Слова на букву gang-hydr (1564) Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)
На главную О проекте Обратная связь Поддержать проектДобавить в избранное

  
EN-DE-FR →  Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835) →  acre-ascl asia-bouf bouf-cham cham-cont cont-déma déma-effé effe-exce exce-gang gang-hydr hydr-kilo king-memb memb-offi offi-phil phil-puce puce-resp resp-silh sili-têta téta-vier


Слова на букву gang-hydr (1564)

< 1 2 3 4 5 6 > >>
GRONDEUR
, EUSE. adj. Fâcheux, qui aime à gronder, à réprimander. Il est grondeur. Il est d'une humeur grondeuse.   Il est aussi substantif. C'est un vieux grondeur, une vieille ...
GRONDIN
s. m. Poisson. Voy. ROUGET.
GROS
, OSSE. adj. Qui a beaucoup de circonférence et de volume. Il est opposé à Menu et à Petit. Gros arbre. Grosse boule. Gros homme. Une grosse femme. Il est gros et gras. ...
GROS-BEC
s. m. T. d'Hist. nat. Genre d'oiseaux qui ont le bec court, gros et dur.
GROSEILLE
s. f. Espèce de petit fruit bon a manger, un peu acide, qui vient par grappes. Groseille rouge. Groseille blanche. Cueillir, manger des groseilles. Gelée de groseille. Sirop ...
GROSEILLIER
s. m. Arbrisseau qui porte des groseilles. Les groseilliers rouges n'ont point d'épines. Groseillier à maquereau.   Groseillier noir. Voyez CASSIS.
GROSSE
s. f. Douze douzaines de certaines marchandises. Une grosse de boutons. Vendre une marchandise à la grosse.   Une grosse de soie, Douze douzaines d'écheveaux de soie.
GROSSE
s. f. T. de Calligraphie. Écriture en gros caractères, qui est principalement usitée comme exercice pour les commençants. Écrire la grosse. Cet enfant en est encore à la ...
GROSSERIE
s. f. Nom générique des gros ouvrages que font les taillandiers.  Il se dit aussi Du commerce en gros. Ce marchand ne fait que la grosserie.
GROSSESSE
s. f. L'état d'une femme enceinte, et La durée de cet état. Heureuse grossesse. Dangereuse grossesse. Elle est dans le septième, dans le neuvième de sa grossesse. Elle ...
GROSSEUR
s. f. La circonférence, le volume de ce qui est gros. Grosseur énorme, prodigieuse. Médiocre grosseur. La grosseur d'une personne, d'un arbre, d'une boule. Cette colonne ...
GROSSIER
, IÈRE. adj. Épais, qui n'est pas délié, qui n'est pas délicat. Ce drap est bien grossier. Des vêtements grossiers. Cette femme a la taille grossière. Elle a les traits ...
GROSSIÈREMENT
. adv. D'une manière grossière. Cela est travaillé grossièrement. Une pierre grossièrement taillée. Des mets grossièrement apprêtés. Il parle, il répond, il fait tout ...
GROSSIÈRETÉ
s. f. Caractère de ce qui est grossier, rude ; manque de délicatesse. La grossièreté d'une étoffe, d'un drap, d'une toile. La grossièreté des traits donne un air commun. ...
GROSSIR
. v. a. Rendre gros Il a pris un habit qui le grossit, qui lui grossit la taille. Les pluies ont grossi la rivière. Les arrérages ont grossi la somme. La jonction de telles et ...
GROSSISSEMENT
s. m. Action de grossir, de rendre ou de faire paraître gros ; Le résultat de cette action. Il ne se dit guère qu'en parlant Des objets vus avec des verres qui grossissent. ...
GROSSOYER
. v. a. (Il se conjugue comme Employer. ) Faire la grosse d'un acte, d'un contrat, d'un jugement, d'une requête, etc. Grossoyer une obligation, un contrat. Faire grossoyer un ...
GROTESQUE
. adj. des deux genres Il se dit Des figures bizarres et chargées, imaginées par un peintre, et dans lesquelles la nature est outrée et contrefaite. Figures grotesques. Dans ...
GROTESQUEMENT
. adv. D'une manière ridicule et extravagante. Vêtu grotesquement. Danser grotesquement.
GROTTE
s. f. Antre, caverne naturelle ou faite de main d'homme. Grotte profonde. À l'entrée de la grotte. Au fond de la grotte. Faire une grotte dans un jardin. Une grotte de ...
GROUILLANT
, ANTE. adj. Qui grouille, qui remue. Il a six enfants tout grouillants. Ce mot est populaire.  Tout grouillant de vers, de vermine, Tout plein de vers, de vermine.
GROUILLEMENT
s. m. Mouvement et bruit de ce qui grouille. Le grouillement des intestins.
GROUILLER
. v. n. Remuer. Il y a quelque chose qui grouille là dedans. En ce sens, on dit : Personne ne grouille-t-il ici ? Personne ne grouille encore, Personne ne bouge-t-il ? ...
GROUP
s. m. T. de Commerce. Sac cacheté plein d'or ou d'argent, qu'on envoie d'une ville à une autre.
GROUPE
s. m. T. de Sculpture et de Peinture. Assemblage d'objets tellement rapprochés ou unis, que l'oeil les embrasse à la fois. Un groupe d'enfants. Ces figures font un beau ...
GROUPER
. v. a. T. de Peinture et de Sculpture. Mettre en groupe. Ce peintre sait bien grouper les figures. Ce peintre a manqué l'unité dans son tableau, parce qu'il n'a point ...
GRUAU
s. m. Grain mondé et moulu grossièrement. Gruau d'avoine, d'orge, de froment. Farine de gruau. Bouillie de gruau. L'eau, la tisane de gruau est rafraîchissante.   Il se ...
GRUE
s. f. Sorte de gros oiseau de passage qui vole fort haut et par bandes. La grue a le bec et le cou fort longs. Le passage des grues, des bandes de grues. Une bande de grues qui ...
GRUE
s. f. Grande machine de bois qui sert à élever de grosses pierres pour les bâtiments, et d'autres grands fardeaux. La roue de la grue. Le moulinet de la grue. La corde de ...
GRUERIE
s. f. Juridiction où les officiers commis pour la garde des bois, des forêts, jugeaient des délits et des dommages qui s'y commettaient. Donner une assignation à la gruerie, ...
