Слова на букву cont-déma (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву cont-déma (1564)

1 2 3 4 5 6 > >>
CONTRE-PARTIE
. s. f. T. de Musique, qui se dit d'Une partie de musique opposée à une autre. La basse est contre-partie du dessus.   Il se dit plus ordinairement de La partie qui sert de ...
CONTRE-PESER
. v. a. Contre-balancer, servir de contre-poids. Ces raisons-là sont trop faibles pour contre-peser les autres. Il a vieilli, et n'était guère d'usage qu'au figuré : on ...
CONTRE-PIED
. s. m. T. de Chasse, qui se dit Lorsque les chiens, étant tombés sur les voies de la bête, prennent, pour la suivre, le chemin qu'elle a fait, au lieu de prendre celui ...
CONTRE-PLATINE
. s. f. T. d'Arquebusier. Pièce de métal sur laquelle porte la tête des vis qui servent à fixer la platine d'un fusil, d'un pistolet, etc. On la nomme autrement ...
CONTRE-POIDS
. s. m. Poids servant à contre-balancer une force opposée, ou à en modérer l'action. Contre-poids d'horloge. Contre-poids de tournebroche. Cela fera le contre-poids, fera ...
CONTRE-POIL
. s. m. Le rebours du poil, le sens contraire à celui dans lequel le poil est naturellement couché. Vous prenez le contre-poil.   Il est surtout usité dans cette locution ...
CONTRE-POINT
. s. m. T. de Musique. L'art de composer de la musique à deux ou plusieurs parties. Apprendre le contre-point. L'étude du contre-point. La science du contre-point.   Il se dit ...
CONTRE-POINTER
. v. a. Il se dit en parlant De certains ouvrages de toile ou de taffetas, qu'on pique des deux côtés avec du fil ou de la soie. Contre-pointer une couverture. Contre-pointer ...
CONTRE-POISON
. s. m. Antidote, remède qui empêche l'effet du poison. Il serait mort sans le contre-poison qu'on lui a donné. Le lait est, dans certains cas, un excellent contre-poison.   ...
CONTRE-PORTE
. s. f. Il se dit Des secondes portes d'une place de guerre.  Il se dit aussi d'Une porte, ordinairement faite de toile, qu'on met devant la porte ordinaire d'un appartement, ...
CONTRE-RÉVOLUTION
. s. f. Révolution politique qui tend à détruire les résultats de celle qui l'a précédée.
CONTRE-RÉVOLUTIONNAIRE
. adj. des deux genres Qui est favorable à la contre-révolution, qui tend à la contre-révolution. Doctrines contre-révolutionnaires. Des mesures contre-révolutionnaires. ...
CONTRE-RUSE
. s. f. Ruse opposée à une autre. Employer une contre-ruse. Il est peu usité.
CONTRE-SANGLON
. s. m. Courroie clouée sur l'arçon de la selle du cheval, et dans laquelle on passe la boucle de la sangle pour l'arrêter.
CONTRE-SCEL
. s. m. Sorte de petit sceau, qui s'appose sur le tiret de par-chemin dont on se sert pour attacher des lettres scellées en chancellerie. Ces pièces ont été mises sous le ...
CONTRE-SCELLER
. v. a. Mettre le contre-scel. Contre-sceller des lettres. CONTRE-SCELLÉ, ÉE. participe
CONTRE-SEING
. s. m. Signature de ce lui qui contre-signe. Cette ordonnance porte le contre-seing du ministre de la guerre.   Avoir le contre-seing d'un ministre, Avoir l'autorisation de ...
CONTRE-SENS
. s. m. Sens contraire au sens naturel d'un discours, d'une proposition, d'une phrase, etc. Vous interprétez mal ce que je dis, vous prenez le contre-sens de mes paroles.   Il ...
CONTRE-SIGNER
. v. a. Signer un acte, en vertu des fonctions qu'on exerce, après que celui dont cet acte émane, y a lui-même apposé sa signature. Cette ordonnance royale a été ...
CONTRE-TEMPS
. s. m. Accident inopiné qui nuit au succès d'une affaire, et qui rompt les mesures qu'on avait prises. Il est arrivé des contre-temps, de fâcheux contre-temps dans cette ...
CONTRE-TERRASSE
. s. f. T. d'Archit. Terrasse appuyée contre une autre plus élevée.
CONTRE-TIRER
. v. a. Faire la contre-épreuve d'une estampe. Contre-tirer une estampe.   Contre-tirer un tableau, contre-tirer un plan, contre-tirer une carte, etc., Les copier trait ...
CONTRE-VÉRITÉ
. s. f. Ce qu'on dit pour être entendu dans un sens contraire à celui que les paroles expriment. Ainsi, dire ironiquement, D'un homme reconnu pour poltron, qu' Il est brave, ...
CONTREBANDE
. s. f. Il se dit proprement de L'action d importer clandestinement dans un pays les marchandises prohibées ; et, par extension, de La fraude par laquelle on élude le ...
CONTREBANDIER
, IÈRE. s. Celui, celle qui fait la contrebande. Des contrebandiers ont été arrêtés. Une troupe de contrebandiers.
CONTRECARRER
. v. a. S'opposer directement à quelqu'un, à ses sentiments, à ses desseins. Il le contrecarre en toutes choses. Il était tout-puissant dans sa compagnie, on a suscité un ...
CONTREDANSE
s. f. Sorte de danse vive et légère qui s'exécute ordinairement à huit personnes. On ne danse plus guère dans les bals que des valses et des contredanses. Une figure de ...
CONTREDIRE
. v. a. (On dit à la seconde personne du pluriel du présent de l'indicatif, Vous contredisez. À l'égard du reste, il se conjugue comme Dire. ) Dire le contraire, contester. ...
CONTREDISANT
, ANTE. adj. Qui aime à contredire. C'est un esprit contredisant. Il a l'humeur contredisante.
CONTREDIT
. s. m. Réponse que l'on fait contre ce qui a été dit. Cela est sans contredit. Il est peu usité en ce sens. CONTREDITS, au pluriel, en termes de Palais, Écrit contenant ...
CONTRÉE
. s. f. Certaine étendue de pays. Contrée riche, fertile, pauvre, sablonneuse, peuplée, déserte. La grêle n'a ravagé qu'une partie de la contrée. Ce sont les meilleures ...
