Слова на букву déma-effé (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву déma-effé (1564)

< 1 2 3 4 5 6 > >>
DONNANT
, ANTE. adj. Qui aime à donner. On l'emploie surtout avec la négation. Il n'est pas donnant. La bonne femme n'est pas donnante. Il est familier. Prov., Donnant donnant, se ...
DONNE
. s. f. Action de distribuer les cartes au jeu. Il ne faut pas changer sa donne. Perdre sa donne.
DONNER
. v. a. Faire don à quelqu'un de quelque chose, l'en gratifier, lui en transmettre gratuitement la propriété ou la jouissance. Donner de l'argent, une terre, une maison. ...
DONNEUR
, EUSE. s. Celui, celle qui donne. Donneur d'eau bénite. Donneur d'eau bénite de cour. Donneur de galbanum. Donneur de baies, de bourdes, de billevesées. Donneur d'avis. Il ...
DONT
. pronom des deux nombres et des deux genres Il se dit Des personnes et des choses, et s'emploie, dans une foule de cas, au lieu des pronoms De qui, duquel, de laquelle, de ...
DONZELLE
. s. f. T. de mépris qui signifie, Une fille ou une femme d'un état médiocre, et dont les moeurs sont suspectes. Il est familier. DONZELLE, en Histoire naturelle, est Le nom ...
DORADE
. s. f. Sorte de poisson de mer, qui a des écailles de couleur d'or. DORADE, est aussi Le nom d'une constellation australe. Voyez XIPHIAS.
DORADILLE
. s. f. Voyez CÉTÉRAC.
DORÉNAVANT
. adv. de temps Désormais, à l'avenir. Il veut que dorénavant il y ait plus d'ordre dans sa maison. Je serai dorénavant plus circonspect. Soyez plus exact dorénavant. Je ...
DORER
. v. a. Appliquer de l'or moulu ou des feuilles d'or sur quelque chose. Dorer un calice, de la vaisselle, un plafond, la bordure d'un tableau, etc. Dorer un livre sur tranche. ...
DOREUR
, EUSE. s. Celui, celle dont le métier est de dorer. C'est un bon doreur. Doreur sur bois, en cuivre, en fer, sur métaux. Doreur de livres.
DORIEN
. adj. m. Propre à la Doride, petite contrée de la Grèce ancienne. Il se dit D'un des modes de la musique des anciens, et D'un dialecte de la langue grecque ancienne. Le ...
DORIQUE
. adj. des deux genres Dorien. Il se dit D'un des cinq ordres d'architecture, et De ce qui appartient à cet ordre. L'ordre dorique. Une colonne d'ordre dorique, ou Une colonne ...
DORLOTER
. v. a. Traiter délicatement, avec complaisance. Cette mère dorlote son enfant. On l'emploie aussi avec le pronom personnel. C'est un homme qui se dorlote, qui aime à se ...
DORMANT
, ANTE. adj. Qui dort. Il s'emploie surtout au figuré, et se dit Des choses qui sont de nature à se mouvoir, à être mues, et qui cependant restent arrêtées ou fixées en ...
DORMEUR
, EUSE. s. Celui, celle qui dort, ou qui aime à dormir. Il faut réveiller ce dormeur. C'est un grand dormeur. Il est familier.
DORMEUSE
. s. f. Sorte de voiture de voyage construite de manière qu'on peut s'y étendre comme dans un lit, et y dormir à son aise.
DORMIR
. v. n. ( Je dors, tu dors, il dort ; nous dormons, vous dormez, ils dorment. Je dormais. Je dormis. J'ai dormi. Je dormirai. Dors. Que je dorme. Que je dormisse. Dormant. )  ...
DORMITIF
, IVE. adj. T. de Médec. Qui provoque à dormir. On lui a donné dans sa maladie des remèdes confortatifs et dormitifs. Une potion dormitive.   Il est aussi substantif, au ...
DORONIC
. s. m. T. de Botan. Genre de plantes à fleurs radiées, dont une espèce est cultivée dans les jardins à cause de sa floraison précoce.
DORSAL
, ALE. adj. T. d'Anat. Qui appartient au dos. L'épine dorsale. La région dorsale. Les vertèbres dorsales. Les muscles dorsaux. On dit aussi substantivement, Le grand dorsal, ...
DORTOIR
. s. m. Il se dit, dans les communautés religieuses, dans les maisons d'éducation, et dans certains hospices, d'Une grande salle où l'on couche et où il y a plusieurs lits. ...
DORURE
. s. f. Or fort mince appliqué sur la superficie de quelque ouvrage. Voilà de belles dorures. Il entre beaucoup d'or dans toutes ces dorures. On a dépensé beaucoup pour la ...
DOS
. s. m. Partie du corps de l'homme ou de l'animal, depuis le cou jusqu'aux reins. Le dos d'un homme. Il était couché sur le dos. Dos courbé, voûté. L'épine du dos. Il ...
DOSE
. s. f. Quantité et proportion déterminées des ingrédients qui entrent dans la composition d'un remède. On ne saurait bien composer un remède, si on n'en connaît la dose. ...
DOSER
. v. a. Régler, indiquer la quantité et la proportion des ingrédients qui entrent dans une composition médicinale. Cette médecine est bien dosée. Savoir doser. DOSÉ, ...
DOSSIER
. s. m. La partie d'un siége contre laquelle on s'appuie le dos. Le dossier d'une chaise, d'un banc, d'un canapé.   Le dossier d'un lit, La traverse ou la planche qui ...
DOT
. s. f. (Le T se prononce tant au pluriel qu'au singulier.) Le bien qu'une femme apporte en mariage. Avoir une belle dot. Apporter une dot considérable. Cette pauvre fille n'a ...
DOTAL
, ALE. adj. T. de Jurispr. Qui est relatif ou qui appartient à la dot. Il ne se dit guère qu'en parlant D'une dot qui reste la propriété de la femme. Constitution dotale. ...
DOTATION
. s. f. Action de doter un établissement d'utilité publique, un corps, etc. ; et Le fonds, le revenu assigné à cet effet. Il a laissé tant pour la dotation de cette ...