GRUGER
. v. a. Briser quelque chose de dur ou de sec avec les dents. Gruger des croûtes, des macarons, du sucre.   Il se prend simplement pour Manger, et alors il ne se dit qu'en ...
GRUME
s. f. T. d'Eaux et Forêts. Il se dit Du bois coupé qui a encore son écorce. Vendre les bois en grume.
GRUMEAU
s. m. Petite portion durcie ou caillée de sang, de lait ou de quelque autre matière liquide. Vomir des grumeaux de sang. Il rendait le sang par grumeaux. Le lait se convertit ...
GRUMELER
(SE). v. pron. Se mettre en grumeaux. Le lait tourné se grumelle. GRUMELÉ, ÉE. participe
GRUMELEUX
, EUSE. adj. Qui est composé de grumeaux. Sang grumeleux.   Il signifie, par extension, Qui a de petites inégalités dures, au dehors ou au dedans. Caillou grumeleux. Bois ...
GRUYER
, ÈRE. adj. Qui a rapport à la grue. Il ne s'emploie que dans ces dénominations : Faucon gruyer, Qui est dressé à voler la grue. Faisan gruyer, Qui ressemble à une ...
GRUYER
. adj. m. Il s'est dit D'un seigneur qui avait un certain droit sur les bois de ses vassaux. Seigneur gruyer.   Il s'est dit aussi, substantivement, d'Un officier qui ...
GRUYÈRE
s. m. Sorte de fromage qui tire son nom d'un lieu de la Suisse où il se fait.
GUÉ
s. m. Endroit d'une rivière où l'eau est si basse et le fond si ferme, qu'on y peut passer sans nager et sans s'embourber. Chercher un gué. Le gué est bon, est sûr en cet ...
GUÉABLE
. adj. des deux genres Que l'on peut passer à gué. La rivière est guéable dans cet endroit.
GUÈBRES
s. m. pl. Nom que portent les restes de l'ancienne nation persane, épars aujourd'hui en diverses contrées de la Perse et des Indes, où ce peuple, soumis aux mahométans, ...
GUÈDE
s. f. T. de Botan. Plante crucifère, dont les feuilles servent à teindre en bleu foncé, et qui est principalement cultivée dans le nord de la France. La guède est ...
GUÉDER
. v. a. Soûler, faire manger avec excès. Ce mot familier a vieilli : on ne l'employait guère qu'au participe ou aux temps qui en sont formés. Le voilà bien guèdé. Il ...
GUÉER
. v. a. Baigner, laver dans l'eau. Guéer un cheval, Le faire entrer dans la rivière, et l'y promener pour le laver et le rafraîchir. Guéer du linge, Le laver et le ...
GUELFE
s. m. Partisan d'une faction qui soutint longtemps en Italie les prétentions des souverains pontifes, contre celles des empereurs. La faction des Guelfes. La querelle des ...
GUENILLE
s. f. Haillon, chiffon. Que voulez-vous faire de cette guenille, de ces guenilles ?   Il se dit par extension, surtout au pluriel, de Toutes sortes de hardes vieilles et ...
GUENILLON
s. m. diminutif Petite guenille. Je n'ai que faire de ce guenillon. Il est familier.
GUENIPE
s. f. Femme malpropre, maussade, et de la lie du peuple. Qui nous a amené cette guenipe, cette grande guenipe ?   Il signifie plus ordinairement, Une coureuse, une femme de ...
GUENON
s. f. T. d'Hist. nat. Genre de singes de l'ancien continent, qui ont une longue queue.  Il signifie, dans le langage ordinaire, La femelle d'un singe. Une petite guenon.   ...
GUENUCHE
s. f. Petite guenon. Une jolie guenuche. Fig. et fam., C'est une guenuche coiffée, se dit D'une femme laide et fort parée.
GUÊPE
s. f. Grosse mouche presque semblable à une abeille, qui a un aiguillon, et qui fait de mauvais miel. Plusieurs espèces de guêpes vivent en société comme les abeilles. ...
GUÊPIER
s. m. Lieu où les guêpes construisent des gâteaux et des alvéoles qui forment un groupe revêtu d'une enveloppe en tout ou en partie. Prov. et. fig., Tomber, donner dans ...
GUERDON
s. m. Loyer, salaire, récompense. Il est vieux.
GUERDONNER
. v. a. Récompenser. Il est vieux. GUERDONNÉ, ÉE. participe
GUÈRE
ou GUÈRES Adverbe (On n'écrit Guères que dans les vers, lorsqu'il est nécessaire à la rime ou à la mesure.) qui s'emploie toujours avec la négative, et qui signifie, Pas ...
GUÉRET
s. m. Terre labourée et non ensemencée. Relever les guérets. Cette pièce de terre est demeurée en guéret. Au bout d'un guéret.   Il se dit quelquefois, en poésie, de ...
GUÉRIDON
s. m. Sorte de meuble qui n'a qu'un pied, et qui sert principalement à soutenir des chandeliers, des flambeaux. Un guéridon de bois. Un guéridon d'argent. Mettre des flambeaux ...
GUÉRIR
. v. a. Délivrer de maladie, faire revenir en santé, redonner la santé. Ce médecin l'a guéri d'un mal qui paraissait incurable. Guérir quelqu'un de la fièvre.   Il se ...
GUÉRISON
s. f. Recouvrement de la santé. Guérison entière, parfaite, imparfaite. Prompte guérison. La guérison d'un malade. On travaille à sa guérison. Il doit sa guérison à tel ...
GUÉRISSABLE
. adj. des deux genres Qu'on peut guérir, qui n'est pas incurable. Ce mal est guérissable.
GUÉRITE
s. f. Petite loge de bois ou de maçonnerie, petit réduit où une sentinelle se met à couvert contre les injures du temps. Un boulet de canon donna dans la guérite, et tua ...
GUERRE
s. f. Querelle, différend entre deux princes ou deux nations, qui se vide par la voie des armes ; Action d'un prince, d'un peuple qui en attaque un autre, ou qui résiste à ...
GUERRIER
, IÈRE. adj. Qui appartient à la guerre. Actions guerrières. Travaux guerriers. Exploits guerriers.   Il signifie aussi, Qui est porté, qui est propre à la guerre. Humeur ...
GUERROYER
. v. n. Faire la guerre. Aimer à guerroyer. Il est familier.
