Слова на букву effe-exce (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву effe-exce (1564)

< 1 2 3 4 5 6 >>
ÉTANÇONNER
. v. a. Soutenir par des étançons. Étançonner une muraille. ÉTANÇONNÉ, ÉE. participe.
ÉTANFICHE
. s. f. T. de Carrière. Hauteur de plusieurs lits de pierre qui font masse ensemble.
ÉTANG
. s. m. Grand amas d'eau retenu par une chaussée, et dans lequel on nourrit du poisson. La chaussée, la bonde, la queue d'un étang. Peupler un étang. Vider, pêcher un ...
ÉTAPE
. s. f. Provision de vivres et de fourrages que l'on distribue aux troupes lorsqu'elles sont en route. Établir des étapes. Vivre par étape. L'étape est en tel lieu. Fournir ...
ÉTAPIER
. s. m. Celui qui a le soin de fournir et de distribuer l'étape aux gens de guerre.
ÉTAT
. s. m. Disposition dans laquelle se trouve une personne, une chose, une affaire. Bon, mauvais, heureux, malheureux, pitoyable état. État déplorable. État de maladie, de ...
ÉTAU
. s. m. Machine dont les serruriers et quelques autres ouvriers se servent pour tenir fermes et serrés les objets qu'ils travaillent, et qui est formée de deux pièces de ...
ÉTAYEMENT
. s. m. Action d'étayer, ou État de ce qui est étayé.
ÉTAYER
. v. a. (Il se conjugue comme Payer. ) Appuyer, soutenir avec des étais. Étayer une maison, une muraille. On a bien étayé ce bâtiment, il ne tombera pas.   Il s'emploie ...
ÉTÉ
. s. m. La saison qui commence au solstice de juin, et qui finit à l'équinoxe de septembre. L'été est la saison la plus chaude. Bel été. Été chaud, brûlant. Été ...
ÉTEIGNOIR
. s. m. Petit ustensile creux en forme de cône, qui sert à éteindre la chandelle, la bougie. Éteignoir de fer-blanc. Éteignoir d'argent.
ÉTEINDRE
. v. a. (Il se conjugue comme Teindre. ) Il se dit en parlant Du feu qu'on étouffe, dont on fait cesser l'action. Éteignez ce feu. Éteindre un cierge, un flambeau. Éteindre ...
ÉTENDAGE
. s. m. Assemblage de cordes tendues horizontalement, sur lesquelles on étend les choses qu'on veut faire sécher, comme du linge mouillé, les feuilles qui sortent de la ...
ÉTENDARD
. s. m. Enseigne de la cavalerie. Se ranger sous l'étendard. Porte-étendard.   Il se dit, par extension, de Toutes sortes d'enseignes de guerre. Déployer, arborer, planter ...
ÉTENDOIR
. s. m. T. d'Imprimerie. Espèce de petite pelle à long manche, qui sert à placer sur l'étendage les feuilles imprimées.  Il se dit, en termes de Papetier et de ...
ÉTENDRE
. v. a. Allonger, faire qu'une chose acquière ou plus de surface, ou plus de volume, soit en la rendant plus mince, soit en la tirant ou en la dilatant. On étend l'or sous ...
ÉTENDUE
. s. f. Dimension d'une chose en longueur, largeur et profondeur. En ce sens, il n'est guère usité que dans le langage didactique. Selon quelques philosophes, l'étendue est ...
ÉTERNEL
, ELLE. adj. Qui n'a point eu de commencement et n'aura jamais de fin. Il n'y a que Dieu qui soit éternel. Le Père éternel. Le Verbe éternel. La sagesse éternelle. Dieu ...
ÉTERNELLE
. s. f. Plante. Voyez IMMORTELLE.
ÉTERNELLEMENT
. adv. Sans commencement et sans fin. Dieu existe éternellement.   Il signifie aussi, Sans fin, quoiqu'il y ait eu un commencement. Le bonheur des élus, les peines des damnés ...
ÉTERNISER
. v. a. Rendre éternel ; Faire qu'une chose ne finisse point, qu'elle dure très-longtemps. Éterniser son nom. Éterniser sa mémoire. La chicane éternise les procès.   ...
ÉTERNITÉ
. s. f. Durée qui n'a ni commencement ni fin. L'éternité de Dieu. Dieu est de toute éternité. Le temps n'est qu'une partie de l'éternité.   Il se dit aussi d'Une durée ...
ÉTERNUER
. v. n. Faire le mouvement involontaire qu'on appelle Éternument, et qui est excité par quelque picotement au fond des narines. Il éternue souvent. Le rhume fait éternuer. ...
ÉTERNUMENT
. s. m. Mouvement, effort subit et convulsif des muscles qui servent à l'expiration, dans lequel l'air, après une grande inspiration commencée et un peu suspendue, est ...
ÉTÉSIEN
. adj. m. Il se dit Des vents réguliers qui soufflent chaque année pendant un certain nombre de jours dans les mers du Levant, dans la Méditerranée. Les vents étésiens ...
ÉTÊTEMENT
. s. m. Action d'étêter un arbre. Cet arbre a repoussé bien des branches depuis son étêtement.
ÉTÊTER
. v. a. Couper, tailler la tête d'un arbre. Étêter des saules. Il est temps d'étêter ces arbres.   Étêter un clou, une épingle, En ôter la tête. On a étêté ce ...
ÉTEUF
. s. m. (On ne prononce point l'F, si ce n'est dans les vers, lorsque le mot suivant commence par une voyelle.)  Petite balle dont on se sert pour jouer à la longue paume. ...
ÉTEULE
ou *ESTEUBLE. s. f. T. d'Agricult. Chaume ; ce qui reste sur la terre du tuyau des grains, quand on a fait la moisson.
