Слова на букву cont-déma (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву cont-déma (1564)

< 1 2 3 4 5 6 > >>
CORROBORANT
, ANTE. adj. T. de Médec. Qui fortifie, qui donne du ton. Aliment, remède corroborant. On l'emploie aussi comme substantif. Le vin est un corroborant.
CORROBORATIF
, IVE. adj. Voyez CORROBORANT.
CORROBORATION
. s. f. T. de Médec. Action de corroborer, ou L'état de ce qui est corroboré.
CORROBORER
. v. a. T. de Médec. Fortifier, donner du ton aux organes. Il ne se dit que De remèdes et d'aliments. Le vin corrobore l'estomac.   Il se dit quelquefois absolument. Le vin ...
CORRODANT
, ANTE. adj. T. didactique. Qui est capable de ronger, de consumer les parties solides.
CORRODER
. v. a. Ronger, manger. Il se dit Des humeurs malignes et des substances qui, par une certaine acrimonie, ou par une qualité caustique, rongent, brûlent quelque partie du ...
CORROI
. s. m. La façon que le corroyeur donne au cuir.  Il signifie aussi, Un massif de terre glaise dont on garnit le fond et les côtés des bassins, des fontaines, etc., pour ...
CORROMPRE
. v. a. (Il se conjugue comme Rompre. ) Gâter, altérer, changer en mal. Le grand chaud corrompt la viande. La fièvre corrompt la masse du sang, corrompt les humeurs. Ces ...
CORROSIF
, IVE. adj. Qui corrode, qui ronge et altère les corps avec lesquels il est en contact. Sublimé corrosif. L'arsenic est corrosif. Substance corrosive. Humeur corrosive.   Il ...
CORROSION
. s. f. L'action ou l'effet de ce qui est corrosif. La corrosion de l'estomac est un indice de poison.
CORROYER
. v. a. Parer, repasser, manier, ratisser, adoucir des cuirs et leur donner le dernier apprêt. Corroyer des peaux de vache. Corroyer des cuirs. CORROYER, signifie aussi, ...
CORROYEUR
. s. m. Artisan dont le métier est de corroyer les cuirs.
CORRUPTEUR
, TRICE. s. Celui, celle qui corrompt les moeurs, l'esprit, le langage, le goût, etc. Elle fut séduite par un vil corrupteur. Cette femme est une dangereuse corruptrice de la ...
CORRUPTIBILITÉ
. s. f. T. didactique. Qualité par laquelle un corps physique est sujet à la corruption. La corruptibilité est attachée à tous les corps.
CORRUPTIBLE
. adj. des deux genres Sujet à la corruption. Il n'y a rien sous le ciel qui ne soit corruptible. Les corps les plus humides sont les plus corruptibles.   Il signifie ...
CORRUPTION
. s. f. Altération dans les qualités principales, dans la substance d'une chose ; et La putréfaction, la pourriture qui en résulte. La corruption de la viande. La ...
CORS
. s. m. pl. T. de Vénerie et de Blason. Il se dit Des cornes qui sortent des perches du cerf. Cerf de dix cors, ou plus ordinairement, Cerf dix cors, Cerf demoyen âge.
CORSAGE
. s. m. La taille du corps humain depuis les épaules jusqu'aux hanches. Beau corsage. Joli, gentil corsage. Haut de corsage. Le corsage délié. On ne le dit guère qu'en ...
CORSAIRE
. s. m. Bâtiment armé en course par des particuliers, avec l'autorisation du gouvernement. Il se dit aussi de Celui qui commande ce bâtiment. Corsaire de Saint-Malo. Il fut ...
CORSELET
. s. m. Corps de cuirasse léger que portaient les piquiers. CORSELET, en Histoire naturelle, signifie, La partie du corps des insectes qui est située entre la tête et le ...
CORSET
. s. m. Partie du vêtement des femmes qui enveloppe et serre exactement la taille, et qui se met d'ordinaire sur la chemise. Mettre un corset. Serrer, lacer un corset. ...
CORTÉGE
. s. m. Suite de personnes qui en accompagnent une autre avec cérémonie, pour lui faire honneur. Grand cortége. Cortége nombreux. Cortége de carrosses, de voitures. Cet ...
CORTÈS
. s. f. pl. (On prononce l'S.) Assemblée des États, en Espagne et en Portugal. Membre des cortès espagnoles, des cortès portugaises. Les cortès furent convoquées.
CORTICAL
, ALE. adj. T. de Botan. Qui appartient, qui a rapport à l'écorce. Bouton cortical. Couches corticales.   En Anat., Substance corticale, La substance qui forme la partie ...
CORUSCATION
. s. f. T. de Physique. Éclat de lumière. La coruscation d'un météore.
CORVÉABLE
. adj. des deux genres Qui est sujet à des corvées. Selon d'anciennes coutumes féodales, le peuple était réputé corvéable et taillable à merci. Substantivement, On ...
CORVÉE
. s. f. Travail et service gratuit qui était dû par le paysan ou le tenancier à son seigneur, soit en journées de corps, soit en journées de chevaux, de boeufs et de ...
CORVETTE
. s. f. Petit bâtiment de guerre, petite frégate. Une corvette monte de vingt à vingt-six canons ou caronades. On envoya plusieurs corvettes pour découvrir la flotte ...
CORYBANTE
. s. m. Nom donné aux prêtres de Cybèle, qui dansaient au son des flûtes et des tambours.
CORYMBE
. s. m. T. de Botan. Assemblage de fleurs ou de fruits dont les pédoncules naissent de différents points de la tige, et s'élèvent tous à peu près à la même hauteur. Les ...
CORYMBIFÈRE
. adj. des deux genres T. de Botan. Qui porte un corymbe, des corymbes.  Il s'emploie plus ordinairement comme substantif, et se dit d'Une famille de plantes, à fleurs ...
CORYPHÉE
. s. m. Il se disait, chez les anciens, de Celui qui était à la tête des choeurs, dans les pièces de théâtre.  Il se dit également de Celui qui a le même emploi dans nos ...
CORYZA
. s. m. T. de Médec., emprunté du grec. Il est synonyme de Rhume de cerveau.
