Слова на букву cont-déma (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву cont-déma (1564)

< 1 2 3 4 5 6 >>
DÉDOMMAGER
. v. a. Indemniser, rendre l'équivalent du dommage souffert. Dédommagez-moi. Si vous ne me dédommagez, je vous ferai un procès. Il m'a amplement dédommagé de la perte que ...
DÉDORER
. v. a. Enlever, effacer la dorure en tout ou en partie. À force de toucher à ce cadre-là, vous le dédorez.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel, et signifie, ...
DÉDOUBLER
. v. a. Ôter la doublure. Dédoubler un habit, un manteau.   En termes de Guerre, Dédoubler les rangs, les files, Faire mettre sur un rang, sur une file des soldats qui ...
DÉDUCTION
. s. f. Soustraction, retranchement. On lui a payé tant en déduction du principal. La succession, déduction faite des dettes et legs, monte à cent mille francs. Ce ...
DÉDUIRE
. v. a. Rabattre, soustraire une somme d'une autre. Il en faut déduire ce que vous avez dépensé, reçu. Il en faut déduire les frais. Il y a tant à déduire sur cette ...
DÉDUIT
. s. m. Divertissement, occupation agréable. Il est vieux, et ne s'emploie que dans le style badin. Mener joyeux déduit.
DÉFÂCHER
(SE). v. pron. S'apaiser après s'être mis en colère. Il n'est guère usité que dans certaines phrases familières. S'il est fâché, qu'il se défâche. S'il se fâche, il ...
DÉFAILLANCE
. s. f. Faiblesse, évanouissement, pâmoison. Tomber en défaillance. Il lui a pris une défaillance. Il est en défaillance. Avoir de fréquentes défaillances.   ...
DÉFAILLANT
, ANTE. adj. Qui s'affaiblit. Rappeler sa force défaillante. Sa main défaillante cherchait à presser la mienne.
DÉFAILLANT
, ANTE. s. T. de Procéd. Celui, celle qui manque à comparaître, à se trouver à l'assignation donnée en justice. Le défaillant a été condamné.
DÉFAILLIR
. v. n. (Il n'est plus guère usité qu'au pluriel du présent de l'indicatif, Nous défaillons ; à l'imparfait, Je défaillais ; au prétérit, Je défaillis, j'ai ...
DÉFAIRE
. v. a. (Il se conjugue comme Faire. ) Détruire ce qui est fait, changer l'état d'une chose de manière qu'elle ne soit plus ce qu'elle était. Pénélope défaisait, la nuit, ...
DÉFAITE
. s. f. Déroute d'une armée, ou de quelques troupes. Après la défaite des ennemis. Défaite entière. Défaite sanglante. DÉFAITE, signifie aussi, débit, facilité plus ...
DÉFALCATION
. s. f. Déduction, retranchement. Faites, sur les produits de cette terre, la défalcation des faux frais.
DÉFALQUER
. v. a. Rabattre, retrancher d'une somme ou d'une quantité quelconque. Je vous dois trois cents francs, mais il faut en défalquer ce que j'ai payé pour vous. Il faut ...
DÉFAUSSER
(SE). v. pron. T. de plusieurs Jeux de cartes. Il se dit Du joueur qui, n'ayant pas de la couleur dans laquelle on joue, jette celle de ses cartes qu'il regarde comme la moins ...
DÉFAUT
. s. m. Imperfection. Les défauts du corps. Cette femme est belle, mais elle a un défaut dans la taille. C'est un défaut dans un cheval, que d'avoir le ventre gros. Défaut ...
DÉFAVEUR
. s. f. Cessation de faveur, disgrâce. Il est tombé en défaveur. Il est en défaveur.   Il se dit particulièrement, en termes de Finances et de Commerce, pour exprimer ...
DÉFAVORABLE
. adj. des deux genres Qui n'est pas favorable. Ce juge m'a été défavorable dans mon procès. Le jugement lui fut défavorable. Opinion défavorable. Au milieu des ...
DÉFAVORABLEMENT
. adv. D'une manière défavorable, fâcheuse. Il l'a traité bien défavorablement. On le jugeait très-défavorablement.
DÉFÉCATION
. s. f. T. de Chimie et de Pharmacie. Dépuration d'une liqueur, qui se fait par la chute spontanée des parties qui la rendaient trouble.
DÉFECTIF
. adj. T. de Gram. Il se dit D'un verbe qui n'a pas tous ses temps et tous ses modes. La langue française a beaucoup de verbes défectifs. On dit aussi, Défectueux.
DÉFECTION
. s. f. Action d'abandonner un parti auquel on est lié. Il se dit surtout De sujets qui abandonnent leur prince, de troupes qui abandonnent leur général, d'alliés qui ...
DÉFECTUEUSEMENT
. adv. D'une manière défectueuse. Il est peu usité.
DÉFECTUEUX
, EUSE. adj. Qui manque des qualités, des conditions requises. Des marchandises défectueuses. Des ouvrages défectueux. On lui a vendu des livres qui sont la plupart ...
DÉFECTUOSITÉ
. s. f. Vice, imperfection, défaut. Il ne se dit guère au sens moral. Avoir une défectuosité dans la taille. Les défectuosités de ce bâtiment sont choquantes. C'est une ...
DÉFENDABLE
. adj. des deux genres Qui peut être défendu contre l'ennemi ou contre un adversaire. Cette place, ce poste n'est pas défendable. Cette partie d'échecs n'est pas défendable. ...
DÉFENDEUR
, ERESSE. s. T. de Procéd. Celui, celle à qui on fait une demande en justice. Il est opposé à Demandeur, eresse.
DÉFENDRE
. v. a. Protéger, soutenir une personne ou une chose attaquée. Il se dit en parlant De toute espèce d'attaque ou d'agression. Défendre quelqu'un au péril de sa vie. Il le ...
