Слова на букву asia-bouf (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву asia-bouf (1564)

1 2 3 4 5 6 > >>
ASIARCHAT
. s. m. (On prononce Asiarkat. ) T. d'Hist. ancienne. Magistrature annuelle qui était jointe au sacerdoce, et qui donnait le droit de présidence aux jeux sacrés célébrés ...
ASIARQUE
. s. m. Celui qui était revêtu de l'asiarchat.
ASIATIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient à l'Asie. Il se dit particulièrement Du luxe, des moeurs, du style. Luxe asiatique, Luxe excessif. Moeurs asiatiques, Moeurs ...
ASILE
. s. m. (Quelques-uns, se conformant à l'étymologie, écrivent, Asyle. ) Lieu établi pour servir de refuge aux débiteurs, aux criminels. Asile saint, sacré, inviolable. La ...
ASINE
. adj. f. Il ne s'emploie que dans cette locution peu usitée, Bête asine, Un âne ou une ânesse.
ASPECT
. s. m. Vue d'une personne ou d'une chose. Il tremble à l'aspect de son maître. L'aspect de toutes ces merveilles le surprit. Épargnez-lui un aspect si fâcheux, si ...
ASPERGE
. s. f. Plante potagère dont on mange la tige, lorsqu'elle est encore jeune et tendre. Semer des asperges. Plant, carré d'asperges. Grosses asperges. Asperges vertes. ...
ASPERGER
. v. a. Jeter de l'eau ou quelque autre liquide sur une personne, sur un objet, avec un rameau ou un goupillon. Il n'est guère usité qu'en parlant Des cérémonies ...
ASPERGÈS
. s. m. (On prononce l'S.) Goupillon à jeter de l'eau bénite. Présenter l'aspergès. Dans cette acception, il est familier.  Il se dit aussi Du moment de l'office où se ...
ASPÉRITÉ
. s. f. Rudesse, qualité de ce qui est raboteux, inégal. L'aspérité du sol, d'une pierre, d'une écaille d'huître.   Il s'emploie figurément, au sens moral. ...
ASPERSION
. s. f. Action d'asperger. Il désigne plus particulièrement, L'action de jeter de l'eau bénite avec l'aspersoir, avec le goupillon. Légère aspersion. À l'aspersion de ...
ASPERSOIR
. s. f. Aspergès, goupillon à jeter de l'eau bénite. Présenter l'aspersoir. Jeter de l'eau bénite avec l'aspersoir. L'évêque présente l'aspersoir au roi.
ASPHALTE
. s. m. Espèce de bitume solide, compacte, noir et luisant, que l'on trouve à la surface de quelques lacs, et particulièrement sur la mer Morte ou lac Asphaltite, dans ...
ASPHODÈLE
. s. m. T. de Botan. Plante de la famille des Liliacées, dont quelques espèces sont cultivées dans les jardins : celle qui croît naturellement dans le midi de la France, ...
ASPHYXIE
. s. f. T. de Médec. État de mort apparente et imminente, causé principalement par la suspension de la respiration. Tomber en asphyxie.
ASPHYXIER
. v. a. Déterminer, causer l'asphyxie. La vapeur du charbon asphyxie. Ce gaz les asphyxia.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel, et signifie, Se donner la mort au ...
ASPIC
. s. m. Serpent dont la morsure est très-dangereuse. Il fut piqué d'un aspic, par un aspic. Fig., Un aspic, une langue d'aspic, Un médisant.
ASPIC
. s. m. Nom vulgaire de la grande lavande. Il n'est guère usité que dans cette locution, Huile d'aspic. Voyez SPIC.
ASPIC
. s. m. T. de Cuisine. Plat composé de viande ou de poisson froid, et de gelée.
ASPIRANT
, ANTE. adj. T. d'Hydraulique. Qui aspire. Il n'est guère usité que dans cette locution, Pompe aspirante, Sorte de pompe qui élève l'eau en faisant le vide ; à la ...
ASPIRANT
, ANTE. s. Celui, celle qui aspire à une chose, qui veut y parvenir. Il se dit plus particulièrement d'Une personne qui aspire à obtenir une charge, un titre, à être reçue ...
ASPIRATION
. s. f. Action d'attirer l'air extérieur dans ses poumons. L'aspiration est opposée à l'expiration. Une forte aspiration. Dans le langage médical, on dit plus ...
ASPIRER
. v. a. Attirer l'air extérieur dans ses poumons. Il est opposé à Expirer, verbe actif. Aspirer une grande quantité d'air. On suce en aspirant avec plus ou moins de force. ...
ASPRE
. s. m. Petite monnaie d'argent chez les Turcs. L'aspre vaut le tiers du para, c'est-à-dire, un peu moins de trois centimes.
ASSA
. s. f. Suc végétal concret. Il y en a de deux espèces : l' Assa dulcis, qui est la résine du benjoin, et l' Assa foetida, autre résine, d'une odeur désagréable, qui ...
ASSAILLANT
. s. m. Celui qui attaque.  Il se dit tant de Ceux qui attaquent un homme, que de Ceux qui assiégent une place. L'assaillant ne s'attendait pas à une telle résistance. Il ...
ASSAILLIR
. v. a. ( J'assaille, tu assailles, il assaille ; nous assaillons, vous assaillez, ils assaillent. J'assaillais. J'assaillis. J'assaillirai. J'assaillirais. Que j'assaille. Que ...
ASSAINIR
. v. a. Rendre sain. Assainir un quartier. Assainir une prison. L'écoulement des eaux qui croupissaient dans ce vallon a bien assaini la contrée.   ASSAINI, IE. participe
ASSAINISSEMENT
. s. m. Action d'assainir, ou Le résultat de cette action. On a imaginé divers moyens pour l'assainissement des lieux où sont rassemblés beaucoup d'hommes. L'assainissement ...
ASSAISONNEMENT
. s. m. Ce qui sert à assaisonner. Le poivre est un assaisonnement. Mettez-y, pour tout assaisonnement, du vinaigre et du sel. Cela doit se manger sans aucun assaisonnement. ...
ASSAISONNER
. v. a. Accommoder une viande, ou autre chose à manger, avec les ingrédients qu'il faut pour la rendre plus agréable au goût. Ce cuisinier sait bien assaisonner les viandes, ...
ASSAKI
. s. f. Titre de la sultane favorite du Grand Seigneur.
ASSASSIN
. s. m. Celui qui assassine. L'assassin a été pris. On a poursuivi les assassins. Il est tombé sous les coups d'un assassin, d'un lâche assassin. Il a été blessé par un ...