COSAQUES
. s. m. pl. Peuple de l'Ukraine, qui fournit aux armées russes une sorte de cavalerie légère à laquelle on donne le même nom. Les Cosaques du Don. Notre marche fut longtemps ...
COSÉCANTE
. s. f. (L'S doit se prononcer fortement.) T. de Géom. La sécante du complément d'un angle. La cosécante de 30 degrés est la sécante de 60 degrés.
COSEIGNEUR
. s. m. (L'S doit se prononcer fortement.) Celui qui possède une terre, un fief avec un autre. Ils étaient coseigneurs. Il était coseigneur de telle paroisse avec un tel. ...
COSINUS
. s. m. (L'une et l'autre S doivent se prononcer fortement.) T. de Géom. Le sinus du complément d'un angle. Le cosinus d'un angle de 30 degrés est le sinus de 60 degrés. ...
COSMÉTIQUE
. adj. des deux genres T. d'Hygiène. Il se dit Des substances qui servent à entretenir, à embellir la peau. Les eaux de senteur, les fards, le lait virginal, etc., sont des ...
COSMÉTIQUE
. s. f. La partie de l'hygiène qui enseigne à faire usage des cosmétiques. Il a écrit sur la cosmétique.
COSMOGONIE
. s. f. Science ou système de la formation de l'univers. La cosmogonie d'Hésiode. La cosmogonie de Buffon.
COSMOGONIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient, qui a rapport à la cosmogonie. Système cosmogonique.
COSMOGRAPHE
. s. m. Celui qui sait la cosmographie. Savant cosmographe.
COSMOGRAPHIE
. s. f. Description du monde physique. Il sait bien la cosmographie.
COSMOGRAPHIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient, qui a rapport à la cosmographie. Description cosmographique. Table cosmographique.
COSMOLOGIE
. s. f. Science des lois générales par lesquelles le monde physique est gouverné. Traité de cosmologie.
COSMOLOGIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient, qui a rapport à la cosmologie.
COSMOPOLITE
. s. m. Citoyen du monde. Il se dit de Celui qui a pour tous les pays la même affection que pour sa patrie, qui s'intéresse à tous les hommes également. Un cosmopolite ...
COSSE
. s. f. Enveloppe de certains légumes, comme pois, fèves, lentilles, vesce, etc. Cosse dure, tendre, ferme, longue. Cosse de pois. Des pois en cosse. Des fèves en cosse.   ...
COSSER
. v. n. Il se dit Des béliers qui heurtent de la tête les uns contre les autres.
COSSON
. s. m. Espèce de charançon qui attaque les pois, les fèves, le blé. Le cosson s'est mis dans le blé de cette grange. Ces pois sont pleins de cossons.
COSSON
. s. m. T. d'Agricult. Le nouveau sarment que donne la vigne après qu'on l'a taillée.
COSSU
, UE. adj. Qui a beaucoup de cosse. Il se dit spécialement Des pois et des fèves. Des pois bien cossus. Des fèves bien cossues. Fig. et pop., En conter de cossues, Dire ...
COSTAL
, ALE. adj. T. d'Anat. Qui appartient aux côtes. Vertèbres costales. Nerfs costaux. Muscles costaux.
COSTUME
. s. m. Mot emprunté de l'italien. Les usages, les moeurs, les préjugés d'un pays et d'une époque, considérés par rapport au soin que doit avoir l'historien, le poëte, ...
COSTUMER
. v. a. Habiller selon le costume, revêtir d'un certain costume. Ce peintre costume bien ses personnages. Elle avait costumé sa fille en bergère.   Il s'emploie souvent ...
COSTUMIER
. s. m. Celui qui fait, qui vend ou qui loue des costumes de théâtre, de bal, etc. Le costumier d'un théâtre. Louer un domino chez le costumier.
COTANGENTE
. s. f. T. de Géométrie. La tangente du complément d'un angle. La cotangente de 30 degrés est la tangente de 60 degrés.
COTE
. s. f. (L'O est bref.) Chacune des marques alphabétiques ou numérales dont on se sert pour classer les pièces d'un procès, d'un inventaire, etc. Ces pièces sont sous la ...
CÔTE
. s. f. Os courbé et plat qui s'étend depuis l'épine du dos jusqu'à la poitrine. Il a une côte froissée. Il s'est cassé une côte. Dieu forma Ève d'une côte d'Adam. ...
CÔTÉ
. s. m. La partie droite ou gauche de l'homme ou de l'animal, depuis l'aisselle jusqu'à la hanche. Côté droit. Côté gauche. Le côté lui fait mal. Il a un mal de côté, ...
COTEAU
. s. m. Penchant d'une colline. Agréable, fertile coteau. Coteau planté de vignes.   Il se dit aussi pour La colline même, prise dans toute son étendue. Les coteaux qui ...
CÔTELETTE
. s. f. Côte de certains animaux, comme moutons, veaux, agneaux, cochons, etc. Il ne se dit que d'Une côte détachée de l'animal, et à laquelle on a laissé tenir une ...
COTER
. v. a. Marquer suivant l'ordre des lettres ou des nombres, numéroter. Coter des pièces. Les notaires ont coté et paraphé ces pièces. Coter un registre par première et ...
COTERIE
. s. f. Compagnie, société de personnes qui vivent entre elles familièrement. Il se dit particulièrement Des compagnies de ce genre où l'on cabale pour mettre une personne, ...
COTHURNE
. s. m. Sorte de chaussure dont les acteurs se servaient anciennement dans la tragédie, pour paraître avoir une taille plus élevée. Fig., Chausser le cothurne, Se mettre ...
CÔTIER
. adj. T. de Marine. Qui a la connaissance, la pratique d'une côte, des côtes. Pilote côtier. Il s'emploie aussi comme substantif. Ce pilote est bon côtier.   Navigation ...
CÔTIÈRE
. s. f. Suite de côtes de mer. Il croise sur cette côtière. Ces côtières sont sujettes à tel vent. Ce terme de Marine est maintenant peu usité. CÔTIÈRE, signifie aussi, ...
COTIGNAC
. s. m. (On ne prononce pas le C final.) Sorte de confiture faite avec des coings. Boîte de cotignac. Cotignac d'Orléans.