ÉTHER
. s. m. (On prononce l'R.) Nom que les anciens donnaient à l'air pur et léger des hautes régions de l'atmosphère.  Il se dit également de La matière fluide et subtile ...
ÉTHÉRÉ
, ÉE. adj. Qui est de la nature de l'éther. Substance éthérée. Corps éthéré. Région éthérée.   Poétiq., La voûte éthérée, Le ciel.  Matière éthérée, La ...
ÉTHIOPS
. s. m. T. de Chimie. On donnait autrefois ce nom à certains oxydes et à des sulfures métalliques. Éthiops martial. Éthiops minéral.
ÉTHIQUE
. s. f. T. de l'École. Science de la morale. La logique, l'éthique, la physique.   Les Éthiques d'Aristote, Les ouvrages moraux d'Aristote.
ETHMOÏDAL
, ALE. adj. T. d'Anat. Qui appartient à l'ethmoïde. Nerf ethmoïdal. Suture ethmoïdale. Sinus ethmoïdaux.
ETHMOÏDE
. adj. et s. m. T. d'Anat. Os du crâne, dont la lame supérieure est criblée de petits trous. L'os ethmoïde. L'ethmoïde.
ETHNARCHIE
. s. f. T. d'Hist. ancienne. Province qui était sous le commandement d'un ethnarque.  Il signifie aussi, La dignité d'ethnarque.
ETHNARQUE
. s. m. T. d'Hist. ancienne. Celui qui commandait dans une province.
ETHNIQUE
. adj. des deux genres Mot qui est employé seulement dans les auteurs ecclésiastiques, et qui signifie la même chose que Païen, idolâtre, gentil.  En Grammaire, Mot ...
ETHNOGRAPHE
. s. m. Celui qui s'occupe d'ethnographie, qui en fait son étude.
ETHNOGRAPHIE
. s. f. Partie de la statistique qui a pour objet l'étude et la description des divers peuples.
ETHNOGRAPHIQUE
. adj. des deux genres Qui appartient, qui est relatif à l'ethnographie. Recherches ethnographiques.
ÉTHOLOGIE
. s. f. T. didactique. Discours ou traité sur les moeurs.
ÉTHOPÉE
. s. f. T. didactique. Peinture et description des moeurs et des passions humaines.
ÉTIAGE
. s. m. Le plus grand abaissement des eaux d'une rivière. Indiquer, marquer l'étiage. La hauteur de l'étiage.
ÉTIER
. s. m. Canal qui sert à conduire l'eau de la mer dans les marais salants.
ÉTINCELANT
, ANTE. adj. Qui étincelle. Les étoiles les plus étincelantes. Ce rubis est étincelant. Un glaive étincelant. Des yeux étincelants, étincelants de colère.
ÉTINCELÉ
. adj. En termes de Blason, on appelle Écu étincelé, Celui qui est semé d'étincelles.
ÉTINCELER
. v. n. Briller, jeter des éclats de lumière. Il y a des étoiles qui étincellent plus que d'autres. Les yeux lui étincellent de colère. Ses yeux étincelaient de fureur. ...
ÉTINCELLE
. s. f. Petite parcelle de feu, bluette. Étincelle de feu. Quand on bat les cailloux avec un briquet, il en sort des étincelles. On a éteint ce grand feu, il n'en reste pas ...
ÉTINCELLEMENT
. s. m. Éclat de ce qui étincelle. L'étincellement d'un charbon ardent, d'une barre de fer rouge. L'étincellement des étoiles fixes : voyez SCINTILLATION.
ÉTIOLEMENT
. s. m. Altération, décoloration qu'éprouvent les plantes lorsqu'elles lèvent dans un endroit obscur, ou lorsque, parvenues à un certain degré d'accroissement, elles ...
ÉTIOLER
. v. a. Faire éprouver à une plante l'espèce d'altération, de décoloration que l'on nomme Étiolement. L'obscurité étiole les plantes. On l'emploie plus ordinairement ...
ÉTIOLOGIE
. s. f. Partie de la médecine qui traite des diverses causes des maladies.
ÉTIQUE
. adj. des deux genres Qui est dans l'étisie. Devenir étique. Mourir étique.   Fièvre étique, Fièvre lente, longue et habituelle, qui dessèche tout le corps. ÉTIQUE, ...
ÉTIQUETER
. v. a. Mettre une étiquette, distinguer par une étiquette. Étiqueter des sacs de procès, des liasses de papiers, un sac d'argent. Les apothicaires étiquètent leurs ...
ÉTIQUETTE
. s. f. Petit écriteau qu'on met, qu'on attache sur un sac de procès, et qui contient les noms du demandeur et du défendeur, celui de l'avoué, etc. Il faut mettre une ...
ÉTIRER
. v. a. Étendre, allonger. Étirer du linge. Étirer du fer, du cuivre, etc. ÉTIRÉ, ÉE. participe.
ÉTISIE
. s. f. Phthisie, maladie qui dessèche et consume le corps. Il est tombé en étisie. Être dans l'étisie.
ÉTOFFE
. s. f. Tissu de soie, de laine, de coton, de poil, de fil d'or ou d'argent, etc., dont on fait des habits, des meubles, etc. Étoffe de laine. Étoffe de soie. Ce marchand a de ...
ÉTOFFER
. v. a. Mettre de l'étoffe, de la matière en quantité suffisante et de qualité convenable, à quelque ouvrage de manufacture. Ce chapelier n'a pas bien étoffé ce chapeau. ...
ÉTOILE
. s. f. Astre qui brille de sa lumière propre, et qui paraît toujours fixe au même point du ciel. Autrefois on donnait également le nom d' étoiles aux planètes ; mais on ...