DÉFENS
. s. m. Terme d'Eaux et Forêts, qui s'emploie principalement dans cette locution, Bois en défens, Bois dont la coupe est défendue au propriétaire, ou dans lequel il n'est ...
DÉFENSE
. s. f. Action de défendre, de se défendre ; ou Ce qu'on dit, ce qu'on écrit pour défendre ou se défendre. Prendre les armes pour la défense de son pays, de la religion. ...
DÉFENSEUR
. s. m. Celui qui défend, qui soutient, qui protége. Les défenseurs de la patrie, du trône. Défenseur de la foi, de la justice. Vous avez en lui un bon défenseur. Donner ...
DÉFENSIF
, IVE. adj. Fait pour la défense. Traité défensif. Ligue défensive. Le casque, la cuirasse, le bouclier, sont des armes défensives.   Il se dit quelquefois ...
DÉFÉQUER
. v. a. T. de Chimie. Ôter les fèces, les impuretés d'une liqueur. DÉFÉQUÉ, ÉE. participe
DÉFÉRANT
, ANTE. adj. Qui défère, qui cède. Esprit doux et déférant. Humeur douce et déférante. Je l'ai toujours trouvé déférant à ce que j'ai désiré de lui. Il est peu ...
DÉFÉRENCE
. s. f. Condescendance. Avoir de la déférence pour quelqu'un, de la déférence pour l'âge, pour le mérite, pour la dignité de quelqu'un ; lui rendre de grandes ...
DÉFÉRENT
. adj. m. T. d'Anat. Il ne s'emploie que dans cette dénomination, Canal ou conduit déférent, Canal excréteur du sperme.
DÉFÉRER
. v. a. Donner, décerner. Il s'emploie principalement en parlant De dignités, d'honneurs dont une multitude ou un corps dispose en faveur d'une personne. Les Romains ont ...
DÉFERLER
. v. a. T. de Marine. Déployer les voiles. On dit par analogie, et neutralement, qu' Une lame déferle, lorsqu'elle se déploie avec impétuosité, et qu'elle se résout en ...
DÉFERRER
. v. a. Ôter le fer qui a été appliqué sur un objet quelconque ; et plus particulièrement, Ôter le fer du pied d'un cheval, d'un mulet, etc. Déferrer une malle. ...
DÉFET
. s. m. T. de Librairie. Il se dit Des feuilles superflues et dépareillées d'un ouvrage, qui ne peuvent servir à former des exemplaires complets. On conserve les défets pour ...
DÉFI
. s. m. Appel, provocation au combat, et qui se fait, soit de vive voix, soit par écrit, soit par gestes. Un cartel de défi. Envoyer un défi à quelqu'un. Il lui fit un ...
DÉFIANCE
. s. f. Soupçon, crainte d'être trompé, surpris. Être dans la défiance. Entrer en défiance. Avoir de la défiance. Concevoir de la défiance. Injuste défiance. Prov., ...
DÉFIANT
, ANTE. adj. Soupçonneux, qui craint toujours qu'on ne le trompe. C'est un homme défiant, une femme fort défiante.
DÉFICIT
. s. m. (On prononce le T.) Mot emprunté du latin. Ce qui manque. Il y a un grand, un énorme déficit dans les finances, dans les revenus de l'État. Il faut tant pour ...
DÉFIER
. v. a. Provoquer quelqu'un au combat. Défier son ennemi. Autrefois un prince qui déclarait la guerre envoyait défier son ennemi par un héraut.   Il se dit aussi De toute ...
DÉFIGURER
. v. a. Gâter la figure, le visage. La petite vérole l'a tout défiguré.   Il signifie, dans une acception plus étendue, Gâter la forme, la figure de quelque chose, la ...
DÉFILÉ
. s. m. Passage étroit où il ne peut passer que peu de personnes de front. Un pays de défilés, plein de défilés. Les troupes qui étaient à l'entrée du défilé. ...
DÉFILEMENT
. s. m. T. de Fortification. Méthode pour préserver un ouvrage de l'enfilade.
DÉFILER
. v. a. Ôter le fil, le cordon qui était passé dans quelque chose. Défiler des perles. Défiler un collier, un chapelet. Fig., Défiler son chapelet, Réciter en ...
DÉFILER
. v. n. Aller l'un après l'autre, en sorte qu'il y ait peu de personnes de front. Il ne se dit proprement qu'en parlant D'une marche de troupes. Le passage devint si étroit, ...
DÉFINIR
. v. a. Marquer, déterminer. Il se dit surtout en parlant Du temps, du lieu qu'on fixe pour quelque chose. Dieu a défini le temps et le lieu où cela doit arriver.   Il ...
DÉFINITEUR
. s. m. On appelle ainsi, dans quelques ordres religieux, Celui qui est préposé pour assister le général ou le provincial dans l'administration des affaires de l'ordre. ...
DÉFINITIF
, IVE. adj. Qui termine une chose, une affaire, de manière qu'on n'y devra plus revenir. Traité définitif. Règlement définitif. Résultat définitif. Résolution ...
DÉFINITION
. s. f. Explication de ce qu'est une chose, énonciation des attributs, des qualités qui la distinguent. Bonne définition. Définition juste, exacte. Définition claire, ...
DÉFINITIVEMENT
. adv. D'une manière définitive. Il veut savoir définitivement à quoi s'en tenir.   Il signifie aussi, Par jugement définitif. Cette affaire a été jugée ...
DÉFLAGRATION
. s. f. T. de Chimie. Opération par laquelle un corps est brûlé avec flamme.
DÉFLEGMATION
. s. f. T. de Chimie. Action d'enlever à des liquides spiritueux l'eau qu'ils contiennent.