CONTREFAÇON
. s. f. Action de copier, d'imiter, de fabriquer une chose au préjudice de celui qui a le droit exclusif de la faire, de la fabriquer. La contrefaçon d'un livre, d'une ...
CONTREFACTEUR
. s. m. Celui qui est coupable de contrefaçon. Il a été puni comme contrefacteur.
CONTREFACTION
. s. f. T. de Jurispr. criminelle. Imitation ou falsification des monnaies, des effets publics, des poinçons, etc. La contrefaction des sceaux de l'État. On dit plus souvent ...
CONTREFAIRE
. v. a. (Il se conjugue comme Faire. ) Imiter, représenter quelque personne, quelque chose. Contrefaire quelqu'un. Contrefaire la voix, les gestes d'un autre. Contrefaire le ...
CONTREFAISEUR
. s. m. Celui qui contrefait les personnes, les animaux. C'est un excellent contrefaiseur d'animaux. Il est peu usité.
CONTREMANDER
. v. a. Révoquer l'ordre qu'on a donné. Il se dit Des personnes et des choses. On avait mandé cet officier, il a été contremandé. Il avait demandé sa voiture, il l'a ...
CONTRESCARPE
. s. f. T. de Fortification. La pente du mur extérieur du fossé, celle qui regarde la place. On comprend souvent sous ce nom Le chemin couvert et le glacis. Attaquer la ...
CONTREVALLATION
. s. f. T. de Guerre. Fossé et retranchement qu'on fait autour d'une place assiégée pour empêcher les sorties de la garnison. Lignes de contrevallation.
CONTREVENANT
, ANTE. s. Celui, celle qui contrevient. Les contrevenants payeront l'amende.
CONTREVENIR
. v. n. Agir contre quelque loi, quelque défense, quelque ordre, etc., ou contre quelque obligation que l'on a contractée. Contrevenir aux commandements de Dieu, au précepte ...
CONTREVENT
. s. m. Grand volet de bois, qui s'ouvre et qui se ferme du côté extérieur de la fenêtre, et qui sert à garantir du vent, de la pluie, etc. Faire mettre des contrevents ...
CONTRIBUABLE
. s. m. T. de Finances. Celui qui doit contribuer, qui contribue au payement des impositions, des dépenses publiques. Diminuer les charges qui pèsent sur les contribuables. ...
CONTRIBUER
. v. n. Aider, de quelque manière que ce soit, à l'exécution, au succès d'un dessein, d'une entreprise ; avoir part à un certain résultat. Contribuer à la fortune, à ...
CONTRIBUTION
. s. f. Ce que chacun donne pour sa part d'une dépense, d'une charge commune. Il se dit surtout en Matière d'impôts. Contribution foncière. Contribution mobiliaire. ...
CONTRISTER
. v. a. Affliger, causer du chagrin. Il ne faut pas contrister ses amis. Cette nouvelle l'a fort contristé, lui contriste l'âme, le coeur. CONTRISTÉ, ÉE. participe
CONTRIT
, ITE. adj. T. de Théologie. Qui a un grand regret de ses péchés. Un coeur contrit. CONTRIT, se dit aussi, par une espèce de plaisanterie, pour Triste, affligé, ...
CONTRITION
. s. f. Regret qu'on éprouve d'avoir péché, et qui a pour principe l'amour de Dieu. Faire un acte de contrition. Des actes de contrition. Contrition parfaite.
CONTRÔLE
. s. m. Registre double qu'on tient pour la vérification d'un rôle, d'un autre registre, etc. Il se disait particulièrement autrefois Du registre double qu'on tenait des ...
CONTRÔLER
. v. a. Il signifiait autrefois, Mettre sur le contrôle. Faire contrôler des pièces. Faire contrôler des exploits. Contrôler des quittances de finances.   Il signifie ...
CONTRÔLEUR
. s. m. Celui dont la charge est de tenir registre de certaines choses, ou d'en faire la vérification. Il y avait autrefois, en France, un contrôleur général des finances, ...
CONTROUVER
. v. a. Inventer une fausseté. Il se dit ordinairement Des mensonges par lesquels on cherche à nuire à quelqu'un. C'est un fait qu'on a controuvé pour le perdre. ...
CONTROVERSE
. s. f. Débat, dispute, contestation sur une question, sur une opinion, etc. Grande controverse. De longues controverses. Cela est hors de controverse. Cela passa sans ...
CONTROVERSÉ
, ÉE. adj. Disputé, débattu de part et d'autre. C'est un point controversé dans les écoles, controversé parmi les docteurs. Une matière controversée.
CONTROVERSISTE
. s. m. Celui qui traite, par écrit ou autrement, des sujets de controverse. Il ne se dit qu'en Matière de religion. C'est un célèbre, un zélé controversiste.
CONTUMACE
. s. f. T. de Jurispr. criminelle. Le refus, le défaut que fait un accusé de comparaître devant le tribunal où il est appelé. Être en état de contumace. Procéder par ...
CONTUMACER
. v. a. T. de Jurispr. criminelle. Instruire la contumace, poursuivre l'instruction de la contumace. Il s'est laissé contumacer. Faire contumacer un criminel, un ...
CONTUMAX
. adj. des deux genres T. de Jurispr. criminelle. Accusé ou prévenu qui est en état de contumace, qui s'est soustrait par la fuite aux recherches de la justice, et auquel on ...
CONTUS
, USE. adj. T. de Chirur. Meurtri, froissé, sans être entamé. Il ne se dit qu'en parlant Des chairs, des muscles. Une partie contuse. Avoir un muscle contus.   Plaie ...
CONTUSION
. s. f. Meurtrissure. Légère contusion. Il reçut dans sa cuirasse une balle qui lui fit une forte contusion. Plaie avec contusion.
CONVAINCANT
, ANTE. adj. Qui a la force de convaincre. Cet argument est convaincant. Cette raison, cette preuve, cette expérience est convaincante. Ce que vous dites est convaincant.
CONVAINCRE
. v. a. (Il se conjugue comme Vaincre. ) Réduire quelqu'un par le raisonnement, ou par des preuves sensibles et évidentes, à demeurer d'accord d'une vérité, d'un fait. ...
CONVALESCENCE
. s. f. État d'une personne qui relève de maladie. Prompte convalescence. Parfaite convalescence. Entière, pleine convalescence. Être en convalescence. Entrer en ...