ÉTOILÉ
, ÉE. adj. Semé d'étoiles. Le ciel était fort étoilé, Fort serein. La voûte étoilée, Le ciel. Voyez le participe d' ÉTOILER.
ÉTOILER
(S'). v. pron. Se fêler en forme d'étoile. Prenez garde que vos bouteilles ne s'étoilent. Dans les Monnaies, les flans s'étoilent, quand ils ne sont pas assez recuits. ...
ÉTOLE
. s. f. Longue bande d'étoffe que les prêtres portent au cou, lorsqu'ils remplissent certaines fonctions ecclésiastiques, et qui pend des deux côtés par devant. Les ...
ÉTONNAMMENT
. adv. D'une manière étonnante. Cet enfant profite étonnamment.
ÉTONNANT
, ANTE. adj. Qui étonne, qui surprend. Cela est fort étonnant. Voilà une nouvelle étonnante. Mémoire étonnante. Adresse étonnante. Érudition étonnante. Secrets ...
ÉTONNEMENT
. s. m. Surprise causée par quelque chose d'extraordinaire, d'inattendu. Causer, donner de l'étonnement. Jeter dans l'étonnement. Remplir d'étonnement. Donner des marques ...
ÉTONNER
. v. a. Surprendre par quelque chose d'inopiné, d'extraordinaire. Cet accident imprévu, cette nouvelle, cette marche des ennemis l'a fort étonné, l'a extrêmement étonné. ...
ÉTOUFFADE
. s. f. Voyez ESTOUFFADE.
ÉTOUFFANT
, ANTE. adj. Qui fait qu'on étouffe, qu'on respire difficilement. On ne l'emploie guère que dans ces locutions : Temps étouffant. Chaleur étouffante.
ÉTOUFFEMENT
. s. m. Difficulté de respirer. Elle a des vapeurs qui lui causent des étouffements. D'où vient cet étouffement ?
ÉTOUFFER
. v. a. Suffoquer ; faire perdre la respiration, faire mourir, en privant d'air. Une esquinancie l'a étouffé. Il a été étouffé d'un catarrhe. Cette nourrice en ...
ÉTOUFFOIR
. s. m. Espèce de boîte faite de métal, dont on se sert pour étouffer et éteindre des charbons. ÉTOUFFOIR, se dit aussi de Petites pièces de drap qui servent, dans un ...
ÉTOUPE
. s. f. La partie la plus grossière, le rebut de la filasse, soit de chanvre, soit de lin. Étoupe de chanvre. Étoupe de lin. Paquet d'étoupe. Fil d'étoupe. Toile ...
ÉTOUPER
. v. a. Boucher avec de l'étoupe ou avec quelque autre chose semblable. Les conduits sont étoupés. Le vin s'enfuit, il faut étouper les fentes du tonneau. Étouper un bateau. ...
ÉTOUPILLE
. s. f. T. d'Artillerie. Petite mèche inflammable qu'on introduit dans la lumière d'une pièce, et qui sert d'amorce.
ÉTOUPILLON
. s. m. T. d'Artillerie. Petite mèche d'étoupe suiffée qu'on introduit dans la lumière d'une pièce, pour préserver la charge de l'humidité.
ÉTOURDERIE
. s. f. Action d'étourdi, ou Habitude de faire des actions d'étourdi. C'est une étourderie. Il fait toujours des étourderies. Ce sont là de vos étourderies. On ne saurait ...
ÉTOURDI
, IE. adj. Qui agit sans réflexion, sans considérer ce qu'il fait. C'est un jeune homme bien étourdi. Cette femme est fort étourdie.   Il se prend aussi substantivement. C ...
ÉTOURDIMENT
. adv. À l'étourdie. Il fait toutes choses si étourdiment, que... Vous avez agi bien étourdiment. Il a entrepris cette affaire fort étourdiment, Sans l'examiner, sans ...
ÉTOURDIR
. v. a. Causer dans le cerveau un ébranlement qui trouble, qui suspend en quelque sorte la fonction des sens. Il lui donna sur la tête un coup de bâton qui l'étourdit. Le ...
ÉTOURDISSANT
, ANTE. adj. Qui étourdit. Un bruit étourdissant. Ces cloches sont étourdissantes.
ÉTOURDISSEMENT
. s. m. Impression, ébranlement causé par quelque chose qui étourdit. Grand étourdissement. Causer de l'étourdissement. Il a des étourdissements. Il lui a pris un ...
ÉTOURNEAU
. s. m. Sorte d'oiseau de passage, dont le plumage noirâtre est marqué de petites taches grises. On l'appelle aussi Sansonnet. Les étourneaux ne vont que par bandes. Une ...
ÉTRANGE
. adj. des deux genres Qui n'est pas dans l'ordre, dans l'usage commun ; qui est singulier, extraordinaire, inconcevable. Il y a des coutumes bien étranges dans ce pays-là. ...
ÉTRANGEMENT
. adv. D'une manière étrange, contre l'ordre et l'usage communs, extrêmement, excessivement. Il est étrangement bizarre. Il l'a étrangement maltraité.
ÉTRANGER
, ÈRE. adj. Qui est d'une autre nation, qui appartient, qui a rapport à une autre nation. Coutumes, lois étrangères. Les gouvernements étrangers. La guerre civile et la ...
ÉTRANGER
. v. a. Chasser d'un lieu, faire éloigner d'un lieu, désaccoutumer d'y venir. Les rats, les moineaux ont étrangé les pigeons du colombier. Étranger le gibier d'un pays. ...
ÉTRANGETÉ
. s. f. Caractère de ce qui est étrange. L'étrangeté de sa conduite, de son humeur, de ses manières, de son style.