DÉFLEGMER
. v. a. T. de Chimie. Enlever la partie aqueuse d'une substance. Déflegmer de l'esprit-de-vin. DÉFLEGMÉ, ÉE. participe
DÉFLEURIR
. v. n. Il se dit Des arbres, des arbrisseaux qui viennent à perdre leur fleur. Quand la vigne vint à défleurir.   Il est aussi verbe actif, et signifie, Faire tomber la ...
DÉFLORATION
. s. f. Action par laquelle on ôte a une fille sa virginité. Il ne parut aucune marque, aucun signe de défloration.
DÉFLORER
. v. a. Ôter la fleur de la virginité. Fig., Déflorer un sujet, Ôter à un sujet ce qu'il a de neuf et de piquant, soit en le traitant mal, soit en le traitant d'une ...
DÉFONCEMENT
. s. m. Action de défoncer.
DÉFONCER
. v. a. Ôter, enlever le fond. Il se dit surtout en parlant De futailles, de tonneaux, etc., dont on ôte les douves qui servent de fond. Défoncer un muid. Défoncer un ...
DÉFORMATION
. s. f. T. de Médec. Altération de la forme de quelque partie du corps. La déformation de la tête, du bassin.
DÉFORMER
. v. a. Gâter, altérer la forme d'une chose. Déformer un chapeau. Déformer un soulier. Se déformer la taille. Les convulsions ont déformé cet enfant.   Il s'emploie ...
DÉFOURNER
. v. a. Tirer d'un four. Défourner du pain. DÉFOURNÉ, ÉE. participe
DÉFRAYER
. v. a. (Il se conjugue comme Payer. ) Payer la dépense de quelqu'un. Défrayer quelqu'un. Il l'a reçu en grand seigneur, et l'a défrayé avec toute sa suite. Défrayer un ...
DÉFRICHEMENT
. s. m. Action de défricher ; ce qu'on fait pour mettre en valeur un terrain inculte. Faire le défrichement d'un terrain. Ce pays abonde en blé depuis les défrichements ...
DÉFRICHER
. v. a. Il se dit en parlant D'une terre inculte dont on arrache les mauvaises herbes, les arbres, les broussailles, les épines, pour la cultiver ensuite. Défricher un ...
DÉFRICHEUR
. s. m. Celui qui défriche. Les défricheurs ont joui longtemps des terres qu'ils avaient défrichées.
DÉFRISER
. v. a. Défaire la frisure. Le temps humide défrise les cheveux. Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Les cheveux se défrisent quand le temps est pluvieux. ...
DÉFRONCER
. v. a. Déplisser, ôter, défaire les plis d'une étoffe ou d'une toile froncée. Défroncer le col d'une chemise Défroncer une jupe. Fig., Défroncer le sourcil, Se ...
DÉFROQUE
. s. f. Le petit mobilier et l'argent qu'un religieux laisse en mourant. La défroque d'un moine appartient à l'abbé.   Il se dit, par extension et familièrement, Des ...
DÉFROQUER
. v. a. Ôter le froc à quelqu'un. Il ne se dit guère qu'en mauvaise part, en parlant D'un religieux qui a quitté ou qui veut quitter l'habit de moine et l'état ...
DÉFUNT
, UNTE. adj. Qui est mort. Il n'est guère usité que dans quelques locutions. Le roi défunt. La défunte reine.   Il s'emploie plus ordinairement comme substantif. Les ...
DÉGAGEMENT
. s. m. Action de dégager, de se dégager ; ou L'effet, le résultat de cette action. Il se dit dans plusieurs des sens du verbe Dégager, Le dégagement des effets déposés ...
DÉGAGER
. v. a. Retirer ce qui était engagé, ce qui avait été donné en hypothèque, en nantissement, en gage. Il a dégagé peu à peu ses terres par son économie, par une ...
DÉGAINE
. s. f. Il ne s'emploie guère que dans cette locution adverbiale et ironique, D'une belle dégaine, D'une façon, d'une manière ridicule, maussade. Voilà qui est d'une ...
DÉGAINER
. v. a. Tirer un instrument perçant ou tranchant de sa gaîne, de son fourreau. Il est familier et ne s'emploie guère qu'absolument, dans le sens de Mettre l'épée à la ...
DÉGANTER
. v. a. Ôter les gants. On l'emploie souvent avec le pronom personnel. Dégantez-moi, je ne saurais me déganter. DÉGANTÉ, ÉE. participe
DÉGARNIR
. v. a. Ôter ce qui garnit. Dégarnir un vaisseau de ses agrès. Dégarnir une terrasse des statues qui l'ornaient, des arbres qui l'ombrageaient. Dégarnir une chambre, une ...
DÉGÂT
. s. m. Ruine, ravage, détriment causé par une force majeure, par un accident quelconque, comme tempête, grêle, gens de guerre, etc. La grêle a fait un grand dégât ...
DÉGAUCHIR
. v. a. Terme propre à certains Métiers. Dresser le parement d'une pierre, d'une pièce de charpente ou de menuiserie, etc. DÉGAUCHI, IE. participe
DÉGAUCHISSEMENT
. s. m. Action de dégauchir.
DÉGEL
. s. m. Fonte de la glace, de la neige, par l'adoucissement de l'air. Le dégel est venu tout à coup. Le temps s'est adouci, nous aurons du dégel. Au premier dégel. Il n'y a ...
DÉGELER
. v. a. Faire qu'une chose qui était gelée cesse de l'être. Le vent qu'il a fait depuis peu a dégelé la rivière.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. L'eau de ...
DÉGÉNÉRATION
. s. f. État de ce qui dégénère. La dégénération des plantes, des animaux, des races, des espèces.   Il se dit, en Médecine, de L'altération qui survient dans les ...
