Action de ruminer.
RUMINER
. v. a. Remâcher. Il ne se dit au propre que De certains animaux à plusieurs estomacs, qui font revenir du premier les aliments qu'ils ont avalés, pour les mâcher de ...
RUNIQUE
. adj. des deux genres Il se dit Des caractères, de la langue, de la poésie, et des monuments de quelques anciens peuples du Nord. Caractères runiques. Alphabet runique, ...
RUPTOIRE
. s. m. T. de Chirur. Nom qu'on a donné au cautère potentiel, parce qu'il corrode, brûle et produit une solution de continuité.  Il s'emploie aussi adjectivement. Des ...
RUPTURE
. s. f. Fracture, action par laquelle une chose est rompue ; État d'une chose rompue. La rupture d'une porte, d'un coffre, d'un cabinet, etc. La rupture d'un os, d'une veine, ...
RURAL
, ALE. adj. Qui appartient aux champs, qui concerne les champs, la campagne. Fonds rural. Des fonds ruraux. Des biens ruraux. Propriétés rurales. Servitude rurale. Économie ...
RUSE
. s. f. Finesse, artifice, moyen dont on se sert pour tromper. Vieille ruse. Ruse subtile, grossière. User de ruses. Se servir de ruses. Je connais toutes ses ruses. Voyez la ...
RUSÉ
, ÉE. adj. Fin, adroit, qui a de la ruse, qui est plein de ruses. C'est un homme bien rusé. Cette femme est bien rusée. Son esprit est rusé. Prov. et fam., C'est un rusé ...
RUSER
. v. n. Se servir de ruses. Ce chicaneur vous donne bien de la peine, il ruse, il ne fait que ruser. Il est permis de ruser à la guerre.   Il se dit particulièrement Du ...
RUSTAUD
, AUDE. adj. Qui est grossier, qui tient du paysan. Il n'a point de politesse, il est fort rustaud. Avoir l'air rustaud, la mine rustaude.   Il s'emploie aussi comme ...
RUSTICITÉ
. s. f. Grossièreté, rudesse. Il y a de la rusticité dans ses manières, dans son langage.
RUSTIQUE
. adj. des deux genres Champêtre, qui appartient aux manières de vivre de la campagne. Vie rustique. Travaux rustiques. Économie rustique. Attelage rustique. Il y a un livre ...
RUSTIQUEMENT
. adv. D'une manière grossière. Il parle, il agit rustiquement.
RUSTIQUER
. v. a. T. d'Archit. Travailler ou crépir la surface d'une construction, d'un édifice dans le genre rustique. Rustiquer un château.   Rustiquer des pierres, Les tailler, ...
RUSTRE
. adj. des deux genres Fort rustique, fort grossier. Il a l'air rustre, la mine rustre.   Il est aussi substantif. C'est un rustre, un vrai rustre, un gros rustre.
RUT
. s. m. (On prononce le T.) Il se dit en parlant Des cerfs et de quelques autres bêtes fauves quand elles sont en amour. Le mois de septembre est le temps du rut. Les cerfs ...
RUTOIR
. s. m. Voyez ROUTOIR.
RYTHME
. s. m. Voyez RHYTHME.
S
. s. m. et f. Lettre consonne, la dix-neuvième de l'alphabet. Lorsqu'on la nomme Esse, suivant la prononciation ancienne et usuelle, le nom de cette lettre est féminin : Une ...
SA
. adj. possessif féminin de la troisième personne Le masculin est Son. Voyez SON.
SABAÏSME
. s. m. Voyez SABÉISME.
SABBAT
. s. m. Nom donné chez les Juifs au dernier jour de la semaine. Le sabbat. Le jour du sabbat. Les juifs observent fort exactement le sabbat. Chez les juifs, il n'est pas ...
SABBATINE
. s. f. Petite thèse de controverse que les écoliers de philosophie soutenaient au milieu de la première année de leur cours. Il a soutenu une sabbatine. J'ai argumenté ...
SABBATIQUE
. adj. f. Il n'est usité que dans cette locution, Année sabbatique, qui se disait, chez les Juifs, de Chaque septième année.