ÉTRANGLEMENT
. s. m. Action d'étrangler, et plus ordinairement L'état de celui qui est étranglé. Des indices d'étranglement. Un os arrêté dans la gorge lui a causé un étranglement ...
ÉTRANGLER
. v. a. Faire perdre la respiration ou la vie, en pressant le gosier ou en le bouchant. Les voleurs l'ont étranglé. Il le tenait à la gorge, et voulait l'étrangler. Une ...
ÉTRANGUILLON
. s. m. Sorte de maladie qui est pour les chevaux ce que l'esquinancie est pour les hommes.  Poire d'étranguillon, Espèce de poire fort âpre.
ÉTRAPE
. s. f. T. d'Agricult. Petite faucille qui sert à couper le chaume.
ÉTRAPER
. v. a. T. d'Agricult. Couper avec l'étrape. Étraper du chaume. ÉTRAPÉ, ÉE. participe.
ÉTRAVE
. s. f. T. de Marine. L'assemblage des pièces de bois courbes qui forment l'avant, la proue d'un bâtiment. Le mât de beaupré s'appuie sur l'étrave. La longueur d'un ...
ÊTRE
. Verbe que les grammairiens appellent Le verbe substantif. ( Je suis, tu es, il est ; nous sommes, vous êtes, ils sont. J'étais. Je fus. J'ai été. Je serai. Je serais. ...
ÊTRE
. s. m. Ce qui est. Dieu est un être infini, incréé. L'Être souverain. Le premier être. L'Être des êtres. Être réel. Être physique. Être moral. Être intelligent. ...
ÊTRE
. s. m. T. d'Administration forestière, qui s'emploie dans la locution, À blanc être, A blanc estoc. Voyez ESTOC.
ÉTRÉCIR
. v. a. Rendre étroit, rendre plus étroit. Étrécir un chemin, une rue. Il a fait étrécir son habit.   En termes de Manége, Étrécir un cheval, Le ramener graduellement ...
ÉTRÉCISSEMENT
. s. m. Action par laquelle on étrécit, ou État de ce qui est étréci. L'étrécissement du lit de la rivière accélère le cours de l'eau.
ÉTREINDRE
. v. a. (Il se conjugue comme Atteindre. ) Serrer fortement en liant. Étreignez cette gerbe, ce fagot.   Il signifie aussi, Embrasser, presser entre ses bras. Il ...
ÉTREINTE
. s. f. Serrement, action par laquelle on étreint. Ce noeud s'est défait, parce que l'étreinte n'en était pas assez forte.   Il se dit particulièrement de L'action de ...
ÉTRENNE
. s. f. Présent qu'on fait le premier jour de l'année. Je vous donne cela pour étrenne. Donner les étrennes. Recevoir des étrennes. Il a eu ses étrennes, de belles ...
ÉTRENNER
. v. a. Donner les étrennes. Il l'a étrenné d'une montre, d'un tableau.   Il signifie aussi, Être le premier qui achète à un marchand, qui donne à un pauvre. C'est moi ...
ÉTRÉSILLON
. s. m. Il se dit de Pièces de bois qu'on place en travers dans les tranchées d'une fondation, dans les galeries d'une mine, etc., pour empêcher les terres de s'ébouler ; ...
ÉTRÉSILLONNER
. v. a. Soutenir, étayer avec un étrésillon, avec des étrésillons. ÉTRÉSILLONNÉ, ÉE. participe.
ÉTRIER
. s. m. Espèce d'anneau de fer ou d'autre métal, qui pend à droite et à gauche par une courroie à une selle de cheval, et qui sert à appuyer les pieds du cavalier. ...
ÉTRILLE
. s. f. Instrument de fer avec lequel on ôte la crasse, l'ordure qui s'est attachée à la peau et au poil des chevaux, des mulets, etc. Donnez un coup d'étrille à ce cheval. ...
ÉTRILLER
. v. a. Frotter, nettoyer avec l'étrille. Étriller un cheval. Ces chevaux, ces mulets sont bien étrillés. Fig. et fam., Étriller quelqu'un, Le battre, le maltraiter. On ...
ÉTRIPER
. v. a. Ôter les tripes d'un animal. Étriper un veau, un cochon. Fig. et pop., Aller à étripe-cheval, Presser un cheval excessivement. ÉTRIPÉ, ÉE. participe.
ÉTRIQUÉ
, ÉE. adj. Qui n'a pas l'ampleur suffisante. Cet habit est étriqué. Sa robe est étriquée. Ces rideaux sont bien étriqués.   Il se dit, figurément, Des ouvrages d'art et ...
ÉTRIVIÈRE
. s. f. Courroie qui sert à porter les étriers. Raccourcir une étrivière. Il s'est fait des étrivières de corde. Donner des coups d'étrivière.   Il se dit souvent, au ...
ÉTROIT
, OITE. adj. Qui a peu de largeur. Chemin étroit. Rue étroite. Cette toile, cette étoffe est étroite. Votre habit est trop étroit. Des bas, des souliers trop étroits. ...
ÉTROITEMENT
. adv. À l'étroit. Vous êtes logé bien étroitement. ÉTROITEMENT, avec certains verbes, signifie, Fortement, intimement. Ils se tenaient étroitement embrassés. Unir, ...
ÉTRON
. s. m. Matière fécale qui a quelque consistance. Il se dit Des excréments de l'homme et de quelques animaux. Gros étron. Étron de chien. Il est bas.
ÉTRONÇONNER
. v. a. T. de Jardinage. Couper entièrement la tête à un arbre. On a étronçonné plusieurs arbres. ÉTRONÇONNÉ, ÉE. participe.