ASSASSIN
, INE. adj. Qui assassine. Il n'est guère usité qu'en poésie. Un fer assassin. Fig. et fam., Des yeux assassins, des regards assassins, Des yeux, des regards capables ...
ASSASSINAT
. s. m. Action d'attenter, de dessein formé, de guet-apens, à la vie d'une personne. L'assassinat est puni de mort. Une tentative d'assassinat. Un horrible assassinat. Il ...
ASSASSINER
. v. a. Attenter, de dessein formé, de guet-apens, à la vie de quelqu'un. On l'assassina sur le grand chemin. Il n'oserait vous attaquer en homme d'honneur, mais craignez ...
ASSAUT
. s. m. Attaque pour emporter de vive force une ville, une place de guerre, un poste, etc. Assaut vigoureux. Assaut général. Aller à l'assaut. Monter à l'assaut. Donner, ...
ASSEMBLAGE
. s. m. Union, réunion de plusieurs choses, ou même de plusieurs personnes. Un assemblage de lettres, de syllabes. Un bateau se fait de l'assemblage de plusieurs pièces de ...
ASSEMBLÉE
. s. f. coll. Réunion d'un nombre plus ou moins considérable de personnes dans un même lieu. Le prêtre bénit l'assemblée. Belle, grande, brillante, nombreuse assemblée. ...
ASSEMBLER
. v. a. Mettre ensemble. Assembler des matériaux pour bâtir. Assembler des papiers, des livres.   Il signifie aussi, Réunir, convoquer. Assembler des troupes. Assembler ...
ASSEMBLEUR
, EUSE. s. Ouvrier, ouvrière qui fait les assemblages, dans une imprimerie ou une librairie.
ASSENER
. v. a. ( J'assène. J'assènerai. ) Porter un coup violent. Il lui assena un coup de massue. Il lui avait assené un coup de pierre entre les deux yeux. ASSENÉ, ÉE. ...
ASSENTIMENT
. s. m. Consentement volontaire donné à une proposition, à un acte. Je n'ai point donné mon assentiment à cet acte, à ce traité, à cette décision. Il ne l'a fait ...
ASSENTIR
. v. n. toujours suivi de la préposition à. Donner son assentiment. Il a vieilli, et ne se disait guère qu'en Jurisprudence, Assentir à un acte, et en Philosophie, Assentir ...
ASSEOIR
. v. a. ( J'assieds, tu assieds, il assied ; nous asseyons, vous asseyez, ils asseyent. J'asseyais. J'assis. J'assiérai ou J'asseyerai. J'assiérais ou J'asseyerais. Assieds, ...
ASSERMENTER
. v. a. Lier par un serment. Il ne se dit guère qu'en parlant Des personnes auxquelles on confère des offices publics. Assermenter un fonctionnaire public. ASSERMENTÉ, ...
ASSERTION
. s. f. Proposition qu'on avance et qu'on soutient comme vraie. La seconde assertion est une suite de la première. Assertion vraie, fausse, hasardée, singulière. En croire ...
ASSERVIR
. v. a. Assujettir, réduire à une extrême dépendance. Ce conquérant avait asservi plusieurs nations. Il conçut le projet d'asservir son pays. Asservir un peuple. Il ...
ASSERVISSANT
, ANTE. adj. Qui asservit, qui tient dans une extrême dépendance. Il ne se dit guère que Des choses. Une condition asservissante. Un joug asservissant. Des règles ...
ASSERVISSEMENT
. s. m. État de ce qui est asservi. Il se dit au propre et au figuré. Tenir un peuple dans l'asservissement. Il ne put survivre à l'asservissement de sa patrie. C'est trop ...
ASSESSEUR
. s. m. Officier de justice adjoint à un juge principal, pour l'aider dans ses fonctions ou le suppléer en son absence. Conseiller assesseur. Premier assesseur. Assesseur d'un ...
ASSEZ
. adv. Suffisamment, autant qu'il faut. Assez bon. Assez grand. Assez long. Il n'a pas assez de vivres pour un mois. Assez d'argent. Assez d'amis. Assez et plus qu'il ne faut. Il ...
ASSIDU
, UE. adj. Qui est exact à se rendre où son devoir l'appelle. Ce magistrat est fort assidu aux audiences. Cet employé est assidu à son bureau.   Il signifie aussi, Qui a une ...
ASSIDUITÉ
. s. f. Exactitude à se trouver aux lieux où le devoir appelle. L'assiduité d'un juge aux audiences, d'un commis à son bureau.   Il signifie aussi, Application continuelle ...
ASSIDÛMENT
. adv. D'une manière assidue. Il travaille assidûment. Il est assidûment auprès d'elle.
ASSIÉGEANT
, ANTE. adj. Qui assiége. L'armée assiégeante. Les troupes assiégeantes devinrent assiégées.   Il est plus ordinairement substantif, et il ne se dit guère qu'au pluriel. ...
ASSIÉGER
. v. a. Faire le siége d'une place de guerre, d'une citadelle, etc. On va bientôt assiéger la ville, la forteresse.   Il se dit aussi en parlant Des personnes qui sont ...
ASSIETTE
. s. f. Situation, manière d'être assis, couché, placé. Bonne assiette. Mauvaise assiette. Assiette contrainte, incommode. Ce malade ne peut trouver une bonne assiette. ...
ASSIETTÉE
. s. f. Plein une assiette. Une assiettée de potage. On dit plus ordinairement, Une assiette de potage.
ASSIGNABLE
. adj. des deux genres Qui peut être assigné, déterminé avec précision. Il n'y a pas entre ces deux objets de différence assignable.
ASSIGNAT
. s. m. T. de Jurispr. Constitution ou assignation d'une rente sur un héritage qui demeure nommément affecté au payement annuel de cette rente. Il est vieux : on dit ...
ASSIGNATION
. s. f. Action d'affecter un fonds au payement d'une dette, d'une rente, etc. L'assignation du douaire de cette femme a été faite sur tel immeuble.   Il se dit aussi d'Un ...
ASSIGNER
. v. a. Affecter un fonds ou une certaine nature de deniers au payement d'une dette, d'une rente, etc. Sur quel fonds cette dépense sera-t-elle assignée ? On assigna son ...
ASSIMILATION
. s. f. Action d'assimiler. Il se dit ordinairement de L'action par laquelle deux ou plusieurs choses sont présentées comme semblables. Vous faites là une fausse assimilation. ...