CONVALESCENT
, ENTE. adj. Qui relève de maladie, et revient en santé. Être convalescent. Je suis bien aise de le savoir convalescent, de le voir convalescent, de la voir convalescente. Il ...
CONVENABLE
. adj. des deux genres Propre, sortable, qui convient. Cet emploi n'est pas convenable à ses talents. Il a fait un mariage convenable. C'est pour elle un parti convenable. Vous ...
CONVENABLEMENT
. adv. D'une manière convenable. J'agirai convenablement à vos vues, à vos desseins. Il répondit convenablement. Se conduire convenablement. On ne m'a pas traité ...
CONVENANCE
. s. f. Rapport, conformité, accord. Ces choses-là n'ont point de convenance l'une avec l'autre, entre elles. Quelle convenance peut-il y avoir entre des choses si ...
CONVENANT
, ANTE. adj. Conforme, bienséant, sortable. Il est vieux.
CONVENANT
. s. m. Voyez COVENANT.
CONVENIR
. v. n. Demeurer d'accord. (Dans ce sens et dans le suivant, il se conjugue comme Venir, avec l'auxiliaire Être, et s'emploie avec la préposition de. ) Je conviens de ce que ...
CONVENTICULE
. s. m. Petite assemblée. Il se prend toujours en mauvaise part, pour Assemblée secrète et illicite. Ce ne fut qu'un conventicule. Les conventicules sont défendus.
CONVENTION
. s. f. Accord, pacte que deux ou plusieurs personnes font ensemble. Convention tacite, expresse, verbale, par écrit. Ils ont fait une convention entre eux, que celui... La ...
CONVENTION
. s. f. Il se dit de Certaines assemblées nationales formées pour établir une constitution, ou pour la changer, la modifier, etc. Pendant la révolution de 1688, le ...
CONVENTIONNEL
, ELLE. adj. Qui suppose convention, qui résulte d'une convention. Valeur conventionnelle. Préciput conventionnel.   Bail conventionnel, se disait autrefois d'Un bail ...
CONVENTIONNEL
. s. m. Membre de la convention nationale. Un conventionnel.
CONVENTIONNELLEMENT
. adv. Sous convention.
CONVENTUALITÉ
. s. f. L'état d'une maison religieuse où l'on vit sous une règle.
CONVENTUEL
, ELLE. adj. Qui est du couvent, qui appartient au couvent.  Assemblée conventuelle, Assemblée composée de toute la communauté du couvent. Messe conventuelle, Messe où ...
CONVENTUELLEMENT
. adv. En communauté, selon les règles et l'usage de la société religieuse. Vivre conventuellement. Des religieux conventuellement assemblés.
CONVERGENCE
. s. f. T. de Géom. et de Physiq. Disposition de deux ou de plusieurs lignes droites qui se dirigent vers un même point, soit qu'elles l'atteignent, soit qu'elles ne ...
CONVERGENT
, ENTE. adj. T. de Géom. et de Physiq. Il se dit Des lignes droites qui se dirigent vers un même point, qui convergent. Lignes convergentes. Rayons convergents.
CONVERGER
. v. n. T. de Géom. et de Physiq. Il se dit Des lignes droites dont les directions différentes tendent vers un seul et même point. Ces deux lignes convergent. Le foyer d'une ...
CONVERS
, ERSE. adj. Il n'est guère usité que dans ces dénominations, Frère convers, soeur converse, qui se disent d'Un religieux ou d'une religieuse qui ne sont point du choeur ...
CONVERSATION
. s. f. Entretien familier. Conversation agréable, douce, aisée, enjouée, badine, sérieuse, intéressante, instructive. Conversation ennuyeuse, sèche, aride. Entrer en ...
CONVERSE
. adj. et s. f. T. de Logique. On dit qu' Une proposition est converse, est la converse d'une autre, lorsque de l'attribut de la première on fait le sujet de la seconde, et du ...
CONVERSER
. v. n. S'entretenir familièrement avec quelqu'un. Se plaire à converser avec les savants. Ils conversaient ensemble très-familièrement. Cet homme n'aime pas à converser. ...
CONVERSION
. s. f. Transmutation. La conversion des métaux. CONVERSION, se dit aussi d'Un simple changement de forme. La conversion des écus en pièces de cinq francs. La conversion des ...
CONVERTIBLE
. adj. des deux genres Il se dit D'une chose qui peut être convertie en une autre, ou changée pour une autre. On a cru longtemps que certains métaux étaient convertibles en ...
CONVERTIR
. v. a. Changer, transmuer, transformer une chose en une autre. Les alchimistes prétendaient convertir les métaux imparfaits en or. Aux noces de Cana, JÉSUS-CHRIST convertit ...
CONVERTISSEMENT
. s. m. Changement. Il n'est guère d'usage qu'en Matière d'affaires, et de fabrique de monnaie. Demander le convertissement d'une obligation en contrat de constitution. Le ...
CONVERTISSEUR
. s. m. Celui qui réussit dans la conversion des âmes. Ce missionnaire était un grand convertisseur.   Il signifie également, Celui qui s'efforce de convertir les autres ...
CONVEXE
. adj. des deux genres Il se dit, par opposition à Concave, D'une surface bombée sphériquement. Surface convexe. Un corps convexe. Un miroir, un verre convexe. On dit dans ...
CONVEXITÉ
. s. f. La saillie, la surface bombée de ce qui est convexe. La convexité d'un globe, d'un miroir ardent. On dit dans un sens analogue. La convexité d'une ligne courbe. ...
CONVICTION
. s. f. L'effet qu'une preuve évidente produit dans l'esprit ; la certitude que l'on a de la vérité d'un fait, d'un principe. Être dans une entière conviction. Avoir une ...
CONVIER
. v. a. Inviter à un festin, à une fête, à une cérémonie, etc. Convier à un repas, à un bal, à des noces. Un grand nombre de personnes avaient été conviées à la ...
CONVIVE
. s. des deux genres Celui ou celle qui se trouve à un repas avec d'autres. Tous les convives étaient de bonne humeur. Il était du nombre des convives. Nous avions de ...
CONVOCATION
. s. f. Action de convoquer. La convocation d'une assemblée. La convocation des colléges électoraux. Ordonnance de convocation des chambres. Billet, lettre de convocation. ...