ÉTUDE
. s. f. Travail, application d'esprit pour apprendre ou approfondir les sciences, les lettres, les beaux-arts. Longue étude. Étude continuelle. S'adonner, s'appliquer, se ...
ÉTUDIANT
. s. m. Celui qui suit les cours d'une école publique. Un étudiant en droit, en médecine. Il y a bien des étudiants dans cette université.
ÉTUDIER
. v. n. Appliquer son esprit, travailler pour apprendre les sciences, les lettres. Il étudie nuit et jour. On ne devient point savant sans étudier. Il étudiait dans tel ...
ÉTUDIOLE
. s. f. Petit meuble à plusieurs tiroirs, qui se place sur une table, pour y serrer des papiers d'étude, ou autre chose. Ce mot est maintenant peu usité.
ÉTUI
. s. m. Sorte de boîte qui sert à mettre, à porter, à conserver quelque chose, et dont la forme et la grandeur varient selon les objets qu'elle est destinée à contenir. ...
ÉTUVE
. s. f. Lieu clos dont on échauffe plus ou moins la température, pour faire transpirer. Son salon est chaud comme une étuve. Aller aux étuves. Étuve humide, ou Bain de ...
ÉTUVÉE
. s. f. T. de Cuisine. Certaine manière de cuire, d'assaisonner des viandes, du poisson. Mettre du veau, une carpe à l'étuvée. Cela sera bon à l'étuvée.   Il se dit ...
ÉTUVEMENT
. s. m. Action d'étuver.
ÉTUVER
. v. a. Laver en appuyant doucement. Il ne se dit guère qu'en parlant D'une plaie, d'une partie malade. Il faut bien étuver cette plaie. Étuver avec de l'eau tiède, avec ...
ÉTUVISTE
. s. m. Celui qui tient des bains et des étuves. On dit maintenant, Baigneur.
ÉTYMOLOGIE
. s. f. Origine d'un mot ; dérivation d'un mot formé d'un ou de plusieurs autres. Rechercher l'étymologie d'un mot, en donner l'étymologie. Véritable, fausse étymologie. ...
ÉTYMOLOGIQUE
. adj. des deux genres Qui concerne les étymologies. Un dictionnaire étymologique. La science étymologique. Explication étymologique.
ÉTYMOLOGISTE
. s. m. Celui qui s'occupe d'étymologie, qui sait les étymologies. C'est un grand, un savant étymologiste.
EUBAGES
. s. m. pl. Nom d'une classe de druides ou d'anciens prêtres gaulois, dont la principale occupation était l'étude de la physique, de l'astronomie et de la divination.
EUCHARISTIE
. s. f. (On prononce Eukaristie. ) Le saint sacrement du corps et du sang de JÉSUS-CHRIST, contenus sous les espèces du pain et du vin. Le mystère de l'eucharistie. Le ...
EUCHARISTIQUE
. adj. des deux genres (On prononce Eukaristique. ) Qui appartient à l'eucharistie. Les espèces eucharistiques.
EUCOLOGE
. s. m. Nom d'un livre où se trouve tout l'office des dimanches et des principales fêtes de l'année. On m'a donné un bel eucologe.
EUCRASIE
. s. f. T. de Médec., qui signifie, Un bon tempérament.
EUDIOMÈTRE
. s. m. T. de Chimie. Instrument dont on se sert pour mesurer le degré de pureté de l'air atmosphérique, la quantité d'oxygène qu'il contient.
EUDIOMÉTRIE
. s. f. Art de reconnaître par des procédés chimiques la proportion d'oxygène qui existe dans l'air atmosphérique.
EUDIOMÉTRIQUE
. adj. des deux genres Qui a rapport à l'eudiométrie. Expérience eudiométrique. Instrument eudiométrique.
EUFRAISE
. s. f. T. de Botan. Petite plante annuelle qu'on employait beaucoup autrefois contre les maladies des yeux.
EULOGIES
. s. f. pl. T. de Liturgie. Choses bénites.
EUMÉNIDE
. s. f. T. de Mythologie. Voyez FURIE.
EUNUQUE
. s. m. Celui à qui on a coupé les parties nécessaires à la génération. Il ne se dit que De l'homme. Les princes d'Orient confient la garde de leurs femmes à des ...
EUPATOIRE
. s. f. T. de Botan. Genre de plantes à fleurs composées, dont l'espèce commune se nomme Eupatoire d'Avicenne.
EUROPÉEN
, ENNE. adj. Qui appartient à l'Europe. Les nations européennes. Les moeurs européennes.
EURYTHMIE
. s. f. Bel ordre, belle proportion. Il se dit de La beauté qui résulte de toutes les parties d'un ouvrage d'architecture.
EUSTACHE
. s. m. Sorte de couteau grossier, dont le manche est ordinairement de bois, et dont la lame n'est pas assujettie par un ressort.
EUX
*  pluriel masculin du pronom personnel Lui. Ce sont eux qui ont commencé le combat. C'est à eux qu'il faut vous adresser. Ils ont eu querelle entre eux.
ÉVACUANT
, ANTE. adj. T. de Médec. Il se dit Des médicaments qui déterminent des évacuations, tels que les vomitifs, les purgatifs, etc. Remède évacuant. Drogue évacuante.   Il ...
ÉVACUATIF
, IVE. adj. T. de Médec., synonyme d' Évacuant, ante, mais moins usité.
ÉVACUATION
. s. f. Décharge, sortie d'humeurs, d'excréments, ou de matières viciées. Faire une grande évacuation. À la suite d'une légère évacuation, il se trouva un peu mieux. ...
ÉVACUER
. v. a. Vider, faire sortir. Il se dit De l'effet que font les remèdes en purgeant les mauvaises humeurs. Cela évacue les mauvaises humeurs. Remède pour évacuer la bile. On ...