COTILLON
. s. m. Cotte ou jupe de dessous. Il se dit plus particulièrement Du jupon des femmes du peuple et des paysannes. Cotillon de serge. Cotillon de flanelle. de basin. Fig. ...
COTIR
. v. a. Meurtrir. Il est populaire, et ne se dit qu'en parlant Des fruits. La grêle a coti ces poires, ces pommes. COTI, IE. participe
COTISATION
. s. f. Action de cotiser, ou Imposition faite par cote. Cotisation volontaire. Cotisation forcée. Cette cotisation a donné beaucoup de peine. Cette cotisation est mal faite. ...
COTISER
. v. a. Taxer, imposer à quelqu'un, régler la part qu'il doit payer de quelque somme. On l'a cotisé à tant.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Il faut que ...
COTISSURE
. s. f. Meurtrissure. Il ne se dit que Des fruits. La cotissure empêche que les fruits ne soient de garde.
COTON
. s. m. Espèce de laine qui vient sur un arbuste appelé Cotonnier. Coton de Chypre. Coton des Indes. Coton fin. Coton délié. Coton filé. Coton cordé. Coton épluché. ...
COTONNADE
. s. f. Toute espèce d'étoffe faite de coton.
COTONNER
(SE). v. pron. Il se dit Des choses qui se couvrent d'un léger coton ou duvet. Ses joues commencent à se cotonner. Il est peu usité en ce sens.  Il se dit plus ...
COTONNEUX
, EUSE. adj. T. de Botan. Il se dit Des parties de certains végétaux qui sont couvertes d'un duvet épais et serré. Tige cotonneuse. COTONNEUX, signifie aussi, dans le ...
COTONNIER
. s. m. Arbuste qui porte le coton. Il y a beaucoup de cotonniers aux Indes.
COTONNINE
. s. f. Toile de gros coton, dont on fait des voiles pour certains bâtiments. Les galères avaient des voiles de cotonnine.
CÔTOYER
. v. a. Aller côte à côte de quelqu'un. Il me côtoyait. Ne souffrez pas qu'il vous côtoie. Un vassal ne devait pas côtoyer son seigneur. Ce sens est peu usité.  Il ...
COTRE
. s. m. T. de Marine. Voy. CUTTER.
COTRET
. s. m. Petit fagot, composé de morceaux de bois courts et de médiocre grosseur, lié par les deux bouts. Cotret de bois rond, de bois de hêtre, de chêneau, de bois ...
COTTE
. s. f. Jupe, la partie de l'habillement des femmes, qui est plissée par le haut, et qui va depuis la ceinture jusqu'à terre. Il ne se dit plus que de L'habillement des femmes ...
COTTERON
. s. m. Petite cotte courte et étroite. Cotteron à pointes. Cotteron de frise. Il est vieux.
COTUTEUR
. s. m. Celui qui est chargé d'une tutelle avec un autre.
COTYLE
. s. f. T. d'Antiq. Mesure de capacité pour les liquides et les choses sèches. La cotyle attique valait, à peu près, le cinquième de notre litre.
COTYLE
. s. m. T. d'Anat. Cavité d'un os dans laquelle un autre os s'articule.
COTYLÉDON
. s. m. T. d'Anat. Chacun des deux lobes qui forment le placenta. Les cotylédons.   Il se dit, par analogie, en termes de Botanique, de Certains corps charnus que l'on ...
COTYLÉDONÉ
, ÉE. adj. T. de Botan. Il se dit Des végétaux pourvus de cotylédons.
COTYLOÏDE
. adj. T. d'Anat. Il se dit De la cavité de l'os iliaque, dans laquelle l'os du fémur s'articule. La cavité cotyloïde.
COU
. s. m. (Quelquefois on dit, par euphonie, Col, surtout en poésie.) La partie du corps qui joint la tète aux épaules. Il se dit De l'homme et des animaux. Long cou. Grand cou. ...
COU-DE-PIED
. s. m. (Quelques-uns écrivent abusivement, Coude-pied. ) La partie supérieure du pied, près de son articulation avec la jambe. Avoir le cou-de-pied très-haut.
COUARD
. s. m. Poltron, qui n'a point de courage. C'est un franc couard. Il est familier.
COUARDISE
. s. f. Timidité, lâcheté, poltronnerie. On lui a reproché sa couardise. Il est familier.
COUCHANT
. adj. Qui se couche. Il n'est guère usité que dans ces locutions, Chien couchant, et Soleil couchant. CHIEN COUCHANT, Espèce de chien de chasse, qui se couche ordinairement ...
COUCHE
. s. f. Lit. Il est principalement d'usage en poésie et dans le style soutenu. Partager la couche de quelqu'un. La même couche les reçut tous deux. J'arrosai de pleurs ma ...
COUCHÉE
. s. f. Le lieu où on loge la nuit en faisant voyage. La dînée est en tel endroit, et la couchée est en tel autre. Il y a tant de lieues jusqu'à la couchée. Nous nous ...
COUCHER
. v. a. Étendre de son long sur la terre, sur un lit, etc. Il le coucha sur l'herbe. On coucha le blessé sur un matelas. Saint Louis en mourant voulut qu'on le couchât sur ...
COUCHER
. s. m. Action de se coucher. J'étais à son coucher. C'est l'heure de son coucher.   Le coucher du roi, ou simplement, Le coucher, L'heure à laquelle le roi reçoit ceux ...
COUCHETTE
. s. f. Petit lit, petite couche sans rideaux. Une couchette de bois de noyer.
COUCHEUR
, EUSE. s. Qui couche avec un autre. Il ne se dit que par rapport au plus ou au moins de gêne que cause la personne avec laquelle on est couché. Bon, commode coucheur. Mauvais, ...
COUCHIS
. s. m. Lit de sable et de terre qu'on met sur les madriers d'un pont de bois, pour asseoir le pavé.
COUCI-COUCI
. adv. À peu près, tellement quellement. Êtes-vous content ? Couci-couci. Vous faites votre devoir couci-couci. Il est familier.
COUCOU
. s. m. Oiseau de la grosseur d'un pigeon, qui a tiré son nom de son chant. J'ai entendu chanter le coucou. Les coucous ne font point de nid, et déposent leurs oeufs dans ...