GUERROYEUR
s. m. Celui qui se plaît à faire la guerre. Il est familier.
GUET
s. m. Action par laquelle on observe, on épie ce qui se passe, ce qui se fait. Être au guet. Avoir l'oeil au guet, l'oreille au guet. Mettre quelqu'un au guet. Faire le guet. ...
GUET-APENS
s. m. Embûche dressée pour assassiner quelqu'un, ou pour lui faire quelque grand outrage. Ce n'est point une rencontre ni un duel, c'est un guet-apens. On l'a tué de ...
GUÊTRE
s. f. Sorte de chaussure qui sert à couvrir la jambe et le dessus du soulier, et qui se ferme ordinairement sur le côté avec des boutons. Guêtre de grosse toile, de cuir, ...
GUÊTRER
. v. a. Mettre des guêtres à quelqu'un. On dit aussi, avec le pronom personnel, Se guêtrer. GUÊTRÉ, ÉE. participe, Par ironie, Juge guêtré, Juge de village qui porte ...
GUETTER
. v. a. Épier, observer à dessein de surprendre, de nuire. Les voleurs guettent les passants. Les assassins le guettaient. Des gendarmes le guettent. On sait tous les ...
GUETTEUR
s. m. T. de Marine. Nom que l'on donne aux hommes placés sur des hauteurs le long des côtes, pour signaler les bâtiments qui paraissent au large, leurs manoeuvres, etc.
GUEULARD
, ARDE. s. Celui, celle qui a l'habitude de parler beaucoup et fort haut. C'est un franc gueulard. Une grande gueularde. Il est populaire.
GUEULE
s. f. La bouche, dans la plupart des quadrupèdes carnassiers et des poissons. La gueule d'un chien, d'un loup, d'un lion, d'un crocodile, d'un requin, etc. Grande gueule. ...
GUEULÉE
s. f. Grosse bouchée ou goulée ; ce qui tient dans la bouche d'une personne, d'un animal, etc.  Il signifie aussi, Paroles sales, déshonnêtes. Il a dit beaucoup de ...
GUEULER
. v. n. Parler beaucoup et fort haut ; ou Se plaindre en criant. Cet avocat ne dit rien qui vaille, il ne fait que gueuler. Après qu'il eut longtemps gueulé. Ne faire que ...
GUEULES
s. m. T. de Blason. La couleur rouge. Dans la gravure, le gueules se marque par une suite de lignes parallèles et verticales. Il porte de gueules à la bande d'or.
GUEUSAILLE
s. f. Canaille, multitude de gueux. Voilà bien de la gueusaille. Chassez cette gueusaille. Ce n'est que de la gueusaille. Il est populaire.
GUEUSAILLER
. v. n. Faire métier de gueuser. Il pourrait faire quelque chose, et il s'amuse à gueusailler. Il est populaire.
GUEUSANT
, ANTE. adj. Qui gueuse actuellement. Il ne s'emploie que dans ces phrases familières, qui ont vieilli, C'est un gueux gueusant, c'est une gueuse gueusante.
GUEUSARD
s. m. Gueux, coquin. Cet homme est un gueusard. Il est très-familier.
GUEUSE
s. f. Pièce de fer fondu, qui n'est point encore purifiée. Couler la gueuse. Fer en gueuse.   Au Jeu de billard, Être en gueuse, avoir de la gueuse, se dit Lorsque les deux ...
GUEUSER
. v. n. Mendier, faire métier de demander l'aumône. Il s'est mis à gueuser. On le trouva qui gueusait.   Il est quelquefois actif. Gueuser son pain. Ce verbe est ...
GUEUSERIE
s. f. Indigence, misère, pauvreté. Il y a bien de la gueuserie dans cette province, dans cette maison.   Il se dit particulièrement pour Mendicité. Être adonné à la ...
GUEUX
, EUSE. adj. Indigent, nécessiteux, qui est réduit à mendier. Ces gens-là sont si gueux, qu'ils n'ont point de pain. C'est une famille fort gueuse. Il est familier, et il ...
GUI
s. m. T. de Botan. Plante parasite qui naît sur les branches de certains arbres, du poirier, de l'aubépine, du chêne, etc. Les Gaulois faisaient grand cas du gui de chêne, ...
GUICHET
s. m. Petite porte pratiquée dans une grande. Il n'est guère usité qu'en parlant Des petites portes d'une ville, d'une forteresse, d'un château, d'une prison. La porte de la ...
GUICHETIER
s. m. Valet de geôlier, qui ouvre et ferme les guichets, et qui a soin d'empêcher que les prisonniers ne s'évadent. Les guichetiers de la Conciergerie, de la Force, etc.
GUIDE
s. m. Celui ou celle qui conduit une personne, et l'accompagne pour lui montrer le chemin. Bon, fidèle, sûr guide. Avoir un guide. Prendre un guide. Servir de guide. Elle ...
GUIDE
s. f. Lanière de cuir, espèce de rêne qu'on attache à la bride d'un cheval attelé à une voiture, à un chariot, et qui sert à conduire le cheval. La guide du côté ...
GUIDE-ÂNE
s. m. Petit livre qui contient l'ordre des fêtes, et celui des offices relatifs à chaque fête.  Il se dit aussi de Tout ce qui contient des instructions, des règles propres ...
GUIDER
. v. a. Accompagner quelqu'un pour lui montrer le chemin. Prenez un homme qui sache les chemins, afin qu'il vous guide. Vous nous avez mal guidés.   Il se dit quelquefois Des ...
GUIDON
s. m. Petit drapeau d'une compagnie. Autrefois, les compagnies de gendarmes avaient un guidon. C'est un tel qui porte le guidon.   Il signifie aussi, Celui qui porte le guidon. ...
GUIGNARD
s. m. T. d'Hist. nat. Espèce de pluvier de la grosseur d'un merle, bon a manger et fort délicat. On ne trouve guère de guignards que dans le pays Chartrain. Le guignard est ...
GUIGNE
s. f. Espèce de cerise douce, assez approchante du goût et de la forme du bigarreau. Guigne noire. Guigne rouge. Guigne blanche. Un panier de guignes.
GUIGNER
. v. n. Fermer à demi les yeux, en regardant du coin de l'oeil. Guigner de l'oeil. Guigner d'un oeil.   Il signifie aussi, Lorgner, regarder sans faire semblant. Guigner le ...