ÉVADER
(S'). v. pron. S'échapper furtivement. Il voulait s'évader. Le coup fait, il s'évada. Les prisonniers se sont évadés. ÉVADÉ, ÉE. participe.
ÉVAGATION
. s. f. Disposition de l'esprit qui l'empêche de se fixer à un objet. Il ne s'emploie guère que dans le langage ascétique.
ÉVALUATION
. s. f. Appréciation, estimation. Faire l'évaluation de quelque marchandise. On a payé ces ouvrages suivant l'évaluation qui en a été faite. L'évaluation des frais d'un ...
ÉVALUER
. v. a. Apprécier, fixer le prix de quelque chose, en estimer la valeur. On évaluera ce domaine avant que d'en faire l'échange. Sa propriété fut évaluée cent mille ...
ÉVANGÉLIQUE
. adj. des deux genres Qui est de l'Évangile, qui est selon l'Évangile. Doctrine évangélique. Prédicateur évangélique. Prêcher d'une manière évangélique. Mener une ...
ÉVANGÉLIQUEMENT
. adv. D'une manière évangélique. Vivre évangéliquement. Prêcher évangéliquement.
ÉVANGÉLISER
. v. a. Prêcher l'Évangile. Lorsque saint Paul commença à évangéliser les gentils. Évangéliser les nations.   Il s'emploie aussi absolument. Saint François Xavier a ...
ÉVANGÉLISTE
. s. m. Nom qu'on donne à chacun des quatre écrivains qui ont rédigé par écrit la vie et la doctrine de JÉSUS-CHRIST, et que l'Église a reconnus pour sacrés. Les quatre ...
ÉVANGILE
. s. m. La loi de JÉSUS-CHRIST, sa doctrine. Lorsque Notre-Seigneur JÉSUS-CHRIST commença à prêcher son Évangile. Annoncer, prêcher l'Évangile. La prédication de ...
ÉVANOUIR
(S'). v. pron. Tomber en faiblesse, perdre connaissance. Cette femme s'évanouit en apprenant la mort de son mari. Il s'évanouit à toute heure. Elle s'est évanouie a cette ...
ÉVANOUISSEMENT
. s. m. Défaillance, perte de connaissance avec une cessation subite du mouvement et du sentiment. Un long évanouissement. Revenir d'un évanouissement. Il est revenu de son ...
ÉVAPORATION
. s. f. Vaporisation ; dissipation plus ou moins lente des parties d'un liquide par l'action du feu, du soleil, de l'air, etc. L'évaporation des liqueurs spiritueuses se fait ...
ÉVAPORER
. v. a. Vaporiser, résoudre en vapeur. On ne l'emploie au propre qu'avec le pronom personnel, exprimé ou sous-entendu. L'esprit-de-vin s'évapore aisément. Faire évaporer ...
ÉVASEMENT
. s. m. État de ce qui est évasé.
ÉVASER
. v. a. Élargir, rendre une chose plus large à son ouverture. Il faut évaser davantage ce tuyau, l'ouverture de ce tuyau.   En termes de Jardinage, Évaser un arbre, Lui ...
ÉVASIF
, IVE. adj. Qui sert à éluder. Moyen évasif. Réponse évasive.
ÉVASION
. s. f. Action de s'évader. Après son évasion, il se retira en lieu de sûreté. Favoriser l'évasion d'un prisonnier.
ÉVÊCHÉ
. s. m. Diocèse, partie de territoire soumise à l'autorité spirituelle d'un évêque. Dans quelques phrases, ce terme comprend aussi les archevêchés. L'évêché de ...
ÉVEIL
. s. m. Avis qu'on donne à quelqu'un d'une chose qui l'intéresse, et à laquelle il ne pensait pas. C'est lui qui m'en a donné l'éveil. Je n'en ai eu l'éveil que tout à ...
ÉVEILLER
. v. a. Faire cesser le sommeil. Quand il est une fois endormi, on ne saurait l'éveiller. Le moindre bruit l'éveille. On m'est venu éveiller ce matin à cinq heures. Prov. ...
ÉVÉNEMENT
. s. m. Fait. Il se dit en général de Tout ce qui arrive dans le monde. Événement heureux, funeste, inattendu, étrange, etc. La mort de ce prince est un événement de la ...
ÉVENT
. s. m. Altération causée par l'impression de l'air, dans les aliments ou dans les liqueurs, et qui en détruit, en affaiblit ou en corrompt le goût. Du lard qui sent ...
ÉVENTAIL
. s. m. Petit meuble composé de lames légères d'ivoire, de bois, etc., qui se replient les unes sur les autres, dont la partie supérieure est ordinairement recouverte de ...
ÉVENTAILLISTE
. s. m. Ouvrier qui fait, qui monte des éventails.
ÉVENTAIRE
. s. m. Plateau d'osier que portent devant elles les marchandes de fruits, d'herbages, de poisson, etc.
ÉVENTER
. v. a. Faire du vent en agitant l'air avec un éventail. Les princes d'Asie ont toujours des gens qui les éventent quand ils dînent. On l'emploie souvent dans cette acception ...
ÉVENTOIR
. s. m. Sorte d'éventail fait grossièrement de plumes étendues, ou d'osier, etc., servant principalement aux rôtisseurs et aux cuisiniers pour allumer les charbons.
ÉVENTRER
. v. a. Ouvrir le ventre d'un animal, pour en tirer les intestins. Éventrer un boeuf, un mouton. Éventrer une carpe, un brochet.   Il signifie quelquefois, Blesser en ...
ÉVENTUALITÉ
. s. f. Caractère de ce qui est éventuel. L'éventualité d'une clause, d'une condition, d'un traité.