ASSIMILER
. v. a. Rendre semblable. Ces penchants honteux assimilent l'homme à la brute.   Il signifie plus ordinairement, Présenter comme semblable ; établir entre deux ou ...
ASSISE
. s. f. Rang de pierres de taille qu'on pose horizontalement pour construire une muraille. Les ouvriers sont à la première, à la seconde assise. Chaque assise a tant de ...
ASSISTANCE
. s. f. Présence. Dans ce sens, il n'est guère usité qu'en parlant de La présence d'un officier public à quelque opération, ou de La présence d'un ecclésiastique dans ...
ASSISTANT
, ANTE. adj. Qui est présent en un lieu. On le dit principalement Des ecclésiastiques qui secondent l'officiant dans quelque grande cérémonie religieuse. Il y avait tant de ...
ASSISTER
. v. n. Être présent à quelque chose par devoir ou par bienséance, ou par tout autre motif. Assister au service divin. Assister à la messe, à une cérémonie, à un ...
ASSOCIATION
. s. f. Union de plusieurs personnes qui se joignent ensemble pour quelque intérêt commun, pour quelque entreprise, etc. Acte d'association. Traité d'association. Former une ...
ASSOCIER
. v. a. Prendre quelqu'un pour compagnon, pour collègue dans une dignité, dans un emploi, dans une entreprise, etc. Dioclétien associa Maximien à l'empire. Je l'ai associé ...
ASSOGUE
. s. f. Mot espagnol qui signifie, Vif-argent. On donnait ce nom à Certains galions d'Espagne destinés à porter en Amérique le vif-argent dont on se sert pour épurer l'or ...
ASSOLEMENT
. s. m. T. d'Agricult. Partage de terres labourables en grandes portions ou soles, pour y faire succéder les récoltes suivant un certain ordre.
ASSOLER
. v. a. T. d'Agricult. Diviser des terres labourables par soles, faire un assolement. ASSOLÉ, ÉE. participe
ASSOMMANT
, ANTE. adj. Qui est excessivement fatigant, ennuyeux, incommode. Travail assommant. Chaleur assommante. Un homme assommant. Discours assommant. Il est familier.
ASSOMMER
. v. a. Tuer avec quelque chose de pesant, comme une massue, un levier, des pierres, etc. Assommer un boeuf avec un maillet. Assommer à coups de bâton. Il fut assommé à ...
ASSOMMOIR
. s. m. Sorte de piége que l'on tend surtout aux bêtes puantes, telles que renards, blaireaux, etc., et qui est disposé de manière à les assommer lorsqu'elles s'y ...
ASSOMPTION
. s. f. Il se dit de L'enlèvement miraculeux de la sainte Vierge au ciel par les anges. L'assomption de la sainte Vierge, de la Vierge.   Il se dit aussi Du jour auquel ...
ASSONANCE
. s. f. T. de Rhétorique. Ressemblance imparfaite de son dans la terminaison des mots. Dans la prose, il ne suffit pas d'éviter les rimes à la fin des membres des ...
ASSONANT
, ANTE. adj. Qui produit une assonance. Il ne s'emploie guère qu'au pluriel. Mots assonants. Il faut éviter les terminaisons assonantes. Syllabes assonantes.
ASSORATH
ou ASSONAH. s. f. Voyez SONNA.
ASSORTIMENT
. s. m. Convenance de plusieurs choses qui ont entre elles quelque rapport. L'assortiment de ces couleurs est agréable, bien entendu. L'assortiment de ces meubles est de fort ...
ASSORTIR
. v. a. Mettre ensemble deux ou plusieurs choses qui se conviennent. Assortir diverses couleurs l'une avec l'autre. Cette étoffe est riche, il faut l'assortir d'une doublure ...
ASSORTISSANT
, ANTE. adj. Qui convient, qui assortit bien. Donnez-moi une couleur assortissante à celle-ci, à mon âge.
ASSOTER
. v. a. Infatuer d'une passion, rendre sottement amoureux. Il s'est laissé assoter de cette fille.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel, et signifie, Prendre un sot ...
ASSOUPIR
. v. a. Endormir à demi, causer une disposition prochaine au sommeil. Les fumées du vin l'assoupissent. Les vapeurs qui montent à la tête assoupissent. Un discours monotone ...
ASSOUPISSANT
, ANTE. adj. Qui assoupit. Fumées, vapeurs assoupissantes. Remède assoupissant.   Il s'emploie quelquefois au figuré. Lecture assoupissante. Son débit est assoupissant. ...
ASSOUPISSEMENT
. s. m. État d'une personne assoupie. Il était dans un grand assoupissement, dans un profond assoupissement. Un assoupissement léthargique.   Il se dit figurément, et ...
ASSOUPLIR
. v. a. Rendre souple. Assouplir une étoffe, un ressort.   En termes de Manége, Assouplir un cheval, L'habituer à se mouvoir avec souplesse. ASSOUPLIR, se dit aussi ...
ASSOURDIR
. v. a. Il se dit D'un bruit très-fort, très-éclatant, qui cause une surdité passagère. Le canon, le bruit du canon l'avait assourdi. Par exagér., Il criait à nous ...
ASSOURDISSANT
, ANTE. adj. Qui assourdit. Bruit assourdissant. Ces cloches sont assourdissantes.   Il s'emploie figurément, par exagération. Babil, bavardage assourdissant.
ASSOUVIR
. v. a. Rassasier pleinement, apaiser une faim vorace. Depuis qu'il est relevé de maladie, on ne saurait l'assouvir. On ne peut assouvir cet enfant. Assouvir sa faim. C'est ...
ASSOUVISSEMENT
. s. m. Action d'assouvir ; État de ce qui est assouvi. Rien ne suffit à l'assouvissement de sa faim.   Il s'emploie plus ordinairement au figuré. L'assouvissement des ...
ASSUJETTIR
. v. a. (Plusieurs écrivent, Assujétir. ) Soumettre, ranger sous sa domination. Assujettir un peuple, une province. On n'a pas encore assujetti ce pays-là.   Il se dit ...
ASSUJETTISSANT
, ANTE. adj. (Plusieurs écrivent, Assujétissant.) Qui astreint, qui tient dans une grande sujétion, qui exige beaucoup d'assiduité. C'est un métier bien assujettissant. Une ...
ASSUJETTISSEMENT
. s. m. (Plusieurs écrivent, Assujétissement. ) État de dépendance. L'assujettissement d'un pays. L'assujettissement d'une province à un royaume.   Il signifie plus ...