DÉGÉNÉRER
. v. n. S'abâtardir. Il se dit Des hommes, des animaux, des plantes, etc., qui, par l'effet de la reproduction successive, perdent plus ou moins de leur force, de leur bonté, ...
DÉGÉNÉRESCENCE
. s. f. T. de Médecine, synonyme de Dégénération.
DÉGINGANDÉ
, ÉE. adj. Il se dit D'une personne dont la contenance et la démarche sont mal assurées, comme si elle était toute disloquée. C'est un homme tout dégingandé. Elle est ...
DÉGLUER
. v. a. Ôter la glu, débarrasser de la glu. Dégluez ce pauvre oiseau. Se dégluer les mains. On l'emploie aussi avec le pronom personnel. Cet oiseau n'a pu parvenir à se ...
DÉGLUTITION
. s. f. T. de Médec. Action d'avaler. Cela empêche la déglutition.
DÉGOBILLER
. v. a. Vomir le vin et les aliments qu'on a pris avec excès. Dégobiller son dîner. Dégobiller sous la table. Il est bas. DÉGOBILLÉ, ÉE. participe
DÉGOBILLIS
. s. m. Les matières dégobillées. Cela sent le dégobillis. Il est bas.
DÉGOISER
. v. a. Il signifiait autrefois, en parlant Des oiseaux, Chanter, gazouiller.  Il signifie figurément, Parler plus qu'il ne faut, et avec volubilité. Les injures qu'elle lui ...
DÉGONFLEMENT
. s. m. Action de dégonfler, de se dégonfler.
DÉGONFLER
. v. a. Faire cesser le gonflement. Dégonfler un ballon en donnant issue à l'air, au gaz qu'il contient. On l'emploie aussi avec le pronom personnel. Un ballon qui se ...
DÉGORGEMENT
. s. m. Écoulement des eaux et des immondices retenues. Le dégorgement d'un égout, d'un tuyau, d'un évier, d'une gouttière.   Il se dit aussi Du débordement et de ...
DÉGORGER
. v. a. Déboucher, débarrasser un passage obstrué par quelque matière. Il faudrait dégorger cet évier, ce tuyau, cet égout. On l'emploie avec le pronom personnel. Un ...
DÉGOTER
. v. a. Déplacer, chasser quelqu'un de son poste, et se mettre à sa place. On l'a dégoté. Il a été dégoté. Il est très-familier et peu usité. DÉGOTÉ, ÉE. participe
DÉGOURDIR
. v. a. Redonner du mouvement, de la chaleur à ce qui était engourdi par un long repos, par une position forcée, par le froid, ou par quelque autre cause. Dégourdir ses ...
DÉGOURDISSEMENT
. s. m. Action par laquelle les membres engourdis reprennent du mouvement, de la chaleur, etc. Le dégourdissement se fait sentir par un picotement dans les nerfs.
DÉGOÛT
. s. m. Manque de goût, d'appétit. Il a un si grand dégoût, qu'il ne peut manger de rien. Il n'a plus de fièvre, mais il lui est resté du dégoût.   Il se dit aussi de La ...
DÉGOÛTANT
, ANTE. adj. Qui donne du dégoût. Plaie dégoûtante. Malpropreté dégoûtante.   Il signifie figurément, Qui inspire de l'aversion, de la répugnance. C'est un homme ...
DÉGOÛTER
. v. a. Ôter l'appétit. Si vous lui donnez tant à manger, vous le dégoûterez.   Il signifie également, Inspirer de la répugnance pour quelque aliment. Ils m'ont ...
DÉGOUTTANT
, ANTE. adj. Qui dégoutte. Ce linge n'est pas sec, il est encore tout dégouttant. Sa chemise était toute dégouttante de sueur. Il était tout dégouttant de sang.
DÉGOUTTER
. v. n. Couler goutte à goutte. La sueur lui dégouttait du front. Le sang lui dégouttait du nez. Cette cave est si humide, que l'eau y dégoutte toujours, ou ...
DÉGRADATION
. s. f. Destitution, privation forcée, et ordinairement ignominieuse, du grade, de la dignité que l'on a, du rang, de l'état où l'on est. Dégradation de noblesse. ...
DÉGRADER
. v. a. Dépouiller, destituer quelqu'un de son grade, de sa dignité, de son emploi, etc. ; ce qui se fait ordinairement avec de certaines formalités, et par châtiment. ...
DÉGRAFER
. v. a. Détacher une chose qui était agrafée, qui était retenue par une agrafe ou des agrafes. Dégrafer un manteau, un habit, une robe. DÉGRAFÉ, ÉE. participe
DÉGRAISSAGE
ou *DÉGRAISSEMENT. s. m. Action de dégraisser les laines, les étoffes de laine. Ces laines ont besoin d'un bon dégraissage.
DÉGRAISSER
. v. a. Ôter la graisse de quelque chose. Dégraisser le pot. Dégraisser le bouillon. Fig. et pop., Dégraisser quelqu'un, Lui ôter une partie des grandes richesses qu'il ...
DÉGRAISSEUR
. s. m. Celui qui dégraisse les habits, les étoffes. Porter un habit, une robe au dégraisseur.
DÉGRAVOIEMENT
ou *DÉGRAVOÎMENT. s. m. Effet d'une eau courante qui dégravoie, qui déchausse des murs, des pilotis, etc.
DÉGRAVOYER
. v. a. Dégrader, déchausser des murs, des pilotis. L'eau a dégravoyé ce mur. DÉGRAVOYÉ, ÉE. participe
DEGRÉ
. s. m. Escalier d'un bâtiment. Un grand degré. Un petit degré. Un degré de dégagement. Un degré doux et aisé. Un degré extrêmement roide.   Il se dit aussi Des ...