DOTER
. v. a. Donner à une fille un bien, un revenu, une somme, lorsqu'elle se marie. Ce père a doté sa fille de trente mille francs. Doter de pauvres filles. Il ne marie pas ses ...
DOUAIRE
. s. m. T. de Droit. Ce que le mari donne à sa femme en faveur du mariage qu'il contracte, et pour qu'elle en jouisse en cas qu'elle lui survive. Assigner le douaire. Elle ...
DOUAIRIER
. s. m. T. de Droit ancien. Il se disait D'un enfant qui se tenait au douaire de sa mère, en renonçant à la succession de son père. Un enfant ne peut être douairier et ...
DOUAIRIÈRE
. adj. f. Veuve qui jouit d'un douaire. Il ne se dit que Des personnes d'un rang distingué. Reine douairière. Princesse douairière. Duchesse douairière.   Il s'emploie ...
DOUANE
. s. f. Administration chargée de percevoir les droits imposés sur l'entrée et la sortie des marchandises, et de veiller à ce que les importations ou les exportations ...
DOUANIER
. s. m. Celui qui est préposé pour visiter les marchandises importées ou exportées, et pour recevoir les droits qu'elles doivent payer. Les douaniers sont armés. Les ...
DOUBLAGE
. s. m. T. de Marine. Revêtement de feuilles de cuivre, ou de planches, qu'on met aux bâtiments destinés à des voyages de long cours. Doublage de cuivre. Bon doublage.
DOUBLE
. adj. des deux genres opposé à Simple. Qui vaut, qui pèse, qui contient une fois autant. Double louis. Double ducat. Double portion. Double dose. Double charge. Une ...
DOUBLEAU
. s. m. T. de Charpenterie. Il se dit de Certaines solives d'un plancher qui sont plus fortes que les autres, telles que les solives d'enchevêtrure.  En Archit., ...
DOUBLEMENT
. adv. Pour deux raisons, en deux manières. Il est doublement coupable. Il en est doublement puni. Doublement obligé.
DOUBLEMENT
. s. m. T. de Pratique ancienne, qui était principalement usité dans les affaires de finances, et dont on se servait dans les enchères, pour dire, Une fois autant. Enchérir ...
DOUBLER
. v. a. Mettre le double, augmenter du double, d'une fois autant. Doubler le nombre. Doubler la dépense. Doubler la somme. Doubler les gardes. Tous les postes furent doublés. ...
DOUBLET
. s. m. Deux morceaux de cristal mis l'un sur l'autre, avec une feuille colorée entre-deux, pour imiter les émeraudes, les rubis, etc. Ce n'est pas une émeraude, c'est un ...
DOUBLETTE
. s. f. T. de Musiq. Un des jeux de l'orgue, qui sonne l'octave au-dessus du prestant.
DOUBLEUR
, EUSE. s. Celui, celle qui, dans les fabriques, double la laine, la soie sur le rouet. Doubleur, doubleuse de laine, de soie.
DOUBLON
. s. m. Monnaie d'or espagnole qui a différentes valeurs. Doublon d'Espagne. Le doublon de huit écus, ou absolument, Le doublon vaut quatre-vingt-un francs cinquante et un ...
DOUBLURE
. s. f. Étoffe dont une autre est doublée. La doublure d'un manteau, d'une robe. Prov. et fig., Fin contre fin n'est pas bon à faire doublure, ne vaut rien pour doublure, ...
DOUCE-AMÈRE
. s. f. T. de Botan. Espèce de solanum à tige grimpante, qui est d'un grand usage en médecine, surtout comme antidartreux. Sirop de douce-amère.
DOUCEÂTRE
. adj. des deux genres (On prononce Douçâtre. ) Qui est d'une douceur fade. Cela a quelque chose de douceâtre. Un goût douceâtre. C'est une eau douceâtre.
DOUCEMENT
. adv. D'une manière douce. Cet adverbe a des acceptions très-variées, dont voici les principales et les plus usitées :  Lentement. Vous marchez bien doucement. Allez ...
DOUCEREUX
, EUSE. adj. Qui est doux sans être agréable, qui est d'une douceur fade. Vin doucereux. Liqueur doucereuse. Fruits doucereux.   Il signifie figurément et familièrement, ...
DOUCET
, ETTE. adj. et s. Diminutif de Doux. Il ne se dit que Des personnes. Elle semble doucette, mais c'est un petit démon. Air doucet. Mine doucette. Faire le doucet. Faire la ...
DOUCETTE
. s. f. Plante, sorte de mâche. Voyez MÂCHE.
DOUCETTEMENT
. adv. Il s'emploie populairement dans le même sens que Doucement. Il s'en allait tout doucettement.
DOUCEUR
. s. f. Qualité de ce qui est doux ; et quelquefois, La chose même qui a cette qualité. Il s'emploie au propre et au figuré, dans la plupart des sens de Doux. La douceur du ...
DOUCHE
. s. f. Eau naturelle ou minérale qu'on fait jaillir avec quelque force sur une partie malade, pour la soulager, pour la guérir. Donner la douche, une douche. Recevoir la ...
DOUCHER
. v. a. Donner la douche. Je me ferai doucher. On m'a douché le genou. DOUCHÉ, ÉE. participe.
DOUCINE
. s. f. T. d'Archit. Moulure ondoyante, concave par le haut et convexe par le bas.
DOUCIR
. v. a. T. employé dans les Manufactures de glaces. Donner le poli à une glace. Doucir à la roue. Doucir au moellon. DOUCI, IE. participe.
DOUELLE
. s. f. T. d'Archit. Le parement intérieur ou extérieur d'un voussoir.  Il signifie aussi, La courbure d'une voûte.
DOUER
. v. a. T. de Droit. Donner, assigner un douaire. Il a doué sa femme de telle somme, de tel revenu. DOUER, dans le langage ordinaire, signifie, Avantager, favoriser, ...
DOUILLE
. s. f. Partie creuse et cylindrique d'une baïonnette, du fer d'une pique, d'une bêche, etc., qui sert à l'adapter au canon du fusil, au bois, au manche, etc. La douille ...
DOUILLET
, ETTE. adj. Doux et mollet, tendre et délicat. Un lit douillet. Un oreiller bien douillet. Il a la peau douillette.   Il se dit aussi D'une personne trop délicate, qu'un ...