SABÉEN
. s. m. Celui qui professe le sabéisme.  Il s'emploie quelquefois adjectivement, et signifie, Qui appartient, qui a rapport au sabéisme. Le culte sabéen.
SABÉISME
. s. m. Nom de la religion qui a pour objet l'adoration du feu, du soleil, des astres. Le sabéisme était la religion des anciens mages : c'est aujourd'hui celle des Guèbres. ...
SABINE
. s. f. T. de Botan. Espèce de genévrier qui croît en Tartarie, en Grèce et dans la France méridionale, dont la saveur est âcre, l'odeur très-forte, et qui contient ...
SABISME
. s. m. Voyez SABÉISME.
SABLE
. s. m. Gravier réduit en poudre ou en petits grains. Il se dit aussi d'Une sorte de terre argileuse, sans aucune consistance, et souvent mêlée de petits grains de ...
SABLER
. v. a. Couvrir de sable. Sabler les allées d'un jardin. Sabler un manége. SABLER, signifie aussi, figurément et familièrement, Boire tout d'un trait, fort vite ; par ...
SABLEUX
, EUSE. adj. Il n'est guère usité que dans cette locution, Farine sableuse, Celle dans laquelle se trouve mêlé du sable.
SABLIER
. s. m. Espèce d'horloge de verre, com posée de deux fioles ajustées de manière que du sable fin qui est dans l'une, s'écoule dans l'autre, par une petite ouverture, et sert ...
SABLIÈRE
. s. f. Lieu creusé dans la terre, duquel on tire du sable pour bâtir. Une grande sablière. SABLIÈRE, en termes de Charpenterie, Pièce de bois posée horizontalement, ...
SABLON
. s. m. Sable fin, sable très-menu. Tirer du sablon. Du sablon d'Étampes. Écurer de la vaisselle avec du sablon. Avec le sablon de différentes couleurs on fait des dessins ...
SABLONNER
. v. a. Écurer avec du sablon. Sablonner de la vaisselle. SABLONNÉ, ÉE. participe
SABLONNEUX
, EUSE. adj. Où il y a beaucoup de sable. Pays sablonneux. Chemin sablonneux. Terre sablonneuse. Rivage sablonneux.
SABLONNIER
. s. m. Celui qui vend du sablon. Un sablonnier d'Étampes.
SABLONNIÈRE
. s. f. Lieu d'où l'on tire du sablon, du sable fin.
SABORD
. s. m. T. de Marine. Ouverture ou embrasure faite à un vaisseau, et par laquelle le canon tire. Ouvrir, fermer les sabords. Il y avait deux rangs de sabords. Dans un vaisseau ...
SABOT
. s. m. Chaussure de bois faite toute d'une pièce, et creusée de manière à contenir le pied. Beaucoup de paysans se servent de sabots, portent des sabots. Sabot de bois ...
SABOTER
. v. n. Jouer au sabot, faire aller un sabot. Des enfants qui sabotent dans une cour.
SABOTIER
. s. m. Ouvrier qui fait des sabots.  Il se dit quelquefois de Ceux qui portent des sabots. Ces sabotiers-là font un bruit à fendre la tête. Une danse de sabotiers.
SABOTIÈRE
. s. f. Sorte de danse qu'exécutent des gens en sabots. Danser la sabotière.
SABOULER
. v. a. Tourmenter, tirailler, renverser, houspiller une personne de côté et d'autre plusieurs fois. Sabouler quelqu'un. Comme vous le saboulez !   Il signifie figurément, ...
SABRE
. s. m. Cimeterre, espèce de coutelas recourbé, qui ne tranche que d'un côté. Un beau sabre. Sabre de Damas. Il alla à lui le sabre haut. On lui donna, il reçut un grand ...
SABRENAS
. s. m. Artisan qui travaille malproprement, grossièrement. Il est populaire et il a vieilli.
SABRENASSER
ou SABRENAUDER. v. a. Travailler mal quelque ouvrage que ce soit. Il est populaire. SABRENASSÉ, ÉE, ou SABRENAUDÉ, ÉE. participe, Comme cela est sabrenaudé !