DÉGRÉER
. v. a. T. de Marine. Il se dit en parlant D'un bâtiment dont on ôte les agrès, les voiles, les cordages et autres choses nécessaires à la manoeuvre, ou qui perd ses ...
DÉGRÈVEMENT
. s. m. Action de dégréver quelqu'un, de diminuer son imposition jugée trop forte. Demander, obtenir un dégrèvement.
DÉGRÉVER
. v. a. Diminuer une imposition, une taxe jugée trop forte. DÉGRÉVÉ, ÉE. participe
DÉGRINGOLADE
. s. f. Action de dégringoler. Il est familier.
DÉGRINGOLER
. v. a. Descendre avec précipitation, et souvent plus vite qu'on ne voudrait. Il a dégringolé les montées. On lui a fait dégringoler l'escalier. On l'emploie aussi ...
DÉGRISER
. v. a. Faire passer l'ivresse. Le sommeil l'a dégrisé.   Il signifie figurément, Détruire l'illusion, le charme, l'espérance. Il était fou de cette femme, mais la ...
DÉGROSSIR
. v. a. T. d'Arts et Métiers. Ôter le plus gros de la matière, pour la préparer à recevoir la forme que l'artiste, que l'ouvrier veut lui donner. Dégrossir un bloc de ...
DÉGUENILLÉ
, ÉE. adj. Dont les vêtements sont en lambeaux. Il est tout déguenillé. Je l'ai vue toute déguenillée.
DÉGUERPIR
. v. a. T. de Pratique. Abandonner la possession d'un immeuble. Déguerpir un héritage, une maison, une rente. On l'emploie souvent absolument. Il a été obligé de ...
DÉGUERPISSEMENT
. s. m. T. de Pratique. Abandonnement de la possession d'un immeuble. Le déguerpissement d'un héritage.
DÉGUEULER
. v. n. Vomir, rendre gorge. Il dégueula sous la table. Il est bas et ne se dit que D'un vomissement qui vient d'excès de débauche.
DÉGUIGNONNER
. v. a. Faire cesser le guignon, le malheur. Il se dit principalement au jeu. Ce beau coup m'a déguignonné. Me voilà déguignonné. Il est familier. DÉGUIGNONNÉ, ÉE. ...
DÉGUISEMENT
. s. m. Ce qui sert à déguiser une personne. Prendre un déguisement. Il sera difficile de le reconnaître sous ce déguisement.   Il signifie aussi, L'état d'une personne ...
DÉGUISER
. v. a. Travestir une personne de telle sorte, qu'il soit difficile de la reconnaître. On le déguisa en femme. Une fausse barbe déguise bien un homme.   Il signifie ...
DÉGUSTATEUR
. s. m. Officier qui vérifie et constate la qualité des boissons.  Il est aussi adjectif. Commissaire dégustateur.
DÉGUSTATION
. s. f. Essai qu'on fait des liqueurs en les goûtant.
DÉGUSTER
. v. a. Goûter du vin ou quelque autre boisson, pour en connaître la qualité. Déguster du vin, de l'eau-de-vie, etc. DÉGUSTÉ, ÉE. participe
DÉHÂLER
. v. a. Ôter l'impression que le hâle a faite sur le teint. Cette eau, cette pommade l'a bien déhâlee.   Il s'emploie aussi absolument. Cela déhâle. Ce cosmétique est ...
DÉHANCHÉ
, ÉE. adj. Qui a les hanches rompues ou disloquées. Il se dit Des hommes et des chevaux. Cet homme est tout déhanché. Un cheval déhanché.   Il se dit, figurément et ...
DÉHARNACHEMENT
. s. m. Action de déharnacher. Le déharnachement de ses chevaux l'a empêché de venir plus tôt.
DÉHARNACHER
. v. a. Ôter le harnais à un cheval de trait. Le cocher n'a pas encore déharnaché ses chevaux. DÉHARNACHÉ, ÉE. participe
DÉHISCENCE
. s. f. T. de Botan. Manière dont s'ouvrent les anthères pour laisser sortir le pollen, ou le péricarpe pour laisser échapper les graines, les semences.
DÉHISCENT
, ENTE. adj. T. de Botan. Il se dit Des parties qui s'ouvrent d'elles-mêmes à leur maturité, telles que les fruits du lis, de la jusquiame, de la balsamine, etc.
DÉHONTÉ
, ÉE. adj. Éhonté, sans honte, sans pudeur. C'est un homme déhonté, une femme tout à fait déhontée.
DEHORS
. adv. de lieu qui se dit par opposition à Dedans, et qui signifie, Hors du lieu, hors de la chose dont il s'agit. Je le croyais dedans, il est dehors. Il est allé dehors. ...
DÉICIDE
. s. m. Mot employé quelquefois en parlant des Juifs et de la mort de Notre-Seigneur.
DÉIFICATION
. s. f. Apothéose, action par laquelle on déifie, on divinise. La déification d'Hercule. La déification d'Auguste.
DÉIFIER
. v. a. Admettre, placer au nombre des dieux, diviniser. Hercule fut déifié sur le mont OEta. Les Romains déifièrent la plupart de leurs empereurs. DÉIFIÉ, ÉE. ...
DÉISME
. s. m. Système de ceux qui, rejetant toute révélation, croient seulement à l'existence de Dieu. Être soupçonné de déisme.
DÉISTE
. s. des deux genres Celui ou celle qui reconnaît un Dieu, mais qui rejette toute religion révélée. C'est un déiste. Adjective., Les philosophes déistes.
DÉITÉ
. s. f. Divinité, dieu ou déesse de la Fable. Les déités terrestres. Les déités infernales. Une aimable déité. Déité propice. Il n'est guère usité qu'en poésie.
DÉJÀ
. adv. de temps Dès l'heure présente, dès à présent. Avez-vous déjà fait ? Est-il déjà quatre heures ? Le courrier est-il déjà arrivé ? Il y a déjà trois heures ...