ASSUMER
. v. a. Prendre. Il ne s'emploie que figurément et dans cette phrase, Assumer sur soi la responsabilité d'une chose.   ASSUMÉ, ÉE. participe
ASSURANCE
. s. f. Certitude. On ne peut plus douter de cette nouvelle, on en a une entière assurance. J'ai l'assurance que cette place me sera donnée.   Il signifie aussi, Confiance. ...
ASSURÉMENT
. adv. Certainement, sûrement. Assurément cela est vrai. Oui assurément. Assurément non. Ce n'est pas vous assurément qui l'en empêcherez.
ASSURER
. v. a. Rendre stable, affermir ; faire qu'une chose ne tombe pas, ne vacille pas, qu'elle reste en place. Assurer une muraille, un plancher, une poutre, en l'étayant. ...
ASSUREUR
. s. m. Il n'est usité qu'en parlant de Ceux qui, pour certaine somme, assurent les navires de commerce, les marchandises, les maisons, etc.
ASTER
. s. m. (On prononce l'R.) T. de Botan. Genre de plantes à fleurs radiées, qui comprend un grand nombre d'espèces, cultivées la plupart comme plantes d'agrément.
ASTÉRIE
. s. f. T. d'Hist. nat. Genre d'animaux marins, de la classe des Zoophytes, qu'on appelle aussi Étoiles de mer, parce qu'ils ont le corps partagé en cinq lobes imitant les ...
ASTÉRISME
. s. m. T. d'Astron. Constellation, assemblage de plusieurs étoiles. Les astérismes sont marqués sur le globe céleste. La grande Ourse, la petite Ourse, sont des ...
ASTÉRISQUE
. s. m. T. d'Impr. Signe en forme d'étoile (*), qui indique un renvoi, ou qu'on emploie pour quelque désignation convenue. Mettre un astérisque. Cet astérisque renvoie à ...
ASTHMATIQUE
. adj. des deux genres (On prononce Azmatique. ) Qui a un asthme, qui est sujet à l'asthme. Il y a quinze ans qu'il est asthmatique.   Il s'emploie aussi substantivement. ...
ASTHME
. s. m. (On prononce Azme. ) Maladie nerveuse caractérisée par une grande difficulté de respirer, qui revient périodiquement, et qui n'est pas liée à une affection ...
ASTICOTER
. v. a. Contrarier, tracasser quelqu'un sur de petites choses. Il ne cesse d'asticoter ces enfants, cela les rebute. Il est toujours à m'asticoter. Il est familier. ASTICOTÉ, ...
ASTRAGALE
. s. m. T. d'Archit. Moulure ronde qui embrasse l'extrémité supérieure d'une colonne. Lorsqu'elle est employée ailleurs, comme dans la corniche, on l'appelle Baguette. Elle ...
ASTRAGALE
. s. m. T. de Botan. Genre de plantes légumineuses, très-nombreux en espèces, dont quelques-unes sont utiles par les sucs gommeux qui en découlent.
ASTRAL
, ALE. adj. Qui appartient aux astres, ou Qui offre quelque rapport avec les astres. Année astrale, Le temps que le soleil emploie à revenir au point du ciel d'où il était ...
ASTRE
. s. m. Il se dit en général de Tous les corps célestes. Le mouvement des astres. Le cours des astres. L'aspect des astres. Observer les astres. Calculer le mouvement des ...
ASTRÉE
. s. f. T. d'Hist. nat. Sorte de polypier pierreux dont la surface est parsemée d'étoiles.
ASTREINDRE
. v. a. Assujettir. Astreindre quelqu'un à des conditions déraisonnables, injustes. Il voudrait m'astreindre à me rendre chez lui tous les jours.   Il s'emploie aussi avec le ...
ASTRICTION
. s. f. T. de Médec. Action d'une matière astringente sur l'économie animale.
ASTRINGENT
, ENTE. adj. T. de Médec. Il se dit Des substances, des médicaments qui resserrent. Remède astringent. Herbe astringente. Poudre astringente.   Il est quelquefois substantif. ...
ASTROÏTE
. s. f. T. d'Hist. nat. Sorte de polypier que l'on nomme plus ordinairement Astrée. Voyez ce mot. ASTROÏTE, se dit aussi d'Une espèce de pierre à laquelle la magie ...
ASTROLABE
. s. m. Instrument astronomique qui servait autrefois pour mesurer la hauteur des astres au-dessus de l'horizon. Un bon astrolabe. Traité de l'usage de l'astrolabe.   Il se ...
ASTROLOGIE
. s. f. Art chimérique, nommé aussi Astrologie judiciaire, suivant les règles duquel on prétendait connaître l'avenir par l'inspection des astres. Étudier l'astrologie. ...
ASTROLOGIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient à l'astrologie. Prédiction astrologique.   Figure astrologique, La description du thème céleste, ou de l'aspect général des astres ...
ASTROLOGUE
. s. m. Celui qui s'adonne à l'astrologie judiciaire. Prov. et fig., Ce n'est pas un grand astrologue, se dit D'un homme qui n'est pas fort habile en quelque profession que ce ...
ASTRONOME
. s. m. Celui qui connaît et pratique l'astronomie. Grand astronome. Les astronomes ont observé, ont remarqué ...
ASTRONOMIE
. s. f. Science qui apprend à déterminer les positions relatives des astres, à constater les lois de leurs mouvements et les détails physiques de leur configuration. ...
ASTRONOMIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient à l'astronomie. Tables astronomiques. Observations astronomiques. Calculs astronomiques.
ASTRONOMIQUEMENT
. adv. Suivant les principes de l'astronomie.
ASTUCE
. s. f. Finesse, ruse qui a pour objet le mal, qui nuit ou tend à nuire. Un homme plein d'astuce. Il a fait cela par astuce. Employer de petites astuces.
ASTUCIEUSEMENT
. adv. Avec astuce. Agir astucieusement.
ASTUCIEUX
, EUSE. adj. Qui a de l'astuce. Homme astucieux. Femme astucieuse.   Il se dit aussi Des choses où il y a de l'astuce. Conduite astucieuse. Manoeuvre astucieuse. Questions ...
ASYLE
. s. m. Voyez ASILE.
ASYMPTOTE
. s. f. (Dans ce mot et le suivant, l'S se prononce comme si elle était double.) T. de Géom. Ligne droite qui, indéfiniment prolongée, s'approche continuellement d'une ...
ASYMPTOTIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient ou qui a rapport à l'asymptote. Point asymptotique. Courbe asymptotique.