SABRER
. v. a. Donner des coups de sabre. Il sabrait à droite et à gauche. On l'avait sabré. Ils furent sabrés impitoyablement. Fig. et fam., Sabrer une affaire, L'expédier ...
SABRETACHE
. s. f. Mot emprunté de l'allemand. Espèce de sac plat qui pend à côté du sabre d'un hussard, d'un lancier, et qui lui sert de poche. Mettre son mouchoir dans sa ...
SABREUR
. s. m. Il se dit d'Un militaire qui ne sait point l'art de la guerre, mais qui est brave et qui se bat bien. C'est un bon sabreur. Ce général n'est qu'un sabreur. Il est ...
SABURRAL
, ALE. adj. T. de Médec. Qui appartient à la saburre. Maladie saburrale.
SABURRE
. s. f. T. de Médec. Il se dit Des sucs altérés qui se trouvent dans les premières voies, et qui proviennent de mauvaises digestions.
SAC
. s. m. Sorte de poche faite de cuir, de toile, ou d'étoffe, que l'on coud par le bas et par les côtés, laissant seulement le haut ouvert pour mettre dedans ce qu'on veut. ...
SAC
. s. m. Pillage entier d'une ville. Le sac de Troie. Le sac de Rome. Il se commit de grandes cruautés au sac de cette ville. Mettre à sac une ville prise d'assaut.
SACCADE
. s. f. Brusque et rude secousse qu'on donne à un cheval en lui tirant la bride. Les saccades gâtent la bouche d'un cheval. Donner des saccades à un cheval. Rude saccade.   ...
SACCADER
. v. a. T. de Manége. Donner des saccades à un cheval. Vous saccadez trop votre cheval. SACCADÉ, ÉE. participe, Fig., Mouvements saccadés, Mouvements brusques et ...
SACCAGE
. s. m. Bouleversement, confusion. Ces enfants ont fait un saccage horrible dans le jardin.   Il signifie aussi, Amas confus. Un saccage de vieilles marmites, de meubles ...
SACCAGEMENT
. s. m. Sac, pillage. Empêcher le saccagement d'une ville.
SACCAGER
. v. a. Mettre à sac, mettre au pillage. Saccager une ville, un château, une maison, une province. L'armée a tout saccagé. Fam. et par exagérat., On a tout saccagé chez ...
SACERDOCE
. s. m. Prêtrise. La sainteté, la puissance, la dignité, l'excellence du sacerdoce. Les fonctions, les devoirs du sacerdoce. La vocation au sacerdoce. Les évêques ont seuls ...
SACERDOTAL
, ALE. adj. Appartenant au sacerdoce. Les ornements sacerdotaux. Les fonctions sacerdotales. La dignité sacerdotale.
SACHÉE
. s. f. Ce qu'un sac peut contenir. Une sachée de noix, de pommes, de châtaignes, de pois, etc.
SACHET
. s. m. Petit sac. Mettre des herbes médicinales ou d'autres drogues dans un sachet, pour l'appliquer sur une partie malade. Porter du camphre dans un sachet, pour se ...
SACOCHE
. s. f. Nom qu'on donne à deux bourses de cuir jointes ensemble par une large courroie, et dont les courriers et autres personnes se servent en voyageant.  Il se dit aussi ...
SACRAMENTAIRE
. s. m. Nom d'une secte de réformés qui ont publié des opinions contraires à celles des catholiques, touchant l'eucharistie.
SACRAMENTAL
, ALE, ou SACRAMENTEL, ELLE. adj. Qui appartient à un sacrement. Mot sacramental, sacramentel. Les mots sacramentaux. Les paroles sacramentelles, sacramentales. Les espèces ...
SACRAMENTALEMENT
ou SACRAMENTELLEMENT. adv. D'une manière sacramentelle. Selon les catholiques, le corps de JÉSUS-CHRIST est réellement et sacramentellement dans l'eucharistie.
SACRE
. s. m. Grand oiseau de proie du genre des faucons. Lorsque le sacre fond sur sa proie ... En termes de Fauconnerie, il ne se disait que de La femelle. Voyez SACRET.