GUIGNIER
s. m. Arbre qui porte les guignes.
GUIGNON
s. m. Malheur. Il se dit principalement au jeu. Avoir du guignon. Quel guignon ! C'est un grand guignon. Porter guignon à quelqu'un. Jouer de guignon. Être en guignon. Il est ...
GUILDIVE
s. f. Eau-de-vie, esprit tiré du sucre. On dit plus ordinairement, Tafia.
GUILÉE
s. f. Pluie soudaine et de peu de durée. Guilée de mars. Il a fait trois ou quatre guilées aujourd'hui. On l'appelle plus ordinairement Giboulée.
GUILLAGE
s. m. T. de Brasserie. Fermentation par le moyen de laquelle la bière récemment entonnée pousse hors du tonneau cette écume que les brasseurs nomment Levûre.
GUILLAUME
s. m. Sorte de rabot. Guillaume à ébaucher. Guillaume à plates-bandes.
GUILLEDOU
s. m. Il ne se dit guère que dans cette phrase, Courir le guilledou, Aller souvent, et principalement pendant la nuit, dans des lieux suspects. C'est un débauché qui ne fait ...
GUILLEMET
s. m. Signe ressemblant à une double virgule ("), qui se met au commencement et à la fin d'une citation, et souvent même au commencement de chacune des lignes qui la ...
GUILLEMETER
. v. a. Distinguer par des guillemets. Il faut guillemeter ce passage. GUILLEMETÉ, ÉE. participe
GUILLERET
, ETTE. adj. Éveillé, léger. Il a l'air guilleret. Il est familier. Fig. et fam., Habit guilleret, Habit trop léger pour la saison. Ouvrage guilleret, Ouvrage peu ...
GUILLERI
s. m. Chant du moineau. Le guilleri de ce moineau est réjouissant.
GUILLOCHER
. v. a. Faire un guillochis sur quelque chose. Guillocher une tabatière. GUILLOCHÉ, ÉE. participe
GUILLOCHIS
s. m. Ornement composé de lignes, de traits ondés qui s'entrelacent ou se croisent avec symétrie. Orner une plinthe d'un guillochis. Faire un guillochis sur une tabatière. ...
GUILLOTINE
s. f. Instrument de supplice, qui tranche la tête par une opération purement mécanique et très-prompte. Le couteau de la guillotine.
GUILLOTINER
. v. a. Trancher la tête au moyen de la guillotine. Il fut guillotiné. GUILLOTINÉ, ÉE. participe
GUIMAUVE
s. f. Espèce de mauve qui a la tige plus haute et les feuilles plus petites que les mauves ordinaires. La guimauve est émolliente. Racine de guimauve. Pâte de guimauve. ...
GUIMBARDE
s. f. Sorte de chariot long et couvert, à quatre roues, qui sert de coche ou de fourgon. GUIMBARDE, se dit aussi d'Un petit instrument sonore, de fer ou de laiton, composé ...
GUIMPE
s. f. Morceau de toile dont les religieuses se servent pour se couvrir le cou et le sein. Porter la guimpe. Mettre sa guimpe.
GUINDAGE
s. m. Action d'élever les fardeaux au moyen d'une machine.
GUINDANT
s. m. T. de Marine. La hauteur d'un pavillon du côté où il est attaché ; par opposition à sa longueur, qu'on nomme Le battant. Le guindant et le battant d'un ...
GUINDER
. v. a. Hausser, lever en haut par le moyen d'une machine. Guinder un fardeau. Guinder des pierres avec une poulie, avec une grue. Il se fit guinder avec une corde au haut de ...
GUINÉE
s. f. Monnaie d'or qui se fabrique en Angleterre, et qui vaut vingt-six francs quarante-sept centimes de notre monnaie. Charles II a fait frapper les premières guinées avec ...
GUINGAN
s. m. Sorte de toile de coton.
GUINGOIS
s. m. Travers, ce qui n'est point droit, ce qui n'a point la figure, la situation qu'il devrait avoir. Il y a un guingois dans ce jardin. On a tâché de cacher le guingois de ...
GUINGUETTE
s. f. Cabaret hors de la ville, où le peuple va boire, les jours de fêtes. Aller à la guinguette. Tenir une guinguette.   Il se dit, figurément et familièrement, d'Une ...
GUIPURE
s. f. Espèce de dentelle de fil ou de soie, où il y a de la cartisane. Guipure de fil, de soie. Les femmes portaient autrefois des guipures sur leurs jupes.
GUIRLANDE
s. f. Couronne, chapeau de fleurs, festons de fleurs. Former, composer une guirlande. Faire des guirlandes. Guirlande de fleurs. La salle était ornée de guirlandes.   Il se ...
GUISE
s. f. Manière, façon. Chaque pays a sa guise. Chacun vit, se gouverne à sa guise. Il a voulu faire la chose à sa guise. EN GUISE DE. loc. prépositive, À la façon, à la ...
GUITARE
s. f. Instrument de musique qui a six cordes, et dont on joue en pinçant les cordes. Jouer de la guitare. Prendre une leçon de guitare. Accompagnement de guitare.
GUITARISTE
s. m. Celui qui joue de la guitare. Un bon guitariste.
GUMÈNE
s. f. T. de Blason. Le câble d'une ancre.
GUSTATIF
. adj. T. d'Anat. Il se dit Du nerf qui transmet au cerveau la sensation du goût. Nerf gustatif.
GUSTATION
s. f. T. didactique. Sensation du goût, perception des saveurs.
GUTTE
*  Voyez GOMME-GUTTE .
GUTTURAL
, ALE. adj. (On prononce les deux T.) T. d'Anat. et de Médec. Qui appartient au gosier. Artère gutturale. Toux gutturale. GUTTURAL, signifie aussi, Qui vient du gosier, qui ...
GYMNASE
s. m. Lieu où les Grecs s'exerçaient, nus ou presque nus, à lutter, à jeter le disque, et à d'autres jeux propres à développer et à fortifier le corps. Les exercices ...
GYMNASIARQUE
. s. m. T. d'Antiq. Chef du gymnase ; officier qui avait la surintendance du gymnase. La dignité de gymnasiarque était une espèce de magistrature religieuse.