COUDE
. s. m. La partie extérieure du bras à l'endroit où il se plie. Il était appuyé sur son coude, sur le coude. Il lui donna un coup de coude. Il le poussa du coude. Il a les ...
COUDÉE
. s. f. Toute l'étendue du bras depuis le coude jusqu'au bout du doigt du milieu. En ce sens, il ne se dit que dans la phrase suivante :  Avoir ses coudées franches, les ...
COUDER
. v. a. Plier en forme de coude. Couder une barre de fer. Couder une branche de vigne.   En termes de Tailleur, Couder une manche, En faire le coude. COUDÉ, ÉE. ...
COUDOYER
. v. a. Heurter quelqu'un du coude. Pourquoi m'a-t-il coudoyé ?   Il s'emploie quelquefois avec le pronom personnel, comme verbe réciproque. Nous étions si serrés à ...
COUDRAIE
. s. f. Lieu planté de coudres ou coudriers. Dans la coudraie.
COUDRE
. s. m. Coudrier, noisetier. Coudre franc. Bois de coudre. Baguette de coudre. Cerceaux de coudre.
COUDRE
. v. a. ( Je couds, tu couds, il coud ; nous cousons. Je cousais. Je cousis. J'ai cousu. Je coudrais Je coudrais. Couds. Que je couse. Que je cousisse, qu'il cousît. Cousant. ) ...
COUDRETTE
. s. f. Coudraie. Il est vieux, et ne s'emploie guère que dans les chansons villageoises, pastorales.
COUDRIER
ou COUDRE. s. m. Arbre de la famille des Amentacées, qui porte des noisettes, et qu'on nomme aussi Noisetier. Coudrier franc. Coudrier enté. La prétendue baguette ...
COUENNE
. s. f. La peau du cochon, surtout lorsqu'elle a été raclée. Couenne de lard. Grosse couenne. Frotter avec de la couenne.   Il se dit aussi de La peau des marsouins.  Il ...
COUENNEUX
, EUSE. adj. T. de Médec. Il se dit Du sang qui est couvert de la couenne inflammatoire. Un sang couenneux.
COUETTE
. s. f. Lit de plume. Couette bien pleine, bien remplie. Il est vieux.
COULAGE
. s. m. Perte, diminution des liqueurs qui s'écoulent des tonneaux. Le coulage d'une pièce de vin. Marchandises sujettes à coulage, au coulage.
COULAMMENT
. adv. D'une manière coulante, aisée, qui n'a rien de rude. Il se dit en parlant Des discours et des ouvrages de prose et de vers. Il parle coulamment. Cela est écrit ...
COULANT
, ANTE. adj. Qui coule aisément. Cette encre est bien coulante.   Vin coulant, Vin agréable à boire, et qui passe aisément.  Noeud coulant, Noeud d'une forme ...
COULANT
. s. m. Diamant ou pierre précieuse que les femmes portent pour ornement à leur cou, et qui est enfilé à un cordon de soie, en sorte qu'on peut le hausser et le baisser. ...
COULÉ
. s. m. T. de Musique. Passage d'une note à une autre, qui se fait, avec la voix ou sur un instrument, en liant ces notes par le même coup de gosier, de langue, d'archet, ...
COULÉE
. s. f. T. de Calligraphie. Caractère d'écriture penché, dont toutes les lettres se tiennent et dont tous les jambages sont droits. Écrire la coulée.   Il s'emploie aussi ...
COULER
. v. a. Fluer. Il se dit Des choses liquides qui se meuvent en suivant une pente. Ce ruisseau, cette fontaine coule doucement, lentement, coule de source, coule dans la ...
COULEUR
. s. f. Impression que fait sur l'oeil la lumière réfléchie par la surface des corps. Les couleurs primitives. Les couleurs simples. Les couleurs composées. Couleur ...
COULEUVRE
. s. f. Espèce de serpent. Les couleuvres ne sont point venimeuses. Couleuvre de haie, de buisson. Couleuvre d'eau. Grosse, longue couleuvre. Peau de couleuvre. OEufs de ...
COULEUVREAU
. s. m. Petit de couleuvre.
COULEUVRÉE
. s. f. T. de Botan. Plante sarmenteuse à feuilles palmées, qui est très-commune dans nos climats, et dont la racine est purgative. On la nomme autrement Bryone.
COULEVRINE
. s. f. Ancienne pièce d'artillerie plus longue que les canons ordinaires. Cette coulevrine est de tant de pieds de longueur. Une coulevrine qui porte loin. À la portée de ...
COULIS
. s. m. T. de Cuisine. Suc d'une chose consommée à force de cuire, passé par une étamine, par un linge, etc. Coulis de chapon. Coulis de perdrix. Coulis de pois. ...
COULIS
. adj. m. Il n'est usité que dans cette locution, Vent coulis, Vent qui passe par de petites ouvertures, qui se glisse au travers des fentes et des trous. Il vient un vent ...
COULISSE
. s. f. Longue rainure par laquelle on fait glisser, aller et revenir un châssis, une fenêtre, une porte de bois, etc. Faire une coulisse. Graisser la coulisse.   Il se ...
COULOIR
. s. m. Écuelle ordinairement faite de bois, qui a, au lieu de fond, une pièce de linge par où on coule le lait en le tirant. COULOIR, se dit aussi d'Un passage de ...
COULOIRE
. s. f. Vaisseau propre à laisser passer, à faire égoutter la partie la plus liquide ou le suc de quelque substance qu'on veut en séparer. Couloire d'apothicaire. Couloire ...
COULPE
. s. f. Faute, péché. Il n'est usité que dans les matières de religion, et signifie, La souillure, la tache du péché qui prive le pécheur de la grâce de Dieu. Par la ...
COULURE
. s. f. Il se dit en parlant Des grains de la grappe qui tombent ou se dessèchent quand le raisin commence à se nouer. La vigne est sauvée de la gelée, il n'y a plus que ...
COUP
. s. m. Impression que fait un corps sur un autre en le frappant, le perçant, le divisant, etc. Grand coup. Petit coup. Rude coup. Coup léger. Coup sec. Coup pesant. Coup ...
COUPABLE
. adj. des deux genres Qui a commis quelque faute, quelque crime. On l'accuse de ce crime, de cette faute, et il en est coupable. S'avouer coupable. Se rendre coupable d'une ...