CONVOI
. s. m. La réunion des personnes qui accompagnent un corps mort qu'on porte à la sépulture avec les cérémonies funèbres. Un grand convoi. Un magnifique convoi. Aller au ...
CONVOITABLE
. adj. des deux genres Qui peut être convoité, qui est désirable. Un état convoitable. Il vieillit.
CONVOITER
. v. a. Désirer avec avidité, avec une passion déréglée. Convoiter ardemment. Convoiter les richesses. Convoiter le bien d'autrui. Convoiter la femme de son prochain. ...
CONVOITEUX
, EUSE. adj. Qui convoite. Être convoiteux de gloire, convoiteux d'honneurs, convoiteux de richesses, du bien d'autrui. Il vieillit.
CONVOITISE
. s. f. Désir immodéré, cupidité. Convoitise déréglée, effrénée. La convoitise des richesses, des honneurs. Regarder quelque chose d'un oeil de convoitise.
CONVOLER
. v. n. Il n'est guère usité que dans cette phrase, Convoler en secondes noces, en troisièmes noces, etc., Se marier pour la seconde fois, pour la troisième fois, etc. On ...
CONVOLUTÉ
, ÉE. adj. T. de Botan. Il se dit Des parties d'une plante qui sont roulées en cornet. Les feuilles du bananier, du balisier sont convolutées.
CONVOLVULUS
. s. m. (On prononce l'S.) T. de Botan. emprunté du latin, et synonyme de Liseron.
CONVOQUER
. v. a. Faire assembler, avertir ou ordonner de se réunir. Convoquer un concile. Convoquer les colléges électoraux. Convoquer les chambres. Les États qui furent ...
CONVOYER
. v. a. (Il se conjugue comme Employer. ) Accompagner, escorter. Il n'est guère usité qu'en termes de Marine et de Guerre. Convoyer des navires marchands. Convoyer un train ...
CONVOYEUR
. s. m. Bâtiment qui en convoie d'autres. On dit aussi adjectivement, Bâtiment convoyeur.
CONVULSÉ
, ÉE. adj. T. de Médec. Il se dit Des membres ou des muscles qui sont attaqués de convulsions. Membres, muscles convulsés.
CONVULSIF
, IVE. adj. Qui se fait avec convulsion, qui est accompagné de convulsion. Mouvement convulsif. Pouls convulsif. Toux convulsive. Rire convulsif.   Il s'est dit quelquefois, ...
CONVULSION
. s. f. Mouvement irrégulier et involontaire des muscles, avec des secousses plus ou moins violentes. Grande, violente convulsion. Convulsion épileptique. Tomber en ...
CONVULSIONNAIRE
. adj. et s. des deux genres Qui a des convulsions. Il s'est dit, dans le siècle dernier, de Certains fanatiques auxquels l'exaltation religieuse causait des convulsions. Les ...
COOBLIGÉ
. s. m. Celui qui est obligé avec un ou plusieurs autres dans un contrat, dans une obligation. Il a été condamné à payer, sauf son recours sur ses coobligés, contre ses ...
COOPÉRATEUR
, TRICE. s. Celui, celle qui opère avec quelqu'un. Il s'emploie surtout dans les Matières de piété. Les ministres de l'Église sont les coopérateurs de JÉSUS-CHRIST.
COOPÉRATION
. s. f. Action de celui qui coopère. Sa coopération m'a été bien utile dans ce travail, dans cette entreprise. Dieu ne nous sauve qu'avec notre coopération.
COOPÉRER
. v. n. Opérer conjointement avec quelqu'un. Coopérer au succès d'un dessein, d'une entreprise. Coopérer à la conversion de quelqu'un. J'y ai coopéré avec lui. Je n'y ai ...
COOPTATION
. s. f. Admission extraordinaire dans un corps, accompagnée de dispense. Il fut admis par cooptation dans l'université de Paris. Il est maintenant peu usité.
COOPTER
. v. a. Admettre quelqu'un dans un corps en le dispensant de quelqu'une des conditions nécessaires pour y entrer. L'université de Paris coopta Pierre Halley en 1641. Il est ...
COORDINATION
. s. f. Action de coordonner ; État des choses qui sont coordonnées. Une habile coordination. La coordination de tous les êtres.
COORDONNER
. v. a. Arranger certaines choses entre elles suivant les rapports qu'elles doivent ou peuvent avoir ; les disposer convenablement pour un but, une fin. Le créateur a ...
COPAHU
. s. m. Espèce de baume ou de térébenthine qu'on tire, par incision, d'un arbre du Brésil appelé Copayer, et qui est employée en médecine contre les maladies des ...
COPAÏER
. s. m. Voyez COPAYER.
COPAL
. s. m. Gomme d'une odeur agréable qu'on tire par incision de plusieurs espèces d'arbres de la Nouvelle-Espagne. Le copal entre dans la composition du vernis. Gomme copal. ...
COPARTAGEANT
, ANTE. adj. et s. Qui partage, qui est appelé à partager avec un ou plusieurs autres, une chose quelconque. Puissance copartageante. Héritier copartageant. Souches ...
COPAYER
. s. m. (On prononce, et quelques-uns écrivent, Copaïer. ) T. de Botan. Arbre fort élevé, de la famille des Légumineuses, qui croît dans les forêts du Brésil, et dont on ...
COPEAU
. s. m. Éclat, morceau de bois que la hache, la doloire, le rabot ou quelque autre instrument tranchant fait tomber du bois qu'on abat ou qu'on met en oeuvre. Gros copeaux. ...
COPECK
. s. m. Voyez KOPECK.
COPERMUTANT
. s. m. Chacun de ceux qui permutent ensemble leurs bénéfices, et en général de ceux qui prennent part à un échange.
COPHTE
ou COPTE. s. m. Nom qu'on donne aux chrétiens originaires d'Égypte, et qui sont la secte des jacobites ou eutychéens. On dit, adjectivement, Un moine cophte, les moines ...
COPIE
. s. f. Écrit fait d'après un autre. L'original et la copie. Fidèle copie. Copie exacte. Mauvaise copie. Copie collationnée à l'original. La copie d'un contrat, d'un ...
COPIER
. v. a. Faire la copie d'un écrit. Copier fidèlement, exactement. Copiez-moi vite cette pièce. Copier un contrat, un exploit. Copier un écrit mot à mot. Copier un ...