GYMNASTE
s. m. T. d'Antiq. Officier particulier préposé, dans le gymnase, à l'éducation des athlètes, et chargé du soin de les former aux exercices auxquels leur complexion les ...
GYMNASTIQUE
. adj. des deux genres Appartenant aux exercices du corps. Les exercices gymnastiques.
GYMNASTIQUE
s. f. L'art, l'action d'exercer le corps pour le fortifier. La gymnastique des Grecs. La gymnastique moderne. Leçons de gymnastique. École de gymnastique. La ...
GYMNIQUE
. adj. des deux genres T. d'Antiq. Il se dit Des jeux publics où les athlètes combattaient nus. Combats gymniques. Les jeux célébrés à Olympie de quatre ans en quatre ...
GYMNIQUE
s. f. T. d'Antiq. La science des exercices qu'on apprenait aux athlètes de profession. Professer la gymnique.
GYMNOSOPHISTE
s. m. Nom donné par les anciens à des philosophes indiens, qui allaient presque nus, s'abstenaient de viandes, renonçaient à toutes les voluptés, et s'adonnaient à la ...
GYMNOSPERME
. adj. des deux genres T. de Botan. Il se dit Des plantes qui appartiennent à la gymnospermie.
GYMNOSPERMIE
s. f. T. de Botan. Il se dit, dans le système de Linné, Du premier ordre de la didynamie, lequel renferme les plantes dont les fleurs ont quatre graines nues au fond du ...
GYNANDRIE
s. f. T. de Botan. Classe du système de Linné, qui renferme les plantes dont les étamines naissent sur le pistil.
GYNÉCÉE
s. m. T. d'Antiq. Appartement des femmes chez les Grecs.  Il se dit quelquefois, parmi nous, d'Un lieu où se réunissent, où travaillent habituellement plusieurs femmes.
GYNÉCOCRATIE
s. f. État où les femmes peuvent gouverner. L'Angleterre est une gynécocratie.
GYNÉCOCRATIQUE
. adj. des deux genres Qui a rapport à la gynécocratie.
GYPSE
s. m. Plâtre. Il se dit proprement, en Minéralogie, de La pierre à plâtre ou sulfate de chaux.
GYPSEUX
, EUSE. adj. Qui est de la nature du gypse, qui y ressemble. Pierre gypseuse.
GYRATOIRE
. adj. Voyez GIRATOIRE.
GYROMANCIE
s. f. Sorte de divination qui se pratique en marchant en rond.
GYROVAGUE
s. m. Nom d'une espèce de moines qui n'étaient attachés à aucune maison, et qui, différant en ce point des cénobites, erraient de monastère en monastère. La ...
H
. s. f. et m. La huitième lettre de l'alphabet. Lorsqu'on l'appelle Ache, suivant la prononciation ancienne et usuelle, son nom est féminin. Une H ( ache ). Une grande H. Une ...
HA
*  (H s'aspire.) Interjection de surprise, d'étonnement. Ha ! vous voilà ! Ha ! ha ! Il se confond quelquefois avec l'interjection Ah !
HABILE
. adj. des deux genres Capable, intelligent, adroit, savant. C'est un homme extrêmement habile. C'est un habile homme. C'est une habile femme. Être habile à profiter de ses ...
HABILEMENT
adv. D'une manière habile, avec adresse, avec intelligence, avec diligence, avec esprit. Manier habilement le pinceau. Il a fait cela fort habilement. Il s'est tiré ...
HABILETÉ
s. f. Qualité de celui qui est habile ; capacité, intelligence. Cet artiste est d'une grande habileté. Il a beaucoup d'habileté. Il a déployé beaucoup d'habileté dans ...
HABILITÉ
s. f. Aptitude. Il n'est guère d'usage qu'en termes de Jurisprudence et dans cette locution, Habilité à succéder.
HABILITER
v. a. T. de Jurispr. Rendre quelqu'un capable de faire une chose, lever les obstacles qui l'en empêchaient. Habiliter un mineur à contracter, une femme à ester en justice, ...
HABILLAGE
s. m. (On mouille les L.) T. de Rôtisseur. Préparation des volailles ou du gibier pour les mettre en broche. J'ai payé tant pour l'habillage de ces perdrix.
HABILLEMENT
s. m. (On mouille les L.) Vêtement, habit, tout ce dont on est vêtu. Habillement de goût. Magnifique habillement. Les diverses parties de l'habillement.   Habillement de ...
HABILLER
v. a. (On mouille les L.) Vêtir quelqu'un, lui mettre des habits. Habiller un enfant. Un valet de chambre qui habille son maître. Il n'est pas encore achevé d'habiller. Cette ...
HABIT
s. m. Vêtement, ce qui est fait pour couvrir le corps. Il se dit principalement de Ce qui est l'ouvrage du tailleur ou de la couturière, et s'emploie souvent au pluriel en ...
HABITABLE
adj. des deux genres Qui peut être habité, où l'on peut habiter. Ce logement n'est pas habitable. Ce bâtiment est maintenant habitable. Ce pays n'est pas habitable.   ...
HABITACLE
s. m. Habitation, demeure. Il ne se dit guère qu'en quelques phrases de l'Écriture, et dans le style soutenu. L'habitacle du Très-Haut. Les habitacles éternels. HABITACLE, ...
HABITANT
, ANTE. s. Celui, celle qui habite, qui fait sa demeure en quelque lieu. Les habitants de la campagne. On assembla les habitants de la ville, les habitants de ce bourg. Les ...
HABITATION
s. f. Action d'habiter un lieu, séjour que l'on y fait habituellement. On lui a donné cette maison pour son habitation. L'habitation de cette maison est malsaine. ...
HABITER
v. a. Faire sa demeure, faire son séjour en quelque lieu. Habiter un lieu. Habiter un palais, une maison. Quel quartier habitez-vous ? Les peuples qui habitent ce pays. On le ...
HABITUDE
s. f. Coutume, disposition acquise par des actes réitérés. Bonne habitude. Mauvaise habitude. Vieille habitude. Une longue, une grande habitude. Avoir l'habitude du cheval. ...
HABITUEL
, ELLE adj. Qui s'est tourné en habitude, qui est passé en habitude. Mal habituel. Fièvre habituelle. Péché habituel. La disposition habituelle du corps.   En Théologie, ...