COUPANT
, ANTE. adj. Qui coupe. Ce couteau n'est pas assez coupant. Cette herbe est coupante. Il est familier.
COUPE
. s. f. Action de couper. La coupe des blés. La coupe des cheveux.   Cette étoffe est dure à la coupe, Elle résiste au ciseau, et, en la coupant, on s'aperçoit qu'elle ...
COUPE
. s. f. Tasse, sorte de vase ordinairement plus large que profond. Coupe d'argent. Coupe d'or, de vermeil doré. Coupe de cristal. Coupe ciselée. Boire dans une coupe.   Il se ...
COUPÉ
. s. m. Pas de danse, mouvement de celui qui, en dansant, se jette sur un pied et passe l'autre devant ou derrière.
COUPÉ
. s. m. Voiture dont la caisse n'a qu'un fond. Un joli coupé. Monter dans un coupé. On dit quelquefois adjectivement, Un carrosse coupé.   Il se dit également de La partie ...
COUPE-CUL
. s. m. Il se dit au Lansquenet, Quand celui qui donne ne fait pas une seule carte, et amène la sienne la première. Il vieillit : on dit présentement, Coupe-gorge.   Jouer ...
COUPE-GORGE
. s. m. Il se dit de Tout endroit où l'on court risque d'être volé, d'être assassiné, et particulièrement Des lieux écartés où se tiennent ordinairement les voleurs. Ne ...
COUPE-JARRET
. s. m. Brigand, assassin, qui ne porte l'épée qu'à dessein de se battre, de maltraiter, ou de faire insulte à ceux qu'il rencontre. Il a l'air d'un coupe-jarret. Il est ...
COUPE-TÊTE
. s. m. Sorte de jeu que jouent les enfants, en sautant de distance en distance les uns par-dessus les autres. Ils jouent à coupe-tête.
COUPEAU
. s. m. Sommet, cime d'une montagne. Il était sur le coupeau d'une montagne. Il est vieux.
COUPELLATION
. s. f. T. de Chimie. Action de mettre un métal à la coupelle. La coupellation de l'or, de l'argent.
COUPELLE
. s. f. Petit vase en forme de tasse, fait avec des cendres lavées ou des os calcinés, dont on se sert pour séparer, par l'action du feu, l'or et l'argent des autres métaux ...
COUPELLER
. v. a. T. de Chimie. Mettre à la coupelle. COUPELLÉ, ÉE. participe
COUPER
. v. a. Trancher, séparer, diviser un corps continu, avec quelque chose de tranchant. Couper en deux. Couper en morceaux. Couper par pièces. Couper du pain. Couper de la ...
COUPERET
. s. m. Sorte de couteau de boucherie et de cuisine, fort large, qui sert à couper de la viande. Il a coupé cette viande avec un couperet. COUPERET, en termes d'Émailleur, ...
COUPEROSE
. s. f. Nom donné par les anciens chimistes à différents sulfates métalliques. Couperose verte (sulfate de fer). Couperose blanche (sulfate de zinc). Couperose bleue (sulfate ...
COUPEROSÉ
, ÉE. adj. Qui est atteint de la maladie appelée Couperose. Il a le visage couperosé. Il est couperosé. Cette femme est toute couperosée.
COUPEUR
, EUSE. s. Celui, celle qui coupe. Il se dit de Ceux qui coupent les grappes en vendange. Il a loué deux hotteurs et dix coupeurs.   Il se dit aussi de Ceux qui jouent au ...
COUPLE
. s. f. Deux choses de même espèce mises ou considérées ensemble. Une couple d'oeufs. Une couple de chapons. Une couple de serviettes. Donnez-m'en une couple.   Il ne se dit ...
COUPLER
. v. a. Attacher des chiens de chasse avec une couple pour les mener. Il faut coupler ces chiens. Ces épagneuls étaient couplés.   Il signifiait aussi, Loger deux personnes ...
COUPLET
. s. m. Certain nombre de vers, espèce de stance qui fait partie d'une chanson, et qui est quelquefois la chanson entière. Un couplet de chanson. Cette chanson n'a qu'un ...
COUPLETER
. v. a. Faire une chanson, des couplets contre quelqu'un. Il est familier et peu usité : on dit Chansonner. COUPLETÉ, ÉE. participe
COUPOIR
. s. m. Instrument dont on se sert dans la fabrication des monnaies, et en différents arts et métiers, pour couper et rogner.
COUPOLE
. s. f. L'intérieur, la partie concave d'un dôme. La coupole de cette église est bien peinte. La coupole du Panthéon.   Il se dit quelquefois aussi Du dôme même. La ...
COUPON
. s. m. Petit reste d'une pièce d'étoffe ou de toile. Un coupon de toile de batiste, de drap, etc.   Il se dit aussi en parlant De certains papiers de crédit. Coupons ...
COUPURE
. s. f. Séparation, division faite dans un corps continu par quelque chose de coupant et de tranchant. Une grande coupure. J'ai une coupure au doigt. Il y a une coupure à ...
COUR
. s. f. Espace découvert qui dépend d'une maison, d'un hôtel, etc., et qui est environné de murs ou de bâtiments. Grande cour. Cour d'entrée. Cour principale. Petite cour. ...
COUR
. s. f. Les principaux personnages, les officiers qui accompagnent ordinairement un roi, un souverain, qui sont ordinairement auprès de lui. Cour royale. Cour impériale. La ...
COUR
. s. f. Siége de justice où l'on plaide. Dans l'ancienne organisation judiciaire, il se disait de la plupart des tribunaux. Cour ecclésiastique. Cour laïque. Cela fut ...
COURAGE
. s. m. Disposition par laquelle l'âme se porte à entreprendre quelque chose de hardi, de grand, à repousser des dangers, à souffrir des revers ou des douleurs. Grand ...
COURAGEUSEMENT
. adv. Avec courage, avec fermeté, avec constance. Il s'y est porté courageusement, fort courageusement. Il s'est battu, il s'est défendu courageusement. Il a souffert les ...
COURAGEUX
, EUSE. adj. Qui a du courage, de la fermeté, de la constance. Il est très-courageux. Il est trop courageux pour reculer. Les dogues sont courageux. Se montrer courageux ...