ATARAXIE
. s. f. T. de Philosophie. Quiétude, calme, tranquillité de l'âme. Les stoïciens tendaient à l'ataraxie.
ATAXIE
. s. f. T. de Médec. Il s'employait autrefois dans l'acception la plus étendue, pour indiquer Toute espèce de désordre ou d'irrégularité dans la marche des maladies. Il ...
ATAXIQUE
. adj. des deux genres T. de Médec. Qui appartient, qui a rapport à l'ataxie. Fièvre ataxique. État ataxique. Symptômes ataxiques.
ATELIER
. s. m. Lieu où travaillent réunis des artistes ou des ouvriers, tels que peintres, sculpteurs, maçons, charpentiers, menuisiers, etc. Ce peintre, ce sculpteur a tant ...
ATELLANES
. s. f. pl. Espèce de farces, en usage sur le théâtre romain, qui tiraient leur nom de la ville d'Atella, et qui répondaient aux pièces satyriques des Grecs.
ATÉMADOULET
. s. m. Titre du premier ministre de Perse.
ATERMOIEMENT
. s. m. T. de Commerce et de Jurispr. Accommodement d'un débiteur avec ses créanciers, qui lui accordent des délais pour se libérer, et souvent même la remise d'une ...
ATERMOYER
. v. a. T. de Commerce et de Jurispr. Prolonger, reculer les termes d'un payement. Atermoyer une lettre de change, une promesse, un billet, etc.   Il s'emploie aussi avec le ...
ATHÉE
. s. m. Celui qui ne reconnaît point de Dieu. C'est un athée. Il passe pour athée. Une secte d'athées.   Il est quelquefois adjectif des deux genres, et signifie, Qui nie la ...
ATHÉISME
. s. m. L'opinion, la doctrine des athées. Cette opinion approche de l'athéisme. Tomber dans l'athéisme. Ces principes mènent à l'athéisme. Faire profession d'athéisme.
ATHÉNÉE
. s. m. T. d'Antiq. romaine. Lieu public où les rhéteurs et les poëtes lisaient leurs ouvrages, et où ceux qui enseignaient les beaux-arts donnaient leurs leçons. Le ...
ATHLÈTE
. s. m. Celui qui combattait à la lutte ou au pugilat, dans les jeux solennels de l'ancienne Grèce. Un puissant athlète. Un athlète robuste. Combat d'athlètes.   Il se ...
ATHLÉTIQUE
. s. f. Partie de la gymnastique des anciens, l'art des athlètes.
ATHLÉTIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient, qui est propre à l'athlète. Taille athlétique. Constitution athlétique. Force athlétique. Cet homme a des formes athlétiques.
ATHLOTHÈTE
. s. m. Officier qui, chez les anciens Grecs, présidait aux jeux gymnastiques, et en faisait observer les lois.
ATINTER
. v. a. Parer, orner avec trop d'affectation. Qui vous a ainsi atintée ? On l'emploie aussi avec le pronom personnel. Elle est deux heures à s'atinter. Il est ...
ATLANTE
. s. m. T. d'Archit. Figure qui soutient sur le cou et les épaules une corniche, une tribune, etc. On comprend ordinairement cette sorte de figure sous la dénomination de ...
ATLANTIQUE
. adj. des deux genres Il n'est guère usité que dans ces dénominations, Mer ou Océan Atlantique, Le grand Océan, qui est entre l'ancien et le nouveau monde ; et, Format ...
ATLAS
. s. m. (On prononce l'S.) Recueil de cartes géographiques. Grand atlas. Atlas portatif.   Il se dit également, en Librairie, de Tout recueil de cartes géographiques, de ...
ATMOSPHÈRE
. s. f. La masse d'air qui environne la terre. La hauteur moyenne de l'atmosphère est de vingt lieues. Poids, pression de l'atmosphère. Atmosphère chargée de vapeurs. Cette ...
ATMOSPHÉRIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient, qui a rapport à l'atmosphère. Air atmosphérique. Vapeurs atmosphériques.
ATOME
. s. m. (O est long dans ce mot.) Corps regardé comme indivisible, à cause de son extrême petitesse. Démocrite et Épicure ont prétendu que le monde était composé ...
ATONIE
. s. f. T. de Médec. Défaut de ton, faiblesse des organes. On le dit surtout en parlant Des organes contractiles. Atonie de l'estomac. Atonie générale. Il est dans un état ...
ATONIQUE
. adj. des deux genres T. de Médec. Qui résulte de l'atonie. Maladies atoniques.
ATOUR
. s. m. Parure. Il ne s'emploie guère qu'au pluriel, et ne se dit qu'en parlant De la parure des femmes. Elle avait ses plus beaux atours. Quand elle est dans ses atours.   Au ...
ATOURNER
. v. a. Orner, parer. Il ne se dit qu'en parlant De la parure des femmes, et par plaisanterie. Atourner l'épousée. Il est vieux. ATOURNÉ, ÉE. participe, Vous voilà bien ...
ATOUT
. s. m. T. de Jeu de cartes. Carte de la même couleur que celle qui retourne. Les atouts emportent les autres cartes. Jouer un atout. Jouer atout. Donner, fournir de l'atout. ...
ATRABILAIRE
. adj. des deux genres Nom donné par les anciens médecins aux mélancoliques et aux hypocondres, chez lesquels ils croyaient l'atrabile prédominante. On l'emploie souvent ...
ATRABILE
. s. f. T. de Médec. ancienne. Bile noire, mélancolie. L'existence de l'atrabile est considérée aujourd'hui comme entièrement hypothétique.
ÂTRE
. s. m. Foyer, l'endroit de la cheminée où l'on fait le feu. Les carreaux d'un âtre. Ôter les cendres de l'âtre.   L'âtre d'un four, La partie plane d'un four. Prov. et ...
ATROCE
. adj. des deux genres Énorme, excessif. Il se dit principalement Des crimes, des injures, et des supplices. Crime atroce. Vengeance atroce. Perfidie atroce. Injure atroce. ...
ATROCEMENT
. adv. Avec atrocité. Une action atrocement perfide.
ATROCITÉ
. s. f. Énormité, excès. Il se dit principalement Des crimes, des injures, des supplices. L'atrocité d'un crime. Ce forfait est d'une atrocité inouïe. L'atrocité des ...
ATROPHIE
. s. f. T. de Médec. Amaigrissement excessif du corps, ou seulement d'une partie du corps.
ATROPHIÉ
, ÉE. adj. Qui est dans l'atrophie. Membre atrophié.