DÉJECTION
. s. f. T. de Médec. Évacuation des excréments par l'anus. Faciliter la déjection, les déjections.   Il se dit également, surtout au pluriel, Des matières évacuées. ...
DÉJETER
(SE). v. pron. Il se dit proprement Du bois qui, soit par l'effet de la sécheresse ou de l'humidité, soit parce qu'il a été employé trop vert, se resserre, s'enfle, se ...
DÉJEUNER
. v. n. Faire le repas du matin. Il n'a point encore déjeuné. Déjeuner d'un pâté. Gardez les restes du dîner, nous en déjeunerons demain. Faites déjeuner un tel. ...
DÉJEUNER
. s. m. (Plusieurs écrivent, Déjeuné. ) Le repas du matin ; ou Les mets, les aliments qu'on mange à ce repas. Un bon, un mauvais déjeuner. Qu'avez-vous mangé à votre ...
DÉJOINDRE
. v. a. Faire que ce qui était joint ne le soit plus. Il ne se dit qu'en parlant Des ouvrages de menuiserie, de charpenterie et de maçonnerie. C'est la sécheresse, le ...
DÉJOUER
. v. a. Faire manquer, faire échouer un projet, un dessein, une intrigue dont on craint le résultat pour soi ou pour autrui. Déjouer un projet, un dessein, une intrigue. ...
DÉJUC
. s. m. Le temps du lever des oiseaux. Il est vieux.
DÉJUCHER
. v. n. Il ne se dit proprement que Des poules, quand elles sortent du juchoir. Les poules déjuchaient. Les poules ont déjuché, sont déjuchées.   Il signifie, figurément ...
DELÀ
. préposition Plus loin, de l'autre côté de. Delà la rivière. Delà les monts.   Ce mot est quelquefois précédé de l'une des prépositions De et Par. Il est de delà les ...
DÉLABREMENT
. s. m. État d'une chose délabrée. Sa maison et ses meubles, tout est dans un grand délabrement. Le délabrement de ses affaires. Le délabrement de sa santé.
DÉLABRER
. v. a. Déchirer, mettre en lambeaux. À force de tendre et de détendre cette tapisserie, on l'a toute délabrée.   Il se dit, par extension, en parlant De toute chose ...
DÉLACER
. v. a. Relâcher ou retirer un lacet qui est passé dans les oeillets d'un corset, d'une robe, etc. Délacer un corset, une robe.   Délacer une femme, Défaire, lâcher ...
DÉLAI
. s. m. Retardement, remise ; temps accordé pour faire une chose, ou à l'expiration duquel on sera tenu de faire une certaine chose. Long délai. Demander, obtenir un ...
DÉLAISSEMENT
. s. m. Manque de tout secours, de toute assistance. Ses parents et ses amis l'ont abandonné, il est dans un grand délaissement, dans un entier délaissement. ...
DÉLAISSER
. v. a. Abandonner, laisser sans aucun secours, sans aucune assistance. Dieu ne délaisse jamais ceux qui espèrent en lui. Elle ne l'a jamais délaissé. Il est délaissé de ...
DÉLARDEMENT
. s. m. T. d'Archit. et de Charpent. Action de délarder, ou Le résultat de cette action.
DÉLARDER
. v. a. Il signifie, en termes d'Architecture, Enlever une partie du lit d'une pierre ; Couper obliquement le dessous d'une marche d'escalier.  Il signifie également, en ...
DÉLASSEMENT
. s. m. Repos, relâche qu'on prend pour se délasser de quelque travail. Après tant de travaux, il faut du délassement. Le jeu ne doit être qu'un délassement. L'esprit a ...
DÉLASSER
. v. a. Ôter la lassitude, faire qu'on ne soit plus las. Le sommeil m'a délassé. Changement d'occupation délasse l'esprit. Absolument, Le sommeil, le feu délasse.   Il ...
DÉLATEUR
, TRICE. s. Celui, celle qui accuse, qui dénonce, qui fait métier de dénoncer. Les délateurs furent communs sous le règne de Tibère. Les délateurs sont odieux. On fit ...
DÉLATION
. s. f. Accusation, dénonciation ; habitude de dénoncer. Les délations se multiplièrent. On ne doit point décider de la vie d'un homme sur une simple délation. Les ...
DÉLATTER
. v. a. Ôter les lattes de dessus un toit. On a délatté ce toit. DÉLATTÉ, ÉE. participe
DÉLAVÉ
, ÉE. adj. Il se dit Des couleurs faibles et blafardes. Ce bleu est trop délavé.   En Joaillerie, Pierre délavée, Pierre dont la couleur est faible.
DÉLAYANT
. s. m. T. de Médec. Remède qui rend les humeurs plus fluides. Les délayants s'emploient dans la plupart des maladies.   Il s'emploie aussi adjectivement. Remèdes ...
DÉLAYEMENT
. s. m. Action de délayer.
DÉLAYER
. v. a. (Il se conjugue comme Payer. ) Détremper dans un liquide. Délayer de la farine. Délayer des jaunes d'oeufs. Délayer une couleur dans de l'eau.   Il se dit, au ...
DELEATUR
. s. m. (On prononce Déléatur. ) T. d'Imprimerie emprunté du latin. Signe par lequel on indique, dans la correction des épreuves, les lettres, les mots ou les lignes à ...
DÉLECTABLE
. adj. des deux genres Qui plaît beaucoup, très-agréable. Lieu délectable. Rien n'est plus délectable que... Mets délectable. Un vin délectable. Un séjour délectable. ...
DÉLECTATION
. s. f. Plaisir qu'on savoure, qu'on goûte avec sensualité. Grande délectation. Faire quelque chose avec délectation. Boire, manger avec délectation.