ÉVENTUEL
, ELLE. adj. Qui a rapport, qui est subordonné à quelque événement incertain. Il a été fait un traité éventuel entre ces puissances. Clause, condition éventuelle. ...
ÉVENTUELLEMENT
. adv. D'une manière éventuelle. Il a eu cette succession éventuellement.
ÉVÊQUE
. s. m. Prélat du premier ordre de l'Église, et chargé de la conduite d'un diocèse. Bon évêque. Saint évêque. On l'a fait évêque. Les évêques sont les successeurs ...
ÉVERSION
. s. f. Ruine, renversement d'une ville, d'un État. Une longue guerre a causé l'éversion de cette république. Il est peu usité.
ÉVERTUER
(S'). v. pron. S'exciter soi-même et faire effort pour se porter à quelque chose de bon, de louable, de convenable. Il s'est évertué pour se tirer de la misère où il ...
ÉVICTION
. s. f. T. de Jurispr. Action d'évincer. Le vendeur est garant de l'éviction que l'acquéreur peut souffrir.
ÉVIDEMMENT
. adv. D'une manière évidente. Faire voir évidemment. Prouver évidemment. Évidemment, vous êtes dans l'erreur.
ÉVIDENCE
. s. f. Caractère de ce qui est évident, manifeste. Cela est de toute évidence. Cela paraît avec évidence. L'évidence d'une proposition, d'une preuve, d'une vérité, ...
ÉVIDENT
, ENTE. adj. Clair, manifeste, qui se connaît d'abord et sans peine. Vérité évidente. Preuve évidente. Proposition évidente. Fausseté évidente. Il n'y a rien là qui ne ...
ÉVIDER
. v. a. T. de Fourbisseur, de Serrurier, de Tourneur, etc. Faire une espèce de cannelure ou de découpure à un ouvrage, pour le rendre ou plus léger, ou plus agréable. ...
ÉVIDOIR
. s. m. Outil dont le facteur d'instruments à vent se sert pour les travailler en dedans.
ÉVIER
. s. m. Pierre en forme de table, et légèrement creusée, sur laquelle on lave la vaisselle, et qui a un trou pour l'écoulement des eaux. Un grand, un petit évier. Le trou ...
ÉVINCER
. v. a. T. de Jurispr. Déposséder, dépouiller juridiquement quelqu'un d'une chose dont il est en possession. Il a été évincé de cette maison par jugement.   Il ...
ÉVITABLE
. adj. des deux genres Qui peut être évité. Ce malheur était facilement évitable. Il est peu usité.
ÉVITAGE
. s. m. Voyez l'article suivant.
ÉVITÉE
. s. f. T. de Marine. Espace suffisant pour qu'un navire à l'ancre puisse éviter, puisse tourner librement, lorsque le vent ou la marée change. Cette rivière n'a pas ...
ÉVITER
. v. a. Fuir, esquiver quelque chose de nuisible, de désagréable. Éviter les périls. Éviter un piége. Éviter un coup. Le pilote a heureusement évité ces écueils. ...
ÉVOCABLE
. adj. des deux genres T. de Jurispr. Qui peut être évoqué. C'est une affaire très-évocable. Il est peu usité.
ÉVOCATION
. s. f. Action d'appeler, de faire venir, de faire apparaître. Dans ce sens, il ne se dit qu'en parlant Des âmes, des esprits, etc. L'évocation des âmes. L'évocation des ...
ÉVOCATOIRE
. adj. T. de Jurispr. ancienne. Qui donne lieu à une évocation. Cause évocatoire.   Cédule évocatoire, Acte qu'on faisait signifier à sa partie adverse, pour lui ...
ÉVOLUTION
. s. f. Mouvement que font des troupes pour prendre une nouvelle disposition. Évolutions militaires. Évolution de cavalerie, d'infanterie. Faire exécuter des évolutions à ...
ÉVOQUER
. v. a. Appeler, faire venir, faire apparaître. Dans ce sens, il ne se dit guère qu'en parlant Des âmes, des esprits, etc. Les nécromanciens prétendaient évoquer les âmes ...
EX
*  préposition empruntée du latin. Elle entre dans la composition de plusieurs mots français qui servent à marquer ce qu'une personne a été, le poste qu'elle a cessé ...
EX PROFESSO
*  Voyez PROFESSO (EX) .
EX-VOTO
. s. m. Expression empruntée du latin. Il se dit Des tableaux, des figures qu'on place dans une église, en mémoire d'un voeu fait en maladie, en péril. Ce tableau est un ...
EXACERBATION
. s. f. T. de Médec., synonyme de Paroxysme.
EXACT
, ACTE. adj. (On prononce le C et le T.) Régulier, ponctuel, soigneux. Il est fort exact. Auteur, historien, traducteur exact. Vous n'êtes pas assez exact. C'est un homme ...
EXACTEMENT
. adv. D'une manière exacte. Il a suivi exactement les ordres qu'on lui avait donnés. Il a observé exactement la règle, le régime qu'on lui avait prescrit. Ce commis ...
EXACTEUR
. s. m. Celui qui commet une exaction, des exactions. Exacteur impitoyable. Poursuivre, châtier les exacteurs.
EXACTION
. s. f. Action par laquelle une personne chargée de percevoir certains droits, de lever certaines contributions, exige ce qui n'est pas dû ou plus qu'il n'est dû. Ce ...
EXACTITUDE
. s. f. Attention ponctuelle, régulière, à faire ce qu'on doit, ce dont on est chargé. Il faut avoir de l'exactitude dans les affaires. Je loue votre exactitude. Il y apporta ...
EXAÈDRE
. adj. et s. Voyez HEXAÈDRE.