ATTABLER
(S'). v. pron. Se mettre à table pour y demeurer longtemps. Ils s'attablèrent à midi, et ne sortirent de table qu'à six heures du soir. Il se dit aussi en parlant Du jeu. ...
ATTACHANT
, ANTE. adj. Qui attache, qui fixe fortement l'attention. Un livre attachant. Spectacle attachant. C'est une étude fort attachante. Cette lecture est fort attachante.
ATTACHE
. s. f. Lien, courroie, etc. ; en général, Ce qui sert à attacher. L'attache d'un limier, d'un lévrier. Mettre un chien, un cheval à l'attache.   Chien d'attache, Chien ...
ATTACHEMENT
. s. m. Sentiment qui fait qu'on s'attache fortement et volontairement à quelque personne, à quelque chose. Avoir de l'attachement pour quelqu'un. Avoir de l'attachement à un ...
ATTACHEMENTS
. s. m. pl. T. d'Archit. Dans la pratique du bâtiment, on nomme ainsi Les notes des ouvrages de diverses espèces, que l'on prend lorsqu'ils sont encore apparents, pour y avoir ...
ATTACHER
. v. a. Joindre, fixer une chose à une autre, en sorte qu'elle y tienne. Attacher avec un cordon, avec un clou, avec de la colle. Attacher avec des épingles. S'attacher un ...
ATTAQUABLE
. adj. des deux genres Qui peut être attaqué. La place n'est attaquable que de ce côté. Ce titre est attaquable, n'est point attaquable.
ATTAQUANT
. s. m. Assaillant, celui qui attaque. Il s'emploie surtout au pluriel. Les attaquants furent repoussés.
ATTAQUE
. s. f. Action d'attaquer. Il se dit, particulièrement, à la guerre, de L'action par laquelle on attaque l'ennemi, on engage le combat. Attaque générale. Attaque vigoureuse. ...
ATTAQUER
. v. a. Assaillir, être agresseur. Attaquer l'ennemi, l'attaquer dans ses retranchements. Attaquer une place. Attaquer une nation, un empire. Attaquer rudement, ...
ATTEINDRE
. v. a. ( J'atteins. J'atteignais. J'atteignis. J'atteindrai. J'atteindrais. Atteins. Que j'atteigne. Que j'atteignisse. Atteignant. ) Frapper de loin avec quelque chose. Il ...
ATTEINTE
. s. f. Coup dont on est atteint. Rude atteinte, légère atteinte.   Il se dit, particulièrement, Du coup qu'un cheval se donne lui-même en s'atteignant aux pieds de devant ...
ATTELAGE
. s. m. Il se dit Du nombre de chevaux, de boeufs, etc., qui sont nécessaires pour tirer la charrue, ou pour traîner des voitures. Ce laboureur a tant d'attelages. Ce ...
ATTELER
. v. a. Attacher des chevaux, des mulets, ou autres animaux de trait, à la voiture, au chariot, à la charrue, etc., qu'ils doivent tirer. Atteler les chevaux à la voiture ; ...
ATTELLE
. s. f. Morceau de bois chantourné qu'on attache au collier des chevaux de harnais.  Il signifie aussi, en Chirurgie, Une petite pièce de bois, de carton, de fer-blanc, ...
ATTENANT
, ANTE. adj. Contigu, qui est tout proche, tout contre. Il ne se dit guère que Des pièces d'un appartement, des maisons, des jardins, et ne s'emploie ordinairement que dans le ...
ATTENANT
. préposition Joignant, tout proche, contre. Il loge tout attenant du palais, au palais, le palais. Cet emploi vieillit.  Il se prend quelquefois adverbialement. Connaissez ...
ATTENDRE
. v. a. Rester en un lieu où l'on compte qu'une personne viendra, qu'une chose sera apportée, amenée. Je vous attends ici. Je vous attendrai demain chez moi. Je vous ...
ATTENDRIR
. v. a. Rendre tendre et facile à manger. La gelée attendrit les choux. Il faut battre ce gigot pour l'attendrir.   Il signifie figurément, Émouvoir de compassion, de ...
ATTENDRISSANT
, ANTE. adj. Qui attendrit, qui émeut de compassion, de tendresse. Spectacle attendrissant. Ce récit est fort attendrissant. Des paroles attendrissantes.
ATTENDRISSEMENT
. s. m. Sentiment par lequel on s'attendrit ; ou État d'une âme attendrie. Doux attendrissement. Ces paroles lui causèrent un grand attendrissement. Il sut profiter de ...
ATTENTAT
. s. m. Entreprise criminelle ou illégale contre les personnes ou les choses. Énorme attentat. Affreux, horrible attentat. Noir attentat. Lâche attentat. C'est un attentat. ...
ATTENTATOIRE
. adj. des deux genres Qui attente. Il ne se dit que Des choses. C'est un acte attentatoire aux libertés publiques. Mesure attentatoire à la propriété.   Il ne se disait ...
ATTENTE
. s. f. L'état de celui qui attend, ou Le temps pendant lequel on est à attendre. Passer la nuit dans l'attente. Il nous tient dans l'attente de ce qu'il veut faire. L'attente ...
ATTENTER
. v. n. Commettre un attentat contre une personne ou une chose. Attenter à la vie de quelqu'un. Attenter à la pudeur, à l'honneur d'une femme. Attenter à sa propre vie. ...
ATTENTIF
, IVE. adj. Qui a de l'attention, de l'application. Être attentif à son ouvrage. Être attentif à un discours. Les auditeurs étaient fort attentifs. Avoir l'esprit attentif. ...
ATTENTION
. s. f. Application d'esprit à quelque chose. Avoir attention à ce qu'on fait, à ce qu'on dit. Prêter attention. Prêter une attention favorable. Cela demande beaucoup ...
ATTENTIVEMENT
. adv. Avec attention. Lire attentivement. Écouter attentivement.
ATTÉNUANT
, ANTE. adj. Qui atténue. Il se dit, en Médecine, Des remèdes qui semblent augmenter la fluidité des humeurs. Dans cette acception, on l'emploie aussi substantivement. Les ...
ATTÉNUATION
. s. f. Affaiblissement, diminution de forces. Il n'est guère usité que dans cette phrase, Être dans un état d'atténuation, dans une grande atténuation.   Il se dit ...
ATTÉNUER
. v. a. Affaiblir, diminuer les forces, l'embonpoint. Les jeûnes, les veilles, les fatigues l'ont extrêmement atténué, l'ont atténué.   En termes de Médec., Atténuer ...