COPIEUSEMENT
. adv. Avec abondance, beaucoup. Boire copieusement. Manger copieusement. Uriner copieusement. Il n'est guère usité que dans ces sortes de phrases.
COPIEUX
, EUSE. adj. Abondant. Faire un repas copieux. Faire une évacuation, une selle copieuse. Il n'est guère usité que dans ces sortes de phrases.
COPISTE
. s. m. Celui qui copie, en quelque genre que ce soit. Un bon, un excellent copiste. Un mauvais copiste. Copiste de musique. Ce n'est qu'un copiste. Un copiste ignorant. C'est ...
COPROPRIÉTAIRE
. s. des deux genres Celui ou celle qui possède par indivis avec un autre, une maison, une terre, etc.
COPTE
. s. m. Voyez COPHTE.
COPTER
. v. a. Faire sonner une cloche en la frappant seulement d'un côté avec le battant. Copter la cloche. COPTÉ, ÉE. participe
COPULATIF
, IVE. adj. T. de Gram. Qui sert à lier. Il ne s'emploie guère que dans cette locution, Conjonction copulative. Et est une conjonction copulative.   Il s'emploie aussi comme ...
COPULATION
. s. f. Accouplement du mâle avec la femelle. Il se dit plus particulièrement de La conjonction de l'homme et de la femme, et se joint presque toujours avec l'adjectif ...
COPULE
. s. f. T. de Logique. Il se dit Du mot qui lie le sujet d'une proposition avec l'attribut.
COQ
. s. m. (On prononce le Q.) Oiseau domestique qui est le mâle de la poule. Un bon coq. Un jeune coq. Un vieux coq. Crête de coq. Faire battre, faire jouter des coqs. Un ...
COQ
. s. m. T. de Marine. Il se dit, sur les grands bâtiments, de L'homme qui fait la cuisine de l'équipage.  Il se dit aussi, dans les Corderies, de L'ouvrier qui fait chauffer ...
COQ-À-L'ÂNE
. s. m. Discours qui n'a point de suite, de liaison, de raison. Il m'a répondu par un coq-à-l'âne. Faire un coq-à-l'âne. Il fait toujours des coq-à-l'âne. Il est ...
COQUE
. s. f. Enveloppe extérieure de l'oeuf. Le poussin becquetait déjà la coque. Les poulets, les perdreaux, courent au sortir de la coque.   OEufs à la coque, OEufs cuits dans ...
COQUECIGRUE
. s. f. Baliverne, conte en l'air. Il nous vient conter des coquecigrues, des coquecigrues de mer. On dit dans un sens analogue, Raisonner comme une coquecigrue. Il est ...
COQUELICOT
. s. m. Espèce de pavot. Le coquelicot rouge et simple croît parmi les blés. Sirop de coquelicot. On cultive dans les jardins des coquelicots doubles et de différentes ...
COQUELOURDE
. s. f. Nom vulgaire d'une espèce d'anémone.  Il se dit également, parmi les Jardiniers, d'Une autre plante qui sert à l'ornement des parterres.
COQUELUCHE
. s. f. Capuchon. Il est vieux. Fig. et fam., Être la coqueluche de la cour, de la ville, du quartier, etc., Y être fort en vogue. On dit de même, Il est la coqueluche de ...
COQUELUCHON
. s. m. Espèce de capuchon. Coqueluchon de moine. Porter un coqueluchon. Il ne se dit guère qu'en plaisantant.
COQUEMAR
. s. m. Espèce de pot de terre vernissé, ou de cuivre, ou d'étain, ou d'argent, etc., ayant une anse, et servant ordinairement à faire bouillir ou chauffer de l'eau, de la ...
COQUERET
. s. m. T. de Botan. Genre de plantes, dont l'espèce la plus remarquable est l'Alkékenge, qui porte une baie légèrement aigrelette, renfermée dans une vésicule ...
COQUERICO
. s. m. Onomatopée par laquelle on désigne quelquefois Le chant du coq. Le coq chanta coquerico. Il est populaire.
COQUET
, ETTE. adj. Qui a de la coquetterie, qui use de coquetterie. Il ne fut jamais d'homme si coquet. Il a l'esprit coquet, l'humeur coquette. Des manières coquettes. Une femme ...
COQUETER
. v. n. Être coquet ou coquette, user de coquetterie. Il ne fait que coqueter. Elle ne pourra jamais s'empêcher de coqueter. Elle coquette tout le jour, avec tout le monde. ...
COQUETIER
. s. m. Marchand d'oeufs et de volailles en gros. COQUETIER, se dit aussi d'Un petit ustensile de table, ordinairement en forme de verre à liqueur, dans lequel on met un oeuf, ...
COQUETTERIE
. s. f. Désir de plaire, d'attirer, d'engager. Il se dit surtout en parlant Des femmes qui cherchent à plaire par vanité. Cette jeune personne a déjà de la coquetterie. ...
COQUILLAGE
. s. m. Petit animal qui habite dans une coquille. Sur les côtes de la mer, les pauvres gens se nourrissent en partie de coquillages. Toute cette côte est pleine de ...
COQUILLART
. s. m. Il se dit, dans les Carrières, d'Un lit de pierres de taille parsemé de coquilles.
COQUILLE
. s. f. Enveloppe dure et calcaire des mollusques testacés, tels que les limaçons, les moules, les pétoncles, etc. Les coquilles sont appelées univalves, bivalves ou ...
COQUILLIER
. s. m. Collection de coquilles ; Le lieu où on les rassemble.
COQUILLIER
, IÈRE. adj. T. d'Hist, nat. Il se dit Des pierres qui contiennent des coquilles fossiles. Pierre coquillière. Marbre coquillier. Calcaire coquillier.
COQUIN
, INE. s. T. d'injure et de mépris. Fripon, maraud, bélître. C'est un coquin, une coquine. Un tour de coquin. Un méchant coquin. Un grand coquin. Un vil coquin. C'est un ...
COQUINERIE
. s. f. Action de coquin, de fripon. Il m'a fait une coquinerie du premier ordre.   Il signifie aussi, Le caractère du coquin, du fripon. Sa coquinerie est bien connue. Il ...