DOUILLETTE
. s. f. Vêtement de soie ouaté, qu'on met par-dessus les autres, en hiver.
DOUILLETTEMENT
. adv. D'une manière douillette. Douillettement couché sur un bon lit.
DOULEUR
. s. f. L'effet d'un mal qu'éprouve, que souffre le corps. Douleur de tête, d'estomac. Les douleurs de la goutte, de l'enfantement. Douleur rhumatismale. Douleur ...
DOULOIR
(SE). v. pron. Se plaindre. Il est vieux.
DOULOUREUSEMENT
. adv. Avec douleur, d'un ton douloureux. Il se plaignait douloureusement.
DOULOUREUX
, EUSE. adj. Qui cause de la douleur, ou Qui marque de la douleur. Une plaie douloureuse. Un mal douloureux. Cris douloureux. Plainte douloureuse.   Il se dit aussi Des ...
DOUTE
. s. m. Incertitude, ou Ce qui cause l'incertitude. Être en doute. Laisser en doute. Il n'y a point de doute. Cela est hors de doute. Le doute est un état pénible. Flotter ...
DOUTER
. v. n. Être dans l'incertitude, n'être pas sûr. Douter de quelque chose. Doutez-vous de mon zèle, de ma probité ? Doutez-vous de moi ? Douter du succès. N'en doutez ...
DOUTEUSEMENT
. adv. Avec doute. Il en a parlé douteusement. Ce mot est peu usité.
DOUTEUX
, EUSE. adj. Incertain, dont il y a lieu de douter. Un succès douteux. Une affaire douteuse. Son droit est fort douteux. Réputation douteuse. Probité douteuse.   Il se dit ...
DOUVAIN
. s. m. Bois propre à faire des douves. Un millier de douvain.
DOUVE
. s. f. Planche qui entre dans la construction d'un tonneau ou de quelque autre ouvrage de tonnellerie. Ces arbres-là sont bons à faire des douves. Tailler une douve. Les ...
DOUVE
. s. f. T. de Botan. Nom vulgaire de deux espèces de renoncules qui croissent dans les marais, et qui sont très-nuisibles aux bestiaux. La grande douve. La petite douve. ...
DOUX
, OUCE. adj. Dont la saveur est ordinairement agréable au goût, et n'a rien d'aigre, d'amer, d'âpre, ou de salé. Le lait, le miel, le sucre, sont doux. Orange douce. ...
DOUZAINE
. s. f. coll. Nombre de douze, assemblage de choses de même nature au nombre de douze. Une douzaine de chemises. Une douzaine d'assiettes. Vendre des serviettes par douzaine, ...
DOUZE
. adj. numéral des deux genres Dix et deux. Douze hommes. Douze femmes. Les douze apôtres. Les douze mois de l'année. Les douze signes du zodiaque. Ils étaient au nombre de ...
DOUZIÈME
. adj. des deux genres Nombre d'ordre. Qui est immédiatement après le onzième. Le douzième siècle. La douzième année. Il était le douzième de la troupe. Le douzième ...
DOUZIÈMEMENT
. adv. En douzième lieu.
DOYEN
. s. m. Le plus ancien suivant l'ordre de réception dans un corps, dans une compagnie. Le doyen de la cour royale. Le doyen des avocats. Le doyen des maréchaux de France. Le ...
DOYENNÉ
. s. m. Dignité de doyen dans une église. Un ecclésiastique pourvu d'un doyenné.   Il s'est dit, par extension, en quelques endroits, de La demeure du doyen. Aller au ...
DRACHME
. s. f. (On prononce, et même quelques-uns écrivent, Dragme. )  Ancienne monnaie grecque, qui était d'argent, et qui pesait la huitième partie d'une once. Maintenant on ...
DRAGÉE
. s. f. Amande, pistache, aveline ou autre petit fruit couvert de sucre très-dur et ordinairement très-blanc. Un cornet de dragées. Une boîte de dragées.   Dragées ...
DRAGEOIR
. s. m. Espèce de soucoupe à rebords élevés, et ordinairement d'argent, dans laquelle on servait autrefois des dragées, sur la fin du repas.
DRAGEON
. s. m. T. de Botan. et d'Agricult. Rejeton qui naît de la racine d'un arbre ou d'une plante, et que l'on peut en détacher pour le replanter ailleurs. Drageon de vigne, de ...
DRAGEONNER
. v. n. T. de Botan. et d'Agricult. Pousser des drageons.
DRAGOMAN
. s. m. Voyez DROGMAN.
DRAGON
. s. m. Animal fabuleux qu'on représente avec des griffes, des ailes et une queue de serpent. Le dragon qui gardait le jardin des Hespérides. Figurément, Le dragon ...
DRAGONNADE
. s. f. Il se dit Des persécutions exercées sous Louis XIV contre les protestants, pour les forcer à embrasser la religion catholique, et qui furent ainsi nommées parce ...
DRAGONNE
. s. f. Cordon ou galon d'or, d'argent, de laine, etc., qui est ordinairement terminé par un gland, et dont on garnit la poignée d'une épée ou d'un sabre. Détacher sa ...
DRAGONNIER
. s. m. T. de Botan. Genre de plantes exotiques : l'espèce principale est un grand et gros arbre qui a le port des palmiers, et d'où découle, pendant les fortes chaleurs, une ...
DRAGUE
. s. f. Instrument fait en pelle recourbée, et emmanché d'une longue perche, qui sert à tirer le sable des rivières, etc., et à curer des puits. DRAGUE, signifie aussi, ...
DRAGUER
. v. a. Nettoyer le fond d'une rivière, d'un canal, etc., avec l'instrument appelé Drague, ou avec un bateau dragueur. DRAGUÉ, ÉE. participe.
DRAGUEUR
. adj. et s. m. Il se dit D'un bateau d'une construction particulière, qui porte une machine propre à tirer le sable du fond des rivières, des canaux, etc. Bateau dragueur. ...
DRAMATIQUE
. adj. des deux genres Il se dit Des ouvrages faits pour le théâtre, et qui représentent une action tragique ou comique. Poëme dramatique. Ouvrage dramatique. Composition ...
DRAMATISTE
. s. des deux genres Celui ou celle qui compose des ouvrages de théâtre. Il est peu usité.