DÉLECTER
. v. a. Charmer, réjouir. Quand on veut se mortifier, il faut éviter tout ce qui délecte les sens. Il n'est guère usité que dans le style ascétique.  Il s'emploie plus ...
DÉLÉGATION
. s. f. Commission donnée à quelqu'un pour agir au nom d'un autre. Par délégation du prince, du tribunal. Agir en vertu d'une délégation.   Délégation de pouvoir, etc., ...
DÉLÉGUER
. v. a. Députer, commettre, envoyer quelqu'un avec pouvoir d'agir, d'examiner, de juger, etc. Déléguer quelqu'un pour connaître de quelque chose. Le tribunal a délégué ...
DÉLESTAGE
. s. m. T. de Marine. Action de délester, déchargement du lest d'un bâtiment.
DÉLESTER
. v. a. T. de Marine. Ôter le lest d'un bâtiment. Délester un navire. DÉLESTÉ, ÉE. participe
DÉLESTEUR
. s. m. T. de Marine. Celui qui, dans un port, est chargé de faire délester les bâtiments.
DÉLÉTÈRE
. adj. des deux genres Qui attaque la santé, qui peut causer la mort. Plantes délétères. Sucs délétères. Miasmes, émanations délétères.
DÉLIBÉRANT
, ANTE. adj. Qui délibère. Il se dit surtout Des assemblées politiques. Corps délibérant. Assemblée délibérante.
DÉLIBÉRATIF
, IVE. adj. T. de Rhétorique. Il se dit De ce genre de discours par lequel l'orateur se propose de faire adopter ou rejeter une résolution, dans une affaire publique mise ...
DÉLIBÉRATION
. s. f. Discussion entre plusieurs personnes sur une résolution à prendre, sur une question à résoudre. Longue délibération. Mettre une affaire en délibération. On mit ...
DÉLIBÉRÉMENT
. adv. Hardiment, d'une manière délibérée. Marcher délibérément.
DÉLIBÉRER
. v. n. Examiner, consulter en soi-même ou avec les autres. Les délais accordés à l'héritier bénéficiaire pour faire inventaire et délibérer. Il a longtemps ...
DÉLICAT
, ATE. adj. Fin, délié. Il est opposé à Grossier. Peau délicate. Teint délicat. Contours délicats. Main délicate et potelée. Des traits délicats. Un tissu délicat.   ...
DÉLICATEMENT
. adv. Avec délicatesse, d'une manière délicate. Être élevé délicatement. Se traiter délicatement. Juger délicatement de tout. Ce bijou est travaillé délicatement. ...
DÉLICATER
. v. a. Traiter avec délicatesse, accoutumer à la mollesse. On gâte les enfants à force de les délicater. On l'emploie aussi avec le pronom personnel. Vous vous délicatez ...
DÉLICATESSE
. s. f. Qualité de ce qui est délicat, fin, délié. La délicatesse de la peau. La délicatesse des traits, des contours. Des tissus d'une extrême délicatesse. La ...
DÉLICES
. s. f. pl. Plaisir, volupté. Les délices des sens. Les délices de l'esprit. Les délices du paradis. Les délices de la campagne. Il fait toutes ses délices de l'étude. Ce ...
DÉLICIEUSEMENT
. adv. Avec délices, d'une manière délicieuse. Vivre délicieusement. Nous y passâmes quinze jours délicieusement. On boit délicieusement a la glace dans les pays ...
DÉLICIEUX
, EUSE. adj. Extrêmement agréable. Vin délicieux. Mets délicieux. Parfums délicieux. Entretien délicieux. Conversation délicieuse. Musique délicieuse. Mener une vie ...
DÉLICOTER
(SE). v. pron. T. de Manége. Il se dit D'un cheval qui se défait de son licou. Ce cheval est sujet à se délicoter, il faut lui mettre une sous-gorge. DÉLICOTÉ, ÉE. ...
DÉLIÉ
, ÉE. adj. Menu, grêle, mince. Un trait de plume fort délié. Taille déliée. Fil délié. Étoffe déliée. Toile déliée. Fig., Être délié, avoir l'esprit délié, ...
DÉLIER
. v. a. Détacher, défaire ce qui lie quelque chose. Délier une gerbe. Délier un fagot.   Il se prend aussi pour Dénouer. Délier des cordons, des rubans.   Il signifie ...
DÉLIMITATION
. s. f. Action de délimiter, ou Le résultat de cette action. La délimitation des frontières.
DÉLIMITER
. v. a. Marquer, fixer, tracer des limites. Les commissaires chargés de délimiter la frontière des deux États. DÉLIMITÉ, ÉE. participe
DÉLINÉATION
. s. f. Action de tracer le contour d'un objet au simple trait. Il se dit aussi de La figure qui en résulte. La simple délinéation fait voir l'étendue de cette place.
DÉLINQUANT
, ANTE. s. T. de Jurispr. Celui, celle qui a commis un délit. Il s'emploie surtout au masculin. Punir un délinquant. Les délinquants.
DÉLINQUER
. v. n. T. de Jurispr., qui n'est guère usité qu'au prétérit. Faillir, contrevenir à la loi. On punira ceux qui ont délinqué. En quoi ont-ils délinqué ? Il a ...
DÉLIQUESCENCE
. s. f. T. de Chimie. Propriété qu'ont certains corps d'attirer l'humidité de l'air et de s'humecter, de se résoudre en liqueur. On le dit également de L'état d'un corps ...
DÉLIQUESCENT
, ENTE. adj. T. de Chimie. Qui tombe ou peut tomber en déliquescence. Sel déliquescent. La potasse est déliquescente.
DELIQUIUM
. s. m. (On prononce Délicuiome. ) T. de Chimie, emprunté du latin. Déliquescence. Il ne s'emploie que dans cette phrase, Tomber en deliquium.