COR
. s. m. Sorte de durillon qui vient aux doigts des pieds. Avoir un cor aux pieds, à un doigt du pied. Couper un cor. Extirper les cors.
COR
. s. m. Instrument à vent, courbé en spirale, et dont l'embouchure est conique. On se sert de cors, à la chasse, pour exciter les chiens, et pour donner certains signaux. ...
CORAIL
. s. m. Production marine, pierreuse et calcaire, qui a la forme d'un arbuste plus ou moins rameux, et qui sert d'habitation à certains polypes. La pêche du corail. Corail ...
CORAILLEUR
. s. m. Celui qui va à la pêche du corail. On dit aussi, adjectivement, Pêcheur corailleur, navire corailleur.
CORALLIN
, INE. adj. Qui est rouge comme corail. On l'employait autrefois dans ces locutions poétiques, Une bouche coralline, des lèvres corallines. Il est vieux.
CORALLINE
. s. f. Espèce de polypier, substance marine, pierreuse comme le corail, branchue et composée de petites pièces attachées les unes aux autres. La coralline est vermifuge. ...
CORAN
. s. m. Le livre qui contient la loi de Mahomet. Lire le Coran. Des passages du Coran. On dit aussi, Alcoran : voyez ce mot.
CORBEAU
. s. m. Gros oiseau d'un plumage noir, qui est carnassier, et qui vit ordinairement de charognes. Gros corbeau. Noir comme un corbeau. Entendre croasser les corbeaux. Le ...
CORBEILLE
. s. f. Espèce de panier fait ordinairement d'osier. Une corbeille à mettre des fleurs. Une corbeille de fleurs. Une corbeille de fruits. Une corbeille couverte. Une corbeille ...
CORBILLARD
. s. m. Nom que l'on donnait autrefois à un grand bateau établi pour aller de Paris à Corbeil.  Il se dit de Certains grands carrosses dont on se sert chez les princes pour ...
CORBILLAT
. s. m. Le petit du corbeau.
CORBILLON
. s. m. Espèce de petite corbeille. Le corbillon du pain bénit. Mettre la main dans le corbillon. Le corbillon d'un pâtissier. Un corbillon d'oublies. Prov. et fig., ...
CORBIN
. s. m. Corbeau. En ce sens, il est vieux, et n'est plus usité que dans ces locutions, Bec-de-corbin, bec-à-corbin, qui se disent en général, dans les Arts, de Ce qui est ...
CORCELET
. s. m. Voyez CORSELET.
CORDAGE
. s. m. Dénomination générique de toutes les cordes qui servent au gréement et à la manoeuvre des navires. Cordages d'un vaisseau. Avoir des cordages de rechange. ...
CORDE
. s. f. Tortis fait ordinairement de chanvre et quelquefois de coton, de laine, de soie, d'écorce d'arbres, de poil, de crin, de jonc, et d'autres matières pliantes et ...
CORDEAU
. s. m. Petite corde. Il se dit le plus ordinairement de La petite corde dont se servent les maçons, les jardiniers, les ingénieurs, pour tracer des lignes droites, pour ...
CORDELER
. v. a. Tordre en forme de corde. Cordeler des cheveux. CORDELÉ, ÉE. participe
CORDELETTE
. s. f. Petite corde. Un gros câble garni de cordelettes par le bout. Un paquet de cordelettes.
CORDELIER
. s. m. Il s'est dit, en France, de Ceux des religieux de Saint-François qu'on nomme autrement Les frères mineurs. Couvent de cordeliers. Cordelier conventuel. Cordelier de ...
CORDELIÈRE
. s. f. Corde à plusieurs noeuds. Il n'est guère usité qu'en termes de Blason. La reine Anne de Bretagne entoura son écu d'une cordelière.   Il s'est dit aussi d'Une ...
CORDELLE
. s. f. Corde de moyenne grosseur dont on se sert pour le halage des bâtiments, des bateaux. Haler à la cordelle.
CORDER
. v. a. Mettre en corde. Corder du chanvre. Le gros chanvre ne se corde pas si bien que le chanvre délié.   Corder du tabac, Mettre du tabac en corde, en roulant et ...
CORDERIE
. s. f. Lieu, atelier où l'on fait de la corde, des cordages. Une corderie couverte. Une corderie découverte. Une longue corderie. Ce port de mer a une très-belle corderie. ...
CORDIAL
, ALE. adj. Propre à conforter le coeur. Breuvage cordial. Potion cordiale. Le vin vieux est cordial. C'est un remède cordial.   Il est quelquefois substantif, au masculin. ...
CORDIALEMENT
. adv. De tout son coeur, affectueusement, d'une manière cordiale. Je vous aime cordialement. Il m'a parlé cordialement et en ami. Ils s'embrassèrent cordialement. Vivre ...
CORDIALITÉ
. s. f. Affection tendre et sincère. Grande cordialité. Parler, procéder avec cordialité. Il nous accueillit avec beaucoup de cordialité.
CORDIER
. s. m. Artisan dont le métier est de faire de la corde, des cordes.
CORDIFORME
. adj. des deux genres T. de Botan. Qui a la forme d'un coeur. Feuilles cordiformes.
CORDON
. s. m. Une des petites cordes dont une plus grosse corde est composée. Une corde à trois cordons. Filer les cordons d'une corde. Le cordon n'est pas assez tors.   Il se dit ...
CORDONNER
. v. a. Tortiller en forme de cordon. Cordonner de la filasse de chanvre, de lin. Cordonner de la soie. Etc.   Cordonner des cheveux, Entourer d'un ruban des cheveux qui ...
CORDONNERIE
. s. f. Le métier de cordonnier. Il n'entend rien en cordonnerie. Atelier de cordonnerie.   Il se dit aussi Du lieu où l'on vend des souliers, des bottes. Acheter des ...
CORDONNET
. s. m. Petit cordon, tresse, petit ruban, pour attacher ou pour enfiler quelque chose. Cordonnet pour mettre à des chemises, à des rabats. Faire passer du cordonnet duns une ...
CORDONNIER
. s. m. Artisan dont le métier est de faire des souliers, bottes, pantoufles, et autres pareilles chaussures. Maître cordonnier. Bon cordonnier. Cordonnier qui chausse bien. ...
CORÉE
. s. m. Voyez CHORÉE.