EXAGÉRATEUR
, TRICE. s. Celui, celle qui exagère. C'est un grand exagérateur.
EXAGÉRATIF
, IVE. adj. Qui tient de l'exagération, qui amplifie beaucoup. Ordinairement les rapports des nouvellistes sont exagératifs. Terme exagératif. Expression exagérative. Il est ...
EXAGÉRATION
. s. f. Action d'exagérer ; discours, expression qui exagère. Jamais on ne poussa plus loin l'exagération. Tomber dans l'exagération. Cela est comme je vous le dis, il n'y a ...
EXAGÉRER
. v. a. Outrer, louer ou décrier à l'excès les choses dont on parle. Exagérer une victoire, l'importance d'une action, l'énormité d'un crime. C'est un homme qui exagère ...
EXAGONE
. adj. et s. Voyez HEXAGONE.
EXALTATION
. s. f. Action d'élever. Il n'est guère usité que pour signifier L'élévation du pape au pontificat : Le jour de son exaltation ; depuis son exaltation ; et pour ...
EXALTER
. v. a. Louer, vanter beaucoup. On ne peut trop exalter le mérite de cet écrivain. Exalter son nom. Exalter quelqu'un. Exalter les bienfaits reçus. Louer Dieu, exalter son ...
EXAMEN
. s. m. (On prononce ordinairement la syllabe finale comme celle de Chemin ; quelques-uns, au contraire, font sentir l'N au singulier comme dans le mot latin Amen. )  ...
EXAMINATEUR
. s. m. Celui qui est commis pour examiner. Il eut tels et tels pour examinateurs. On a nommé des examinateurs pour interroger les candidats, les aspirants, les ordinands, ...
EXAMINER
. v. a. Faire l'examen de quelque chose ou de quelque personne. Examiner à fond un compte, une affaire. Examiner un écolier, un candidat. Examiner quelqu'un sur le droit, sur ...
EXANTHÈME
. s. m. T. de Médecine, qui signifie, Toute sorte d'éruption à la peau ; soit avec solution de continuité, comme les pustules de la petite vérole ; soit sans solution ...
EXARCHAT
. s. m. (On prononce Exarkat. ) La partie de l'Italie où commandait l'exarque, et dont Ravenne était la capitale. Pepin conquit l'exarchat de Ravenne, et le donna au ...
EXARQUE
. s. m. On appelait ainsi Celui qui commandait en Italie pour les empereurs de Constantinople, et qui résidait ordinairement à Ravenne. L'exarque de Ravenne. EXARQUE, est ...
EXASPÉRATION
. s. f. Action d'exaspérer, ou État de ce qui est exaspéré. L'exaspération des esprits. L'exaspération était à son comble.
EXASPÉRER
. v. a. Aigrir, irriter à l'excès. Ce nouvel outrage l'a fort exaspéré. Ses ennemis ont exaspéré son humeur. Exaspérer les esprits. EXASPÉRÉ, ÉE. participe, Je l'ai ...
EXAUCER
. v. a. Écouter favorablement une prière, et accorder ce qu'on demande. Dieu exauce les prières des humbles. Le ciel a exaucé nos voeux.   Il se dit aussi en parlant Des ...
EXCAVATION
. s. f. Action de creuser un terrain. L'excavation des fondements de cet édifice a coûté beaucoup.   Il se dit aussi d'Un creux fait dans un terrain, soit de main d'homme, ...
EXCÉDANT
, ANTE. adj. Qui excède. Les sommes excédantes.   Il se dit, figurément, De ce qui fatigue ou importune à l'excès. Le bavardage de cet homme est excédant. EXCÉDANT, ...
EXCÉDER
. v. a. Outre-passer, aller au delà de certaines bornes. Il a excédé son pouvoir, ses pouvoirs. Il a excédé les ordres qu'il avait reçus. Vous pouvez employer jusqu'à ...
EXCELLEMMENT
. adv. (On prononce D'une manière excellente. Cela est excellemment bien. Cet auteur a écrit excellemment sur telle matière. Il peint, il écrit excellemment. Il joue ...
EXCELLENCE
. s. f. Degré éminent de perfection. En quoi consiste l'excellence de cette musique, de cette comédie, de ce livre ? C'est ce qui en fait l'excellence. L'excellence d'un ...
EXCELLENT
, ENTE. adj. Qui excelle ; qui a le plus haut degré ou un très-haut degré de bonté, de perfection. Excellent vin. Chère excellente. Goût excellent. Fruits, melons ...
EXCELLENTISSIME
. adj. des deux genres Très-excellent. C'est principalement un titre de dignité qui se donnait aux sénateurs de Venise assemblés en collége en présence du doge. ...
EXCELLER
. v. n. Être fort supérieur, par son mérite ou sa perfection, à la plupart des personnes d'une même profession, ou à la plupart des choses d'un même genre. Il s'efforce ...
EXCENTRICITÉ
. s. f. T. de Mathém. Distance du centre d'une ellipse à son foyer.
EXCENTRIQUE
. adj. des deux genres T. de Géom. Il se dit De deux ou de plusieurs cercles, engagés l'un dans l'autre, qui ont des centres différents. Ce cercle est excentrique à l'autre. ...
EXCEPTÉ
*  sorte de préposition. Hors, à la réserve de. Excepté telles et telles personnes. Il travaille toute la semaine, excepté le dimanche. Toutes ses filles sont mariées, ...
EXCEPTER
. v. a. Désigner une personne ou une chose comme n'étant pas comprise dans un nombre, dans une règle où il semble qu'elle devrait l'être. Ils en sont exceptés de droit. On ...

< 1 2 3 4 5 6 >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.029 c;