DRAMATURGE
. s. des deux genres Auteur de drames, de pièces qui tiennent à la fois de la comédie et de la tragédie. Il ne s'emploie guère que par dénigrement.
DRAME
. s. m. Pièce de théâtre représentant une action, soit comique, soit tragique. L'unité d'action, l'unité de temps, et l'unité de lieu, sont les principales règles du ...
DRAP
. s. m. Sorte d'étoffe de laine. Bon drap. Drap fin. Gros drap. Drap d'Angleterre. Drap de Louviers, d'Elbeuf. Drap pagnon. Une aune de drap. Une pièce de drap. Acheter, ...
DRAPEAU
. s. m. Haillon, vieux morceau de linge ou d'étoffe. Le papier se fait avec de vieux drapeaux de linge. Ramasser des drapeaux. Ce sens vieillit : on dit, Chiffon. DRAPEAUX, ...
DRAPER
. v. a. Couvrir de drap. Il ne se dit guère qu'en parlant Des voitures, des chaises à porteurs, etc., qu'on couvre de drap noir ou de quelque autre couleur sombre, en signe de ...
DRAPERIE
. s. f. Manufacture de drap ; Le métier de celui qui fabrique du drap. Établir une draperie. Travailler en draperie.   Il se dit également Des diverses sortes de draps, et ...
DRAPIER
. s. m. Marchand ou fabricant de draps. Marchand drapier.
DRASTIQUE
. adj. des deux genres T. de Médec. Il se dit des purgatifs qui agissent avec violence. On l'emploie aussi comme substantif masculin. La résine de jalap est drastique, est un ...
DRÊCHE
. s. f. Marc de l'orge qui a été employée pour faire de la bière.
DRESSER
. v. a. Lever, tenir droit, faire tenir droit. Dresser la tête. Ce cheval dresse les oreilles. Dresser un mât. Dresser des quilles.   Il s'emploie aussi avec le pronom ...
DRILLE
. s. m. (On mouille les L.) Vieux mot qui signifiait, Soldat, et qui ne s'emploie aujourd'hui que dans certaines locutions très-familières, telles que les suivantes : Un bon ...
DRILLES
. s. f. pl. Vieux chiffons de toile qui servent à faire du papier.
DRISSE
. s. f. T. de Marine. Cordage qui sert à élever, à hisser une voile, un pavillon, une flamme, etc., à la hauteur où ces objets doivent être placés. La drisse du ...
DROGMAN
. s. m. Nom qu'on donne aux interprètes dans les échelles du Levant. Les drogmans d'un ambassadeur. Premier drogman. Les drogmans de la Porte.
DROGUE
. s. f. Nom générique de diverses marchandises qui s'emploient surtout en médecine ou pour la teinture, et qui se vendent chez les pharmaciens et les épiciers. Vendre des ...
DROGUER
. v. a. Médicamenter, donner beaucoup de remèdes, purger avec des drogues. Il y a longtemps qu'on le drogue, qu'on ne fait que le droguer. On l'a trop drogué. Ce verbe ...
DROGUERIE
. s. f. Il se dit collectivement Des diverses sortes de drogues. Les impôts mis sur la droguerie et sur l'épicerie.   Il se dit aussi Du commerce des drogues. Faire la ...
DROGUET
. s. m. Espèce d'étoffe faite ordinairement de laine et de fil, et quelquefois de soie. Droguet rayé. Habit de droguet. Être vêtu de simple droguet. Droguet de soie.
DROGUIER
. s. m. Cabinet, armoire où l'on met différentes sortes de drogues. Il a un beau droguier.   Il se dit aussi d'Une boîte portative destinée à contenir des drogues, des ...
DROGUISTE
. s. m. Marchand de drogues. Marchand droguiste. Épicier droguiste. J'ai acheté cela chez le droguiste.
DROIT
, OITE. adj. Qui n'est pas courbe, qui va d'un point à un autre par le plus court chemin. Ligne droite. Cette rue est fort droite. De droit fil. En droite ligne. Avoir la taille ...
DROIT
. s. m. Faculté de faire quelque chose, d'en jouir, d'en disposer, d'y prétendre, de l'exiger, soit que cette faculté résulte naturellement des rapports qui ...
DROITEMENT
. adv. Équitablement, avec droiture. Agir droitement. Marcher droitement en toute affaire.   Il signifie aussi, Judicieusement. Il pense droitement. Il juge droitement de ...
DROITIER
, IÈRE. adj. Qui se sert de la main droite. Il est opposé à Gaucher.
DROITURE
. s. f. Équité, justice, rectitude. Grande droiture. Agir avec droiture. Renommé par sa droiture. Droiture de coeur. Droiture d'intention. Je ne doute point de la droiture ...
DRÔLE
. adj. des deux genres Gaillard, plaisant, original. Cet homme-là est bien drôle. C'est un drôle d'homme, un drôle de corps. Avoir une tournure drôle, une drôle de ...
DRÔLEMENT
. adv. D'une manière drôle. Il s'est tiré drôlement d'affaire. Il est familier.
DRÔLERIE
. s. f. Trait de gaillardise, de bouffonnerie. Voilà une plaisante drôlerie. Il a fait cent drôleries. Il est familier.
DRÔLESSE
. s. f. Fille ou femme méprisable. C'est une drôlesse. Il est très-familier.
DROMADAIRE
. s. m. Espèce de chameau qui a une seule bosse sur le dos, et qui va fort vite.
DROME
. s. f. T. de Marine. Faisceau, assemblage flottant de plusieurs pièces de bois, telles que mâts, vergues, bouts-de-hors, etc. Mettre des pièces de bois en drome. Une drome ...
DRU
, UE. adj. Il se dit Des petits oiseaux qui sont prêts à s'envoler du nid. Ces moineaux sont drus, ils sont drus comme père et mère.   Il signifie, figurément et ...
DRUIDE
. s. m. Nom des anciens prêtres gaulois. Les druides étaient tout-puissants dans les Gaules.
DRUIDESSE
. s. f. Il se dit de Femmes qui étaient affiliées à l'ordre des druides, et qui passaient pour magiciennes et prophétesses.