HABITUELLEMENT
adv. Par habitude. Il s'enivre habituellement. Mentir habituellement. Les lieux qu'il fréquente habituellement.
HABITUER
v. a. Accoutumer, faire prendre l'habitude. Il faut habituer de bonne heure les enfants à l'obéissance. Habituer les jeunes gens à la fatigue, à supporter le froid et le ...
HÂBLER
v. n. (H s'aspire.) Parler beaucoup et avec vanterie, avec exagération et ostentation. Cet homme ne fait que hâbler, ne croyez pas tout ce qu'il dit.
HÂBLERIE
s. f. (H s'aspire.) Discours plein de vanterie, d'exagération et d'ostentation. Tout ce qu'il vous a dit n'est que hâblerie, que franche hâblerie.
HÂBLEUR
, EUSE. s. (H s'aspire.) Celui, celle qui hâble, qui aime à débiter des mensonges. C'est un grand hâbleur. Une grande hâbleuse.
HACHE
s. f. (H s'aspire.) Instrument de fer tranchant, qui a un manche, et dont on se sert pour couper et pour fendre du bois et autres choses. Abattre un arbre avec une hache. Donner ...
HACHE-PAILLE
s. m. (H s'aspire.) Instrument dont on se sert pour hacher la paille que l'on donne aux chevaux et au bétail.
HACHER
v. a. (H s'aspire.) Couper en petits morceaux. Hacher du veau. Hacher du mouton. Hacher de la paille. Hacher menu. Prov., Hacher menu comme chair à pâté, Mettre en ...
HACHEREAU
s. m. diminutif (H s'aspire. ) Petite cognée.
HACHETTE
s. f. diminutif (H s'aspire.) Petite hache, marteau tranchant d'un côté.
HACHIS
s. m. (H s'aspire.) T. de Cuisine. Mets fait avec de la viande ou du poisson, qu'on hache extrêmement menu. Hachis de perdrix. Hachis de mouton. Hachis de carpe. Du gigot ...
HACHOIR
s. m. (H s'aspire.) Petite table de chêne sur laquelle on hache les viandes. Un hachoir est nécessaire dans une cuisine.   Il se dit aussi d'Un grand couteau pour hacher les ...
HACHURE
s. f. (H s'aspire.) T. de Dessin et de Gravure. Il se dit Des traits ordinairement croisés les uns sur les autres, par lesquels on forme les demi-teintes et les ombres. Des ...
HAGARD
, ARDE adj. (H s'aspire.) Farouche, rude. Avoir l'oeil hagard, les yeux hagards, le visage hagard, la mine hagarde. La mine farouche et hagarde.   En termes de Fauconnerie, ...
HAGIOGRAPHE
adj. des deux genres Il se dit Des livres de la Bible, autres que ceux de Moïse et les Prophètes.  Il est aussi substantif, et se dit Des auteurs qui traitent de la vie et ...
HAGIOLOGIQUE
adj. des deux genres Qui concerne les saints, les choses saintes. Discours hagiologique. Vocabulaire hagiologique.
HAHA
s. m. (H s'aspire.) Ouverture qu'on fait au mur d'un jardin, avec un fossé en dehors, afin de laisser la vue libre. Il y a un haha au bout de cette allée.
HAHÉ
*  (H s'aspire.) Terme de Chasse, dont on se sert pour arrêter les chiens qui prennent le change, ou qui s'emportent trop.
HAIE
s. f. (H s'aspire.) Clôture faite d'épines, de ronces, de sureau, etc., ou seulement de branchages entrelacés. Une haie fort épaisse. Le long de la haie. Au travers de la ...
HAIE
s. f. (H s'aspire.) T. de Laboureur. Pièce de bois arrondie qui règne tout le long de la charrue.
HAÏE
*  (H s'aspire.) Cri que font les charretiers pour animer leurs chevaux. Prov. et fig., Et haïe au bout, Et quelque chose par-dessus. Son emploi lui vaut par an mille francs, ...
HAILLON
s. m. (H s'aspire.) Guenillon, vieux lambeau de toile ou d'étoffe. Couvert de vieux haillons, de méchants haillons. Que voulez-vous faire de ces haillons ?
HAINE
s. f. (H s'aspire.) Action de haïr, inimitié ; passion qui fait haïr. Haine invétérée. Haine mortelle. Haine implacable. Haine enracinée. Vieille haine. Haine couverte. ...
HAINEUX
, EUSE adj. (H s'aspire.) Qui est naturellement porté à la haine. Ce sont des gens haineux et vindicatifs. Caractère haineux. Âme haineuse.
HAÏR
v. a. (H s'aspire.) [ Je hais, tu hais, il hait ; nous haïssons, vous haïssez, ils haïssent. Je haïssais. J'ai haï. Je haïrai. Je haïrais. Hais. Que je haïsse. ...
HAIRE
s. f. (H s'aspire.) Espèce de petite chemise faite de crin ou de poil de chèvre, que l'on met sur la peau par esprit de mortification et de pénitence. Rude haire. Porter ...
HAÏSSABLE
adj. des deux genres (H s'aspire.) Qui mérite d'être haï, qui inspire la haine. Il se dit également Des personnes et des choses. C'est un homme fort haïssable. Les procès ...
HALAGE
s. m. (H s'aspire.) L'action de haler, de tirer un bateau. Il faut sur le bord des rivières qu'il y ait un espace, un chemin pour le halage. Chemin de halage. Chevaux de ...
HALBRAN
s. m. (H s'aspire.) Jeune canard sauvage. Ragoût de halbrans. Potage de halbrans.
HALBRENÉ
, ÉE. adj. (H s'aspire.) T. de Fauconnerie. Il se dit D'un oiseau de proie qui a quelques plumes rompues.  Il signifie, figurément et familièrement, Qui est fatigué, ...
HÂLE
s. m. (H s'aspire.) Certaine constitution de l'air, chaude et sèche, qui fait impression sur le teint, en le rendant brun et rougeâtre ; sur les herbes à la campagne, en ...
HALEINE
s. f. Le souffle de la respiration, l'air attiré et repoussé par les poumons. Avoir l'haleine bonne. Avoir l'haleine douce comme un enfant. L'haleine mauvaise, l'haleine ...
HALENÉE
s. f. L'air qu'on souffle par la bouche en une seule respiration, lorsqu'il est accompagné d'odeur. Il se prend ordinairement en mauvaise part. Il m'a donné une halenée de ...