SACRE
. s. m. Action par laquelle on sacre un roi. Les pairs assistaient au sacre du roi. La médaille du sacre de tel roi. Les fêtes du sacre.   Il se dit aussi de L'action par ...
SACRÉ
, ÉE. adj. Voyez le participe du verbe SACRER.
SACREMENT
. s. m. Signe visible d'une chose invisible, institué de Dieu pour la sanctification des âmes. Les sacrements de l'ancienne loi. Les sacrements de la nouvelle loi. La ...
SACRER
. v. a. Conférer un caractère de sainteté par le moyen de certaines cérémonies religieuses. Sacrer un roi, un empereur, un évêque. C'était ordinairement à Reims qu'on ...
SACRER
. v. n. Jurer, blasphémer, faire des imprécations. Il ne fait que jurer et sacrer. Il est familier.
SACRET
. s. m. T. de Fauconnerie. Tiercelet ou mâle du sacre.
SACRIFICATEUR
. s. m. Celui qui sacrifie, ministre préposé pour faire les sacrifices. Ce mot n'est usité qu'en parlant Des Hébreux et des païens. Le grand sacrificateur. Le souverain ...
SACRIFICATURE
. s. f. La dignité, l'office, la fonction de sacrificateur. Il n'est usité qu'en parlant Des Hébreux et des païens. Exercer la sacrificature.
SACRIFICE
. s. m. Action par laquelle on offre certaines choses à Dieu avec certaines cérémonies, pour rendre hommage à sa souveraine puissance. Sacrifice solennel. Sacrifice ...
SACRIFIER
. v. a. Offrir quelque chose à Dieu avec certaines cérémonies, pour lui rendre un hommage souverain. Sacrifier des victimes, un taureau, un agneau. Abraham consentit à ...
SACRILEGE
. s. m. Action impie par laquelle on profane les choses sacrées. Détestable, horrible, exécrable sacrilége. Faire un sacrilége. Commettre un sacrilége. L'usage ...
SACRILÉGE
. adj. des deux genres Qui commet un sacrilége. Homme sacrilége. Femme sacrilége. Main sacrilége. Bouche sacrilége.   Il se dit aussi Des choses qui participent du ...
SACRILÉGEMENT
. adv. Avec sacrilége, d'une manière sacrilége. Communier sacrilégement.
SACRIPANT
. s. m. Rodomont, faux brave, tapageur. C'est un vrai sacripant. Il est familier.
SACRISTAIN
. s. m. Celui qui a soin de la sacristie d'une église. Le sacristain de telle paroisse.
SACRISTIE
. s. f. Lieu destiné pour serrer les vases sacrés, les ornements d'église, et où les prêtres, les diacres, tous ceux qui servent à l'autel, vont se revêtir des babits ...
SACRISTINE
. s. f. Celle qui, dans un monastère de filles, a soin de la sacristie. La sacristine de l'abbaye. La mère sacristine.
SACRUM
. s. m. T. d'Anat., emprunté du latin. (Prononcez Sacrome. ) On appelle Os sacrum, ou simplement Sacrum, La dernière des vertèbres, celle qui termine l'épine dorsale, et ...
SADUCÉENS
. s. m. pl. T. d'Histoire et d'Antiq. Nom d'une secte fameuse chez les Juifs. Les saducéens niaient l'immortalité de l'âme, la résurrection des corps, l'existence des ...
SADUCÉISME
. s. m. Doctrine des saducéens.
SAETTE
. s. f. Voyez SAGETTE.
SAFRAN
. s. m. Plante bulbeuse qui fleurit au commencement de l'automne, et qui porte une fleur bleue mêlée de rouge et de purpurin, du milieu de laquelle sort une houppe partagée ...
SAFRANER
. v. a. Apprêter avec du safran, jaunir avec du safran. SAFRANÉ, ÉE. participe, Il est plus usité que le verbe. Du riz safrané. Des pains safranés. De la toile ...
SAFRE
. adj. des deux genres Goulu, glouton, qui se jette avec avidité sur le manger. Il se dit particulièrement Des animaux domestiques, quelquefois Des personnes, et surtout des ...