DRUIDIQUE
. adj. des deux genres Qui a rapport aux druides, à la religion des anciens Gaulois. Cérémonies druidiques. Autel druidique. Culte druidique.
DRUIDISME
. s. m. Le culte druidique. Les Romains anéantirent le druidisme.
DRUPE
. s. m. T. de Botan. Il se dit Des fruits charnus et la plupart succulents, qui renferment un seul noyau, comme les prunes, les cerises, les pêches.
DRYADE
. s. f. T. de Mythologie. Nymphe des bois. Voyez HAMADRYADE. DRYADE, en Botanique, est Le nom d'une petite plante des Alpes, remarquable par l'élégance de ses fleurs et de ...
DU
*  Mot qui tient lieu de la préposition de et de l'article le. À la sortie du bois. Les richesses du Pérou. Le colonel du régiment. Du temps de Cicéron. Manger du ...

. s. m. Ce qui est dû. Je vous demande mon dû. J'ai fait saisir sa terre pour la sûreté de mon dû.   Il signifie aussi, Devoir, ce à quoi on est obligé. C'est le dû de ...
DUBITATIF
, IVE. adj. Qui sert à exprimer le doute. Proposition dubitative. Si est quelquefois conjonction dubitative.
DUBITATION
. s. f. Figure de rhétorique par laquelle l'orateur feint de douter de la proposition qu'il veut prouver, afin d'aller au-devant des objections qu'on pourrait lui faire.
DUC
. s. m. (On prononce le C.) Titre qui est le plus élevé parmi la noblesse de France et de quelques autres États. Monsieur le duc. Les ducs et pairs avaient séance au ...
DUC
. s. m. T. d'Hist. nat. Oiseau nocturne qui a des plumes en forme de cornes aux deux côtés de la tête. Les fauconniers portaient des ducs pour attirer les corneilles, les ...
DUCAL
, ALE. adj. Qui appartient, qui est propre à un duc, à une duchesse. Couronne ducale. Manteau ducal. Palais ducal.
DUCAT
. s. m. Pièce d'or fin dont la valeur diffère suivant les différents pays. Le ducat de Prusse vaut onze francs soixante et dix-sept centimes ; le ducat de Saxe, onze ...
DUCATON
. s. m. Espèce de monnaie d'argent. Le ducaton de Hollande vaut six francs quatre-vingt-un centimes ; et celui de Venise, cinq francs quatre-vingt-onze centimes.
DUCHÉ
. s. m. Terre, seigneurie, principauté à laquelle le titre de duc est attaché. Les anciens duchés d'Orléans et de Bretagne. Le roi avait érigé cette terre en duché, en ...
DUCHESSE
. s. f. Il se dit de La femme d'un duc. On le dit également de Celle qui a un duché, ou la même dignité que si elle était la femme d'un duc. Madame la duchesse de... La ...
DUCTILE
. adj. des deux genres T. didactique. Qui peut être battu, étendu, tiré, allongé, sans se rompre. L'or est le plus ductile de tous les métaux. Le verre est très-ductile ...
DUCTILITÉ
. s. f. T. didactique. Propriété de certains corps en vertu de laquelle ils peuvent être battus, étendus, tirés, allongés, sans se rompre. La ductilité de l'or. La ...
DUÈGNE
. s. f. Mot emprunté de l'espagnol. Gouvernante ou vieille femme chargée de veiller sur la conduite d'une jeune personne. Sa duègne ne la quitte pas un moment. Cette actrice ...
DUEL
. s. m. Combat singulier, combat assigné d'homme à homme. Se battre en duel. Appeler quelqu'un en duel. Offrir le duel. Recevoir, accepter le duel. Refuser le duel. Les ...
DUELLISTE
. s. m. Celui qui se bat en duel. Il fut condamné comme duelliste. Les rois de France juraient, à leur sacre, de ne point faire grâce aux duellistes.   Il se dit, ...
DUIRE
. v. n. Convenir, plaire, être à la convenance de quelqu'un. Cela ne vous duit-il pas ? Cela ne me duit pas. Il est familier et vieux.
DULCIFICATION
. s. f. T. de Chimie. Action de dulcifier, ou Le résultat de cette action.
DULCIFIER
. v. a. T. de Chimie. Tempérer par quelque mélange la violence d'un acide. On dulcifie les acides minéraux au moyen de l'alcool. DULCIFIÉ, ÉE. participe.
DULCINÉE
. s. f. Il se dit familièrement de La maîtresse d'un homme sur la passion duquel on plaisante ; par allusion à la dame des pensées de don Quichotte. Il était aux pieds ...
DULIE
. s. f. Il n'est usité que dans cette locution, Le culte de dulie, Le culte de respect et d'honneur que l'on rend aux saints ; par opposition au Culte de latrie, Le culte ...
DÛMENT
. adv. D'une manière convenable ; selon la raison, selon les formes. Il s'emploie surtout en termes de Pratique. Il a été dûment averti. Dûment autorisé. Dûment atteint ...
DUNE
. s. f. On appelle ainsi Des monticules ou collines de sable qui s'étendent le long des bords de la mer. Son plus grand usage est au pluriel. On a aplani cette dune. Les dunes ...
DUNE
. s. f. On appelle ainsi Des monticules ou collines de sable qui s'étendent le long des bords de la mer. Son plus grand usage est au pluriel. On a aplani cette dune. Les dunes ...
DUNETTE
. s. f. T. de Marine. Demi-gaillard qui forme la partie la plus élevée de l'arrière d'un vaisseau, et sous lequel se trouvent les logements des officiers et la chambre du ...
DUO
. s. m. T. de Musique. Morceau de musique fait pour être chanté par deux voix ou exécuté par deux instruments. Un beau duo. De beaux duos. Chanter, exécuter un duo. Duo de ...
DUODENUM
. s. m. (On prononce T. d'Anatomie emprunté du latin. La première portion des intestins grêles, ainsi nommée parce que sa longueur est ordinairement de douze travers de ...
DUODI
. s. m. Le deuxième jour de la décade, dans le calendrier républicain.
DUPE
. s. f. Il se dit d'Une personne qui a été trompée, jouée, ou qui est facile à tromper. C'est une dupe, une vraie, une franche dupe, une bonne dupe. C'est la dupe d'un tel. ...