CORELIGIONNAIRE
. s. des deux genres Celui qui professe la même religion que certains autres. Il défendit les intérêts de ses coreligionnaires.
CORIACE
. adj. des deux genres Qui est dur comme du cuir. Il se dit surtout D'une viande dure, difficile à mâcher. Ce boeuf est coriace. La chair de cet animal est très-coriace.   ...
CORIACÉ
, ÉE. adj. Il se dit Des substances dont la consistance approche de celle du cuir. Il est peu usité.
CORIAMBE
. s. m. Voyez CHORIAMBE.
CORIANDRE
. s. f. Plante ombellifère dont les semences ont une odeur de punaise lorsqu'elles sont fraîches, et un goût très-agréable lorsqu'on les a fait sécher. De bonne ...
CORINTHIEN
, ENNE. adj. Il désigne Celui des cinq ordres d'architecture qui, par sa proportion et sa décoration, présente l'idée de la plus grande richesse. L'ordre corinthien ...
CORIS
. s. m. Voyez CAURIS.
CORME
. s. f. Fruit acide et fait à peu près en forme de petite poire, qui croît sur le cormier ou sorbier domestique. On l'appelle aussi Sorbe. Les cormes servent, dans quelques ...
CORMIER
. s. m. Nom vulgaire du sorbier domestique, que l'on appelle aussi, simplement, Sorbier. Le bois de cormier est fort dur.
CORMORAN
. s. m. Espèce d'oiseau aquatique, qui a le cou fort long, les jambes fort hautes, et qui vit ordinairement de poisson. En Chine, on se sert des cormorans pour pêcher.
CORNAC
. s. m. Celui qui est chargé de soigner et de conduire un éléphant
CORNAGE
. s. m. T. d'Art vétérinaire. Bruit que font entendre en respirant certains chevaux, lorsqu'ils courent ou trottent avec vitesse. Un cheval atteint de cornage.
CORNALINE
. s. f. Pierre précieuse rouge et un peu transparente. Tête gravée sur une cornaline. Cachet de cornaline. Il y a des cornalines de plusieurs couleurs. Cornaline sanguine. ...
CORNARD
. adj. et s. m. Terme d'injure, qui se dit De celui dont la femme s'est abandonnée à un autre. Il est bas.
CORNE
. s. f. Partie dure qui sort de la tête de quelques animaux, et qui leur sert de défense. Grande corne. Petite corne. Corne lisse ou lissée. Corne raboteuse, aiguë, pointue. ...
CORNÉ
, ÉE. adj. Qui est de la nature de la corne, ou qui a l'apparence de la corne. Il ne s'emploie guère que dans le langage scientifique. Substance dure et cornée.   En Anat., ...
CORNÉE
. s. f. T. d'Anat. La première des tuniques de l'oeil, qu'on nomme vulgairement Le blanc de l'oeil. La cornée est offensée.
CORNÉENNE
. s. f. T. de Géologie. Substance pierreuse qui fait la base des diverses roches mélangées.
CORNEILLE
. s. f. Oiseau noir comme un corbeau, mais de moindre grosseur. Jeune corneille. Une bande de corneilles. Le cri de la corneille. Le vol de la corneille.   Corneille ...
CORNEMUSE
. s. f. Sorte d'instrument de musique à vent, composé de deux tuyaux, et d'une peau de mouton, qu'on enfle par le moyen du premier tuyau appelé Porte-vent. La cornemuse est ...
CORNER
. v. a. Sonner d'un cornet ou d'une corne. Le vacher a corné dès le matin. J'ai entendu corner dans les bois.   Il ne fait que corner, se dit, par dérision, D'un homme qui ...
CORNET
. s. m. Petit cor, ou petite trompe. Grand cornet. Petit cornet. Cornet de cuivre, d'argent, etc. Cornet de postillon. Cornet de vacher.   Cornet à bouquin, Sorte de trompe ...
CORNETTE
. s. f. Sorte de coiffure dont les femmes se servent dans leur déshabillé. Cornette à dentelle. Cornette de nuit. Elle était en cornette. CORNETTE, se dit aussi d'Une ...
CORNEUR
. s. m. Celui qui corne. Il est familier.  En termes d'Art vétérinaire, Cheval corneur, Cheval qui fait entendre en respirant une espèce de sifflement. Dans cette locution, ...
CORNICHE
. s. f. Partie essentielle de l'architecture, composée de moulures en saillie l'une au-dessus de l'autre : elle sert de couronnement à toute sorte d'ouvrages, principalement ...
CORNICHON
. s. m. Petite corne. Les cornichons d'un chevreau. CORNICHON, se dit aussi Des petits concombres propres à confire dans le vinaigre. Une salade de cornichons. Confire des ...
CORNIER
. adj. Qui est à la corne ou à l'angle de quelque chose. Il se dit particulièrement Des pilastres, des poteaux qui sont à l'encoignure d'un bâtiment, et Des gros arbres qui ...
CORNIÈRE
. s. f. Canal de tuiles ou de plomb, qui est à la jointure de deux pentes de toit et qui en reçoit les eaux. Il est aussi adjectif. Une jointure cornière.
CORNIÈRES
. s. f. pl. Équerres de fer qui sont attachées aux angles du marbre d'une presse d'imprimerie, et qui servent à maintenir la forme.
CORNILLAS
. s. m. Le petit d'une corneille.
CORNOUILLE
. s. f. Le fruit du cornouiller.
CORNOUILLER
. s. m. Arbre dont le bois est très-dur, et qui porte un fruit rouge de la forme et de la grosseur d'une olive. Cornouiller mâle. Cornouiller femelle.
CORNU
, UE. adj. Qui a des cornes. Bête cornue. Satyre cornu.   Il se dit, figurément, De certaines choses qui ont plusieurs angles, plusieurs pointes. Cette pièce de terre est ...
CORNUE
. s. f. Vaisseau distillatoire, de verre, de terre ou de métal, renflé, arrondi et se terminant à sa partie supérieure par un tuyau recourbé que l'on nomme Col. Le ventre ...
COROLLAIRE
. s. m. T. didactique. Ce qu'on ajoute par surabondance, afin de fortifier encore les raisons dont on s'est servi pour prouver une proposition. À ce qui a été dit, on peut ...
COROLLE
. s. f. T. de Botan. La partie d'une fleur complète qui enveloppe immédiatement les organes de la fécondation, et qui est ordinairement colorée. Les pétales d'une ...