COURAMMENT
. adv. Rapidement, avec facilité. Cela est écrit couramment. Il lit couramment.
COURANT
, ANTE. adj. Qui court. Il ne s'emploie guère au propre que dans les locutions suivantes :  Chien courant, Chien dressé à courir après le gibier.  Eau courante, Eau ...
COURANTE
. s. f. Espèce de danse grave. Courante simple. Courante figurée. Mener une courante. On ne danse plus la courante.   Il signifie aussi, L'air sur lequel on dansait une ...
COURANTE
. s. f. Dévoiement, diarrhée. Avoir la courante. Il est populaire.
COURBATU
, UE. adj. Il se dit proprement D'un cheval qui n'a pas le mouvement des jambes bien libre, pour avoir été morfondu après un trop grand travail. Vous avez trop échauffé ce ...
COURBATURE
. s. f. Maladie du cheval courbatu. Quand on vend un cheval, on doit le garantir de pousse, morve et courbature.   Il se dit quelquefois en parlant Des personnes, et ...
COURBE
. adj. des deux genres Qui n'est pas droit ou qui n'est pas plane, qui approche de la forme d'un arc. Ligne courbe. Cette ligne est courbe. Surface courbe.   Il se dit ...
COURBE
. s. f. Certaine pièce de bois qui sert aux ouvrages de charpenterie, et qui entre principalement dans la construction des navires.
COURBE
. s. f. T. d'Art vétérinaire. Espèce de tumeur dure qui vient aux jambes des chevaux. Ce cheval a une courbe.
COURBER
. v. a. Rendre courbe une chose qui était droite. Courber en arc. Le trop grand faix a courbé cette pièce de bois, cette poutre. La vieillesse l'a courbé, l'a tout courbé. ...
COURBETTE
. s. f. T. de Manége. Air relevé, mouvement que le cheval fait en levant également les deux pieds de devant et se rabattant aussitôt. Courbette haute. Courbette basse. ...
COURBURE
. s. f. Inflexion, forme, état d'une chose courbée. Cette pièce de bois a plus de courbure, moins de courbure, etc. Courbure d'une jante de roue. Courbure d'un arc. La ...
COURCAILLET
. s. m. Cri des cailles ; ou Petit sifflet avec lequel on imite le cri des cailles, et qui sert à les attirer. Prendre des cailles avec le courcaillet.
COURCIVE
. s. f. T. de Marine. Voyez COURSIVE.
COURÉE
. s. f. T. de Marine. Composition de suif, de soufre, de résine, etc., qu'on applique très-chaude sur la carène des bâtiments destinés aux voyages de long cours.
COUREUR
. s. m. Celui qui est léger à la course, qui se pique de bien courir. C'est le meilleur coureur qu'on ait jamais vu. Jamais bon coureur ne fut pris.   Coureur de bague, de ...
COUREUSE
. s. f. Fille ou femme prostituée. C'est une coureuse, une infâme coureuse. Il ne voit que des coureuses. Une coureuse de remparts.
COURGE
. s. f. T. de Botan. Genre de plantes cucurbitacées, auquel appartiennent la citrouille, le potiron, le giraumont, la pastèque, etc. La calebasse est le fruit d'une ...
COURIR
. v. n. ( Je cours, tu cours, il court ; nous courons, vous courez, ils courent. Je courais. Je courus. J'ai couru. Je courrai. Je courrais. Cours. Que je coure. Que je ...
COURLIS
ou COURLIEU. s. m. Oiseau aquatique qui est bon à manger. Il y a plusieurs espèces de courlis. L'ibis est une espèce de courlis.
COURONNE
. s. f. Ornement de tête, fait de branches, d'herbes, ou de fleurs, etc., et qui se porte comme marque d'honneur, ou en signe de joie, ou comme une simple parure. Couronne de ...
COURONNEMENT
. s. m. Action de couronner. Il se dit plus particulièrement de La cérémonie dans laquelle on couronne solennellement un souverain. Le couronnement du roi, de la reine, de ...
COURONNER
. v. a. Mettre une couronne sur la tête. Couronner une victime. Couronner de fleurs, de laurier, de myrte. JÉSUS-CHRIST fut couronné d'épines. Couronner d'une couronne ...
COURRE
. v. a. T. de Chasse. (Il se conjugue comme Courir. ) Courir une bête, la poursuivre. Courre le cerf, le lièvre, le daim.   Il s'emploie aussi neutralement. Chasse à ...
COURRE
. s. m. T. de Chasse. Endroit où l'on place les lévriers, lorsqu'on chasse le sanglier, le loup ou le renard avec ces chiens.  C'est un beau courre, se dit D'un pays ...
COURRIER
. s. m. Celui qui court la poste pour porter des dépêches. C'est le meilleur courrier, et celui qui fait le plus de diligence. Courrier ordinaire. Courrier extraordinaire. ...
COURRIÈRE
. s. f. Celle qui court. Il ne se dit guère qu'en poésie, en parlant De la lune. L'inégale courrière des nuits.
COURROIE
. s. f. Pièce de cuir coupée en long, étroite, qui sert à lier, à attacher quelque chose. Attacher avec des courroies. Mettre, attacher des courroies. Les courroies d'une ...
COURROUCER
. v. a. Mettre en courroux, irriter. Cette conduite courrouça son père contre lui. Ses crimes ont courroucé le ciel. Le prince est courroucé. Il se dit de même en parlant ...
COURROUX
. s. m. Colère. Il s'emploie surtout en poésie et dans le style soutenu. Le courroux d'un prince, d'un père. Juste courroux. Le courroux de Dieu. Le courroux du ciel. Le ...
COURS
. s. m. Flux, mouvement de quelque chose de liquide. Il se dit particulièrement De l'eau des rivières et des ruisseaux. Cours rapide. Cours lent. Cours impétueux. Arrêter, ...
COURSE
. s. f. Action, mouvement de celui qui court. Course légère. Longue course. Course pénible. Il est léger à la course, vite à la course. Aller au pas de course. Prendre les ...
COURSIER
. s. m. Grand et beau cheval propre pour les batailles et pour les tournois. Il n'est guère usité qu'en poésie et dans le style soutenu. Noble, généreux, vaillant coursier. ...