DUPER
. v. a. Tromper, en faire accroire. Duper quelqu'un. Se laisser duper. Être dupé comme un sot. DUPÉ, ÉE. participe.
DUPERIE
. s. f. Tromperie, fourberie, ce qui fait que l'on est dupe. C'est une franche duperie. Prendre tant de peine pour rien, c'est une duperie.
DUPEUR
. s. m. Trompeur. Il est peu usité. Fam., C'est un dupeur d'oreilles, se dit D'un écrivain, mais surtout d'un poëte ou d'un orateur, dont le style ou le langage flatte ...
DUPLICATA
. s. m. Double d'une dépêche, d'un brevet, d'une quittance, d'un acte quelconque. La dépêche fut envoyée à l'ambassadeur par le courrier extraordinaire, et le ...
DUPLICATION
. s. f. T. de Géom. Action de doubler. Il n'est guère usité que dans cette locution, La duplication du cube, Le problème par lequel on demande de trouver un cube double ...
DUPLICITÉ
. s. f. Il se dit en parlant Des choses qui sont doubles, et qui devraient être uniques. Ce verre est taillé de façon qu'il cause une duplicité d'image du même objet. Il y a ...
DUPLIQUE
. s. f. T. de Pratique ancienne. Réponse à une réplique. Les dupliques furent abolies par l'ordonnance de 1667.
DUPLIQUER
. v. n. T. de Pratique ancienne. Fournir des dupliques. Il n'était d'usage qu'avec le verbe Répliquer. Après qu'on eut répliqué, dupliqué, la cause fut plaidée, fut ...
DUPONDIUS
. s. m. (On fait sentir l'S finale.) T. d'Antiq. romaine. Poids de deux livres, ou Monnaie valant deux as.
DUQUEL
*  Mot formé de la préposition de et du pronom relatif lequel. Voyez LEQUEL .
DUR
, URE. adj. Ferme, solide, difficile à pénétrer, à entamer. Dur comme marbre. Dur comme fer. Le porphyre est plus dur que le marbre.   Il est quelquefois simplement ...
DURABLE
. adj. des deux genres Qui est de nature ou fait de manière à durer long-temps. Ouvrage durable. Paix durable. Ce n'est pas là une chose durable. Bonheur, félicité ...
DURACINE
. s. f. Espèce de pêche de bon goût, et dont la chair est plus ferme que celle des autres pêches.
DURANT
. Préposition servant à marquer la durée du temps. Durant l'hiver. Durant toute sa vie.   Il se met quelquefois après le nom qu'il régit. Sa vie durant. Six ans durant.
DURCIR
. v. a. Rendre dur. La grande chaleur durcit la terre. L'air durcit le corail.   Il s'emploie souvent avec le pronom personnel, dans le sens de Devenir dur, plus dur. La boue ...
DURCISSEMENT
. s. m. Action de se durcir, ou État de ce qui est durci. Le durcissement des oeufs dans l'eau bouillante. Le durcissement des os par le progrès de l'âge.
DURE-MÈRE
. s. f. T. d'Anat. Membrane forte et épaisse qui tapisse la cavité intérieure du crâne et enveloppe le cerveau. Il a reçu à la tête un coup qui offense la dure-mère. ...
DURÉE
. s. f. L'espace de temps pendant lequel une chose dure. La durée du monde. La vie de l'homme est de courte durée. Son règne fut de peu de durée, de longue durée. Cette ...
DUREMENT
. adv. D'une manière dure, avec dureté. Être couché durement. Il lui parla durement. On l'a traité durement. Écrire durement. Peindre durement.
DURER
. v. n. Continuer d'être. Toutes les choses de ce monde durent peu. Rien ici-bas ne dure éternellement. Il y a un an que sa fièvre dure, que la fièvre lui dure. Leur amitié ...
DURET
, ETTE. adj. Diminutif de Dur. Ce mouton est un peu duret. Cette poularde est durette. Il est familier et peu usité.
DURETÉ
. s. f. Qualité de ce qui est dur, ferme, solide, difficile à entamer, à pénétrer. La dureté du fer. La dureté du marbre.   Il se dit quelquefois simplement par ...
DURILLON
. s. m. Sorte de petit calus, dureté qui se forme principalement aux pieds et aux mains, par l'épaississement de la peau. Avoir un durillon à la main. Avoir des durillons ...
DURIUSCULE
. adj. des deux genres Un peu dur. Le pouls est duriuscule. Il ne se dit plus guère que par plaisanterie.
DUUMVIR
. s. m. (Dans ce mot et dans le suivant, Duum se prononce Duome. )  Titre que les anciens Romains donnaient à différents magistrats, ordinairement au nombre de deux, et ...
DUUMVIRAT
. s. m. T. d'Hist. romaine. Dignité, charge de duumvir.  Il signifie également, L'exercice des fonctions de duumvir. Cela s'était passé sous le duumvirat de P. C.
DUVET
. s. m. coll. Sorte de plume courte, molle et frisée qui garnit quelques parties du corps de certains oiseaux, tels que les cygnes, les oies, etc. Un oreiller de duvet. Un ...
DUVETEUX
, EUSE. adj. Qui a beaucoup de duvet. Il se dit surtout Des oiseaux et des fruits. Cet oiseau est duveteux. Une pêche duveteuse. Il est peu usité.
DYNAMIQUE
. s. f. Partie des mathématiques mixtes qui s'applique à calculer les mouvements des corps matériels soumis à l'action de forces mécaniques quelconques. Traité de ...
DYNAMOMÈTRE
. s. m. T. de Physiq. Instrument qui sert à comparer, à mesurer les forces.
DYNASTE
. s. m. T. d'Hist. ancienne. Petit souverain, c'est-à-dire, prince dont les États étaient peu considérables, ou qui ne régnait qu'à titre précaire ou sous le bon plaisir ...
DYNASTIE
. s. f. Descendance, succession des souverains d'une même famille qui ont régné dans un pays. Les dynasties d'Égypte sont fort embrouillées. Sous la première dynastie. La ...
DYSCOLE
. adj. des deux genres Il se dit D'une personne avec qui il est difficile de vivre, ou D'une personne qui s'écarte des opinions reçues. Il est peu usité.