ATTERRAGE
. s. m. (Quelques uns écrivent, Attérage. ) T. de Marine. Voisinage, proximité de la terre ; parage voisin de la terre. Être, arriver sur l'atterrage des côtes d'Europe. ...
ATTERRER
. v. a. (Quelques-uns écrivent, Attérer. ) Abattre, renverser par terre. Ils en vinrent aux prises, et il l'atterra sous lui. Il attendit le taureau, le prit par les cornes, ...
ATTERRIR
. v. n. (Quelques-uns écrivent, Attérir. ) T. de Marine. Prendre terre Nous atterrîmes à tel endroit.
ATTERRISSAGE
. s. m. (Quelques-uns écrivent, Attérissage. ) Action d'atterrir. Nous avons fait notre atterrissage tel jour.
ATTERRISSEMENT
. s. m. (Quelques-uns écrivent, Attérissement. ) Amas de terre formé par la vase ou par le sable que la mer ou les rivières apportent le long d'un rivage, par succession de ...
ATTESTATION
. s. f. Certificat, témoignage donné par écrit. Attestation de bonne vie et moeurs. Attestation de médecin. J'ai l'attestation du maire. Attestation en bonne forme. ...
ATTESTER
. v. a. Assurer, certifier un fait, la vérité d'un fait, soit de vive voix, soit par écrit. Le curé a attesté qu'il les avait mariés. Il a attesté avec serment que ...
ATTICISME
. s. m. Délicatesse de langage, finesse de goût particulière aux Athéniens. On l'applique, par extension, Au style de tout écrivain qui joint l'élégance à la pureté. ...
ATTICISTE
. s. m. T. de Philologie. On appelle ainsi Les auteurs grecs qui se sont étudiés à imiter en tout le style des écrivains attiques. Lucien est un atticiste.
ATTIÉDIR
. v. a. Rendre tiède ce qui est chaud. Cette eau est trop chaude, il faut l'attiédir avec de l'eau froide.   Il signifie figurément, Diminuer, amortir la vivacité, ...
ATTIÉDISSEMENT
. s. m. État d'une chose qui passe de la chaleur à la tiédeur. Il n'est guère d'usage qu'au figuré. Son amitié pour moi n'a souffert aucun attiédissement.   Il sert, ...
ATTIFER
. v. a. Orner, parer. On l'emploie surtout avec le pronom personnel : il ne se dit que Des femmes, et ordinairement en parlant De leur coiffure. Cette femme est longtemps à ...
ATTIFET
. s. m. Ornement de tête pour les femmes. Il est vieux.
ATTIQUE
. adj. des deux genres Qui a rapport à la manière et au goût des anciens Athéniens. Goût, finesse attique. En Archit., Ordre attique.   Dialecte attique, Le dialecte ...
ATTIQUE
. s. m. T. d'Archit. Petit étage qui est au-dessus de la corniche supérieure d'une maison, d'un édifice : c'est une sorte de piédestal continu placé au-dessus de ...
ATTIQUEMENT
. adv. T. de Gram. grecque. Dans le dialecte attique. Attiquement, on dit [grec] (avec) pour [grec].
ATTIRAIL
. s. m. coll. Il se dit d'Une grande quantité et d'une grande diversité de choses nécessaires pour certains usages. Attirail de guerre. Attirail de chasse. L'attirail d'un ...
ATTIRANT
, ANTE. adj. Qui attire. Il ne s'emploie guère qu'au figuré. Cette marchande est adroite et attirante. C'est une femme qui a des manières fort attirantes. C'est un esprit ...
ATTIRER
. v. a. Tirer, faire venir à soi. L'aimant attire le fer. L'ambre frotté attire les corps légers non métalliques. Cet onguent a la vertu d'attirer les matières, a la vertu ...
ATTISER
. v. a. Il n'est usité que dans cette phrase, Attiser le feu, Approcher les tisons l'un de l'autre, pour les faire mieux brûler. Fig., Attiser le feu, Aigrir des esprits ...
ATTISEUR
. s. m. Celui qui attise, qui aime à attiser. Il est familier et peu usité.
ATTITRER
. v. a. Donner habituellement à quelqu'un la préférence sur d'autres, pour les choses qui concernent sa profession ou son commerce. Il ne s'emploie guère qu'au participe. ...
ATTITUDE
. s. f. Situation, position du corps. Belle attitude. Toutes les attitudes de ce tableau sont admirables. L'attitude d'une statue. Mettre le modèle dans une certaine attitude, ...
ATTOUCHEMENT
. s. m. Action de toucher. Notre-Seigneur guérissait les maladies par le seul attouchement. On connaît la dureté ou la mollesse d'un corps par l'attouchement. Attouchement ...
ATTRACTIF
, IVE. adj. T. didactique. Qui a la propriété d'attirer. L'aimant a une vertu attractive. Force, puissance attractive. Onguent attractif.
ATTRACTION
. s. f. T. de Physiq. Action d'attirer, force qui attire. L'attraction du fer par l'aimant.   L'attraction newtonienne, La tendance attribuée par Newton à la matière, et en ...
ATTRACTIONNAIRE
. adj. et s. des deux genres T. de Physiq. Nom que l'on donnait autrefois aux partisans du système de l'attraction.
ATTRAIRE
. v. a. Attirer, faire venir par le moyen d'un appât. Il est vieux et ne s'emploie qu'à l'infinitif. Le sel est bon pour attraire les pigeons.
ATTRAIT
. s. m. Ce qui attire agréablement ; ou L'inclination, le goût que l'on a pour quelque chose d'agréable. La beauté est un puissant attrait. L'attrait de la gloire, des ...
ATTRAPE
. s. f. Tromperie, apparence trompeuse. Ne vous fiez pas à son air de candeur, c'est une attrape. Il est familier.  Dragées d'attrape, Dragées dans lesquelles on a mis ...
ATTRAPE-LOURDAUD
. s. m. Voyez ATTRAPE-NIGAUD.
ATTRAPE-MOUCHE
. s. m. T. de Botan. Nom qu'on a donné à diverses plantes dont les feuilles ou les fleurs se plient, se ferment lorsqu'un insecte vient s'y poser.
ATTRAPE-NIGAUD
. s. m. Ruse grossière, qui ne peut tromper que des ignorants ou des sots. C'est un attrape-nigaud. On dit aussi, C'est un attrape-lourdaud. Ces deux expressions sont ...
ATTRAPER
. v. a. Prendre à une trappe, à un piége, ou à quelque chose de semblable. Attraper un loup dans un piége. Attraper un loup à une traînée. Attraper un oiseau avec de ...