SAFRE
. s. m. T. de Chimie. Oxyde de cobalt impur mêlé à du sable pulvérisé, et avec lequel on prépare le bleu d'azur.
SAGACE
. adj. des deux genres Doué d'une pénétration d'esprit propre aux affaires et aux sciences. C'est un homme fort sagace. On dit de même, Esprit sagace.
SAGACITÉ
. s. f. Pénétration d'esprit, perspicacité qui fait découvrir et démêler promptement et sûrement ce qu'il y a de plus caché, de plus difficile dans les sciences, dans ...
SAGE
. adj. des deux genres Prudent, circonspect, judicieux. Un homme sage. Il a toujours été sage. Les adversités l'ont rendu sage. Agir en homme sage. Les gens sages ...
SAGE
. adj. des deux genres Prudent, circonspect, judicieux. Un homme sage. Il a toujours été sage. Les adversités l'ont rendu sage. Agir en homme sage. Les gens sages ...
SAGE-FEMME
. s. f. Celle dont la profession est d'accoucher les femmes. Habile sage-femme. Il faut aller chercher la sage-femme. Faire un cours d'accouchement pour les sages-femmes.
SAGEMENT
. adv. D'une manière sage, prudente, avisée, correcte. Vous avez fait sagement. Il s'est toujours conduit fort sagement, très-sagement. Vous parlez sagement. Il a sagement ...
SAGESSE
. s. f. Prudence, circonspection, bonne conduite dans le cours de la vie. Grande sagesse. Profonde sagesse. Sagesse prématurée. Sagesse consommée. Fausse sagesse. Il agit ...
SAGETTE
ou SAETTE. s. f. Flèche. Ils sont vieux.
SAGITTAIRE
. s. m. Archer. Il n'est en usage que pour signifier, Le neuvième des douze signes du zodiaque, représenté ordinairement sous la figure d'un centaure qui tient un arc ...
SAGITTAIRE
. s. f. T. de Botan. Plante à fleurs blanches, appelée aussi Flèche d'eau, qui croît au bord des rivières, dans les étangs, etc., et dont les feuilles flottantes sont ...
SAGITTALE
. adj. f. T. d'Anat. Il se dit D'une des sutures du crâne, celle qui sépare les deux pariétaux. La suture sagittale.
SAGITTÉ
, ÉE. adj. T. de Botan. Il se dit Des feuilles, des stipules qui ont la forme d'un fer de flèche. Feuilles sagittées.
SAGOU
. s. m. Fécule qu'on retire de plusieurs espèces de palmiers des Indes orientales. Manger du sagou. Le sagou est bon pour la poitrine.
SAGOUIN
. s. m. Sorte de petit singe.  Il se dit, figurément et familièrement, d'Un homme malpropre. C'est un vrai sagouin. Dans ce sons, il peut se dire au féminin. C'est une ...
SAGUM
. s. m. ou SAIE. s. f. (prononcez Sagome ), Vêtement court, qui ne passait pas les genoux, et que les Perses, les Romains et les Gaulois portaient en temps de guerre. On ...
SAIE
. s. f. Voyez SAGUM et SAYON.
SAIGNANT
, ANTE. adj. Qui dégoutte de sang. Avoir le nez tout saignant, la bouche toute saignante.   Viande saignante, encore toute saignante, Viande rôtie qui n'est pas assez ...
SAIGNÉE
. s. f. Ouverture de la veine pour tirer du sang. Pratiquer la saignée, l'opération de la saignée. Une saignée faite à propos. Les vaisseaux petits et roulants rendent la ...
SAIGNEMENT
. s. m. Écoulement, épanchement de sang, principalement par le nez. Arrêter un saignement de nez. Sa plaie a recommencé à saigner, et ce saignement est de mauvais ...
SAIGNER
. v. a. Tirer du sang en ouvrant la veine. Saigner un malade. Saigner du bras. Saigner du pied. Saigner à la gorge, à la nuque, sous la langue. Saigner à la tempe. Saigner ...
SAIGNEUR
. s. m. Il ne se dit guère que d'Un médecin qui aime à ordonner la saignée. C'est un rude saigneur, un grand saigneur. Il est familier et peu usité.