DYSPEPSIE
. s. f. T. de Médec. Difficulté de digérer.
DYSPNÉE
. s. f. T. de Médec. Difficulté de respirer.
DYSSENTERIE
. s. f. T. de Médec. Dévoiement avec douleur d'entrailles, dans lequel la matière des évacuations est en grande partie formée de mucosités sanguinolentes. Causer la ...
DYSSENTÉRIQUE
. adj. des deux genres T. de Médec. Qui appartient à la dyssenterie. Flux dyssentérique.
DYSURIE
. s. f. T. de Médec. Difficulté d'uriner.
E
. s. m. La cinquième lettre de notre alphabet, et la seconde des voyelles. Un grand E. Un petit e. Un e accentué.   On distingue trois sortes d'E : l'E ouvert, l'E fermé, ...
E-SI-MI
*  Ancien terme de Musique, par lequel on désignait Le ton de mi. Cet air est en e-si-mi.
EAU
. s. f. Substance liquide, transparente, sans saveur et sans odeur, qui se durcit par le froid, et se vaporise par la chaleur. L'eau est formée de deux fluides aériformes, ...
ÉBAHIR
(S'). v. pron. S'étonner, être surpris. Il n'y a point là de quoi s'ébahir. Il est familier. ÉBAHI, IE. participe, Je fus ébahi. Je restai tout ébahi.
ÉBAHISSEMENT
. s. m. Étonnement, surprise. Il est familier.
ÉBARBER
. v. a. Ôter les parties excédantes et superflues de certaines choses. Ébarber du papier, des plumes, des pièces de monnaie.   Il signifie particulièrement, dans l'Art de ...
ÉBARBOIR
. s. m. T. d'Arts. Outil qui sert à ébarber.
ÉBAT
. s. m. Passe-temps, divertissement. Prendre ses ébats. Il est familier, et ne s'emploie guère qu'au pluriel.
ÉBATTEMENT
. s. m. Il est synonyme d'Ébat, et ne se dit guère qu'en plaisantant. S'il veut plaider, je lui en donnerai l'ébattement. Il est vieux.  En termes de Carrossier, ...
ÉBATTRE
(S'). v. pron. (Il se conjugue comme Battre. ) Se réjouir, se divertir. Allez vous ébattre dans la campagne, à la campagne. Il est familier.
ÉBAUBI
, IE. adj. Étonné, surpris. Vous voilà bien ébaubi. Il est familier, et ne s'emploie guère qu'en plaisantant.
ÉBAUCHE
. s. f. Ouvrage de peinture ou de sculpture, qui n'est que commencé, mais où les parties principales sont indiquées. Ce n'est qu'une légère ébauche, que la première ...
ÉBAUCHER
. v. a. T. de Peinture et de Sculpture. Commencer un ouvrage, lui donner les premiers traits en indiquant les parties principales. Ébaucher une statue, un tableau.   Il se ...
ÉBAUCHOIR
. s. m. Outil de bois ou d'ivoire, dont les sculpteurs se servent pour ébaucher, pour modeler.
ÉBAUDIR
(S'). v. pron. Se réjouir avec excès, et témoigner sa joie en dansant, en sautant, ou de quelque autre manière semblable. Il est vieux, et ne s'emploie qu'en plaisantant.
ÉBAUDISSEMENT
. s. m. Action de s'ébaudir. Il est vieux.
ÉBÈNE
. s. f. Bois de l'ébénier. Armoire d'ébène. Bordure d'ébène. Travailler en ébène. Il y a diverses sortes d'ébène. Ébène noire. Ébène verte. De l'ébène grise. De ...
ÉBÉNER
. v. a. Donner à du bois la couleur de l'ébène. ÉBÉNÉ, ÉE. participe.
ÉBÉNIER
. s. m. T. de Botan. Arbre des Indes, dont le bois est fort dur et ordinairement noir. Il y a des forêts d'ébéniers dan s ces pays-là.   Faux ébénier, Arbrisseau que l'on ...
ÉBÉNISTE
. s. m. Ouvrier qui travaille en ébène et autres bois précieux, ou qui fait des ouvrages de marqueterie.
ÉBÉNISTERIE
. s. f. Le métier, l'art de l'ébéniste. Il se dit aussi Des ouvrages que fait l'ébéniste. Travailler en ébénisterie. Magasin d'ébénisterie.
ÉBLOUIR
. v. a. Frapper les yeux par un éclat très-vif qu'ils ne peuvent soutenir. Le soleil éblouit la vue, éblouit les yeux, nous éblouit. L'éclat des diamants éblouit. La ...
ÉBLOUISSANT
, ANTE. adj. Il a des significations analogues à celles du verbe Éblouir, tant au propre qu'au figuré. Éclat éblouissant. Couleur éblouissante. La neige est éblouissante. ...
ÉBLOUISSEMENT
. s. m. État de la vue troublée par trop de lumière, par un éclat trop vif. Il est impossible de regarder le soleil sans éblouissement.   Il signifie aussi, Altération ...
ÉBORGNER
. v. a. Rendre borgne, priver d'un oeil. Une branche d'arbre l'a éborgné à la chasse. On l'emploie aussi avec le pronom personnel. Il s'est éborgné en tombant.   Par ...
ÉBOUILLIR
. v. n. (Il se conjugue comme Bouillir, mais on ne l'emploie guère qu'à l'infinitif et au participe.) Diminuer à force de bouillir. Ne laissez point tant ébouillir le pot. ...
ÉBOULEMENT
. s. m. Chute de la chose qui s'éboule, ou État de la chose éboulée. L'éboulement de la muraille. L'éboulement d'un bastion. L'éboulement des terres.
ÉBOULER
. v. n. Tomber en ruine. Il se dit Des amas de terre, de certaines constructions, etc., qui tombent, qui se dérangent, qui se renversent. Le torrent a fait ébouler cette ...
ÉBOULIS
. s. m. Amas de matières éboulées. Un éboulis de sable, de terre, etc.
ÉBOURGEONNEMENT
. s. m. T. d'Agricult. Retranchement de bourgeons superflus des arbres fruitiers, pour les soulager, les conserver, et leur faire porter de plus beaux fruits. Ce jardinier ...