DÉLIRANT
, ANTE. adj. Qui est en délire. Il n'est guère d'usage qu'au figuré. Imagination délirante.
DÉLIRE
. s. m. Égarement d'esprit causé par maladie. Long délire. Cet homme est tombé en délire, est dans le délire. Avoir le délire. Il est sujet à de fréquents délires. On ...
DÉLIRER
. v. n. Avoir le délire, être en délire. Il commençait à délirer.
DÉLIT
. s. m. T. de Jurispr. Violation plus ou moins grave de la loi. Grand délit. Délit énorme. Délit capital. Délit politique. Délit correctionnel. Commettre un délit. La ...
DÉLIT
. s. m. T. de Maçonnerie. Côté d'une pierre opposé au lit qu'elle avait dans la carrière. Il se dit par rapport à la manière dont on pose les pierres dans une ...
DÉLITER
. v. a. T. de Maçonnerie. Poser une pierre en délit, c'est-à-dire, sur un côté opposé au lit qu'elle avait dans la carrière. Il ne faut pas déliter les pierres. Les ...
DÉLITESCENCE
. s. f. T. de Médec. Disparition subite d'une tumeur, ou, plus généralement, des phénomènes inflammatoires.
DÉLIVRANCE
. s. f. Action par laquelle on délivre, ou L'état de ce qui est délivre. Heureuse, entière délivrance. C'est lui qui a procuré votre délivrance, qui a contribué à votre ...
DÉLIVRE
. s. m. T. d'Accoucheur. L'arrière-faix, l'enveloppe du foetus. Le délivre d'une femme.
DÉLIVRER
. v. a. Mettre en liberté ; affranchir de quelque mal, de quelque chose d'incommode. Il délivra son pays des tyrans, du joug des barbares. Il avait été pris par les ...
DÉLOGEMENT
. s. m. Action de déloger. Il faut qu'il songe à une autre maison, car le temps du délogement approche.   Il se dit particulièrement Du départ des gens de guerre logés ...
DÉLOGER
. v. n. Quitter un logement, sortir d'un logement pour aller loger ailleurs. Il déloge à la fin du mois. Il fut obligé de déloger avant la fin de son bail.   Il se dit ...
DÉLOYAL
, ALE. adj. Perfide, qui n'a ni foi ni parole, qui compte pour rien les engagements les plus forts. Ami déloyal. Il faut être bien déloyal pour tromper son ami, son ...
DÉLOYALEMENT
. adv. Sans foi, avec perfidie. Il en a usé le plus déloyalement du monde. Il est peu usité.
DÉLOYAUTÉ
. s. f. Manque de loyauté, de foi ; infidélité, perfidie. Insigne déloyauté. Étrange déloyauté. Un acte de déloyauté.
DÉLUGE
. s. m. Très-grande inondation. Le déluge de Deucalion. Le déluge d'Ogygès. Les Américains parlent d'un déluge arrivé autrefois dans leur pays. Il pleut à verse, c'est ...
DÉLUSTRER
. v. a. Ôter le lustre. Délustrer une étoffe. DÉLUSTRÉ, ÉE. participe
DÉLUTER
. v. a. Ôter le lut ou l'enduit qui servait à fermer un vase destiné à aller au feu. DÉLUTÉ, ÉE. participe
DÉMAGOGIE
. s. f. Ambition de dominer dans une faction populaire ; ou Moyens, menées qu'on emploie pour devenir influent parmi le peuple. Il ne se dit qu'en mauvaise part. Les excès ...
DÉMAGOGIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient à la démagogie. Opinions démagogiques.
DÉMAGOGUE
. s. m. Celui qui dirige une faction populaire ; ou Celui qui affecte de soutenir les intérêts du peuple, afin de gagner sa faveur et de le dominer. Un démagogue ...
DÉMAIGRIR
. v. n. Devenir moins maigre. Il n'est pas engraissé, mais il a démaigri, il est démaigri, il n'est que démaigri. Il est peu usité, et ne se dit guère que par ...
DÉMAILLOTER
. v. a. Ôter du maillot. Démailloter un enfant. DÉMAILLOTÉ, ÉE. participe
DEMAIN
. adv. de temps servant à indiquer Le jour qui suivra immédiatement celui où l'on est. Son procès se jugera demain, se juge demain. Il arrivera demain, demain matin. ...
DÉMANCHEMENT
. s. m. Action de démancher, ou L'état de ce qui est démanché. Le démanchement d'une cognée, d'un balai. DÉMANCHEMENT, se dit aussi de L'action de placer la main ...
DÉMANCHER
. v. a. Ôter le manche d'un instrument. Démancher une cognée, un couteau. Démancher un balai.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Une cognée, un balai qui se ...
DEMANDE
. s. f. Action de demander. Faire une demande. Faire sa demande par écrit. Appuyer une demande. Rejeter une demande. Être accablé de demandes. Il a fait la demande d'une ...
DEMANDER
. v. a. Exprimer à quelqu'un le désir qu'on a d'obtenir quelque chose de lui. Je vous demande votre amitié, votre secours, votre protection. Demander de l'argent. Demander ...
DEMANDERESSE
. s. f. Voyez le second alinéa de l'article suivant.
DEMANDEUR
, EUSE. s. Celui, celle qui demande quelque chose, qui fait métier de demander. C'est un demandeur perpétuel. C'est une demandeuse. Je fuis les demandeurs. DEMANDEUR, en ...
DÉMANGEAISON
. s. f. Picotement, irritation qu'on éprouve à la peau, et qui excite à se gratter. Grande, vive démangeaison. Perpétuelle démangeaison. Sentir des démangeaisons. Il lui ...

< 1 2 3 4 5 6 >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.027 c;