COURSIVE
. s. f. T. de Marine. Il se dit d'Une ou de deux planches établies horizontalement le long du plat-bord, de chaque côté de certains bâtiments non pontés, pour passer de ...
COURSON
. s. m. T. d'Agricult. Branche de vigne taillée et raccourcie à trois ou quatre yeux.  Il se dit aussi d'Une branche d'arbre de cinq ou six pouces, que le jardinier conserve ...
COURT
, COURTE. adj. Qui a peu de longueur, ou Qui n'a pas la même longueur qu'une autre chose. Il est opposé à Long. Trop court. Bien court. Fort court. Un peu court. ...
COURT-BOUILLON
. s. m. Manière d'apprêter le poisson, qui consiste à le faire cuire dans de l'eau, avec du vinaigre, du sel et du beurre. Une carpe, un brochet au court-bouillon.
COURT-JOINTÉ
, ÉE. adj. T. de Manége. Il se dit D'un cheval, d'une jument dont les articulations inférieures sont trop courtes. Ce cheval est court-jointé.
COURTAGE
. s. m. La profession d'un courtier, et L'entremise ou négociation de courtier. Faire le courtage des vins. Se mêler du courtage.   Droit de courtage, ou simplement, ...
COURTAUD
, AUDE. s. Celui, celle qui est de taille courte, grosse et ramassée. Il est familier et ne se dit, en ce sens, que Des personnes. Un gros courtaud. Une grosse courtaude.   ...
COURTAUDER
. v. a. Couper la queue. Il ne se dit qu'en parlant Du cheval. Il a fait courtauder son cheval. COURTAUDÉ, ÉE. participe
COURTE-BOTTE
. s. m. Petit homme. Il est populaire.
COURTE-POINTE
. s. f. Couverture de parade, qu'on place sur un lit. La courtepointe de ce lit est fort belle. Courte-pointe piquée.
COURTIER
. s. m. T. de Commerce. Celui qui, moyennant une prime, s'entremet pour la vente ou l'achat de certaines marchandises, pour faire prêter de l'argent sur la place, ou pour les ...
COURTILIÈRE
. s. f. Insecte qui vit sous terre, et qui fait beaucoup de dégât dans les jardins. On l'appelle aussi Taupe-grillon.
COURTINE
. s. f. Rideau de lit. Courtine de damas. Fermer, tirer les courtines. Dans ce sens, il est vieux. COURTINE, en termes de Fortification, Le mur ordinairement rectiligne qui ...
COURTISAN
. s. m. Celui qui est attaché à la cour, qui fréquente la cour. Bon courtisan. Vieux courtisan. C'est un adroit, un habile, un fin, un rusé, un sage courtisan. Mauvais ...
COURTISANE
. s. f. Femme de moeurs déréglées qui se distingue par une certaine élégance de manières, et qui met à prix ses faveurs. Il fait l'amour à une courtisane. Il entretient ...
COURTISER
. v. a. Faire la cour à quelqu'un dans l'espérance d'en obtenir quelque chose. Courtiser les grands. Cet homme vous courtise fort. Il n'est pas d'humeur à courtiser qui que ce ...
COURTOIS
, OISE. adj. Civil, gracieux dans ses discours et dans ses manières. Chevalier courtois. Courtois aux dames, envers les dames. Il n'est guère courtois. Il a des façons peu ...
COURTOISEMENT
. adv. D'une manière courtoise. Il le reçut très-courtoisement.
COURTOISIE
. s. f. Civilité. Il l'a traité avec beaucoup de courtoisie.   Il signifie aussi quelquefois, Bon office. Je vous remercie de votre courtoisie. Il est familier dans les deux ...
COUSEUSE
. s. f. Femme qui coud. Il se dit particulièrement Des femmes qui cousent les livres pour les brocher.
COUSIN
, INE. s. Il se dit de Ceux qui sont issus ou qui descendent, soit de deux frères, soit de deux soeurs, soit du frère ou de la soeur. Cousins germains. Cousins issus de ...
COUSIN
. s. m. Sorte de moucheron dont la piqûre et le bourdonnement sont fort importuns. Un cousin vint le piquer à la joue. Les cousins l'ont fort importuné, l'ont tourmenté ...
COUSINAGE
. s. m. La parenté qui existe entre cousins. Ils s'appellent cousins, je ne sais d'où vient ce cousinage. Il est entré dans cette maison sous prétexte de cousinage.   Il ...
COUSINER
. v. a. Appeler quelqu'un cousin. Il vous cousine : de quel côté est-il votre cousin ? On l'emploie aussi avec le pronom personnel, comme verbe réciproque. Je ne sais ...
COUSINIÈRE
. s. f. Rideau de gaze dont on entoure un lit, pour se garantir des cousins.
COUSSIN
. s. m. Sorte de sac cousu de tous les côtés, et rempli de plume, ou de bourre, ou de crin, etc., pour s'appuyer, pour s'asseoir, ou pour mettre les pieds dessus. Coussin de ...
COUSSINET
. s. m. Petit coussin. Il faut mettre un coussinet derrière la selle pour porter la valise. Coussinet qu'on met sous la cuirasse, etc. Coussinet de senteur.
COÛT
. s. m. Ce qu'une chose coûte. Il n'est plus guère usité qu'en style de Pratique. Les frais et les loyaux coûts. Le coût d'un exploit, d'un jugement. Le coût d'une ...
COÛTANT
. adj. Il n'est usité que dans cette locution, Prix coûtant, Le prix qu'une chose a coûté. Je vous le donne, je vous le cède au prix coûtant.
COUTEAU
. s. m. Instrument composé d'une lame et d'un manche, et qui sert ordinairement à couper, surtout à table. Couteau tranchant. Couteau épointé. Couteau ébréché. Couteau ...
COUTELAS
. s. m. Sorte d'épée courte et large, qui ne tranche que d'un côté. Coutelas bien tranchant. Coutelas de Damas. Un coup de coutelas. Il lui a fendu la tête de son coutelas, ...
COUTELIER
, IÈRE. s. Celui, celle dont le métier est de faire, de vendre des couteaux, ciseaux, rasoirs, lancettes, canifs, etc. Bon coutelier. Maître coutelier. Garçon coutelier. Il ...