SAIGNEUX
, EUSE. adj. Sanglant, taché de sang. Il a le nez saigneux. Un mouchoir, un collet tout saigneux.   Bout saigneux de veau, de mouton, Le cou d'un veau ou d'un mouton, tel ...
SAILLANT
, ANTE. adj. Qui avance, qui sort en dehors. Corniche saillante. Les parties saillantes d'un bâtiment.   Angle saillant d'une figure, d'une fortification, Celui dont le ...
SAILLIE
. s. f. Élan, mouvement, sortie qui se fait avec impétuosité, mais avec interruption. Cet animal ne marche que par bonds et par saillies. Le sang ne sortait de sa veine que ...
SAILLIR
. v. n. ( Je saillis, tu saillis, il saillit ; nous saillissons, etc. Je saillissais. J'ai sailli. Je saillis. Je saillirai. Je saillirais. Que je saillisse. Saillissant. On ne ...
SAIN
, AINE. adj. De bonne constitution, qui n'est point sujet à être malade. Un corps bien sain. Cet homme n'est pas sain. Il est revenu sain et gaillard. Sain de corps et ...
SAINBOIS
. s. m. Il se dit, dans les Pharmacies, de L'écorce du garou, qui sert à faire des vésicatoires, et entre dans la composition d'une pommade épispastique. Pommade de ...
SAINDOUX
. s. m. Graisse de porc fondue. Friture au saindoux. Frotter, oindre avec du saindoux.
SAINEMENT
. adv. D'une manière saine. Pour vivre sainement, il faut éviter toute sorte d'excès. Vous n'êtes pas logé sainement dans cette maison, le soleil n'y donne point. Manger ...
SAINFOIN
. s. m. Plante vivace, de la famille des Légumineuses, dont une espèce, nommée autrement Esparcette, est employée à former des prairies artificielles. Les sainfoins veulent ...
SAINT
, AINTE. adj. Essentiellement pur, souverainement parfait. Il ne se dit en ce sens que De Dieu. La sainte Trinité. Le Saint-Esprit. L'Esprit-Saint.   Il se dit, par extension, ...
SAINT-AUGUSTIN
. s. m. T. d'Imprimerie. Caractère qui est entre le gros-texte et le cicéro, et dont le corps est de douze points environ. Le texte est imprimé en saint-augustin.
SAINT-GERMAIN
. s. m. Sorte de poire, grosse, fondante et très-sucrée. Un beau saint-germain.
SAINTE NITOUCHE
. s. f. Voyez NITOUCHE.
SAINTE-BARBE
. s. f. T. de Marine. Il désignait autrefois L'endroit d'un vaisseau où l'on serrait la poudre et les ustensiles d'artillerie. Le feu prit à la sainte-barbe. La partie d'un ...
SAINTEMENT
. adv. D'une manière sainte. Il a vécu saintement. Il est mort saintement.
SAINTETÉ
. s. f. Qualité de ce qui est saint. Grande sainteté. Il est mort en odeur de sainteté. La sainteté des apôtres. La sainteté de sa vie. La sainteté de ses moeurs. La ...
SAÏQUE
. s. f. T. de Marine. Bâtiment de charge dont on se sert sur la Méditerranée. Monter sur une saïque. Monter une saïque.
SAISIE
. s. f. T. de Procéd. L'acte d'un créancier qui, pour la sûreté de sa créance et afin d'en avoir le payement, arrête et met sous la main de la justice, les biens meubles ...
SAISIE-ARRÊT
, SAISIE-BRANDON, SAISIE-EXÉCUTION, SAISIE-GAGERIE, SAISIE-REVENDICATION. s. f. Voyez SAISIE.
SAISINE
. s. f. T. de Jurispr. Il se dit de La possession qui appartient de plein droit à un héritier ; et, en général, de La possession où l'on est d'un bien immeuble. Les ...
SAISIR
. v. a. Prendre tout d'un coup et avec vigueur ou avec vitesse. Saisir quelqu'un au collet ; lui saisir le bras, l'épée, la bride de son cheval. Saisir quelqu'un par les ...