CORONAIRE
. adj. T. d'Anat. Il se dit De deux artères qui prennent leur origine de l'aorte, et qui portent le sang dans le coeur. Artère coronaire.
CORONAL
, ALE. adj. T. d'Anat. Il s'emploie principalement dans cette dénomination, L'os coronal, ou substantivement, Le coronal, L'os qui forme la partie antérieure du crâne ou le ...
CORONER
. s. m. (On fait sentir l'R finale. ) Nom qu'on donne, en Angleterre, à un officier de justice chargé de faire, au nom de la couronne et avec l'assistance d'un jury, des ...
CORONILLE
. s. f. T. de Botan. Genre de plantes légumineuses, contenant un assez grand nombre d'espèces, dont plusieurs sont cultivées dans les jardins d'agrément. Dans les ...
CORONOÏDE
. adj. f. T. d'Anat. Il se dit De deux apophyses qui ont quelque ressemblance avec le bec d'une corneille. Apophyse coronoïde.
CORPORAL
. s. m. T. du Culte catholique. Linge bénit que le prêtre étend sur l'autel pour mettre le calice dessus, et ensuite l'hostie. Blanchir, empeser les corporaux.
CORPORATION
. s. f. Association autorisée par la puissance publique, et formée de plusieurs personnes qui vivent sous une police commune relativement à leur profession. Les arts et ...
CORPOREL
, ELLE. adj. Qui a un corps. Dieu n'est point corporel. Les êtres corporels.   Il signifie aussi, Qui appartient au corps, qui concerne le corps. Plaisir corporel. Vous ne ...
CORPORELLEMENT
. adv. D'une manière corporelle, qui a rapport au corps. Punir corporellement.   Il est aussi opposé à Spirituellement. Manger, recevoir le corps de Notre-Seigneur ...
CORPORIFIER
. v. a. T. didactique. Donner, supposer un corps à ce qui n'en a point. Il y a eu des hérétiques qui corporifiaient les anges.   Il signifie aussi, Mettre, fixer en corps ...
CORPS
. s. m. Portion de matière qui forme un tout individuel et distinct. Tout corps a trois dimensions, longueur, largeur, et profondeur. Corps solide. Corps naturel. Corps ...
CORPULENCE
. s. f. La taille de l'homme considérée par rapport à sa grandeur et à sa grosseur. Grande corpulence. Grosse corpulence. Un homme de cette corpulence-là mange beaucoup. ...
CORPULENT
, ENTE. adj. Qui a beaucoup de corpulence. Un homme corpulent. Une femme corpulente. Il est très-corpulent.
CORPUSCULAIRE
. adj. T. didactique. Qui est relatif aux corpuscules, aux atomes. On ne l'emploie guère que dans cette locution, Physique ou philosophie corpusculaire, Celle qui prétend ...
CORPUSCULE
. s. m. T. de Physique. Très-petit corps. Les atomes sont des corpuscules. Le mélange, la rencontre de plusieurs corpuscules.
CORRECT
, ECTE. adj. Où il n'y a point de fautes. Il se dit surtout De l'écriture, de l'impression, et du langage. Écriture correcte. Copie correcte. Écrire d'une manière correcte. ...
CORRECTEMENT
. adv. Sans faute, conformément aux règles. Il écrit correctement. Il parle correctement. Il imprime correctement. Il dessine correctement.
CORRECTEUR
. s. m. Celui qui corrige, qui reprend. Sévère correcteur.   Correcteur d'imprimerie, Celui qui corrige les épreuves d'une imprimerie. Bon correcteur. Correcteur exact. ...
CORRECTIF
. s. m. Ce qui a la vertu de tempérer, de corriger. Le sucre est le correctif du citron. Il faut mettre un peu d'anis pour servir de correctif au séné. C'est son ...
CORRECTION
. s. f. Action de corriger, d'ôter les défauts de quelque chose ; ou Le résultat de cette action. Il se dit en parlant Des choses morales et politiques. La correction des ...
CORRECTIONNEL
, ELLE. adj. T. de Jurispr. criminelle. Il se dit Des peines qu'on applique aux actes qualifiés de délits par la loi, ainsi que De ces délits mêmes, et Des tribunaux qui en ...
CORRÉGIDOR
. s. m. Il se dit, en Espagne, Du premier officier de justice d'une ville, d'une province. Il fut arrêté par ordre du corrégidor.
CORRÉLATIF
, IVE. adj. T. didactique. Qui marque une relation réciproque entre deux choses. Les termes de père et de fils sont des termes corrélatifs.   Il se dit également Des mots ...
CORRÉLATION
. s. f. T. didactique. Relation réciproque entre deux choses. Les termes de père et de fils emportent corrélation. Il y a corrélation entre ces deux membres de phrase. Une ...
CORRESPONDANCE
. s. f. Conformité, rapport. Pour établir une exacte correspondance entre toutes les parties de l'édifice, on a élevé d'un étage l'aile gauche. Il y avait entre eux une ...
CORRESPONDANT
, ANTE. adj. Il se dit Des choses qui se correspondent, qui ont entre elles des rapports. Angles correspondants. Lignes correspondantes.
CORRESPONDANT
. s. m. Négociant ou banquier qui est en correspondance réglée avec un autre négociant ou banquier, sur des objets de commerce. Bon, fidèle correspondant. Il a des ...
CORRESPONDRE
. v. n. Il se dit Des choses qui se rapportent, qui symétrisent ensemble. L'aile gauche de cet édifice ne correspond pas avec l'aile droite. On l'emploie souvent, dans cette ...
CORRIDOR
. s. m. (On prononce Coridor. ) Espèce de galerie étroite qui sert de passage pour aller à plusieurs appartements, à plusieurs chambres. Un long corridor. Cette porte donne ...
CORRIGER
. v. a. Ôter un défaut, des défauts. Il se dit en parlant Des personnes et des choses. Elle n'a qu'un défaut, mais il sera fort difficile de l'en corriger. Corrigez cette ...
CORRIGIBLE
. adj. des deux genres Qui peut être corrigé. Cet homme n'est pas corrigible. Il se dit plus ordinairement Des moeurs, et ne s'emploie guère qu'avec la négative.

1 2 3 4 5 6 > >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.024 c;