ÉBOURGEONNER
. v. a. T. d'Agricult. Ôter les bourgeons ou les nouveaux jets superflus. Voici le temps d'ébourgeonner les vignes. ÉBOURGEONNÉ, ÉE. participe.
ÉBOURIFFÉ
, ÉE. adj. Il se dit Des personnes dont le vent ou quelque autre cause a mis en désordre les cheveux ou la perruque, la coiffure. Vous êtes tout ébouriffé. Elle arriva ...
ÉBOUSINER
. v. a. T. de Maçonnerie. Ôter le bousin d'une pierre, c'est-à-dire, cette croûte tendre qui tient autant de la terre que de la pierre. Il faut ébousiner les pierres ...
ÉBRANCHEMENT
. s. m. Action d'ébrancher un arbre, ou Le résultat de cette action.
ÉBRANCHER
. v. a. Dépouiller un arbre d'une partie de ses branches, en les coupant ou en les rompant. Il faut ébrancher cet arbre. Le vent a tout ébranché ce chêne. ÉBRANCHÉ, ...
ÉBRANLEMENT
. s. m. Secousse, action par laquelle une chose est ébranlée. Après un si grand ébranlement, il est à craindre que cette muraille ne tombe. L'ébranlement de cerveau causé ...
ÉBRANLER
. v. a. Donner des secousses à une chose, en sorte qu'elle ne soit plus dans une ferme assiette. Cette mine, cette batterie a ébranlé le bastion. Les vents ont ébranlé ...
ÉBRASEMENT
. s. m. T. d'Archit. Action d'ébraser, ou Le résultat de cette action. L'ébrasement d'une porte, d'une fenêtre.
ÉBRASER
. v. a. T. d'Archit. Élargir en dedans la baie d'une porte ou d'une fenêtre, suivant un plan oblique. ÉBRASÉ, ÉE. participe, Porte, fenêtre ébrasée.
ÉBRÉCHER
. v. a. Faire une brèche à un instrument tranchant. Ébrécher un couteau, un rasoir, etc.   S'ébrécher une dent, se casser une partie d'une dent. ÉBRÉCHER, se dit ...
ÉBRENER
. v. a. Ôter les matières fécales d'un enfant. Cette nourrice a ébrené son enfant. Il est bas. ÉBRENÉ, ÉE. participe.
ÉBROUEMENT
. s. m. T. d'Art vétérinaire. Il se dit de L'éternument de certains animaux domestiques.  Il se dit aussi, en termes de Manége, Du ronflement d'un cheval à la vue des ...
ÉBROUER
. v. a. Laver, passer dans l'eau, en parlant Des toiles, des étoffes. Ébrouer une pièce d'étoffe, de toile. ÉBROUER, s'emploie aussi avec le pronom personnel, en termes ...
ÉBRUITER
. v. a. Divulguer, rendre public. Il ne faut pas ébruiter cette affaire.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Il faut prendre garde que cette affaire, que cette ...
ÉBUARD
. s. m. Coin de bois fort dur, qui sert à fendre des bûches.
ÉBULLITION
. s. f. Mouvement d'un liquide qui bout sur le feu. De l'eau en ébullition. Pendant l'ébullition.   Il se dit aussi, en Chimie, d'Un dégagement de bulles d'air qui a lieu ...
ÉCACHER
. v. a. Écraser, froisser. Écacher une noix, un limaçon, en marchant dessus. Il s'est écaché le doigt. Il est familier. ÉCACHÉ, ÉE. participe Fam. Un nez écaché, ...
ÉCAILLE
. s. f. Il se dit Des petites lames minces et plates qui couvrent la peau de certains poissons et de certains reptiles. Les écailles d'une carpe, d'un saumon, d'une morue. ...
ÉCAILLER
. v. a. Ôter, enlever les écailles d'un poisson. Vous n'avez pas bien écaillé cette carpe, ce brochet.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel, et signifie alors, ...
ÉCAILLER
, ÈRE. s. Celui, celle qui vend et qui ouvre des huîtres à l'écaille. Voilà l'écailler qui passe. Appelez l'écaillère.
ÉCAILLEUX
, EUSE. adj. Qui se lève par écailles, par plaques minces. Peau dure et écailleuse. Une ardoise écailleuse.   Il signifie aussi, en Histoire naturelle et en Botanique, Qui ...
ÉCALE
. s. f. Enveloppe extérieure qui renferme la coque dure de certains fruits, comme les noix. Écale de noix, etc.   Il se dit aussi Des coquilles d'oeufs, et de La peau des ...
ÉCALER
. v. a. Ôter l'écale. Écaler des noix.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Les pois s'écalent quand ils ont bouilli. ÉCALÉ, ÉE. participe.
ÉCARBOUILLER
. v. a. Écacher, écraser. Il lui a écarbouillé la tête, la cervelle. Il est populaire. ÉCARBOUILLÉ, ÉE. participe.
ÉCARLATE
. s. f. Couleur rouge et fort vive. Teint en écarlate. Une belle écarlate. Écarlate des Gobelins. Rouge comme écarlate, comme de l'écarlate. On l'emploie souvent comme ...
ÉCARLATINE
. adj. f. Voyez SCARLATINE.
ÉCARQUILLEMENT
. s. m. Action d'écarquiller. L'écarquillement des jambes. Il est familier.
ÉCARQUILLER
. v. a. Écarter, ouvrir. Il ne se dit que dans ces phrases familières : Écarquiller les jambes. Écarquiller les yeux. ÉCARQUILLÉ, ÉE. participe.
ÉCART
. s. m. Action de s'écarter. On porta un coup à cet homme, et pour l'éviter il fit un écart. Son cheval eut peur, fit un écart, et le renversa dans le fossé.   En termes ...
ÉCARTÉ
. s. m. Jeu de cartes analogue à la triomphe, et qui se joue à deux. Le jeu de l'écarté. Jouer a l'écarté. Table d'écarté.
ÉCARTÈLEMENT
. s. m. Action d'écarteler.
ÉCARTELER
. v. a. Mettre en quatre quartiers : sorte de supplice qu'on faisait souffrir à des criminels de lèse-majesté au premier chef, en les tirant à quatre chevaux. Il fut ...

< 1 2 3 4 5 6 > >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.022 c;