SAISISSABLE
. adj. des deux genres Qui peut être saisi. On ne l'emploie guère qu'en termes de Procédure. Cette rente n'est pas saisissable.
SAISISSANT
, ANTE. adj. Qui saisit, qui surprend tout d'un coup. En ce sens, il ne se dit guère que Du froid. Froid saisissant.   Il est aussi terme de Procédure et d'Administration ...
SAISISSEMENT
. s. m. Impression subite et violente causée par le froid. En se jetant à la nage dans la rivière, il a éprouvé un saisissement qui l'a rendu malade.   Il s'emploie plus ...
SAISON
. s. f. L'une des quatre parties de l'année, qui contiennent chacune trois mois, et dont il y en a deux qui commencent aux solstices, et deux aux équinoxes. Les quatre saisons ...
SALADE
. s. f. Mets composé de certaines herbes ou de certains légumes assaisonnés avec du sel, du vinaigre et de l'huile ; quelquefois avec du poivre, de la moutarde, etc. Bonne ...
SALADE
. s. f. Sorte de casque et d'habillement de tète pour la guerre. Ce mot n'est d'usage qu'en parlant Des derniers siècles.
SALADIER
. s. m. Jatte où l'on sert la salade. Saladier d'argent. Saladier de faïence, de porcelaine.   Il se dit aussi d'Un panier à jour dont on se sert pour secouer la ...
SALAGE
. s. m. Action de saler, ou Le résultat de cette action. Le salage d'un porc coûte tant.
SALAIRE
. s. m. Payement, récompense pour travail ou pour service. Recevoir le salaire de son travail. Payer le salaire à un artisan. Il lui faut tant pour ses salaires et vacations. ...
SALAISON
. s. f. Action de saler les viandes ou autres provisions, pour les conserver longtemps. La salaison du beurre, du porc frais, se fait en tel temps. Pendant la salaison. Pendant ...
SALAMALEC
. s. m. T. emprunté de l'arabe, qui signifie, La paix soit avec vous. Révérence profonde. Il m'a fait un grand salamalec, de grands salamalecs. Il est familier et ne se dit ...
SALAMANDRE
. s. f. Reptile amphibie, à quatre pieds, à longue queue, et sans écailles, auquel on attribuait anciennement la faculté de vivre dans le feu : l'espèce commune a la ...
SALANT
. adj. m. Il n'est guère usité que dans ces locutions, Marais salant, puits salant, Marais, puits d'où l'on tire du sel par évaporation.
SALARIER
. v. a. Récompenser, donner le salaire qui est dû. Il a été mal salarié. SALARIÉ, ÉE. participe, Qui reçoit des gages, un salaire. Un homme salarié par les ennemis ...
SALAUD
, AUDE. s. Celui, celle qui est sale, malpropre. C'est un salaud, une salaude. Allez vous nettoyer, vous laver, petit salaud. On l'emploie aussi comme adjectif. Cet homme est ...
SALE
. adj. des deux genres Qui est malpropre, qui n'est pas net, qui est plein d'ordures. Il se dit Des personnes et des choses. Être toujours crasseux et sale. Avoir les mains ...
SALEMENT
. adv. D'une manière sale. Il mange salement. Il est couché salement.
SALEP
. s. m. Substance nourrissante qu'on tire des racines bulbeuses et mucilagineuses de certains orchis. On prend ordinairement le salep sous forme de gelée. Le salep est ...
SALEP
. v. a. Assaisonner avec du sel. Saler une soupe, une sauce. Cela est trop salé, n'est pas assez salé. Ne le salez pas tant. On l'emploie quelquefois absolument. Ce ...
SALERON
. s. m. La partie supérieure et creuse d'une salière, celle où l'on met le sel.
SALETÉ
. s. f. Qualité de ce qui est sale, malpropre. Je suis ennemi de la saleté. La saleté de ses habits, de son linge, de ses meubles. La saleté des rues. Cet homme est d'une ...
SALEUR
. s. m. Celui qui sale. Saleur de morue, de hareng.

< 1 2 3 4 5 6 > >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.021 c;