HALENER
v. a. (H s'aspire.) Sentir l'haleine de quelqu'un. Je ne l'eus pas plutôt halené, que je vis bien qu'il avait pris du vin. Dans ce sens, il est populaire et il vieillit.  Il ...
HALER
v. a. (H s'aspire.) T. de Marine. Tirer à soi avec force, et presque horizontalement, un cordage, ou un objet quelconque à l'aide d'un cordage. Haler un cordage, une ...
HÂLER
v. a. (H s'aspire.) Faire impression sur le teint en le rendant brun et rougeâtre. Il se dit principalement De l'action du soleil et du grand air sur le teint. Le soleil ...
HALETANT
, ANTE adj. (H s'aspire.) Qui souffle comme quand on est hors d'haleine. Il arriva tout haletant à force d'avoir couru.
HALETER
v. n. (H s'aspire.) Respirer fréquemment, souffler comme quand on a couru, et qu'on est hors d'haleine. Ce chien ne fait que haleter.
HALEUR
s. m. (H s'aspire.) T. de Rivière. Celui qui hale un bateau. Il faut plus de trente haleurs pour remonter ce bateau.
HALITUEUX
, EUSE adj. T. de Médec. Il se dit De la peau lorsqu'elle est couverte d'une douce moiteur. Peau halitueuse. On dit aussi, Chaleur halitueuse, Chaleur à la peau, accompagnée ...
HALLAGE
s. m. (H s'aspire.) Droit levé sur les marchandises qui s'étalent dans les halles et les foires.
HALLALI
*  Cri de chasse qui annonce que le cerf est sur ses fins.
HALLE
s. f. (H s'aspire.) Place publique, ordinairement couverte, qui sert à tenir le marché ou la foire. Grande halle. Halle aux blés. Halle aux draps, aux cuirs, etc. On a fait ...
HALLEBARDE
s. f. (H s'aspire.) Sorte d'arme d'hast, garnie par en haut d'un fer long, large et pointu, traversé d'un autre fer en forme de croissant. Un coup de hallebarde. La hampe ...
HALLEBARDIER
s. m. (H s'aspire.) Sorte de garde à pied, qui portait la hallebarde.
HALLEBREDA
s. f. (H s'aspire.) Terme de mépris, qui se dit d'Une grande femme malbâtie. C'est une grande hallebreda.   Il se dit aussi quelquefois d'Un homme. C'est un grand hallebreda. ...
HALLIER
s. m. (H s'aspire.) Réunion de buissons fort épais. Un hallier épais. Parmi les halliers.
HALLIER
s. m. (H s'aspire.) Celui qui garde une halle, qui en garde les marchandises.  Il se dit aussi d'Un marchand qui étale aux halles.
HALLUCINATION
s. f. T. de Médec. Erreur, illusion d'une personne qui croit avoir des perceptions qu'elle n'a pas réellement. Il est sujet à des hallucinations.
HALO
s. m. (H s'aspire.) T. didactique. Couronne lumineuse que l'on voit quelquefois autour des astres, et principalement du soleil et de la lune, lorsqu'ils brillent à travers une ...
HALOIR
s. m. (H s'aspire.) Lieu où l'on sèche le chanvre par le moyen du feu, pour le disposer à être broyé ou tillé.
HALOT
s. m. (H s'aspire.) Trou dans une garenne, où se retirent les lapins.
HALOTECHNIE
s. f. (H s'aspire.) Partie de la chimie qui traite de la préparation des sels.
HALTE
s. f. (H s'aspire.) Pause, station que font des gens de guerre dans leur marche. Faire halte. Une longue halte. Pendant la halte.   Il signifie, par extension, Le lieu fixé ...
HALURGIE
s. f. (H s'aspire.) Art d'extraire ou de fabriquer les sels.
HAMAC
s. m. (H s'aspire. On prononce le C.) Sorte de lit formé d'un morceau de toile ou d'un filet, suspendu horizontalement à deux points fixes par ses extrémités, de manière ...
HAMADRYADE
s. f. T. de Mythologie. Nymphe des bois qui naissait et mourait avec l'arbre dont la garde lui était confiée, et qui ne pouvait jamais le quitter. Les dryades, au contraire, ...
HAMEAU
s. m. (H s'aspire.) Petit village. Il se dit, particulièrement, d'Un petit nombre de maisons écartées du lieu où est la paroisse. Ce n'est pas un village, ce n'est qu'un ...
HAMEÇON
s. m. Petit crochet de fer ou de fil d'archal, armé de pointes en dessous, et qu'on met au bout d'une ligne avec de l'appât, pour prendre du poisson. Prendre du poisson à ...
HAMPE
s. f. (H s'aspire.) Le bois d'une hallebarde, d'une pertuisane, d'un épieu, etc. La hampe d'une hallebarde. Donner de la hampe. Un coup de hampe. La hampe d'un écouvillon, ...
HAN
s. m. (H s'aspire.) T. de Relation, emprunté de l'arabe. Sorte de caravansérail.
HAN
*  (H s'aspire.) Terme populaire, onomatopée servant à exprimer Le cri sourd et guttural d'un homme de peine qui frappe un coup avec effort.
HANAP
s. m. (H s'aspire.) Vieux mot qui signifie, Un grand vase à boire. Vider un hanap.
HANCHE
s. f. (H s'aspire.) La partie du corps humain, dans laquelle le haut de la cuisse est emboîté. L'articulation de la hanche. Avoir de grosses hanches. Cette femme n'a point de ...
HANEBANE
s. f. Nom vulgaire de la plante que les botanistes appellent Jusquiame noire.
HANGAR
s. m. (H s'aspire.) Construction en appentis ou isolée, formée d'un toit élevé sur des piliers de pierre ou sur des poteaux, et ordinairement destinée à servir de remise ...
HANNETON
s. m. (H s'aspire.) Insecte coléoptère d'un rouge brun, qui a des antennes courtes, frangées à leur extrémité, et qui paraît au printemps. Prendre des hannetons. Les ...
HANSCRIT
s. m. (H s'aspire.) Voyez SANSCRIT.
HANSE
s. f. (H s'aspire. Quelques-uns écrivent, Anse. ) On appelle Hanse teutonique , ou simplement Hanse, Une confédération de plusieurs villes d'Allemagne et du Nord, qui ...