ATTRAPEUR
, EUSE. adj. Celui, celle qui trompe, qui obtient par séduction. C'est un attrapeur de filles, un attrapeur de successions.
ATTRAPOIRE
. s. f. Piége, machine pour attraper des animaux.  Il se dit, figurément et familièrement, Des tours de finesse dont on se sert pour surprendre, pour tromper quelqu'un. ...
ATTRAYANT
, ANTE. adj. Qui a de l'attrait, qui attire agréablement. Discours attrayant. Accueil attrayant. Beauté attrayante. Cette femme n'a rien d'attrayant. Il n'y a rien de si ...
ATTRIBUER
. v. a. Attacher, annexer, conférer quelque prérogative, quelque avantage, etc. L'édit de création de cette charge y avait attribué de grands priviléges. Les ...
ATTRIBUT
. s. m. Ce qui est propre et particulier à un être, à quelqu'un ou à quelque chose. L'immensité est un des attributs de Dieu. Le droit de faire grâce est un des principaux ...
ATTRIBUTIF
, IVE. adj. T. de Jurispr. Qui attribue. Arrêt attributif de juridiction.
ATTRIBUTION
. s. f. Concession de quelque prérogative, de quelque privilége, en vertu de lettres du prince ; et Le privilége, la prérogative même. Un édit d'attribution de droits. ...
ATTRISTANT
, ANTE. adj. Qui attriste. Nouvelles attristantes. Ce sont d'attristants souvenirs.
ATTRISTER
. v. a. Rendre triste, affliger. Cette nouvelle m'attriste, m'a bien attristé. Il ne faut attrister personne.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Elle s'attriste ...
ATTRITION
. s. f. T. de Physique. L'action de deux corps durs qui s'usent par un frottement mutuel. C'est par l'attrition que l'on aiguise, que l'on polit les métaux.   Il signifie, en ...
ATTROUPEMENT
. s. m. Rassemblement tumultueux. Dans un État policé, les attroupements sont défendus. La sédition commença par quelques attroupements. La force armée eut ordre de ...
ATTROUPER
. v. a. Assembler plusieurs personnes en troupe et tumultueusement. Il attroupa toute la canaille, tous les fainéants pour faire une sédition.   Il s'emploie aussi avec le ...
AU
* AU, fait au pluriel Aux, par contraction d' à et de l'article pluriel les. Donner aux pauvres. Se soumettre aux lois. Pardonner aux coupables. AU et AUX, ont encore divers ...
AUBADE
. s. f. Concert donné en plein air vers l'aube du jour, à la porte ou sous les fenêtres d'une personne. Donner une aubade. Donner des aubades. AUBADE, se dit, figurément et ...
AUBAIN
. s. m. T. de Chancellerie et de Jurispr. Étranger qui n'est pas naturalisé dans le pays où il demeure. Il est maintenant peu usité.
AUBAINE
. s. f. Succession aux biens d'un étranger qui meurt dans un pays où il n'est pas naturalisé. L'aubaine appartenait au roi. Le roi avait droit d'aubaine. Le droit d'aubaine a ...
AUBE
. s. f. La pointe du jour. Il s'emploie rarement seul. L'aube du jour. Je me suis levé dès l'aube du jour. Se lever avant l'aube.
AUBE
. s. f. Vêtement ecclésiastique qui est fait de toile blanche, et qui descend jusqu'aux talons. Vêtir une aube. Ceindre une aube.
AUBE
. s. f. La pointe du jour. Il s'emploie rarement seul. L'aube du jour. Je me suis levé dès l'aube du jour. Se lever avant l'aube.
AUBE
. s. f. Vêtement ecclésiastique qui est fait de toile blanche, et qui descend jusqu'aux talons. Vêtir une aube. Ceindre une aube.
AUBÉPINE
. s. f. Arbrisseau épineux du genre Néflier, qui est propre à former des haies, des clôtures, et qui produit de petites fleurs blanches d'une odeur très-agréable, ...
AUBÈRE
. adj. des deux genres Il se dit D'un cheval dont le poil est couleur de fleur de pêcher, entre le blanc et le bai.  Il s'emploie aussi comme substantif masculin, pour ...
AUBERGE
. s. f. Maison où l'on trouve à manger et à coucher en payant. On fait bonne chère dans notre auberge. Coucher à l'auberge. Vivre à l'auberge. Tenir auberge. Il y a ...
AUBERGINE
. s. f. Espèce de morelle qui porte des fruits blancs semblables à des oeufs, ou de forme allongée comme les concombres, et de couleur violette, jaune, ou rougeâtre. On la ...
AUBERGISTE
. s. des deux genres Celui ou celle qui tient auberge. Il mange chez un aubergiste.
AUBIER
. s. m. La partie tendre et blanchâtre qui est entre l'écorce et le corps de l'arbre. Il se forme chaque année un nouvel aubier ; celui de l'année précédente durcit et se ...
AUBIFOIN
. s. m. Plante qui croît ordinairement parmi les blés, et qu'on appelle autrement Bluet, parce que sa fleur est bleue.
AUBIN
. s. m. T. de Manége. Allure d'un cheval, qui tient de l'amble et du galop. L'aubin est une allure défectueuse.
AUBINER
. v. n. T. de Manége. Il se dit D'un cheval qui va l'aubin.
AUCUN
, UNE. adj. Nul, pas un. Je ne connais aucun de ses amis. Vous n'avez aucun moyen de réussir dans cette affaire. Je ne le veux en aucune manière. Parmi tant de livres, je n'en ...
AUCUNEMENT
. adv. Nullement, en aucune manière. Je n'en veux aucunement.   Il s'employait aussi sans négative en style de Chancellerie et de Jurisprudence, et signifiait, En quelque ...
AUDACE
. s. f. Hardiesse excessive. Grande audace. Audace inouïe, incroyable, aveugle, furieuse. Entrer, se présenter, parler, répondre avec audace. Être plein d'audace. ...
AUDACIEUSEMENT
. adv. Avec audace, d'une manière insolente. Parler audacieusement. Répondre audacieusement. Entrer audacieusement.   Il se prend quelquefois en bonne part. Il se jeta ...
AUDACIEUX
, EUSE. adj. Qui a de l'audace, qui a une hardiesse excessive. Il est audacieux. C'est un homme fort audacieux. Avoir un air audacieux, une mine audacieuse. En ce sens, il est ...

1 2 3 4 5 6 > >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.019 c;