COUTELIÈRE
. s. f. Étui dans lequel on met plusieurs couteaux. Une coutelière pour une demi-douzaine, pour une douzaine de couteaux. Ce n'est pas la coutelière de ces couteaux-là. Il ...
COUTELLERIE
. s. f. Métier de coutelier ; art de faire des couteaux, des ciseaux, des rasoirs, etc. Il entend bien la coutellerie.   Il se dit aussi d'Un atelier ou l'on fait des ...
COÛTER
. v. n. Être acheté un certain prix. Coûter cher. Cette chose coûte plus qu'elle ne vaut. Combien vous coûte, que vous coûte cette étoffe, ce vin, ce cheval, cette ...
COÛTEUX
, EUSE. adj. Qui engage à de la dépense. Les voyages sont coûteux. Le goût des tableaux est coûteux.
COUTIER
. s. m. Ouvrier qui fait des coutils.
COUTIL
. s. m. (On ne prononce pas l'L.) Espèce de toile faite de fil de chanvre ou de lin, qui est lissée et fort serrée, propre a faire des lits de plume, des taies d'oreiller, ...
COUTRE
. s. m. Fer tranchant qui fait partie de la charrue et qui sert à fendre la terre quand on laboure. Un coutre bien tranchant.
COUTUME
. s. f. Habitude contractée dans les moeurs, dans les manières, dans les discours, dans les actions. Bonne coutume. Mauvaise coutume. Sotte coutume. Vilaine coutume. Prendre, ...
COUTUMIER
, IÈRE. adj. Qui a coutume de faire, etc. Il est coutumier de mentir. Ce sens est familier et peu usité.  Être coutumier du fait, Avoir coutume de faire certaine chose. Il ...
COUTUMIER
. s. m. Livre contenant la coutume, le droit municipal d'une ville, d'une province ou d'un canton. Le coutumier de Normandie. Le coutumier de Champagne.   Grand coutumier, ...
COUTURE
. s. f. Assemblage de deux choses qui se fait par le moyen de l'aiguille ou de l'alêne, avec du fil, de la soie, etc. Grosse couture. Couture menue, fine, ronde, plate. Double ...
COUTURÉ
, ÉE. adj. Qui porte des cicatrices et des inégalités semblables à des coutures. Il est tout couturé de petite vérole. Il a le visage tout couturé.
COUTURIER
. s. m. Celui qui fait métier de coudre. Bon couturier. Mauvais couturier. Il est vieux. COUTURIER, en termes d'Anatomie, se dit d'Un muscle de la jambe. On dit aussi, ...
COUTURIÈRE
. s. f. Celle qui travaille en couture, de linge ou d'habits. Habile couturière. Couturière en linge. Couturière en robes. Couturière pour femme.
COUVAIN
. s. m. coll. OEufs des abeilles, des punaises et de quelques autres insectes. Les fourmis cherchent avec avidité le couvain des punaises.
COUVAISON
. s. f. Temps où couvent les poules et autres oiseaux de basse-cour.
COUVÉE
. s. f. coll. Tous les oeufs qu'un oiseau couve en même temps ; ou Les petits qui en sont éclos. Il y avait tant d'oeufs à la couvée. Cette poule a amené quinze poussins ...
COUVENT
. s. m. Maison religieuse, monastère. Couvent de capucins, de chartreux. Couvent de filles. Se mettre, se jeter dans un couvent. Entrer dans un couvent. Sortir du couvent. ...
COUVER
. v. a. Il se dit Des oiseaux qui se tiennent sur leurs oeufs pour les faire éclore. Les oiseaux couvent leurs oeufs. Cette poule a couvé tant d'oeufs. On lui a fait couver ...
COUVERCLE
. s. m. Ce qui est fait pour couvrir, ce qui sert à couvrir un pot, un coffre, une boîte, une cassette, une marmite, ou quelque vase. Le couvercle d'un pot. Couvercle à ...
COUVERT
. s. m. La nappe avec les serviettes, les couteaux, les cuillers, etc., dont on couvre la table. Mettre le couvert. Ranger le couvert. Ôter le couvert.   Grand couvert, Repas ...
COUVERTE
. s. f. Émail qui couvre une terre cuite mise en oeuvre. Il se dit particulièrement De la porcelaine. La pâte d'une bonne porcelaine doit être sans sels, et la couverte ...
COUVERTEMENT
. adv. Secrètement et en cachette. Il faisait semblant de vouloir le servir, mais couvertement il lui rendait de mauvais offices. Il a fait cela si couvertement, qu'on n'en a ...
COUVERTURE
. s. f. Ce qui sert à couvrir quelque chose. Il se dit ordinairement de La toile, du drap, d'une étoffe quelconque, avec lesquels on couvre, on enveloppe certaines choses. ...
COUVERTURIER
. s. m. Marchand ou artisan qui vend, qui fait des couvertures. Marchand couverturier.
COUVET
. s. m. Pot de terre ou de cuivre, avec une anse, dans lequel on met de la braise, et que les femmes du peuple placent entre leurs pieds en hiver.
COUVEUSE
. s. f. Poule qui couve, qui aime à couver. Cette poule est une bonne couveuse.
COUVI
. adj. m. Il se dit D'un oeuf à demi couvé, ou gâté pour avoir été gardé trop longtemps. Dans cette omelette, il y a quelque oeuf couvi qui la gâte. Des oeufs couvis.
COUVRE-CHEF
. s. m. Ancien mot qui signifiait, Bonnet, chapeau. Il se dit encore quelquefois par plaisanterie.  Il se dit, en Chirurgie, d'Un bandage dont on se sert pour envelopper la ...
COUVRE-FEU
. s. m. Ustensile de cuivre ou de fer, qu'on met sur le feu pour le couvrir et le conserver la nuit.  Il se dit aussi Du coup de cloche qui, dans certaines villes, marque ...
COUVRE-PIED
. s. m. Sorte de petite couverture d'étoffe, qui ne s'étend que sur une partie du lit, et qui sert à couvrir les pieds. Couvre-pied d'indienne. Couvre-pied de taffetas ...

< 1 2 3 4 5 6 > >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.024 c;