HANSÉATIQUE
adj. (Quelques-uns écrivent, Anséatique. ) Il se dit Des villes d'Allemagne et du Nord qui faisaient partie de la Hanse teutonique. Hambourg, Brême, Lubeck, sont des villes ...
HANSIÈRE
s. f. (H s'aspire.) T. de Marine. Voyez HAUSSIÈRE.
HANTER
v. a. (H s'aspire.) Fréquenter, visiter souvent et familièrement. Hanter quelqu'un. Hanter les bonnes compagnies. Hanter mauvaise compagnie. Hanter les savants.   Il se dit ...
HANTISE
s. f. (H s'aspire.) Fréquentation, commerce familier avec quelqu'un. Il ne se dit guère qu'en mauvaise part. La hantise d'un tel ne vaut rien. La hantise n'en vaut rien. Il ...
HAPPE
s. f. (H s'aspire.) Demi-cercle de fer dont on garnit un essieu pour le conserver.  Il se dit aussi d'Une espèce de crampon qui attache et lie deux pièces de bois, deux ...
HAPPELOURDE
s. f. (H s'aspire.) Il se dit proprement d'Une pierre fausse qui a l'éclat et l'apparence d'une pierre précieuse.  Il se dit, figurément et familièrement, Des personnes qui ...
HAPPER
v. a. (H s'aspire.) Il se dit proprement D'un chien, lorsqu'il prend avidement avec la gueule ce qu'on lui jette. On lui jeta un morceau, et il le happa.   Il signifie ...
HAQUENÉE
s. f. (H s'aspire.) Cheval ou jument de moyenne taille, facile au montoir, et qui va ordinairement l'amble. Une belle haquenée. Monter une haquenée. Il a vieilli.  Ce cheval ...
HAQUET
s. m. (H s'aspire.) Espèce de charrette étroite, longue et sans ridelles, qui sert à voiturer du vin, des ballots de marchandises, etc. Mener, traîner des marchandises dans ...
HAQUETIER
s. m. (H s'aspire.) Conducteur de haquet.
HARANGUE
s. f. (H s'aspire.) Discours fait à une assemblée, à un prince ou à quelque autre personne élevée en dignité. Belle harangue. Longue harangue. Courte harangue. Harangue ...
HARANGUER
v. a. (H s'aspire.) Adresser une harangue à une assemblée, à quelqu'un. Haranguer le peuple. Haranguer les soldats. Il harangua le roi.   Il est aussi neutre. Haranguer ...
HARANGUEUR
s. m. (H s'aspire.) Celui qui harangue. Un bon, un excellent harangueur.   Il se dit plus ordinairement en mauvaise part et en raillerie. Un mauvais harangueur. Un pauvre ...
HARAS
s. m. (H s'aspire.) Lieu destiné à loger des étalons et des juments, pour élever des poulains. De grands haras. Faire des haras. Avoir des haras. Tenir des haras. Un bon ...
HARAS
s. m. T. d'Hist. nat. Gros perroquet à longue queue. On écrit plus souvent, Ara.
HARASSER
v. a. (H s'aspire.) Lasser, fatiguer à l'excès. Harasser un cheval. Le train du cheval l'a extrêmement harassé. Ce long discours harassa l'auditoire. Un travail forcé ...
HARCELER
v. a. (H s'aspire.) Agacer, provoquer, exciter jusqu'à importuner, jusqu'à tourmenter. Harceler quelqu'un dans la conversation. Il le harcèle toujours. Il est ...
HARDE
s. f. (H s'aspire.) T. de Chasse. Troupe de bêtes fauves. Une harde de cerfs, de daims. Plusieurs hardes de bêtes.   Il se dit aussi Du lien qui attache les chiens six à six ...
HARDER
v. a. (H s'aspire.) T. de Chasse. Attacher des chiens six à six ou quatre à quatre. HARDÉ, ÉE. participe
HARDES
s. f. pl. (H s'aspire.) Il se dit généralement de Tout ce qui est d'un usage nécessaire et ordinaire pour l'habillement. De bonnes hardes. De vieilles hardes. Un paquet de ...
HARDI
, IE. adj. (H s'aspire.) Qui se hasarde courageusement, qui ose beaucoup ; entreprenant. Un homme très-hardi. Il est hardi comme un lion. C'est un hardi voleur. De hardis ...
HARDIESSE
s. f. (H s'aspire.) Qualité de celui qui est hardi, entreprenant, assuré. Grande hardiesse. Noble hardiesse. Sage hardiesse. Manquer de hardiesse. Avoir de la hardiesse. ...
HARDIMENT
adv. (H s'aspire.) Avec hardiesse. Parler hardiment. Mentir hardiment. Marcher hardiment à l'ennemi. Décider hardiment une question.   Il signifie aussi, Librement, sans ...
HAREM
s. m. (H s'aspire.) T. emprunté de l'arabe. Il se dit, chez les mahométans, de L'appartement des femmes. Elle fut conduite au harem. Les femmes d'un harem.   Il se dit ...
HARENG
s. m. (H s'aspire. Le G ne se prononce point.) Poisson de moyenne grosseur, qui ne se pêche que dans l'Océan et en certaines saisons de l'année, où il arrive par troupes. ...
HARENGAISON
s. f. (H s'aspire.) Temps de la pêche du hareng. En France, la harengaison est depuis la fin de septembre jusqu'en décembre.   Il signifie aussi, La pêche du hareng. La ...
HARENGÈRE
s. f. (H s'aspire.) Celle qui fait métier de vendre des harengs, et toute autre sorte de poisson en détail. Les harengères de la halle. Fig. et fam., C'est une harengère, ...
HARGNEUX
, EUSE adj. (H s'aspire.) Qui est d'humeur chagrine, querelleuse et insociable. Un homme hargneux. Une femme hargneuse. Il a le caractère, l'esprit hargneux, l'humeur ...
HARICOT
s. m. (H s'aspire.) Plante de la famille des Légumineuses, dont les semences sont alimentaires. Semer des haricots. Il y a plusieurs espèces de haricots. Haricots grimpants. ...

< 1 2 3 4 5 6 > >>

© en-de-fr.com.ua - EN-DE-FR 2009-2017 Информация публикуется на сайте для ознакомительного процесса.
 
Выполнено за: 0.028 c;